Les maux de la démocratie africaine : Des Républiques déguisées en démocraties

7

Celui qui se donne pour tâche de parler des maux de la démocratie malienne, voire africaine, s’attèle à une lourde tâche tellement ces maux sont innombrables. Le favoritisme régnant dans la plupart de nos démocraties est une conséquence notable de leur caractère élitiste.

 

La démocratie dans la plupart des pays africains reste victime d’une confusion tellement patente que nous nous demandons s’il existe une différence notable entre elle et une République antique. Faisons un peu de cours de politique. À prendre le mot « République » à son origine, on se rend compte qu’elle dérive de deux mots grecs : RES qui signifie « chose » et de PUBLICA désignant le « public ».

À s’en tenir à cette explication, nous arrivons à la compréhension qu’une République est une « chose publique ». Cela voudrait dire que la République est un pouvoir qui se veut légitime et dans lequel la souveraineté appartient au peuple. Tel était la position défendue par l’intellectuel français du XVIIIe siècle, Jean Jacques Rousseau, qui donne cette définition remarquable de ce régime : « J’appelle donc république tout État régi par des lois (…) car alors seulement l’intérêt public gouverne, et la chose publique est quelque chose. Tout gouvernement légitime est républicain (…) (En note) : Je n’entends pas seulement par ce mot une aristocratie ou une démocratie, mais en général tout gouvernement guidé par la volonté générale, qui est la loi (…) alors la monarchie elle-même est république. » (cf., Le Robert).

À ce premier niveau, il n’y a aucun doute, la République équivaudrait à une démocratie. Mais prenons ce mot dans un sens plus précis qui est celui dans lequel un intellectuel de l’Antiquité, Platon, l’employait. Nous nous rendons compte que les démocraties modernes africaines recouvrent plutôt ce second sens qui est celui de l’élitisme.

Pour faire bref, rappelons-nous de cette fameuse phrase de cet intellectuel qui a fait date : « Les Maux de la cité ne cesseront que lorsque les authentiques philosophes gouverneront ». Il poursuivait en ajoutant : « Il faut que les philosophes deviennent rois ou que les rois apprennent à philosopher ». Phrases diversement interprétées parce que mal comprises dans la plupart des cas. Celui-ci voyait comme République un régime au sein duquel ce sont les élites qui sont appelées à gouverner. La gouvernance républicaine doit devenir une question de spécialisation, de formation intellectuelle.

C’est comme si on disait que la gouvernance est réservée à une certaine catégorie de citoyens pendant que d’autres en sont exclus. Dans cette République platonicienne, on se rappelle que les esclaves se devaient d’être esclaves, les gardiens (les militaires) devraient rester dans leur classe sociale. Ainsi, les élites se perpétuent dans leur catégorie. Pareil pour les esclaves et les gardiens. Cet élitisme ne devait souffrir d’aucun mélange si on ne voulait pas voir la cité s’émietter à cause des guerres.

Cette vision républicaine ayant marqué l’antiquité n’a connu aucun changement dans les régimes dits démocratiques africains où on a l’impression que cet élitisme reste en vogue. Le peuple est jeté comme épave puisqu’il n’est jamais concerté, son point de vue n’est jamais pris en compte dans les décisions phares touchant la vie de la nation, pendant qu’il devait être le souverain comme le veut une vraie démocratie.

Des indépendances à nos jours, nous avons l’impression que ce sont les mêmes classes politiques qui gouvernent après avoir engagé une lutte farouche lors des élections. Une période durant laquelle on se rend compte encore de tout le caractère élitiste de ces démocraties. Les candidats ayant suffisamment d’argent pour corrompre les dirigeants sont les seuls habilités à gouverner. C’est alors des démocraties à gouvernance bourgeoise. Les élections constituent une période idéale pour constater la lutte entre plusieurs bourgeois à la course pour le même poste de gouvernance. Du coup, la classe pauvre se trouve écartée de la gestion du pouvoir. Rien qu’à s’en tenir aux frais de candidature qui s’élèvent à 25 millions FCFA au Mali, on se rend compte que les pauvres n’ont pas droit à la parole.

