Mali: la présidentielle agitée par les accusations de fichier électoral parallèle

15
carte d'electeur

Au Mali, à quelques jours de l’élection présidentielle, la polémique continue autour du fichier électoral et des risques de fraude. Vendredi 20 juillet, l’URD, le parti du principal candidat de l’opposition Soumaïla Cissé annonçait l’existence d’un fichier électoral parallèle, avec potentiellement des électeurs et des bureaux de vote fictifs. Le lendemain, en coulisses, les rencontres et les tractations se sont poursuivies. Ce samedi, le camp présidentiel dénonce une surenchère de l’opposition.

Au lendemain de son annonce retentissante, Tiébilé Dramé, le directeur de campagne du principal candidat de l’opposition a notamment rencontré l’Union africaine. La mission d’observation est venue chercher des détails techniques, des preuves de l’existence d’un fichier électoral parallèle. Des preuves que l’URD, le parti de Soumaïla Cissé assure posséder.

Dans les rangs d’autres partis politiques, ces révélations intriguent. Ce samedi, plusieurs candidats à la présidentielle ont pris contact avec l’URD.

De son côté, le directeur général de l’élection Siaka Sangaré a lui aussi multiplié les rendez-vous ce samedi, en recevant notamment les missions d’observation de l’Union africaine et de l’Union européenne. La Direction générale des élections (DGE) a d’ailleurs convoqué une large rencontre ce lundi avec les représentants des candidats et les observateurs internationaux.

Les experts de l’AGETIC, l’agence qui a mis en ligne le fichier – et qui a fait des erreurs techniques reconnaît la DGE – « sont prêts à rencontrer les experts de tous les candidats » comme le précisait un communiqué de la primature ce vendredi.

De son côté, l’Alliance pour la solidarité au Mali (ASMA, mouvance présidentielle), le parti du Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maïga a organisé ce samedi un meeting de campagne qui a regroupé environ 5 000 personnes au Palais des Sports de Bamako, en présence du président de la République, candidat à sa propre succession. L’occasion pour répondre à l’URD, sans le citer nommément.

Par RFI Publié le 22-07-2018

Commentaires via Facebook :

15 COMMENTAIRES

  1. Un certain BITON demande sur Facebook ;

    ” … pour qui voteront notre général Amadou Toumani TOURE et sa femme Mme Touré Lobo Traore… ” … /// …
    :

    ATT et ma Sœur sont-ils de la Diaspora… ? S’ils sont considérés comme nous de la diaspora…, ils risquent d’abord même, de pas pouvoir voter, pour faute d’avoir de carte d’Electeur…
    Ou si ils votent…, leur vote risque de pas être comptabilisé… Parce que, il parait que dans le fichier parallèle découvert, les noms des Maliens de la Diaspora n’y figureraient pas… !

  2. Un certain BITON demande sur Facebook ;

    ” … pour qui voteront notre général Amadou Toumani TOURE et sa femme Mme Touré Lobo Traore… ” … /// …

    ATT et ma Sœur sont-ils de la Diaspora… ? S’ils sont considérés comme nous de la diaspora…, ils risquent d’abord même, de pas pouvoir voter, pour faute d’avoir de carte d’Electeur…

    Ou si ils votent…, leur vote risque de pas être comptabilisé… Parce que, il parait que dans le fichier parallèle découvert, les noms des Maliens de la Diaspora n’y figureraient pas… !

  3. En dehors des articles sur les campagnes de IBK et SOUMAÏLA, il n’y a plus d’articles sur rien ni personne comme candidat… Se seraient-ils partagé la presse Malienne en achetant les services de tous les Patrons de presse Maliens… ?
    Si même RFI joue leur jeu de monopole…, c’est à désespérer… !

    • A part un peu trois autres Candidats qui ont été approchés et qui sont ” coachés ” par des ” COMMUNICANTS ” Français pour donner une bonne image d’eux en Occident. Ces entreprises de com Françaises sont venues prêter main forte à l’Establishment Bamakois. Ensemble, ils ont décidé de ce que sera le Tiercé, le quarté ou le quinté de tête qu’ils vont nous servir au soir du 29 Juillet 2018.

