Grand meeting du Haut Conseil Islamique du Mali : La démission du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga réclamée

10
Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga
L'ex- Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga

Hier, dimanche 10 février 2019, le Président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM), Imam Mahmoud Dicko a organisé un grand meeting au stade du 26 mars de Bamako. Outre la prière pour la paix et la stabilité au Mali, ledit meeting a été une occasion pour interpeller les autorités maliennes sur la situation difficile que traverse le Mali. D’ailleurs, le Chérif de Nioro du Sahel, Mohamédou Ould Cheickna Hamahoula dit Bouyé Haïdara, représenté par un de ses disciples, Ousmane Sanogo, aussi bien que le Président du Haut Conseil Islamique du Mali, Imam Mahmoud Dicko ont tous invité le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à limoger le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga. A défaut, les religieux menacent d’entreprendre des actions plus rigoureuses. Au cours de ce meeting, l’imam Dicko a déploré le fait que les autorités maliennes avaient l’intention d’introduire l’éducation homosexuelle au Mali. « Si les autorités maliennes ne fassent pas attention, s’ils ne fassent pas preuve de sagesse, on va leur dire de dégager », a-t-il dit.

Le stade du 26 mars de Bamako, le plus grand stade du Mali était plein à craquer hier matin. La plupart des leaders religieux du Mali étaient présent à ce meeting. Les familles fondatrices de Bamako (Niaré, Touré et Dravé) ont également pris part au meeting. Le stade était tellement rempli de monde que les forces de l’ordre, dépassées quelques moment par la masse, ont fermé la porte du stade aux environs de 10h 20 minutes avant même le démarrage officiel du meeting. Un slogan était sur les lèvres : « Boubèye dégage ». Ainsi, les travaux de ce meeting ont réellement commencé à 10h35 par la lecture du coran par Mahamane Maïga. Il sera suivi de Fodé Cissé, vice-président du HCIM qui a souhaité la bienvenue à tout le monde. Avant de souhaiter la paix au Mali. Pour sa part, Mohamed Traoré, membre du HCIM a évoqué 12 propositions faites par les leaders religieux du Mali. Parmi ces propositions, on peut citer l’application de la peine de mort au Mali, l’adoption d’un texte interdisant l’homosexualité au Mali. En outre, Mohamed Traoré a déploré l’insécurité, l’injustice, la délinquance financière, la mauvaise gouvernance au Mali. Face à cette situation chaotique que traverse le Mali, dit-il, les leaders religieux ont initié ce meeting pour prier afin que la paix revienne au Mali. « Malgré la présence de Barkhane, du G5 Sahel, de la Minusma, on assiste à des tueries au Mali », a-t-il dit. Il a dénoncé le racisme, le conflit intercommunautaire avec ses effets néfastes. A l’en croire, les autorités maliennes doivent respecter les démarches des musulmans qui composent plus de 90% de la population malienne. En outre, a-t-il ajouté, les musulmans pensent qu’ils ont leurs mots à dire dans la gouvernance politique du Pays.  Quant à Aboubacar Doucouré qui a parlé au nom des jeunes musulmans du Mali, il a fait savoir que la force d’un pays est son unité. Il a souhaité une jeunesse responsable et consciente au Mali. Pour lui, la colonne vertébrale d’un pays, c’est sa jeunesse. A ses dires, il y a un complot fomenté contre la jeunesse malienne. Pour pouvoir sortir de ce complot, dit-il, il a souhaité le réveil de conscience de la jeunesse malienne. Il a déploré l’assassinat des leaders religieux dont l’assassinat de l’imam Yattabaré. Par ailleurs, le jeune Doucouré a  mis l’accent sur la création de la plateforme des jeunes musulmans et patriotes du Mali. Pour lui, le défi de la jeunesse malienne d’aujourd’hui est l’épanouissement de la religion islamique. Il a invité les autorités musulmanes à respecter l’avis des leaders religieux. Pour sa part, la présidente de l’Union nationale des femmes musulmanes du Mali (UNAFEM), Mme Kadidia Togola a félicité les femmes musulmanes qui ont effectué le déplacement en grand nombre. Elle a déploré l’instabilité au Mali. Ensuite, elle invita les jeunes à ne pas prendre de l’alcool. Elle a également dénoncé l’homosexualité. Enfin, la présidente de l’UNAFEM a souhaité à ce que le Mali puisse sortir de l’abîme. L’imam Kassim, quelque peu hué par les manifestants, a au nom de Chérif Ousmane Madani Haïdara salué tout le monde. Avant d’ajouter que le Guide Chérif Ousmane Madani Haïdara n’a pas pu prendre part à ce meeting parce qu’il est hors du pays.

