Mali: la cellule d’appui aux élections, nouvelle source de contestation

3

Au Mali, l’organisation des futures élections présidentielle et législatives pose déjà question. Ce sont elles qui marqueront la fin de la période de transition dans laquelle s’est engagé le Mali après le coup d’État militaire du 18 août dernier. Pour les organiser, le ministère malien de l’Administration territoriale, traditionnellement en charge de l’organisation des scrutins, a annoncé le 15 décembre la création d’une cellule d’appui au processus électoral de la transition. Une cellule qui suscite l’inquiétude, chez les acteurs politiques comme pour la société civile.

La cellule devra « appuyer » le Ministère de l’Administration territoriale « dans l’opérationnalisation des circonscriptions électorales » et « dans la préparation et l’organisation matérielle des opérations. »

Étonnement et préoccupation du Parena: Djiguiba Keita, secrétaire général du parti, rappelle aux autorités de transition les conclusions du Dialogue national inclusif, il y a tout juste un an. « C’était l’unanimité. On a dit, il faut dessaisir l’administration de l’organisation des élections. Donc la cellule est tout le contraire de cela. Mais c’est problématique parce qu’on a toujours dénoncé la mainmise de l’administration sur les élections. La solution, c’est la création d’un organe unique indépendant du ministère de l’Administration territoriale. »

Un collectif constitué d’une dizaine d’organisations de la société civile, impliquées dans les processus d’observation électorale, fait également part de ses inquiétudes. Ibrahima Sangho dirige l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali. « Quand on voit la crise post-électorale de 2020 qui a abouti au coup d’État, c’est parce qu’il y a plusieurs organes qui ont organisé ces élections : le ministère de l’Administration territoriale, la Commission électorale nationale indépendante, la délégation générale aux élections, et la Cour constitutionnelle. Beaucoup de députés se sont plaints que c’est le ministère de l’Administration territoriale qui a trafiqué leurs résultats. Une vingtaine de députés s’est plainte de la Cour constitutionnelle. Ce que nous voulons, c’est un organe unique et indépendant de gestion des élections en république du Mali. »

La charte de la transition prévoit l’organisation des prochaines élections présidentielle et législatives 18 mois après l’investiture du Président de transition. Au plus tard, donc, en mars 2022.

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Il faut donner plus de précisions sur les missions de cette cellule et aussi sur sa composition.

    Quelles seront également ses limites dans le processus électoral ?
    Comment sera t-elle composée?
    Et par qui?

    Il faut éviter de créer des organes parallèles surtout lorsqu’il s’agit des élections au risque de susciter des doutes dans les esprits.
    Si c’est le cas la transparence totale est exigée.

  2. Témoiignage ! Je m’appelle Mariam, je veux partager avec vous mon histoire.Pour tous vos problèmes, veuillez [email protected] le grand maître AZE HOUNON, il fait du miracle et je vous prom€ts que votre vie va changer en 3 jours,Alors pour tous vos problèmes,son travail est très efficace et rapide, Voici son Contact Whatsapp : 0022-9665-47777

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here