  4. A 9 jours des élections présidentielles au Mali, l’opposition dénonce une vaste tentative de fraude. L’équipe de Soumaïla Cissé a annoncé l’existence d’un fichier électoral parallèle. Un fichier qui serait, selon le staff du candidat de l’Union pour la république et la démocratie (URD), frauduleux et différent de celui audité par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) il y a quelques mois. A la fin d’avril, l’OIF l’avait certifié : « Le fichier électoral du Mali, contenant 8 000 462 électeurs répartis dans 23 041 bureaux de vote, est suffisamment fiable pour permettre la tenue des élections générales de 2018. »

    En réponse à ces accusations, le gouvernement prétexte une erreur informatique.

    Aujourd’hui, les Maliens souhaitent connaître leur véritable fichier électoral et interpellent l’imprimerie nationale française, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et la Direction générale des élections (DGE).

    L’imprimerie nationale de France

    L’Imprimerie nationale (I.N. SA) est l’imprimerie de l’État français héritée d’une imprimerie créée en 1538 sous François Ier et qui deviendra ensuite l’Imprimerie royale instituée par le cardinal de Richelieu en 1640 à la demande de Louis XIII. C’est aujourd’hui une entreprise commerciale, dont l’État est l’unique actionnaire, et ayant le statut de société anonyme. Son président-directeur général est Didier Trutt depuis août 2009.

    Le fichier vérifié par l’OIF est-il bien celui qui a été envoyé à l’Imprimerie de France, chargée de l’impression des 8 millions de cartes d’électeurs qui seront utilisées par les Maliens pour aller voter le 29 juillet ? Ou au contraire, est-ce le présumé fichier parallèle et frauduleux qui a été envoyé ? Le général Sangaré est formel : « Il s’agit du fichier audité. Constat d’huissier à l’appui. »

    Le gouvernement a attribué le marché de la confection des cartes d’électeurs biométrique à l’imprimerie nationale de France en mai 2018. Le contrat prévoit la confection de 8 millions de cartes d’électeur.

    L’Imprimerie nationale au cœur d’une enquête pour corruption en 2009

    Une information judiciaire contre X pour “corruption d’agent public” notamment avait été ouverte dans le cadre d’une enquête sur l’Imprimerie nationale, soupçonnée de corruption dans l’attribution de marchés à l’étranger, selon l’AFP.

    Cette information judiciaire, ouverte en juillet également pour “abus de biens sociaux et recel d’abus de biens sociaux”, avait été confiée à la juge d’instruction Françoise Desset, confirmant une information du Parisien.

    Elle visait les conditions d’obtention de marchés à l’étranger par l’Imprimerie nationale, qui fabrique des documents officiels comme les cartes d’identité et les nouveaux passeports biométriques.

    L’Imprimerie était soupçonnée d’avoir obtenu des marchés en Roumanie, en Géorgie, en Syrie et au Sénégal en échange du versement de pots de vin qui s’élèveraient à plusieurs centaines de milliers d’euros, selon la même source.

    Lors d’un point de presse mardi après-midi à Paris, le secrétaire général de l’Imprimerie nationale Antoine Paoli s’était déclaré “confiant sur le fait qu’aucun salarié de l’Imprimerie Nationale n’avait perçu indûment de l’argent dans cette affaire”.

    L’organisation internationale de la Francophonie (OIF)

    En mai 2018, le Comité d’audit de l’OIF avait pourtant donné ses conclusions finales : « sur la base des résultats des analyses et des investigations auxquels sont parvenus les experts, le Comité d’audit conclut que le fichier électoral du Mali, contenant 8.000.462 électeurs répartis dans 23 041 bureaux de vote, est suffisamment fiable pour permettre la tenue des élections générales de 2018 ».

    Une même histoire de fraude présumée qui se répète en RDC, après l’audit de l’OIF

    L’audit du fichier électoral congolais par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) fait craindre de possibles fraudes. 6,7 millions d’électeurs ont notamment été enregistrés sans empreinte digitale.

