Dr Modibo Soumaré, président de l’URP : -« Le M5-RFP, en cherchant un mouton à cinq pattes a conduit à l’irruption des officiers sur le terrain politique» : -« Le Malikura est un bluff malsain qui va vite rattraper ses auteurs. »

1

Le président de l’URP, Dr Modibo Soumaré se prononce sur l’actualité du pays. Il donne son avis sur la gestion des affaires publiques, un an après la chute du président Ibrahim Boubacar Kéïta, le débat sur la prolongation de la Transition et la situation sécuritaire du pays. Dr Modibo Soumaré n’est pas tendre avec le M5-RFP qui en cherchant un mouton à cinq pattes a conduit à l’irruption des officiers sur le terrain politique. Selon lui, la refondation dont nous parlons aujourd’hui est un non sens et il n’y a pas meilleure refondation que la démocratie. Lisez notre entretien.

Un an après la chute du régime démocratique d’IBK, quelle appréciation faites-vous dans le domaine du changement ?

Un an après les événements du 18 août 2020, il est évident que beaucoup ont déchanté. En fait, la démocratie a connu un grand recul, le 18 août 2020.  Ce qui est sûr, il nous faut une remise en cause de chacun où qu’il soit pour tirer les meilleures leçons de cet échec du fonctionnement démocratique dans notre pays.

En promettant du pain au chocolat au peuple, le M5 est parvenu à mettre la poudre aux yeux d’une partie du peuple et cela a abouti à l’impasse qu’on a connu, au refus du respect des règles réglementaires de la démocratie et du dialogue.

Le M5-RFP en cherchant un mouton à cinq pattes, a conduit à l’irruption des officiers sur le terrain politique. La refondation dont nous parlons aujourd’hui est un non sens. Il n’y a pas meilleure refondation que la démocratie.

Vouloir user des défaillances du fonctionnement démocratique pour passer de la rue au pouvoir est juste regrettable et dangereux. Si cette jurisprudence devrait servir de voie d’accès au pouvoir, le pays ne s’en sortira jamais.

Après un an, il est clair que rien n’a changé dans le sens positif car la crise scolaire reste entière, la crise démocratique pareille aussi, le dialogue si nécessaire est devenu une denrée rare. Aussi, pendant cette année, la parole républicaine s’est dévaluée. Le Mali malade des Maliens et surtout de certains dirigeants qui depuis le 26 mars leurrent une partie du peuple pour assouvir leurs ambitions politiques qu’ils n’arrivent pas à avoir à travers les élections. Le Malikura est un bluff malsain qui va vite rattraper ses auteurs. Il n’y a pas meilleur Mali que le Mali démocratique.

Les partis politiques sont divisés entre prolongation de la Transition et la tenue des élections aux dates indiquées dans la Charte. Qu’en pensez-vous ?

Pour ce qui est de la durée de la transition, ce sont les mêmes qui l’ont fixée à 18 mois. Quand bien même que nous, on avait proposé 24 mois et une présidence assumée par les militaires. Alors, je m’en tiens à cette durée surtout que le président de la Transition ainsi que le premier ministre l’ont confirmé dans leur adresse respective.

Vouloir changer cette date va exiger un changement complet de l’architecture gouvernementale car le peuple attend de choisir ses dirigeants. En dehors du peuple, personne n’est plus méritant que personne.

Quelle lecture faite-vous de l’actualité Afghane qui est comparée à la situation du Mali par certains analystes politiques ?

Ce qui est arrivé en Afghanistan est regrettable. Vouloir en tirer des conclusions hâtives et établir des parallèles avec le Mali est juste une insuffisance intellectuelle doublée d’un pessimisme béat.

Cela dit, nos militaires feront mieux de faire face à leurs vraies responsabilités et oublier les fonctions politiques, à moins qu’on ne confie la Défense et la Sécurité du pays aux civils donc à des milices. A souligner que la rare démarche démocratique effectuée par les organes de la transition, ce furent les démarches effectuées par le ministre de l’Administration territoriale envers les plateformes politiques. Il est évident que le ministère de l’Administration doit être le ministère qui doit rester le maître d’œuvre de l’organisation des élections et de la mise en place de l’organe unique.

Propos recueillis par Drissa Togola   

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ce soit disant medecin incompétent, qui a achété son dîplome à l’ecole de medecine frait mieux de se la fermer. Opportuniste de 1er rang, Modibo Soumaré est un homme faux, calculateur et méchant, il cherche à attirer l’attention des autorités actuelles parce qu’il cherche un poste, il a trahi tous se camarades. Modibo tu fermes ta grande gueule parce que tu n’auras rien.

Répondre à Malien Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here