Gouvernance IBK : Pourquoi le RPM tient à réoccuper la primature

1

Scrutant à la loupe l’horloge et le thermomètre politique s’égrenant les minutes et secondes vers 2023, les principaux responsables du Rassemblement pour le Mali (RPM) veulent se remettre en selle en contrôlant à tout prix la primature.

Après le bref passage d’Abdoulaye Idrissa Maïga (alors 1er vice-président du parti) à la primature, le parti présidentiel tient à y revenir. Et de préférence avec son président, Dr. Bokary Tréta.

Maliweb.net C’est pourquoi les responsables, cadres et militants du parti du tisserand sont depuis plusieurs semaines, dans une sorte de rébellion pour faire trébucher l’actuel Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga. Les députés Mamadou Diarrassouba, Mohamed Tounkara, Cheick Oumar Konaté du parti vert et ormontent au créneau, depuis quelques jours pour plaider pour le réaménagement gouvernemental. « Ce gouvernement ne peut pas nous amener loin. Il faut qu’il soit revu. Il faut élargir la base sociale et politique du gouvernement », a clamé le député de Dioïla, non moins 1er Questeur de l’Assemblée Nationale, Mamadou Diarrassouba.

Sans compter que plusieurs cadres, militants et sympathisants du parti fondé par IBK ont vaillamment participé à la marche de protestation contre la gouvernance du vendredi dernier. Laquelle manifestation a encore, une nouvelle fois, appelée au limogeage du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga.

Pour les caciques du RPM, il urge que leur parti reprenne le contrôle de la primature. Sans cela, il leur sera difficile voire impossible de garder des chances de gagner les élections générales de 2023. Que vaut le RPM sans IBK ? Pas grand-chose. Et conscient de cette réalité, Dr. Bokary Tréta, Mamadou Diarrassouba, Nancoman Kéita, Me Baber Gano, Abdramane Sylla et les autres se battent en toute discrétion pour un meilleur positionnement dans le landernau politico-administratif avant d’amorcer le dernier virage du second mandat d’IBK. Toute velléité qui fragilise la cohésion au sein de la majorité présidentielle Ensemble Pour le Mali (EPM).

Ayant noté que Soumeylou Boubèye Maïga sera certainement candidat à la succession d’IBK en 2023, comme l’ont du reste annoncé récemment les vice-présidents de son parti, non moins députés, Abdine Koumaré (transfuge du RPM) et Aboubacar Bah à Ségou, le RPM s’oblige à rapidement ménager sa monture. Histoire d’aller loin dans l’après IBK. Cela leur réussira-t-il ? Rien n’est moins sûr.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Que la premiere ligne de la politique intérieure aussi bien que des affaires étrangeres soit :
    TOUT SIMPLEMENT, DEHORS LA FRANCE…!

    Personne de nous ne laissera séjourner, dans sa maison familliale , un assassin notoire, un menteur, un voleur et violeur, en plus lui offrir la clé de cette maison avec entrées et sorties libres.

    Alors, voyons-nous maintenant ce qu’ ont fait les dirigeants maliens…???

    La france ne peut soutenir le terrorisme islamiste en Libye, Syrie, Irak ,Yemen, RCA , et faire autrement au Mali.

    Laurent Fabius alors ministre des affaires etrangeres de france a haut et fort declare’ , pourque le monde entier l’entende, que le front-al-nosra faisait du bon boulot.

    Le monde entier l’ a entendu….

    Si Ilyad etait cherche’ par la france menteuse et fasciste, elle l’aurait capture’ vivant..

    Et sale sonovobitch, ou’ est la preuve que la france fasciste a tue’ Koufa???? Ou’…????

    La france a toujours tue’ les terroristes qui la genent, alors qu’ elle nous laisse tuer ceux qui nous genent, et pas les financer….

    La france ne peut soutenir le terrorisme islamiste en Libye, Syrie, Irak ,Yemen, RCA , et faire autrement au Mali.

    La france ne peut soutenir le terrorisme islamiste en Libye, Syrie, Irak ,Yemen, RCA , et faire autrement au Mali.

    La france ne peut soutenir le terrorisme islamiste en Libye, Syrie, Irak ,Yemen, RCA , et faire autrement au Mali.

    SOLUTION:

    1- LA MINUSMA DOIT PARTIR.

    2- IL FAUT METTRE FIN TOUT DE SUITE Á L’ ACCORD DE DÉFENSE PASSÉ AVEC LA FRANCE.

    3- IL FAUT METTRE FIN TOUT DE SUITE Á L’ INFILTRATION DE L’ ARMÉE MALIENNE PAR LA FRANCE SOUS LE PRÉTEXTE DE “PROGRAMME DE FORMATION ET D’ APPUI”.

    4- IL FAUT CHASSER DU MALI TOUTES CES “MOUCHES VERTES” FRANCAISES Á CARACTERE POLITICO-ÉCONOMIQUE ET MILITARO-SÉCURITAIRE.

    5- METTRE FIN Á ” L’ ACCORD DE PAIX” SIGNÉ AVEC LE TROUPES TERRORISTES.

    6-FAIRE PARLER LE FILS DE LARBIN, LARBIN GÉNÉTIQUEMENT -DONC PAR LE SANG- DJON KOUNDA, LE NOMMÉ EXOTIQUEMENT DIONCONDA TRAORÉ.

    7- CE FILS DE LARBIN QUI A FAIT APPEL Á LA FRANCE, PAR REFLEXE PAVLOVIEN, DOIT ETRE EXÉCUTÉ SUR LA BASE DE L’ ARTICLE 320 DU CODE PÉNAL POPULAIRE.

    L’ EXECUTION PUBLIQUE DE DJON-KOUNDA SERA UNE LECON DONNÉE Á TOUS CEUX QUI PRÉTENDENT AU POSTE DE PRÉSIDENT, ET QUE CE DERNIER VA AVEC UNE RESPONSABILITÉ, CAR TROP BIEN RÉNUMÉRÉ…

    Il n’ y a pas de services secret á Bamako.

    Ne rentrons pas dansles détails, mais sachons que tout le Mali est confié á orange…!

    Quelle basse-cour …!!

    Une armée infiltrée en longueur et largeur par les services francais peut-elle avoir de secret ???

    Si quelqu’ un au Mali a au moins tenter de proteger l’ armée contre cette infiltration, c’ était Yamoussa Camara. Mais il fut sacrifié par Djon-Kounda,le fils de larbin, donc génétiquement larbin, et IBK le fetard, le pleurnicheur latin, le complexé et menteur.

    La france et l’ onu, en minuscules, ont tres mal joué en voulant repéter, calquer a le scénario Syrien….

    Les mouches “mouches cadavre” , les mouches vertes francaises vont disparaitre, car seront chassées ácoups de pierres et de batons.

    Le peuple malien a tout compris…., seuls les pseudo-intellectuels éduqués au mensonge continuent le simulacre, MAIS IL SONT MINORITAIRES face au peuple…

    Comme ce fut le cas en RCA, la france va fuir le Mali la queue et le faux QCUL entre ses pattes… wait and see…!!!

    LE MALI EST EN GUERRE AVEC L’ ÉTAT PROFOND de france.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here