    Si les experts de l’Organisation internationale de la Francophonie ont donné une bonne note à la CENI sur le caractère « inclusif, exhaustif, et actualisé » du nouveau fichier électoral, l’audit pointe l’aspect « perfectible » des données récoltées par la Commission. Trois éléments de l’audit de l’actuel fichier électoral sont particulièrement inquiétants : Electeurs fantômes » , la désinvolture, un nouveau fiasco électoral.

    Les experts de l’OIF révèle tout d’abord que 16,6% des électeurs congolais ont été enrôlés par la CENI sans empreinte digitale, soit 6,7 millions de Congolais ! Un chiffre important comparé aux 40 millions d’électeurs recensés. L’OIF affirme également qui certains électeurs ont été enregistrés en l’absence de photo ou de dossier d’inscription, sans en relever le nombre. Selon l’opposant Martin Fayulu (Ecidé), il faut également rajouter les Congolais enrôlés avec moins de 10 empreintes, et qui ont donc la possibilité de voter plusieurs fois. Pour lui, 24% du fichier électoral pourrait être frauduleux.

    Mais les découvertes des experts ne s’arrêtent pas là. À l’issue de l’audit du fichier électoral, l’OIF affirme ensuite que 400.000 électeurs n’atteindront pas l’âge de la majorité le 23 décembre 2018, jour de l’élection, et ont donc été enrôlés frauduleusement. Enfin, l’OIF estime que 2,3% des 54 millions des cartes d’électeurs vierges n’ont pas été restituées, soit 1,2 million de cartes « disparues ». La CENI affirme être à leur recherche.

    Si on cumule les 6,7 millions d’électeurs enregistrés sans empreinte, les 400.000 mineurs frauduleux et les 1,2 million de cartes vierges « envolées », on obtient le chiffre de 8,3 millions d’électeurs qui « posent problème » pour la prochaine élection présidentielle de décembre. Un chiffre qui peut largement faire basculer une élection dans un mode de scrutin à un seul tour.

    La Direction générale des élections (DGE)

    C’est faux et archifaux. Il ne s’agit pas d’une volonté de fraude, mais d’une erreur informatique. L’Agetic [Agence des techniques de l’informatisation et de la communication] héberge le fichier électoral. Il y a eu une erreur dans l’application permettant cet hébergement. Cela va être corrigé », répond le général Siaka Sangaré, président de la Direction générale des élections (DGE), l’organe chargé de la gestion du fichier électoral.

    Pourtant, au cours d’une conférence de presse animée le mercredi 16 mai 2018, le Général Siaka Sangaré, a rassuré en ces termes : « La direction générale aux élections a été créée par la loi n° 00-058 du 30 août 2000 portant loi électorale. Elle a pour missions :

    1-L’élaboration et la gestion du fichier électoral notamment ; réceptionner les listes électorales établies ou révisées par les commissions administratives et transmises par le Ministère chargé de l’Administration Territoriale ; centraliser et traiter les informations relatives aux listes électorales afin d’élaborer ou d’actualiser le fichier électoral; déterminer le logiciel de gestion du fichier électoral biométrique; publier les données relatives au fichier électoral (affichage, internet et sms ); imprimer les documents électoraux (listes électorales, extraits de listes et listes d’émargement) ;

    2-Financement public des partis politiques ;

    3- Assistance à la CENI à sa demande. Tout ceci sous la supervision de la CENI. En ce qui concerne l’actualisation du fichier électoral, le conférencier a fait savoir que le fichier électoral est arrimé à celui de l’état civil et sa mise à jour fait appel à des dispositions légales et réglementaires formant son cadre juridique et implique une série de structures intervenant harmonieusement à travers un ensemble d’opérations séquentielles constituant un mode opératoire stabilisé. Il a également évoqué les forces et les limites du fichier électoral.

    Les investigations effectuées selon lui, sur le fichier électoral biométrique audité font ressortir les éléments positifs comme :zéro doublon réel; Zéro électeur sans prénom ou nom et sans données biométriques; Zéro électeur mineur illégal (moins de 18 ans); Zéro électeur sans lieu et bureau de vote; Zéro bureau de vote sans électeurs; Zéro bureau de vote de plus de 500 électeurs.

