Réaménagement du gouvernement et récompense politique : Konimba Sidibé, le dernier servi

0
Konimba Sidibé

C’est le vendredi dernier que le Président de la république a enfin procédé au réaménagement du gouvernement tant attendu par la population. Le nouvel attelage de l’équipe Modibo Keita II a surtout déjoué les attentes et autres pronostics annoncés. Par compte, c’est plutôt la surprise du départ du Dr Treta et l’arrivée de Konimba Sidibé qui ont attiré notre attention, le Dr pour son poids politique qui le faisait passer pour indéboulonnable et Konimba Sidibé en tant que dernier servi des candidats à l’élection présidentielle qui avait rallié le candidat IBK au deuxième tour. Quant à l’autre candidat à la présidentielle, à savoir Bouri Touré, on trouvera une autre formule. Pourtant on se rappelle de cette phrase du tout nouveau président élu en son temps, il n’y aura pas de partage de gâteau, on connait la suite.
A défaut d’un remaniement ministériel, les Maliens devront pour le moment se contenter d’un réaménagement de l’attelage gouvernemental avec en toile de fond la rentrée très prochaine des mouvements rebelles dans un gouvernement d’ouverture. En attendant on fait avec le réaménagement qui a éclaboussé l’échiquier avec le départ du mastodonte Dr Treta et l’arrivée de Konimba Sidibé.
L’arrivée de Konimba Sidibé est certainement la fin de la série de récompense qui a concerné les anciens candidats à l’élection présidentielle de 2013, hormis Chato  qui est déjà député et Bouri Touré pour lesquels on trouvera une formule de récompense. Pourtant la liste était assez longue et l’on se posait la question de savoir comment l’homme de Sébénikoro allait faire pour récompenser tous ses courtisans. D’autant que l’homme en son temps avait averti qu’il n’y aura pas de partage de gâteau. Alors à l’époque l’on était sceptique au regard des pratiques politiques consacrées dans notre pays. Au même moment on accordait à IBK toute la confiance qui l’avait permis d’engranger plus de 77% des suffrages de nos concitoyens surtout que l’homme à l’époque avait tous les qualificatifs, certains allant jusqu’à le qualifier de messie au regard des défis énormes qui assaillaient la nation malienne, ça aussi on connait la suite. Alors Konimba Sidibé s’ajoute à la longue liste des récompensés politiques qui sont venus se mettre à l’abri derrière IBK , avec les stratèges comme Choguel, Mountaga , Poulo, Mara, Blaise et les autres menus fretins à qui on a offert de l’humanisme politique, ou de la survie avec des gens comme : Racine, Siaka Diarra (qui attend), Chato, Konimba et l’APR à travers un représentant au gouvernement.
Alors à quelques deux années de la fin du mandat du Président IBK, la réflexion est souvent forcement portée sur la perspective de cette présidentielle pour laquelle l’on risque de constater comme pour le deuxième mandat du président ATT, une large coalition (avec à peu près les mêmes visages, IBK remplaçant ATT) contre l’opposition menée par Soumaila Cissé de l’URD et quelques autres ténors de cette opposition.
Pour ce qui est du départ du Dr Treta, la question que l’on se pose est de savoir si son départ au regard des scandales a été négocié ou si, il a tout simplement été débarqué par le Président. Dans tous les cas le scandale est là, Dr Boukary Treta n’est plus au gouvernement. Pour se faire une idée de son poids politique, il est remplacé par 2 autres ministres, donc son département est cassé en deux. Alors il est clair que son départ constitue un vrai tournant pour le parti au pouvoir qui a régit à travers un communiqué laconique pas très explicite.
Alors ce qui est désormais sur et certain pour le président, c’est d’aller au bout de sa logique s’il y a une logique en se débarrassant totalement de Treta, donc laisser la justice faire son boulot concernant les dernières affaires de malversations financières. Ou alors en rester au statu quo et permettre à Treta de tenter de résister et de placer des pions pour sa propre survie politique. Tout compte fait, c’est un vieux routier politique qui peut emprunter des raccourcis pour se frayer un chemin et demeurer. En tout cas c’était assez osé de la part du président de se débarrasser de Treta car derrière il ya un message, donc en république du Mali désormais nul n’est intouchable, tout le monde peut être débarqué, alors que l’on s’accroche autrement.
En attendant un vrai remaniement ministériel, il est clair que ce réaménagement annonce les couleurs pour le président qui, au regard des derniers discours, semble se réveiller pour donner encore un peu d’espoirs aux Maliens, comme il le dit lui, nous espérons que le meilleur est à venir.
Ousmane COULIBALY

PARTAGER