« Il faut arrêter ce cirque au centre du Mali »

L’intervention tant entendue a été celle du représentant du Chérif de Nioro du Sahel, Mohamédou Ould Cheickna Hamahoula dit Bouyé Haïdara. D’entrée de jeu, l’imam Ousmane Sanogo a, au nom de Bouyé Haïdara, déploré la mauvaise gouvernance au Mali. Avant d’ajouter que Bouyé est contre le président IBK. Il a également souligné que Bouyé soutient tous ceux qui sont contre le pouvoir IBK. « Le message que Bouyé m’a dit de livrer est ceci : Bouyé invite le président IBK à se protéger et se sécuriser, à protéger et sécuriser le peuple malien et à protéger et sécuriser le Mali. Et selon Bouyé, le sauvetage du Mali ou du moins, la sécurisation et la protection du Mali passe par la démission du Premier Ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, chef du gouvernement. Si le président de la République fait cela, ça sera une bonne chose mais dans le cas contraire, tout peut arriver. Après les élections présidentielles de 2013, Bouyé avait demandé au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta  à ne pas nommer Soumeylou Boubèye Maïga comme ministre de l’intérieur, comme ministre des Affaires étrangères, comme ministre des finances, et comme Premier ministre », a déclaré l’imam Ousmane Sanogo au nom du chérif de Nioro, Bouyé Haïdara. Par ailleurs, il a fait savoir que l’imam Dicko a refusé les 50 millions de FCFA du chef du gouvernement pour la préparation du meeting. Enfin, il a souhaité la paix au Mali et la prise en compte par les autorités maliennes de l’avis des musulmans qui composent 95% de la population malienne. Le président du Haut conseil islamique du Mali, imam Mahmoud Dicko dit avoir refusé les 50 millions de FCFA de Boubèye tout en acceptant les 50 millions de Bouyé Haïdara pour la préparation de ce meeting. Il a invité le président IBK à limoger Boubèye comme souhaité par le Chérif Bouyé. S’il ne fait pas ça, dit-il, des actions d’envergure surgiront. « L’essentiel, c’est le Mali. Il faut que le peuple soit débout. Pourquoi ce conflit intercommunautaire maintenant ? Parce qu’il y a un complot. Ils veulent nous distraire pour s’occuper de l’essentiel », a-t-il dit. A l’en croire, ce ne pas une question peul mais une guerre contre l’islam. « Il faut arrêter ce cirque au centre du Mali », a souligné Imam Dicko. Il a invité les ethnies maliennes (Peul, Dogon, Bozo, Boua) à savoir raison garder. En outre, Mahmoud Dicko pense que les autorités maliennes ne sont responsables de rien. Il a saisi l’occasion pour régler ses comptes avec la France qui, selon lui, ne doit pas continuer à diriger Mali. Aux dires de Dicko, le temps de la colonisation est révolu. Il a interpellé les autorités maliennes face à leur intention d’introduire l’éducation homosexuelle au Mali. « Si les autorités maliennes ne font pas attention, s’ils ne font pas preuve de sagesse, on va leur dire de dégager », a-t-il dit. L’imam Dicko a souhaité la paix, l’union au Mali. « Il faut resserrer les rangs parce qu’il s’agit de notre patrie. L’union sacrée autour de pays », a souhaité Mahmoud Dicko. Enfin, il a déploré l’assassinat de Abdoul Aziz Yattabari. Lors de ce meeting, une Déclaration du HCIM a été lue par son secrétaire général, Mamadou Diamoutani. « Nous, musulmans du Mali, rassemblés ce jour 10 février 2019 au Stade du 26 Mars à Bamako : Considérant la gravité de la situation sécuritaire depuis un certain temps dans notre pays ; Rappelant que la protection des personnes et de leurs biens fait partie des grandes missions régaliennes de l’Etat ; Constatant avec beaucoup d’amertumes la dégradation du climat de coexistence pacifique qui a toujours prévalu entre différentes communautés partageant le même espace géographique, dégradation marquée, entre autres, par la multiplication des foyers de conflits intercommunautaires avec leur lot quotidien de pertes en vies humaines ; Convaincus de la nécessité du pardon dans tout processus de réconciliation post-crise ; Convaincus également du mérite du repentir en situation difficile, tant individuelle que collective ; Déplorons que l’Etat, en dépit du soutien de la Communauté internationale, peine à apporter une réponse appropriée à la question sécuritaire dans notre pays », a déclaré Diamoutani. Avant d’ajouter que le HCIM dénonce avec la dernière énergie tous ceux qui, de près ou de loin, portent une responsabilité, si minime soit-elle, dans la survenance et/ou l’activation des conflits intercommunautaires. Le HCIM demande aux communautés en conflit, de privilégier les mécanismes de résolution des crises définis par les valeurs sociétales et religieuses. Enfin, le HCIM lance un appel à toutes les Maliennes et à tous les Maliens, de l’intérieur à pardonner, se repentir et à prier pour le Mali. Le meeting a pris fin par la bénédiction de l’imam Hachim Haïdara de Ségou.