    La Mission d’observation électorale rencontre Siaka Sangaré

  5. Erratum ;
    Avec Dramane DEMBELE pour un MALI pour nous tous.
    Avec Dramane DEMBELE pour un MALI sans Ethnocentrisme.
    Avec Dramane DEMBELE pour un MALI sans Ostracisme.
    Avec Dramane DEMBELE pour les Etudes universitaires accessibles à tout Jeune Malien.
    Avec Dramane DEMBELE pour des Ecoles de formations qualifiantes aux métiers intellectuels et/ou manuels pour tout Jeune Malien.
    On l’espère avec DRA, des cars de ramassages scolaires dans toutes les Communes rurales du MALI. Pour que l’hébergement des enfants loin de leurs parents ne soient un handicap à leur réussite scolaire. Avec des routes rurales praticables, qui permettraient, non seulement à ces cars de bien circuler, mais permettraient aux paysans d’aller écouler leurs produits, voir même exporter… Le désenclavement intérieur et extérieur du MALI…, c’est possible avec DRA.
    Le développement rural, tout comme le développement tout court du MALI est possible avec DRA.
    Avec Dramane DEMBELE pour une meilleure prise en compte de la Diaspora Malienne.
    Les Médias parlent peu du projet de société, du programme politique et de gouvernance de DRA, parce que, inconsciemment ils l’associent à IBK. Or, DRA a pris conscience mieux que quiconque des inégalités sociales criardes dans ce pays. Son offre politique apporte plus d’égalité de chance entre enfants Maliens et moins d’ostracisme.

  6. Nous disons et rappelons la vérité fait mal aux malhonnêtes et les met hors d’eux mais apaise ou et rend heureux les honnêtes

    LES CAS DE DOUBLON EST BIEN UNE RÉALITÉ QUAND LES LETTRÉS MUTANTS PRÉSIDENTS AFRICAINS SORTANT VEULENT GARDER LE BOUT DE POUVOIR QUE LEURS PEUPLES LES ONT CONFIÉ POUR UN LAPSE DE TEMPS

    EN GÉNÉRAL AVEC LEURS SBIRES LEURS MYRMIDONS LEURS HOMMES DE MAIN LEURS AFFIDÉS LEURS EXÉCUTEURS DES SALES BÉSOGNES AU SEIN DE LA COMMISSION

    ILS FONT LES DOUBLONS DES PERSONNES QUI N’ONT PAS L’HABITUDE DE REMPLIR LEUR DEVOIR D’ÉLECTRICES

    AINSI NOUS AVIONS LE CAS D’UNE DE NOS SOEURS QUI N’AVAIT PAS L’HABITUDE DE VOTER QUAND NOUS LUI AVIONS PARLÉ DE DOUBLON ELLE N’Y CROYAIT PAS

    ALORS NOUS LUI AVIONS DIT D’ALLER PRENDRE SA CARTE NINA CETTE FOIS-CI

    ET SA GRANDE SURPRISE ELLE SE TROUVE EN SITUATION DE DOUBLON COMME NOUS LUI AVIONS DIT AINSI ELLE EST TOMBÉE DES NUES

    ELLE A SON NOM DANS UN BUREAU DE VOTE DE SON QUARTIER MAIS SON NOM SE TROUVE DANS UN AUTRE BUREAU DE VOTE DANS LE QUARTIER CONTIGU Á SON QUARTIER OÙ ELLE RÉSIDE

    ET ACTUELLEMENT DES ENQUÊTES SONT EN COURS

    1)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    *les lettrés mutants mutantes maliens à l’instar de leurs homologues africains

    ne voient point leurs pays comme des étendues de terre avec ses richesses habitées par des humains qu’il faut mettre en valeur par soi-même

    mais plus tôt comme des « Pays-Gâteaux succulents savoureux qui donnent de l’embonpoint » uniquement réservés à eux à leurs familles et leurs fidèles klébars et doungourous de supporteurs et supportrices mutés

