Gestion du Mali : La CMAS, le FSD et le EMK énumèrent les péchés du régime IBK

13

À l’issue de la marche du 5 juin 2020, une déclaration commune signée par Issa Kaou N’Djim, coordinateur général de la CMAS ; Choguel Kokalla Maiga, représentant du FSD ; et Cheick Oumar Sissoko de l’Espoir Mali Kura a été présentée aux Maliens de la diaspora et de l’intérieur. Elle étale la nouvelle vision des trois regroupements sur la gestion d’un Mali nouveau.

« Ce pays, jadis envié, écouté et respecté aussi bien en Afrique qu’à travers le monde est en passe de devenir la risée des autres Nations. Tant il est de nos jours balloté et humilié à cause de la mauvaise gouvernance en cours », lit-on dans la déclaration. Symbole de la décrépitude du système étatique décrié, la gestion actuelle du régime en place a fini, pour ces signataires, de précipiter le Mali dans « l’impasse, le pire ; et au bord du gouffre ».Ils se disent convaincus que les Maliens assistent, de façon étonnante, à des « scandales d’une gestion hasardeuse » dénuée de vision et de cohérence vis-à-vis des intérêts vitaux et stratégiques du pays. Ce, ajoutent les trois organisations, dans le « déni » des valeurs fondamentales de la société. Par cette déclaration, les signataires évoquent les causes de la manifestation du 5 juin que sont : la gestion catastrophique de la crise multidimensionnelle ; les atteintes à la souveraineté et à l’intégrité du territoire du pays ; l’abandon des FAMa par les autorités ; la généralisation de l’insécurité partout dans le pays ; la corruption, la mal gouvernance, le gâchis financier au détriment des paysans et secteurs privés ; la destruction des services sociaux de base (éducation, santé l’électricité, l’eau, les infrastructures) ; l’appauvrissement croissant des populations ; les atteintes aux valeurs et principes de la République ; le péril des droits et libertés individuels et collectifs des citoyens ; l’impasse d’une voie électorale hypothéquée.

Au président de la République, ils reprochent d’avoir un régime qui s’est illustré par la tenue des élections « injustes, opaques, et inéquitables » qui ont discrédité le processus électoral du Mali. Face à l’urgence de sauver le Mali, nous martèlent-elles dans cette déclaration, les trois organisations ont convenu sur : la mobilisation de sursaut national ; la reconstruction des forces armées et de sécurité maliennes ; la préservation de l’intégrité territoriale, son unité, sa laïcité, et l’exercice de sa souveraineté sur toute l’étendue du pays. Ils mettent l’accent sur une gouvernance vertueuse garantissant la paix, la sécurité, la justice, la réconciliation nationale ainsi que la restauration de la confiance entre gouvernants et gouvernés.

Ils priorisent l’éducation et la santé, l’accès des citoyens aux services sociaux de base et aux infrastructures… Ces signataires qui exigent la démission d’IBK promettent la restauration de l’État de droit, des réformes politiques et institutionnelles dans le pays ; la mise en œuvre des actions de libération pour toutes les personnes enlevées y compris l’honorable Soumaila Cissé. Ils garantissent l’union sacrée autour du Mali et la fin du système de cette gouvernance en cours dans le pays. C’est suite à ces propos qu’ils (CMAS, FSD, EMK) ont exigé la démission d’IBK, lui lançant un ultimatum pour le constat de ladite démission au plus tard à 18heures du vendredi 5 juin. Au-delà, ont-ils clarifié, le peuple souverain en tirera toutes les conséquences.

Mamadou Diarra

Commentaires via Facebook :

13 COMMENTAIRES

  1. La quasi-totalité de ceux qui décrient et manifestent contre IBK, l’ont à un moment ou un autre soutenu tout simplement ils ont cru en lui. Mais, force est de reconnaitre qu’il a lamentablement déçu, toute chose qui explique leur position aujourd’hui. Quoi de plus normal pour quelqu’un qui a souci de son pays.
    Le Mali, hélas n’est jamais tombé aussi bas que sous ce régime. Jamais régime n’a été autant décrié, jamais Président n’a été autant mauvais que IBK. Certes les maux que nous connaissons de nos jours existaient avant lui,mais c’est sous lui qu’ils ont pris de l’ampleur alors même qu’il avait la dessus insulté et traité ATT d’incapable qui devrait dégagé se proposant d’être le “MESSI” qui réglerait la situation. S’il était mort avant d’assumer cette charge et montrer ses limites et ce qu’il est en realite, sa tombe aurait été un lieu de recueillement des Maliens.
    Que ne trainons nous pas aujourd’hui comme maux? Que ne souffrons nous pas aujourd’hui comme martyrs? Tout, absolument tout manque aux Maliens alors que lui et son cercle fermé volent et s’enrichissent impunément au vu et au su de tous et sans vergogne.
    L’éducation, base de tout développement n’est que l’ombre d’elle meme si encore elle existe. L’école se meurt par la faute d’un PM apatride qui impunément viole des lois de la Republique incapable de présenter une “politique générale de gouvernement” en presque un an sinon plus de primature. Ne dit-on pas que pour anéantir un peuple qu’il détruire son éducation? A cela, il faut ajouter la corruption, le népotisme, la gabegie, la mauvaise gouvernance, toutes choses qui aujourd’hui explique le ras de bol de la quasi totalité des Maliens.
    Comme si tout cela ne suffisait pas, les législatives sont venues en rajouter avec ses résultats qui donnent à croire que nombreux sont les députés “nommés” plutôt qu’élus au point d’imposer aux citoyens comme Président de l’ A.N, 2ème personnalité de L’État l’ami de fils, le très”deshonorable” TIMBINE, sans charisme, sans personnalité, qui à peine peut aligner 2à3 bonnes phrases. Mais alors dans quel État sommes nous? Tout sauf dans un État de droit.