Aguibou Sogodogo/ Ousmane Baba Dramé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. La diabolisation du PM doit cesser. LE PM EST EN MISSION POUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE!!
    Si mon chef spirituel demande le depart du PM, c’est parce que certaines personnes dans son entourage immediat lui donnent de mauvais conseils politiques.
    IBK est le president dument elu du Mali. Il choisit son PM conformement a’ la constitution! LES RELIGIEUX NE LUI IMPOSENT PAS UN PM. IBK ne doit pas ceder sous cette pression qui n’est bonne ni pour le Mali ni pour les institutions de sa republique. Si les religieux demandent et obtiennent la tete du PM, cela veut dire que tous les futurs PM et ministres seront a’ leur merci! C’EST LE PRESIDENT QUI DECIDE DE L’EQUIPE GOUVERNEMENTALE QUI DOIT L’ACCOMPAGNER. ON NE LUI IMPOSE PAS UNE EQUIPE!!!
    Je n’ai que respect et consideration pour mon chef spirituel Bouya Mouhamedou Ould Cheikhna Ahmeda Hamahoullah! Je lui conseille de prendre la main fraternelle du president IBK et de l’accompagner dans la noble mission que le peuple malien lui confie.
    President IBK, je vous conseille de continuer a’ faire confiance a’ votre PM SBM pour remplir la mission que vous lui avez confie’e!
    Je reste fier de notre chef religieux Bouya et de la communaute’ hamalliste dont j’appartiens. Cette mission politique que certains politiciens veulent imposer a’ notre chef religieux et notre communaute’ hamalliste, n’est ni pour notre chef spirituel et religieux Bouya ni pour la communaute’ hamalliste. JE LA REJETTE AVEC LA DERNIERE ENERGIE!
    ALLAH KA TIGNE’ DEME’!!!!!!

