Législatives 2020: Les acteurs du mouvement démocratique enterrent leur démocratie !

4

Le 19 Avril 2020, s’est tenu le deuxième tour des élections législatives  au Mali. Les candidats n’ayant pas pu passer dès le premier tour, ont bataillé pour occuper les derniers fauteuils.

Le scénario est presque sorti d’un film hollywoodien, le paradoxe des paradoxes c’est cela qu’exploitant tristement les résultats provisoires du second round des législatives longtemps poussés. Dans le nord du Mali, malgré l’insécurité générale et le Covid-19, les grains de sables, les puits, etc sont largement sortis pour voter à tous les camps même si généralement, ils le font en faveur du camp présidentiel.

Des scores extraordinaires sont étalés en complicité flagrante de l’administration avec des écarts à couper le souffle : 1000, 2000, 3000 voix contre à peine 50 dans certains cas. Il y’a aussi ce résultat hors du commun de 3.000 contre 0 dans la région de Tombouctou. Parlant de cette région, un maire a pendant le premier tour séquestré les urnes à son domicile, entraînant la non-tenue du vote dans sa commune. Certaines indiscrétions ont fait savoir que c’était un coup du parti présidentiel (RPM) contre ses adversaires.

Dans plusieurs communes dans les  régions de Tombouctou, Gao et Kidal, les maires et autres chefs de fractions ont marchandé les voix contre des millions de nos francs. Ainsi des candidats ont eu des scores fleuves sans précédent. Ce hold-up s’est réalisé avec la bénédiction des groupes armés qui ont volé les urnes et les PV puis sont revenus avec après avoir arrangé le coup en faveur de leurs clients du jour. La région de Kidal a battu le record avec des candidats tous élus dès le premier tour. Pendant qu’on enlève les urnes, les PV, on bourre par ci par là. À Bamako, les candidats ont préféré marchander directement avec les clients. C’est ainsi qu’avec moins de 10.000 voix pour plus de 120.000 habitants, des candidats grâce à la couleur de leurs billets de banque, se verront rentrés sous le vestibule de Bagadadji en grande pompe. Ce phénomène de billet contre carte d’électeurs s’est manifesté dans plusieurs régions du sud de notre beau pays.

La loi électorale est ainsi violée en flagrant délit sans que personne ne soit inquiétée. Dans cette situation, le seul recours valable fait craindre le pire après le passage en force qu’il a opéré lors du premier tour.

En effet, la cour constitutionnelle est malheureusement utilisée par le président IBK pour faire passer ses députés de façon extraordinaire. Ainsi le candidat RPM de Tombouctou, de 48,68 %  dans les résultats provisoires s’est vu octroyé 50,38 % dans les résultats définitifs. Jusqu’à ce jour l’on se demande d’où sont sortis les 2 % et poussières qui l’ont élu car aucun recours n’a été approuvé, et il n’y a eu aucune annulation de voix. La démocratie malienne qui souffre, a été complément enterrée par ses acteurs qui sont devenus en plein midi des véritables brigands.

Khalil

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. La democratie malienne a ete’ enterre’e a’ partir du jour ou’ les acteurs du mouvement democratique ont pris gout a’ l’argent facile. Tout d’un coup ils se sont rendus compte qu’ils peuvent detourner des sommes colossales des caisses de l’etat sans ete inquiete’s! Ainsi les fonds destine’s aux projets de developpements qui etaient des amortisseurs sociaux, ont ete’ detourne’s! Au moment ou’ les dirigeants corrompus contruisaient des villas et deposaient des milliards dans leurs comptes bancaires, les maliennes et les maliens croupissaient dans une misere endemique!
    La succession rate’e du president Konare’ n’a pas arrange’ les choses car tonton ATT est plus prepare’ pour diriger une organisation humanitaire que d’etre le president d’une republique ou’ plusieurs politiciens pensent que la politique est synonyme de mensonge et de trahison! L’invitation des jeunes militaires sur la scene politique a ses origines dans l’ere Alpha Oumar Konare’! Il va sans dire que la naissance du terrorisme dans la zone n’a fait qu’augmenter le probleme de maniere exponentielle!!!!
    Sangare’, LE PROBLEME DU MALI N’A PAS DEBUTE’ AVEC IBK!!!!

  2. M. Jacques Chirac (Paix a son Ame) avait dit lors de sa tournee en Tunisie que la democratie c’est de luxe pour les pays africains; a l’epoque on l’avait traité de toutes sortes de mots, mais l’histoire lui a donné raison.

    Je prefere un dictateur qui aime son pays plus qu’un democrate laxiste qui n’aime pas son pays.

    C’est lamentable.

  3. Khalil, Battez vous! Ce Discours là, laisse vert Ce Pouvoir.
    Il faudrais avoir une Conscience pour voir et Reconnaitre les derives que vous vous dennoncer Mais Ceux qui te Gouvernent n’en ont pas!
    Des petites Personnes avec des Ego surdimensionnés, Nostalgiques de nos dignes et fiers Ancêtres dont eux même n’en merite pas d’être leurs Heritiers. L’honneur, la Bravoure, l’honneteté…. Ne sont pas genetiquement transmissibles. On s’en abreuve, on les nourris,les developpe, on en fai vision.
    Qu’est ce que je veux qu’on retienne de moi après ma mort? Ka reponse a cette question doit aider a savoir quel attitude tenir. Ouuf.