  2. A CAUSE DES MAUX SUIVANTS, LE PEUPLE MALIEN DOIT FAIRE PARTIR ibk
    – AUCUN SOUCI D’IBK POUR NOS ENFANTS (RISQUE D’ANNÉE BLANCHE) ;
    – AUCUN SOUCI POUR LA SANTÉ DES MALIENS (TOUS LES HÔPITAUX DU MALI SONT LAISSE POUR COMPTE) ;
    – AUCUN SOUCI POUR LE DEVELOPPEMENT (PAS DE ROUTES FAITES, LE CAS ÉCHÉANT DE TRÈS MAUVAISE QUALITÉ ET COUT TRES ELEVE) ;
    – AUCUN SOUCI POUR LES MILITAIRES ET LA SECURITE (BOUCHERIE DE NOS FRÈRES ET PARENTS AU FRONT) ;
    – LA GABEGIE FINANCIÈRE JAMAIS ÉGALÉE AU MALI (IL A FAIT PIRE QUE LES 23 ANS DE MOUSSA ET LES 20 ANS DE ALPHA ET ATT) ;
    BREF IBK EST UNE CALAMITE QUI SE CROIT FRANÇAIS ET N’AIME PAS LE MALI MALGRÉ SON SLOGAN CREUX. CE QUE IBK OUBLI, QUAND IL VA MOURIR, IL SERA TOUJOURS ENTERRE AU MALI PAS EN FRANCE.

    • La presse se déchaine contre notre président alors qu’il fais un travail remarquable ; le mali résiste aux islamistes et autres dangers ; notre démocratie se dévelope et il y a des progressions dans plusieurs domaines , tout ça sous une pression de guerre .IBK a réussi son job pour ma part

    • Dans un pays n’importe lequel, on ne peut parler de développement sans que l’éducation soit de qualité. Malheureusement nos Dirigeants ont laissé le secteur de l’éducation se détériorer d’année en année, avec des risques d’année blanche depuis 2016 quasiment.
      Avec un pays essentiellement analphabète et non intellectuel, on ne va que vers la catastrophe au Mali.
      Que Dieu sauve nôtre pays.

  3. Non tous les maux énumérés par ces acteurs , ils oublient qu’ils ont leur part de responsabilité , Choguel qu’est qu’il n’a pas fait à l’AMRTP ? gabegie , népotisme, vol sans vergogne , même étant ministre de la communication c’est dommage quand ils sont débarqués du bateau ils crient car ils n’ont plus rien à manger pauvre mali ,que le tout puissant nous épargne de ces indignes.

    • j’en est marre de toutes ces critiques contre notre président ; Les maliens ne se rendent pas compte que rétablir un pays dans un état déplorable n’est pas facile et ça prend du temps , laisser du temps azu président et vous verrez que dans quelqes années les résultats seronts la

  4. Le pays est déjà en conflit armé… !
    Il faut éviter d’ajouter à cela un climat social en ébullition permanente, avec des revendications et des manifs à n’en plus finir. Pour cela, il élire un bon Président, attendre de le voir à l’oeuvre et en tirer des conclusions réalistes à la fin de son mandat…!
    Parce que, pendant qu’on perd du temps à toutes ces mobilisations…, on travaille pas au développement du pays… On bosse pas… !
    Comme je le disais tantôt…, soit c’est la politique de IBK qui marche ou alors c’est son Régime qui vole les élections…
    Sinon, comment expliquer qu’il ait pu se faire réélire en 2018 comme Président de la République et faire gagner sa Majorité présidentielle aux Elections Législatives… ???

    Pire encore, les Candidats de son Parti ont réussi à composer des listes électorales avec des Partis politiques membres de l’Opposition pour juste se faire élire… !
    C’est pas sérieux. Il faut être cohérent dans l’Action politique.
    Comment vous pouvez composer une liste électorale avec votre ” Adversaire ” pour avoir des Députés à l’Assemblée Nationale d’une part, et d’autre part, vos Députés votent pour son Représentant à l’Assemblée pour la Présidence de cette Institution et du jour au lendemain descendre dans la Rue pour réclamer une autre Politique voire la démission de ce Président… ???
    Si lui et ses Députés ont été légalement élus avec votre complicité ( du moins aux législatives… ), vous ne pouvez pas le faire quitter le Pouvoir. Sinon que par la force et on appelle ça un putsch.

    L’Imam DICK pour qui j’ai le plus grand respect, n’a pas daigner être Candidat à la Présidentielle de 2018, ni lui et ses Partisans n’ont postulé aux Législatives.
    Il ne peut pas se cantonner dans des revendications politiques tout en refusant de se présenter lui même aux suffrages universels du pays.
    On peut pas tout le temps revendiquer pour revendiquer… C’est pas possible… Il faut proposer une ” ALTERNATIVE ” à un moment…!
    Le pays ne doit pas être en ébullition sociale permanente pendant que son Armée est en guerre…

    Comment voulez-vous qu’on puisse faire face à plusieurs fronts à la foi et construire le pays… ???

    Il faut faire comme en France. Quand un Président ne réussit pas son quinquennat…, on ne le lui renouvelle pas… Monsieur SARKOZY et Monsieur HOLLANDE peuvent en témoigner… !

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here