  2. Il y a un peu de surprise qu’on ait visé SBM comme “le probleme actuel”…alors qu’il n’a pas trop duré comme PM. Or les malentendus entre le chérif Bouye/l’imam Dicko et IBK daterait un peu en arrière, bien avant l’élection (avant SBM). En toute honnêteté il faut dire qu’il n’y peut avoir que deux comptes: compte personnel ou national a régler. Beaucoup de gens disent (souvent de mauvaise foi) que les contestations de ces religieux sont motivés par le compte personnel; tandis que ces derniers disent qu’ils son au dessus de cela, qu’ils n’ont pas de compte personnel …que tout le malentendu part du compte national (mauvaise gestion politique du pays, frustrations sur des sujets socio-culturel/religieux, insécurité et criminalité débordantes etc..). C’est une question morale. Moi je dirais que je croie a nos leaders religieux pour leur soucis du bien commun ( ils pouvaient facilement amasser de l’argent et fermer les yeux et dire ce qui plait au roi au détriment des maliens comme font certains chantants religieux ). Sinon personnellement, je ne suivrais jamais qui que ce soit sur fond de règlement de compte personnel! De même, je suivrai toute personne qui défend l’intérêt national.

    L’INTÉRÊT NATIONAL

    Que est ce que l’intérêt national, alors? C’est a cette question qu’il faut qu’on réponde au lieu d’étouffer le débat et créer la peur par des clichés et des accusations bidon: “le religieux sont politisés”, “il veulent la charia” “ce sont des intégristes” etc.. Revenons un peu a la raison et soyons surtout réalistes, car il y a des réalités du Mali a prendre ou a laisser:
    -le Mali est a plus de 95% musulman et il sera forcement sensible contre certains modes de vie acceptés par des non-musulmans. Il peut y avoir une centaine tolérance, mais certaines couleuvre ne passeront par nos gorges.
    – le Mali n’est pas un “état islamiste”, mais un état laïque. Le djihadisme sanguinaire qui consiste a des djihadistes étrangers (extrémistes terroristes) de fuir leurs propres pays pour venir vouloir nous apprendre l’islam alors qu’on est déjà musulmans depuis 1000 ans est inacceptable.

    IL N ‘ Y A PAS DE CONFLIT LAÏCISME VS RELIGION AU MALI

    Maintenant, dans tout ça, l’intérêt national (vivre dans la paix, dans la sécurité, en liberté, dans la justice et l’équité, dans la prospérité et dignité, dans la santé etc..) est-il islamique ou laïque? En réalité ces objectifs sont universels, mais cela n’empêche que il y a toujours de débats complexes de part et d’autre autour d’eux (ex., comment mieux les atteindre, comment les signifier ou les appliquer etc.. ). D’un coté, les religieux insistent que seule la religion pourra nous faire atteindre ces objectifs de façon efficace et bénéfique.. et accusent les laïques de naïveté psychologique qui compte trop sur la responsabilité de l’individu.., et donne trop de liberté a la promiscuité sexuelle, a l’hédonisme, a l’auto-destruction (par les stupéfiants etc..); de l’autre cote les laïques insistent que seul le laïcisme pourra nous faire atteindre ces objectifs de façon complète et accusent la religion de tende a enfreindre les libertés individuelles et imposer la charia etc.. ce débat a toujours existé et c’est partout (aux USA, France), mais personne n y détruit son pays comme nous essayons de faire!

    S’ENTENDRE AUTOUR DE L’ESSENTIEL: NOTRE PATRIE

    Dans un pays comme le notre qui a un probleme existentiel, le débat ne s’agit pas question d’une ou l’autre (laïcisme vs religion)… Seul les plus cyniques veulent centrer le débat ainsi! Nous sommes tous maliens, nous sommes presque tous musulmans et le Mali (laïque ) nous appartient tous (le chérif Bouye, IBK, l’ Imam Dicko, SBM, etc..). Et imagine pendant que ce Mali sombre vers le fond de l’océan (insécurité meurtrière, conflits et déchirures intercommunautaires, jeunesse livrée aux drogues et l’alcool, dégradation morale inédite, tensions sociaux- politiques, sous-développement, maladies, mal nutrition et mortalité infantiles, corruption), on est la en train de créer la désunion et perpétuer la division …; au lieu de s’unir et s’entendre, apaiser nos cœurs et enfin sortir avec une solution de société responsable. Quelle malédiction nous est tombée pour qu’on devienne aussi enfantin!?