  4. Les acteurs du mouvement démocratique ont enterré la démocratie ??????
    IBK EST UN ACTEUR DU MOUVEMENT DÉMOCRATIQUE ?
    Le public malien a t’il entendu le nom IBK avant l’élection D’ALPHA OUMAR KONARE en 1992?
    Peut on citer un seul acteur du mouvement démocratique qui travaille avec IBK?
    IL SERAIT COMPRÉHENSIBLE DE DIRE QU’IBK A ENTERRÉ LA DÉMOCRATIE MALIENNE.
    Il faut rappeler avec insistance pour que ça rentre dans l’esprit des IDIOTS DÉRANGEANTS que les acteurs du mouvement démocratique ont fini leurs missions le 8 juin 1992 quand le président élu par les maliens a été installé.
    À partir de cette date une autre histoire de notre pays a démarré responsabilisant ceux qui ont eu la confiance des maliens dans les différentes structures de l’État.
    Du 8 juin 1992 à aujourd’hui les maliens ont élu trois présidents de la république.
    CES TROIS HOMMES POLITIQUES SONT RESPONSABLES DES PRATIQUES DÉMOCRATIQUES DE NOTRE PAYS.
    La démocratie est comme un bébé qu’on aide à grandir normalement.
    Le premier président élu, à la fin de son second quinquennat,constatant des défaillances de notre LOI FONDAMENTALE a proposé sa révision en présentant un projet.
    Des acteurs politiques soupçonnant, à juste titre, une prolongation du mandat présidentiel, ont rejeté.
    Le deuxième président élu a été incapable de corriger les défaillances en deux quinquennats.
    Depuis 2013,la signature de l’accord d’Alger empeche toute modification de notre LOI FONDAMENTALE, le soupçon pesant sur la répartition du pays.
    L’organisation catastrophique de cette élection législative, l’enlèvement du CHEF DE FIL DE L’OPPOSITION, des activités politiques pour empêcher l’élection d’OUMAR MARIKO, l’utilisation de la cour constitutionnelle pour imposer des candidats sont des signes qu’on veut faire passer une LOI FONDAMENTALE taillée sur mesure pour satisfaire la France.
    Le dernier président élu l’a été suite à la prise de notre pays par les jihado-separatistes entraînant HYPOCRITEMENT l’intervention française.
    AVEC CETTE INTERVENTION, LA DÉMOCRATIQUE MALIENNE A ÉTÉ PLACÉE ENTRE PARENTHÈSES.
    On organise les élections pour légitimer un président nommé par la France qui agit en fonction de ses instructions.
    ON A INTÉRÊT À ARRÊTER AVEC SES QUERELLES INFANTINES ACCUSANT PERMANEMMENT LES ACTEURS DU MOUVEMENT DÉMOCRATIQUE POUR ATTAQUER L’ENNEMI RÉEL QUI EST LA FRANCE.
    La démocratie a été enterrée, pas par les acteurs du mouvement démocratique, mais par la France avec la complicité de celui qu’on a nommé abusivement KANKELETIGUI.
    LA FRANCE N’ACCEPTERA JAMAIS LE CHOIX DU PEUPLE MALIEN TANT QUE SON ARMÉE EST INSTALLÉE AU NORD DE NOTRE PAYS.
    L’ennemi du peuple malien, ce n’est ni IBK, ni les séparatistes, ni les jihadistes, mais la France.
    La France a décidé, à partir de jancier 2012 de d’implanter son armée au Nord du Mali pour ses ressources du sous-sol qu’elle est seule à connaître le secret.
    Pour arriver à ses fins, elle passe par les fils du pays qui ne pensent qu’à satisfaire leurs intérêts individuels.
    Au Nord les ifoghas ont une tradition de servir les intérêts de la France.
    Au sud, la France n’a pas insisté pour faire adherer l’homme politique majeur qui peut crédibiliser l’illusion de démocratie qu’elle veut faire croire au reste du monde.
    IBK a accepté toutes les conditions de l’impérialisme français pourvu qu’il reste au pouvoir.
    TOUT LE MONDE CONSTATE QU’IBK ET LES SÉPARATISTES SONT DES ALLIÉS.
    C’est clair et net maintenant.
    Personne ne peut le contester.
    On est allié quand on partage les mêmes visions.
    Les séparatistes veulent leur autonomie.
    IBK est leur allié.
    Conclusion :IBK est d’accord pour la séparation.
    La France a commencé l’exécution de son plan de séparation de notre pays par le massacre D’AGUELHOC.
    Elle a facilité l’implantation des séparatistes chassés par les jihadistes par le massacre de nos soldats en MAI 2014.
    Elle est entrain d’assurer l’implantation de l’ARMEE de l’AZAWAD en affaiblissant L’ARMÉE MALIENNE par le massacre de nos soldats dans les différents camps du Nord et du centre en apportant les BUTINS DE GUERRE.
    Les séparatistes votent pour le RPM ,bourrent les urnes car une majorité présidentielle va voter une LOI FONDAMENTALE qui valide la partition du pays.
    Les actes sont sous nos yeux, vous etes entrain d’accuser les acteurs du mouvement démocratique.
    Les maliens ont intérêts à arrêter ces querelles mesquines pour s’attaquer à la France.
    Attaquer la France, c’est dégager son laquais IBK pour mettre en place une transition qui va moderniser notre démocratie afin que le peuple soit l’arbitre du jeu démocratique.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here