Pour transcender ce cadre électoral, il convient de remarquer qu’au sein de l’Assemblée nationale, les députés au lieu d’être la voix de leur peuple respectif, adoptent des principes n’allant que dans leur propre intérêt, et cela, à l’insu du peuple qui ne se rend compte de cela qu’après adoption. Tous ceux-ci montrent que dans nos démocraties le vrai souverain est écarté de la gestion du pouvoir pour ne faire place qu’aux élites qui gouvernent selon leur propre humeur.

Ces Républiques  déguisées en démocraties constituent un obstacle pour le développement des pays africains confrontés à ce problème. Cet élitisme constitue une violation des droits de l’homme ainsi que des principes démocratiques. À ce titre, on ne doit pas le laisser passer. Les maux de la démocratie africaine, voire des démocraties dans le monde, sont innombrables.

Fousseni TOGOLA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Recherchez le sens de la citation plutôt dans la relation entre politique et éducation et non politique et formation et rectifier l’analyse en conséquence.
    Considérez le Premier Ministre Britannique May Thérèse dans ses actes et ses discours, vous vous apercevrez que Platon avait raison et que les Britanniques ne se sont pas trompés dans leur choix, contraire contrairement aux cas Sarkozy et de Trump.
    Heureusement que la bonne application des règles de démocratie permet toujours de rectifier le tir.
    Oeuvrer toujours dans le sens de l’amélioration de ces règles et de leurs conditions d’application, est la seule voie de faire comme les autres sans délai

  2. 👤COMBATS IDEOLOGIQUES👤😂 FARAHOUNA DENW YE MAH SEBE DENW YE! ADAMA DENW YE BALAWOU NI YOUROUKOU YOUROUKOU DENW YE!😂

    🔆😎FAAROH FIN DENW, LES EFANTS DES FAAROHS NOIRS SONT DES HUMANISTES!😎🔆
    😂🐏LES ADAMA DENW, LES ENFANTS DE ADAMA ET DE EVE, LES ABRAHAMIQUES SONT DES USURPATEURS ET DEBILISATEURS INHUMAINS!🐏😂

    🔆VOILA UNE DIFFERENCE CAPITALE A RETENIR PAR TOUS!🔆

    😎LA DEMOCRATIE DEMAGOGIQUE ABRAHAMIQUE EST UNE RELIGION ABRAHAMIQUE TOUT COMME L ISLAM LA CHRETIENETE ET LE JUDAISME, IMPOSEE POUR IDIOTISER LES PEUPLES ET ANEANTIR LEUR EFFORTS ET PUISSANCE DE PERCEE, LES AFFAIBLIR, ANEANTIR ELIMINER PUIS S ACCAPARER LEURS TERRES ANCESTRALES, LES SURVIVANTS N ETANT QUE DES COQUILLES VIDES!😎

    • Quand les Ecritures parlent de l’egalité devant Dieu et devant ses Lois, elle veulent parler de democratie qui est le pouvoir par la majorité qui est la definition originale du concept DEMOCRATIE. Que ce pouvoir s’exerce directement par le peuple ou par ses representant, les representant du Peuple est une autre chose. Donc on peut dire que la Republique et la Democratie sont des mots interchangeables dont nous avons à l’opposée la Monarchie qui est la concentration des pouvoirs dans les mains d’une seule personne, ou d’une famille dysnatique alors que dans une Republique, ce sont les institutions et non un homme fort qui gouvernent. Ce que nous avons en Afrique est quelque chose a mi-chemin entre Monarchie et Republique: Une sorte de presidence Monarchique.
      De toute façon depuis l’avenement de Christ/Messie, la question qu’on doit se poser est de savoir si nous voulons cette Democratie sous le Naturalisme telle que preconisée par les soit-disant philosophes des Lumières ou sous la Revelation.
      DEMOCRACY UNDER NATURALISM VERSUS DEMOCRACY UNDER REVELATION.
      Il ne faut pas aussi perdre de vue que quand Dieu a saisi l’Empire Romain et en a fait don aux pauvres et esclaves dans cet Empire, il a laissé des instructions claires comment cet Empire devrait être gouverné ou geré pour le bonheur de chaque croyant, d’ou le Nouveau Testament, qui veut dire que l’Empire Romain étant desormais devenu la propriété de Dieu, le proprietaire Lui même a laissé des instructions pour sa gerance dans la Justice, l’égalité et les chances d’opportunités pour tous.
      Ca, c’est la DEMOCRATIE REVELEE…..comme le paganisme aussi a sa democratie. Même cette democratie fut rejetée par les pères Fondateurs de l’Amerique qui n’étaient pas des croyants.