    RÔLE INDISPENSABLE DE L’ ÉTAT BIENVEILLANT

    Sans être injuste, je pense que le probleme vient en grande partie de nos dirigeants politiques actuels. Ils ne faut jamais qu’ils oublient que c’est eux qui gèrent le pays et, de ce fait, c’est a eux d’être patients, c’est a eux d’apaiser, c’est a eux d’être initiateurs de concertations et d’échange des idées; c’est a eux d’apprécier le rôle que peuvent jouer les religieux dans notre quête de sortie de crise; c’est a eux de montrer qu’ils sont musulmans eux aussi sans complexe; c’est a eux de montrer que leur objectif essentiel c’est le bien-être des maliens et non leurs intérêts politiques. Il est donc temps qu’ils changent leur mode de réponses (d’arrogance, de “ils sont- contre -nous” de payements pour achat, de diviser- pour -mieux-régner). C’est leur responsabilité de réconcilier les maliens, sans exclusion… et c’est encore bien possible, avant qu’il ne soit trop tard!
    SBM SANS TACTS: UNE BOMBE

    Pourquoi SBM est du coup ciblé par les religieux, alors que jusqu’ici il n’avait t pas grande chose a voir leur problème avec son chef ? Selon mon analyse, SBM s’est lui-même exposé. Après avoir géré/apaisé plusieurs problèmes avec “iron fist” ex.,..l’élection, manifestation d’opposants etc.., il s’est laisse emporter par l’excès de confiance et donc perdre tout sens de tact …même face aux religieux (du moins la tendance la plus puissante)…or en ceux-ci ne sont pas a jouer avec, pour ceux comprennent leur dynamique. C’est une erreur d’appréciation de la part de notre PM a un moment très inopportun ( le probleme de enseignement de l’ homosexualité, le meurtre de l’imam, les massacres intercommunautaires du centre, les cambriolages et braquages meurtriers de Bamako etc..)… c’est simplement téméraire! Si SBM aime son pays, il doit vite se ressaisir avec sagesse, au lieu de continuer a parler blablabla et finir par rendre la tache difficile a son chef. IBK actuellement ne veut vraiment pas plus des problèmes; Plutôt le vieux veut sincèrement aider le Mali avec tout ce qu’il a comme moyens, malgré les obstacles.

    PROPOSITION DE SOLUTION

    C’est bien lui SBM qui peut apaiser les choses, car il y a un vrai dilemme autour lui: les religieux veulent qu’il parte, mais IBK voit en lui sa dernière cartouche, une capacité de redresser les choses et de mettre de l’ordre dans le pays …et c’est l’impression de beaucoup de maliens. La guerre ne peut pas continuer! Si le Cherif Bouye ne veut plus se réconcilier avec IBK, Dicko lui il peut. Et SBM de son cote peut se réconcilier avec les deux. Et cela sera assez pour le reste du mandat de IBK. Mais on ira pas main vide; il y a des gestes de bonne volonté et d’écoute qu’il faut faire pour la réussite de cette réconciliation tant nécessaire aujourd’hui:

    -il faut réactiver l’application de la peine de mort (c’est important dans notre situation d’insécurité actuelle et ça peut signifier aussi quelque chose aux religieux)
    -il faut ramener l’age de mariage de filles a 15 ans (pour mettre fin au débat de mariage précoce etc..)
    -il faut durcir les pénalités contre les drogues (bon pour la jeunesse du pays et réduit la criminalité)
    -il faut réguler la vente de l’alcool et durcir les pénalités contre les violateurs (bon pour la jeunesse du pays, réduit les accidents routiers et la criminalité)
    -il faut durcir les pénalités contre la prostitution et le proxénétisme (bon pour la jeunesse du pays)

    Je ne vois pas comment une personne qui est musulman ou chrétien ou simplement morale peut dire que ces propositions sont contre la République, a moins que la république ne soit un donjon des diables!

