Election Présidentielle de 2012 : Me Mountaga Tall : A l’épreuve du temps

0

Me Mountaga Tall, acteur du mouvement démocratique. Plus jeune candidat lors de la présidentielle de 1992 à 35 ans. En effet, il a participé à toutes les élections présidentielles de 1992 à nos jours exceptées celles de 1997 et 2007.  En  2012, avec ses 55 ans, Me Tall et un riche parcours politique, s’alignera sans nul doute dans la course à la présidentielle. Avec à la différence que son parti, le CNID FYT, n’a plus son poids d’antan.

Au Mali, quand on veut situer un parti sur l’échiquier politique national, mieux vaut préciser "au moment où nous mettions sous presse" tant les alliances sont fragiles et fluctuent au gré de chaque élection. Mais il faut reconnaitre que le porte étendard du  parti du ‘’soleil levant’’, Me Tall est un habitué des joutes électorales.

En effet, il a participé à toutes les élections présidentielles de 1992 à nos jours exceptées les élections présidentielles de 1997 et 2007.

Me Mountaga Tall, c’est aussi et surtout l’homme qui, en accord avec cinq autres camarades de lutte, a convoqué le 18 Octobre 1990 à Faladiè-Sema l’Assemblée Constitutive du Comité National d’initiative Démocratique (CNID), première association politique légalement constituée au Mali.

Faisant preuve d’un courage physique, Me Mountaga Tall a personnellement conduit les premières marches pour la démocratie et le multipartisme au Mali: celle (CNID) du 10 décembre 1990 la plus risquée mais aussi la mieux organisée, du 30 décembre 1990 qui permit la jonction entre l‘ADEMA et CNID, noyau incontestable de ce qui sera plus tard appelé le Mouvement Démocratique, du CNID du janvier 1991 où touché de plein fouet par une grenade lacrymogène, il sera admis à l’hôpital et enfin la marche historique (CNID-ADEMA) du 19 janvier 1991 à Ségou malgré le coup de semonce de la veille à Bamako.

Parcours du militant

Président du CN1D-Association puis du CNID Parti (Congrès National d’initiative Démocratique) depuis le mars 1991, Me Mountaga TalI a reçu l’investiture de son Parti le 17 janvier 1992 pour se présenter aux élections présidentielles de 1992.

A l’époque, assurément, il était  le plus jeune des présidentiables, dont le slogan de campagne était « rassembler pour construire » est aussi un des plus distingués. En effet, crédité à 35 ans d’environ 12% des votes suivant résultats du 1er tour, il occupe le troisième rang après Alpha Omar Konaré de l’ADEMA-PASJ et Tiéoulé Konaté de I’US-RDA.

 

En outre, il a été le seul parmi les candidats aux présidentielles à siéger dans la future Assemblée nationale pour avoir triomphalement conduit dans la circonscription de Ségou la liste des candidats CNID à la députation.

Au terme des législatives de 1992, le parti de Me TalI apparaît comme deuxième force politique du pays et sera le seul après l’ADEMA-PASJ à pouvoir constituer un groupe parlementaire dont il assurera la présidence pendant les 5 ans de la 1ère législature de la III eme république.

Chef de l’opposition parlementaire, Me Tall aura la sagesse de ne pas donner de consigne de vote au second tour des présidentielles et l’élégance de reconnaître les résultats électoraux de 1992 malgré les réserves formulées et les plaintes déposées par de nombreux partis politiques.

Non signataire du Pacte Républicain par fidélité aux principes démocratiques, le CN1D-FYT tout en réclamant de l’opposition, participe en Avril 1993 au gouvernement de Me Abdoulaye Sékou Sow.

Mais « le non respect par l’ADEMA-PASJ des engagements » pris, selon les responsables du CNID,  amènera le parti du soleil levant à quitter le gouvernement en Février 1994 peu de temps après I’US-RDA (Novembre 1993) et au même moment que le RDP et le PDP, tous après avoir fustigé la déloyauté du parti majoritaire.

 Cette sortie du CNID-FYT du gouvernement fit des mécontents en son sein et provoquera le départ de certaines « têtes d’affiche ».

En mars 1995 lors du premier Congrès ordinaire du parti ces hommes, après avoir perdu la longue bataille juridique qui les aura opposés à Me TalI, créeront leur propre parti pour se retrouver dans la mouvance présidentielle et retourner au gouvernement.

Première déchirure !

Le Parena est créé en 1995 par des militants dissidents du Congrès national d’initiative démocratique (CNID). Il est présidé par Yoro Diakité. 

En 1999, Yoro Diakité, alors ministre des Mines et de l’Énergie quitte le Parena pour former un nouveau parti politique, le Bloc des alternatives pour le renouveau africain (Bara).

 

Le Parti du Soleil levant en sort plutôt renforcé et poursuit son combat au sein de l’opposition pour une relecture du Code électoral, comme membre du RFP avant de se retrouver dans le COPPO (Collectif des Partis politiques de l’Opposition)  suite au désastre électoral du 13 Avril 1997.

Candidat aux élections présidentielles de 1997, Me Mountaga TalI est l’un des artisans de rassemblement l’opposition pour une alternance pacifique.

Chef de file de l’opposition parlementaire de 1992 à 1997, il aura beaucoup contribué à démontrer, au regard des énormes fautes commises par le pouvoir que malgré l’existence d’une écrasante majorité ADEMA à la chambre, l’opposition pouvait réussir l’alternance en 1997.

Mountaga Tall sera aussi la vedette de deux motions de censure contre le gouvernement d’Ibrahim Boubacar Keïta, la première en raison de l’incapacité dudit gouvernement à résoudre la crise scolaire, la seconde suite à son incompétence quant à l’organisation d’élections libres et régulières.

 

 Mais c’est son passage à I’ émission « Le Point » du 24 Novembre 1996 qui aura confirmé, à l’opinion nationale et internationale, la stature d’homme d’Etat de l’Avocat.

 

en 2002, il crée avec d’autres ténors de l’opposition  le Regroupement Politique ‘’Espoir 2002’’ dont il fut  Coordonnateur.

La même année, il signe son retour dans le processus électoral et se présente à la candidature à l’élection présidentielle.

Il fut élu  Député de Ségou avec 71% des suffrages au premier tour et Député du Parlement de la CEDEAO (Communauté Economique Des Etats de L’Afrique de l’Ouest).

A l’hémicycle il bénéficie de la confiance de ses pairs et est élu  Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale.

De  2003 – 2007, Me Tall a été réélu Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale

Il fut également élu Député du Parlement Panafricain entre  2004 – 2008. Il garda ce poste jusqu’en 2012.

 En  2012, avec ses 55 ans, Me Tall et un riche parcours politique, s’alignera sans nul doute dans la course à la présidentielle. Avec à la différence que son parti, le CNID FYT, n’a plus son poids d’antan.

Dans l’opinion, il n’est plus cité dans le carré d’as des favoris. En attendant son investiture par son parti, seul le verdict des urnes, nous édifiera !

Boubèye Maïga

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER