L’opposition dans la rue : Une marche de trop ?

6

Malgré la situation du pays qui a besoin de cohésion, l’opposition malienne compte marcher ce samedi. C’est finalement devenu un sport favori à chaque fois que cette opposition veut attirer l’attention sur elle.
En marchant samedi, qu’est-ce que l’opposition veut prouver aux yeux de l’opinion nationale et internationale ? S’interrogent bon nombre de Maliens.
L’opposition marche, pour dit-elle, protester contre la nouvelle loi électorale, la censure de l’ORTM, la tenue des concertations nationales et enfin, le retour de l’ancien Président Amadou Toumani Touré.
Pourtant, à voir point par point, les raisons ayant conduit l’opposition à projeter cette marche, aucun d’elles (raisons évoquées) n’est en effet, réaliste jusqu’ici. Car, à commencer par les concertations nationales qu’elle demande, tout le monde sait qu’elles ont été prévues à se tenir en 2017, tel que l’a annoncé le Chef de l’Etat devant la Tribune des Nations Unies.
S’agissant de la nouvelle loi électorale, le sujet a été longuement débattu à la représentation nationale et le juste milieu a été trouvé le jour où ladite loi a été votée à la majorité absolue. Et cela, dans un exercice purement démocratique que tout démocrate doit accepter.
Mieux, d’importants amendements ont été apportés, notamment sur l’épineuse question du parrainage des candidats lors des éventuels scrutins présidentiels.
Sur la question relative à la censure de l’ORTM que l’opposition se lamente d’avoir subie, il est important de souligner que dans l’histoire de la vie démocratique de notre pays, les cameras et les micros des médias publics, n’ont jamais été aussi accessibles que de nos jours.
On le constate si fièrement que toutes les conférences de presse et autres activités politiques de l’opposition sont couvertes et relayées au quotidien par les médias publics.
Au stade actuel, s’obstiner à réclamer le retour d’ATT relève de la farce pour deux raisons :
Premièrement, lors des rencontres en cascade à Koulouba il y a quelques semaines, le Président IBK a bien fait entendre qu’il n’a rien contre son prédécesseur. Deuxièmes, l’opposition se sert du nom d’ATT pour se faire de la foule sans consulter l’intéressé lui-même en amont.
Autant de raisons qui fondent à croire que les partis politiques de l’opposition veulent tout simplement amuser la galerie. Autrement, elle concocte une marche de trop pour marquer son existence. Dommage !
Moussa K Konaté, Politologue

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Cet article ne ressemble guère à celui d’un politologue. D’abord sur la forme, on constate assez de fautes d’orthographes. Sur le fond, quant un scientifique traite un sujet, il doit observer une position de neutralité dans le traitement des informations. Vous adoptez malheureusement une position partisane M. le politologue. J’ai l’impression que vous êtes le conseiller du Président de la République. “On le constate fièrement que toutes les conférences de presse et autres activités politiques de l’opposition sont couvertes et relayées par les médias publics” Bref, vous n’êtes pas pertinent et votre article n’est pas scientifique. Ne devient pas politologue qui le veut. Il faut rendre compte des faits en prenant de la hauteur dans leur traitement. Bon courage M. le politologue malien!

  2. “… le Président IBK a bien fait entendre qu’il n’a rien contre son prédécesseur…” Moussa K Konaté tu l’as cru??????? Pourqoi IBk a-t-il pris un Decret transformant le logement qu’Alpha avait attrinue a ATT en “Maison de Passe Internationale” ou (Villa des hotes ou je ne sais plus)? Veux-tu que j’enumere toutes les fois ou IBK n”na pas dit la verite”? Et au dela, les raisons pour marcher sont legions dans ce pays ou IBk ne sait plus ou donner de la tete.

  3. Cet article est tendanciel et sa lecture ne nous apporte rien . Le nouveau code électoral est une insulte grave de la révolution du 26 mars . Que l’auteur sache que ses concitoyens ont perdu leur vie pour l’avènement de la démocratie intégrale. Les Acteurs de la démocratie au Mali se retrouveront un jour si non une deuxième révolution n’est exclue. Nous allons marcher au prix de notre vie .

  4. La marche fait partie des formes d’exercices de la démocratie et relève du domaine des libertés collectives. Ces dispositions sont prévues par notre constitution. Maintenant à la légalité, la légitimité chaque malien doit savoir adapter l’opportunité. Ce jugement appartient au domaine de la morale individuelle

  5. La loi électorale votée par la majorité mécanique est anti-démocratique. Le parrainage n’est pas démocratique.

    • Cette analyse démontre que ce politologue doit retourner sur les bancs pour mieux apprendre.

Comments are closed.