    *Ainsi les lettrés mutants et mutantes ont cette mauvaise habitude de transformer le bout de pouvoir que leurs peuples les confient pour 1lapse de temps en 1pouvoir héritage familiale clanique au détriment des intérêts de l’ensemble de leurs peuples

    *Ainsi ils font de ce bout de pouvoir 1gestion primaire primitive égoïste cupide laxiste malhonnête tyrannique de l’impunité l’injustice l’iniquité 2poids 2mesures reines de la pouriture de la gangrène de la corruption de la cupidité dans tous les secteurs de la « bouffe» des deniers publics et dons de leurs soit disant amis ennemis les « Autres »

    *Ainsi ils n’hésitent pas à baffouer piétiner déchirer leurs constitutions pour conserver le pouvoir

    *Ainsi Ils n’hésitent pas à organiser des élections truquées bâclées bafouées

    Et ils donnent à leur mode de gestion du pouvoir le nom de « démocratie à l’Africaine » que leurs soit disant amis ennemis les « Autres » appellent avec mépris « démocratie bananière des tropiques » car pour eux l’Africain n’est pas mûr pour la vraie démocratie de par les comportements des lettrés mutants africains

    2)Nous leur disons et rappelons
    *lorsque les peuples fatigués par ce type gestion réclament leur dû à savoir le pouvoir ces lettrés mutants africains s’y agrippent tels des « Sangsues »

    *les peuples alors sont obligés de leur arracher par la force leur dû seul façon de se débarrasser « d’1Sangsue »

    *ils parlent alors de « coup d’état anti démocratique anticonstitutionnel » alors que tout le temps de leur règne ils ont « bafoué piétiné déchiré » la démocratie et leurs constitutions

    *AINSI AVEC LEURS FIDÈLES KLÉBARS ET DOUNGOUROUS DE SUPPORTEURS ET SUPPORTRICES MUTÉS ILS SONT ALORS DANS TOUS LEURS ÉTATS

    ET S’AGITENT TELS DES « SATAN » ET SONT PRÊTS Á METTRE LEURS PAYS DANS UN CHAOS INDESCRPTIBLE

    AU LIEU DE S’EN PRENDRE Á EUX MÊMES D’AVOIR ÉTÉ INCAPABLES DE RÉPONDRE AUX ASPIRATIONS DE LEURS PEUPLES

    Á SAVOIR « DE VIVRE HEUREUX DE SE DÉVELOPPER PAR SOI-MÊME

    DANS LA VRAIE DÉMOCRATIE DE JUSTICE D’ÉQUITÉ D’ÉGALITÉ DES CHANCES POUR TOUS ET TOUTES

    DONT EUX MÊMES ONT BÉNÉFICIÉS AVEC LES PRÉSIDENTS DES INDÉPENDANCES NON MUTÉS FIERS HONNÊTES AYANT UN AMOUR PROFOND POUR LEURS PAYS

    *ET ILS SONT ENCOURAGÉS EN CELA PAR LEURS SOI-DISANT AMIS ENNEMIS LES AUTRES ET ORGANISATIONS

    QUI PRÉFÈRENT LES AVOIR EN FACE D’EUX

    QUE LES LETTRÉS ET INTELLECTUELS NON MUTÉS AFRICAINS FIERS HONNÊTES TRAVAILLEURS AYANT UN AMOUR PROFOND POUR LEURS PAYS

    DANS CETTE COMPÉTITION ÉCONOMICO-POLITICO-MILITARO-RELIGIEUSE-RACIALE OÙ TOUS LES COUPS SONT PERMIS SANS AUCUN ÉTAT D’ÂME POUR FAIRE MAL Á L’AUTRE POUR DÉPOSSÉDER L’AUTRE POUR ASSERVIR L’AUTRE POUR DÉTRUIRE L’AUTRE

  7. La fraude massive dont il est question est une option privilegiee par le camp presidentiel. IBK sait qu’il ne peut pas gagner l’election presidentielle sans fraude. Il n’a ni la competance ni les hommes pour gagner cette election.

