L’ADEMA-PASJ, la reconquête du pouvoir en marche

1

Ayant quitté Koulouba en 2012, l’ADEMA-PASJ ne fait plus mystère de sa volonté de reconquérir le pouvoir en 2022.

C’est un secret de polichinelle : l’Alliance pour la Démocratie au Mali, Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ADEMA-PASJ), ne cache plus sa volonté de revenir au pouvoir en 2022, vingt ans après l’avoir quitté. Selon nos informations, les Abeilles sont déterminées à reconquérir Koulouba lors de la prochaine élection présidentielle et tout sera mis en œuvre pour l’atteinte de cet objectif.

Ce qui n’est possible qu’à travers un parti fort et unifié avec des dirigeants légitimes. C’est conscient de cela que le parti du président Alpha Oumar Konaré s’attèle depuis des semaines au renouvellement de ses instances. Lequel se passe sans anicroche, assure un responsable, qui promet que le prochain congrès du parti sera l’un des plus apaisés. «Vous verrez que l’unité et la cohésion du parti seront beaucoup plus renforcées au sortir du congrès», certifie-t-il.

Déjà, nousa-t-on dit, les militants travaillent à la base afin de galvaniser les troupes avec un seul mot d’ordre : faire tout pour que le parti revienne aux affaires en 2022. Ce qui est plus que plausible.

Ce d’autant qu’au-delà de son ancrage territorial, «c’est l’une des formations politiques les plus structurées du pays», souligne un observateur de la vie politique qui assure que l’ADEMA-PASJ est l’une des rares formations politiques à avoir «de véritables militants».

Selon lui, il ne fait guère de doute que le candidat du parti a toutes les chances de se faire élire l’an prochain à la tête du pays. Il suffit juste de se rendre à l’intérieur du pays pour se rendre compte de l’importance du poids électoral des Abeilles, a-t-il fait remarquer. C’est ce qui explique selon lui que tous les potentiels candidats sollicitent le parrainage des Abeilles.

Pour revenir au pouvoir en 2020, le parti va s’appuyer sur sa solide expérience électorale et l’envergure de ses cadres qui disposent d’un fief électoral. Ayant participé à plusieurs élections, les Abeilles connaissent la bataille électorale sur le bout des doigts, même s’ils n’ont pas présenté de candidat lors de la dernière élection présidentielle. N’empêche que c’est le candidat du parti qui a été le premier président démocratiquement élu de l’histoire du pays.

Seul parti dont le candidat a pu terminer son mandat à la tête du pays, le retour de l’ADEMA-PASJ au pouvoir pourrait être un gage de stabilité pour le Mali. «Une stabilité dont le pays a besoin pour amorcer un réel développement», selon plusieurs analystes.

Malgré des insuffisances et des ratés, le bilan du passage du PASJ à la tête du Mali n’est pas aussi négatif. Rien qu’à voir l’amélioration du cadre de vie et des conditions sanitaires pour s’y rendre compte. Ce qui a permis une diminution du taux de mortalité passant de près 40% à 23% et l’augmentation de l’espérance de vie. Ceux-ci sont autant d’arguments qui militent en faveur des Abeilles.

Abdrahamane SISSOKO

[email protected]

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here