S’estimant «laissés pour compte», ils dénoncent le syndicat et invitent IBK et le PM à revoir leur copie

2

Ils dénoncent pour la plupart, l’attitude du syndicat ministère des affaires étrangères pour n’avoir la moindre considération pour le personnel non-diplomatique pourtant indispensable dans les représentations étrangères (Ambassades et Consulats) du Mali. Pas seulement le syndicat !

Suite à notre article «Mouvement d’humeur dans les représentations diplomatiques du Mali… Le personnel lève le ton» («La Sentinelle N° 451 du lundi 04 Février 2019 – lire Encadré), de nombreuses réactions, pour la plupart émanant de membres du personnel concerné, nous sont parvenues. Bien entendu, tous les intervenants ont réclamé l’anonymat, du moins, pour l’instant.

Ils dénoncent l’attitude du syndicat du ministère des affaires étrangères pour n’avoir la moindre considération pour ce personnel non-diplomatique pourtant indispensable dans les représentations étrangères (Ambassades et Consulats) du Mali. «Nous sommes laissés pour compte» disent-ils.

Certains, très remontés contre le syndicat lancent un ultimatum en vue de la relecture des textes afférents à leur statut.

Et le premier Diplomate du pays, à savoir, IBK lui-même n’est pas épargné ; «Que le Président de la république de consacrer au moins 30 minutes au personnel local lors de ses déplacements à l’étranger afin de s’enquérir des nouvelles de ces hommes et femmes», suggèrent-ils.

Et dans le cadre de sa politique de réduction des charges de l’Etat, ils invitent le Premier Ministre à revoir les critères de nomination. A titre illustratif, « la nomination de diplomates avec une famille nombreuse de plus de dix personnes coûtent excessivement au Budget public.

Aussi, ledit personnel sollicite des stages de formations et de mise à niveau pour plus de performance et d’efficacité au profit des usagers maliens.

Et si la situation n’évolue pas d’ici la fin de l’année 2019, ils envisagent d’abord de créer leur propre syndicat en vue de prendre leur destin en main. Et à l’avenir, ils n’excluent pas des démarches auprès des juridictions compétentes des pays d’accueil respectifs.

B.S. Diarra

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. “Certains, très remontés contre le syndicat lancent un ultimatum en vue de la relecture des textes afférents à leur statut”
    QUI SONT CES GENS ??? DE QUELS TEXTES PARLENT -ILS M. LE JOURNALEUX
    Tout ce que je sais c’est que s’ il s’agit du personnel recruté localement ils n ‘ont d’autre textes que leur contrat de travail où il est écrit qu’ ils sont renvoyables tout moments . point barre

  2. décidément le ridicule ne tue plus : s’il y quelqu ‘un doit se plaindre dans les missions diplomatiques c’est bien les diplomates de carrière car en effet ils se retrouvent de plus en plus minoritaires a coté des autres membres du personnel diplomatique et technique venant d autres ministères avec lesquels il cohabitent et partagent les meme avantages contenus dans le décret portant avantages accordés au personnel diplomatique dans les ambassade a moins que ce mystérieux personnel ne fasse pas partie du personnel diplomatique et dans quel cas ce article est sans objet. la plupart de ce personnel n est jamais prêt a servir aux affaires étrangères comme les autres et préfèrent plutôt être parachutés dans ces ambassades et retourner a leur corps et continuer a jouir de s avantages de leur corps d origine après avoir joui des memes avantages que les diplomates et malgré tout ils trouvent a redire?????
    a la date d aujoud ‘hui 95% des ambassadeurs ne sont pas des affaires étrangères
    les fonctionnaires des autres corps des les ambassades et consulats font plus de la moitié du personnel Vivement que ce personnel se fasse connaitre
    on se fou de qui finalement????

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here