    • Tu racontes du n’importe quoi. Continuer avec vos affabulations médiocres.
      Soumaila Cissé ne pèse pas grand chose au Mali.
      Je vous l’assure à 100%•
      Royez-vous que s’il y a un 2eme tour soumaila Cissé y sera?
      On verra bien.

  8. Avec Dramane DEMBELE pour un MALI sans Ethnocentrisme.
    Avec Dramane DEMBELE pour un MALI sans Ostracisme.
    Avec Dramane DEMBELE pour un MALI pour nous tous.
    Avec Dramane DEMBELE pour les Etudes universitaires accessibles à tout Jeune Malien.
    Avec Dramane DEMBELE pour des Ecoles de formations qualifiantes aux métiers intellectuels et/ou manuels pour tout Jeune Malien.
    On l’espère avec DRA, des cars de ramassages scolaires dans toutes les Communes rurales du MALI. Pour que l’hébergement des enfants loin de leurs parents ne soient un handicap à leur réussite scolaire. Avec des routes rurales praticables, qui permettraient, non seulement à ces cars de bien circuler, mais permettraient aux paysans d’aller écouler leurs produits, voir même exporter… Le désenclavement intérieur et extérieur du MALI…, c’est possible avec DRA.
    Le développement rural, tout comme le développement tout court du MALI est possible avec DRA.
    Avec Dramane DEMBELE pour une meilleure prise en compte de la Diaspora Malienne.
    Les Médias parlent peu du projet de société, du programme politique et de gouvernance de DRA, parce que, inconsciemment ils l’associent à IBK. Or, DRA a pris conscience mieux que quiconque des inégalités sociales criardes dans ce pays. Son offre politique apporte plus d’égalité de chance entre enfants Maliens et moins d’ostracisme.

  9. LES POLITICHIENS S’EN FICHENT PAS MAL DU PAYS. KOULOUBA SEULEMENT LES INTERESSE MÊME S’ILS DOIVENT MARCHER SUR NOS CADAVRES POUR Y ARRIVER. C’EST ÇA QUI EST EN PRÉPARATION. C’EST ENCORE ET TOUJOURS TIEBLE À LA MANOEUVRE. SBM CONNAIT TIEBLE POUR SAVOIR QU’IL EST ENTRAIN DE PREPARER LE CONFLIT POST ÉLECTORAL. ILS VONT BRÛLER LE PAYS ET DIRE QU’ILS ONT RENCONTRÉ LE PM TEL JOUR ET QUE CE DERNIER N’A PAS TENU SES ENGAGEMENTS. ILS SONT EN PLEIN DANS LA MANOEUVRE ET LA PRÉPARATION DE LA GUERRE SI JAMAIS SOUMI ÉCHOUE. C’EST UNE TACTIQUE CONNUE. CE SONT LES ENFANTS DES AUTRES QUI MOURRONT. TIEBLE UN DANGER ENTRE TES MAINS SOUMI. AMBA FÔ GNÔGÔN YÉ. QUE DIEU PROTÈGE LE MALI.

  10. Franchement au Mali c’est terrible!!
    Les voleurs pris la main dans le sac et on ose parler de “surenchère” de l’opposition. Hé aw tè sabali, Allah bè yé’n dè.

  11. C’est très bizarre ! La fraude allait se faire sans difficulté. Ils sont bien agités puisqu’un audit ultra approfondi va se faire. En connaissant le PM, si c’était des banalisa, jamais il n’aurait reçu Thiébilé.
    L’autre question que je me pose c’est pourquoi, à quelques semaines des élections, le PM a été reçu par le Conseiller Afrique de Macron.
    Macron qui reçoit un pays en élection à quelques semaines….étrange

    • Je vous rappelle que l’Agetic n’avait aucune obligation de publier le fichier électoral sur internet ? Elle l’a fait par bonne volonté.
      Tous les partis possèdent une copie du fichier auditée. Il faut être idiot ou débile pour tricher dans ces conditions.

      Pourquoi publier sur un site internet un fichier électoral parallèle si l’intention est de tricher?
      Au profil de quel parti politique ?

      Qui dire qu’un electeur a reçu 2 cartes d’électeur ?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here