Le parti Yèlèma vulgarise son projet de société

0

Le parti Yèlèma a organisé, vendredi dernier, une conférence de presse à son quartier Général sis au quartier du fleuve. Objectif : vulgariser son projet de société. La conférence était animée par Moussa Mara, président du parti.  

Selon le conférencier, le parti Yèlèma, après l’élaboration de son projet de société s’engage à le diffuser. Afin de faciliter sa compréhension aux membres du parti et aux populations. C’est une démarche, indique t-il, entreprise par le parti pour faire connaître ses propositions  face aux défis de l’heure.

Le projet de société de Yèlema porte sur 20 thèmes qui tiennent compte de tous les secteurs. La présentation de chaque thème, dira le conférencier, fera l’objet d’une conférence de presse. Le parti promet d’épuiser ces thèmes avant les élections générales de 2012. Toute chose qui permettra, selon lui, au parti d’être compris par les populations.

Le premier thème du projet de société qui porte sur la «restauration de l’autorité de l’Etat » a été largement débattu au cours de la conférence de presse du vendredi dernier. Le parti Yèlèma a profité de cette occasion pour faire connaître sa position, mais aussi, ses propositions sur cette question. Selon Moussa Mara, la restauration de l’autorité de l’Etat est un préalable au bon fonctionnement de l’Etat. Pour lui, on ne saurait parler de l’autorité de l’Etat que lorsque l’Etat exerce, convenablement, ses attributions régaliennes dans le cadre de principes clairs, que lorsque l’Etat arrive à faire respecter son autorité aux citoyens. C’est ce respect, selon lui, qui conditionne la restauration de l’Etat que chaque Malienne et chaque Malien réclament aujourd’hui. Pour se faire respecter, un Etat, poursuivait-il, doit faire face à ses missions. Des attributions qui doivent être réalisées dans le respect de certains principes. Car pour Moussa Mara, l’Etat respectable c’est  celui qui est impartial, neutre, équidistant, modeste dans la gestion des affaires publiques. Les responsables de Yèlèma regrettent l’inobservation de ces principes au Mali. Ils promettent de s’inscrire, profondément, dans la restauration de l’autorité de l’Etat. Du moins quand ils seront aux commandes du pays.

 

Abou Berthé


Commentaires via Facebook :