      LHomme Faust
      Boston, MA. USA

  3. La démocratie en Afrique , c’est comme si on porte un habit qui nous appartient pas ! A partir du moment que notre démocratie est laissé au libre appréciation des occidentaux , c’est leurs intérêts qui passeront avant celui du peuple

    • 👤COMBATS IDEOLOGIQUES👤😎 LA DEMOCRATIE EN AFRIQUE ET EN EUROPE MEDIEVALE AVANT L INVASION ABRAHAMIQUE ETAIT LA VRAIE!😎

      👤MERCI MADOU! CETTE DEMOCRATIE EST EN REALITE UNE DEMAGOGIE! UNE NOUVELLE RELIGION AVEC SES CROISADES ET AUTRES TYPES DE GUERRES SAINTES DURANT LESQUELLES LES TERRITOIRES SONT ANNEXES ET LES PEUPLES ENTIERS BATARDISES CAR DEPOURVUS DE LEURS AMES ET LEURS HISTOIRES ET CULTURES DE SAVOIR FAIRE! AINSI ILS CREENT DES IDIOTS A LEURS ECOLES! …COMMENT PEUT ONT ETRE CREATIFS SI CONSTAMENT A L ECOLE DE L AUTRE ET NOS SAVOIR FAIRE JUGES NAIFS, NATIFS, NILS, NE AIR!👤

  4. Il ne faut pas perdre de vu ceci, les pays dits démocratiques en Occident et en Amérique ont fait aujourd’hui plus de trois cents ans de chemin dans cette démocratie, mais encore ils continuent à poser des actes anti-démocratiques face à leur peuple, ce fut le cas de la trahison qu’a subit Ségolène ROYAL en France en 2007 pour être battue par Nicolas SARKOZY, aussi ce fut le cas plus récemment de la trahison imposée au parti démocratique des États-Unis pour que TRUMP puisse battre HILLARY CLINTON en novembre 2016. Au vu de l’ensemble de ces bêtises dans les plus grandes démocraties du monde, peut-on espérer une situation plus améliorée pour des états africains qui n’ont que trois de décennies de parcours dans cette démocratie? Sans compter que l’Afrique n’a eu que des tribus qui se sont toujours battus sans cesse et sans merci, à ce titre le pouvoir est toujours dirigé de façon clanique et pour lutter contre cet aspect et aplanir les clivages imposés aux peuples africains depuis des siècles durant, cela prendra beaucoup de temps encore. Tous les pouvoirs africains sont mis en place de façon clanique avec l’instauration du népotisme, du favoritisme en foulant au sol les valeurs intrinsèques des hommes et femmes les plus capables, avec çà comment peut-on garantir et assurer un lendemain meilleur pour cette Afrique. Et il faut savoir que les clans sont sans pardon envers les hommes et le femmes les plus capables qui n’en font pas partis, c’est ainsi que nait contre eux (les hommes et femmes les plus capables), des égos trop fort, des méchancetés inutiles, des jalousies sans fondement et des mensonges ignobles du clan au pouvoir, aucun pays ne peut se développer avec de tels comportements. Donc pour assurer un espace démocratique digne de ce nom, il faudrait encore plusieurs décennies afin que les hommes et les femmes de nos pays puissent savoir dans leur conscience sociale qu’il faut bannir ce clanisme pour un lendemain meilleur des enfants de nos pays africains.

  5. Je ne sais pas pourquoi les africains étaient choqués quand Jacques Chirac avait affirmé lord ‘une visite en Côte d’Ivoire que les africains ne sont pas mûrs pour la democratie. Plus d’une vingtaine d’années après cette declaration, nous nous rendons encore à l’évidence. Cessons de nous mettre la poudre aux yeux.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here