    Vivement la réconciliation inter-malien, seule option! Imagine les dégâts que ces confrontations risqueront de causer..!

    • Pkagame, Les religieux doivent rester dans leur domaine. S’ils veulent s’ingerer dans la politique et imposer agenda, qu’ils se presentent aux elections et gagnent. Ne permettons pas a’ nos emotions de nous empecher de voir la realite’. S’ils ont joue’ un grand role dans l’election d’IBK en 2013, cela n’a pas ete’ le cas en 2018. Au premier tour ils ont soutenu la candidature d’Aliou Diallo. Au deuxieme tour, ils ont supporte’ le candidat Soumaila Cisse’ contre le president sortant IBK.
      Avec les efforts colossaux deploye’s par le PM SBM, IBK a ete’ reelu pour un second et dernier mandat de 5 ans. Franchement je ne comprends pas qu’on demande au president dument elu de limoger la personne qui est alle’e au charbon pour lui! I JUST DON’T GET IT!!! Dans le milieu Bamanan, nous disons que FISSIRIWALE’ YA MAGNI!!!!! Le president IBK ne peut pas etre FISSIRIWALE’ a’ l’endroit de SMB.
      Si IBK doit limoger SBM, il doit avoir de bonnes raisons pour agir ainsi. Pour le moment je ne vois aucune raison valable pour faire partir le PM.
      Je suis ne’ et j’ai grandi dans un milieu maure. Je suis Bamanan et j’ai une excellente maitrise de la langue et la culture Bamanan mais je suis ancre’ dans la culture maure! Le mot maure ZRIG a deux significations: Il signifie jeter, il peut egalement signifier voter! En Mauritanie quand on dit: ZRIGTLOU WOU ZIRGAK, ON PARLE DU POLITICIEN. ZRIGTLOU WOU ZIRGAK veut dire: Tu as …… jete’ pour lui et il t’a jete’. Si la riche culture maure dit que ” la parole d’un homme libre est une dette a’ sa charge, ” la meme culture maure dit aussi: MA AND AL MAKHLOUB YEKOUN YISSAMIH. En d’autres termes, tout ce qui reste au vaincu est de demander un pardon aupres du vainqueur. Ici, nous avons le vainqueur qui tend la main fraternelle aux vaincus. Je conseillerais aux uns et aux autres de prendre la main fraternelle qu’IBK leur tend.
      ALLAH KA TIGNE’ DEME’!!!!

  3. la démission De Boubey n’a rien à voir avec le Mali , ou je dirais de la stabilité du pays .
    Donc essaie à present de voir ou se situe reellemnt le probléme du pays ,et continuons toujours la priere pour le grand Mali.

    • Tu soutiens le festival des brigands? tu vois pas que même les assassins n’ont plus peur? ils tuent et se rendre tranquillement à la police ou prennent la fuite sans être retrouver par les racketteurs Policiers!

      La démission est l’œuvre des braves qui se mettent au dessus de l’indécence !

  4. Je trouve que la presse que la presse surjoue trop sur cette affaire de démission . Je ne suis pas dans la mouvance présidentielle , mais sur ce coup là je souhaite qu’il tient bon le président pour la stabilité de nos institutions. Mr Dicko n’est pas à son premier coup d’essai dans la provocation de nos institutions , il est bon de rappeler sa sortie agressive contre l’ancien procureur de la république ( Mr TASSOUGUE D. ) c’est à ce demander à quoi servent nos lois et regles ? Le premier ministre n’ira nul part un point et c’est tout !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here