Mali: le gouvernement rencontre les partis politiques et défend sa mainmise sur le CNT

3

Au Mali, trois ministres se sont entretenus jeudi 19 novembre avec les responsables des partis politiques du pays pour une « prise de contact » avec les partis politiques. Cela pour instaurer un dialogue entre gouvernement et la classe politique, alors que ces derniers accusent les militaires de s’accaparer du futur Conseil national de transition… et l’ont fait savoir.

« On ne s’est pas privés, on a abordé la question ! » : Kadiatou Coulibaly, représentante de l’URD et membre de la coalition M5-RFP, raconte avoir dénoncé le manque de concertation et la répartition des sièges au sein du futur Conseil national de transition (CNT). « Ils ont dit qu’ils allaient transmettre à la Présidence, relate-t-elle, mais je ne pense pas qu’ils vont changer. On n’est pas rassurés. »

Djiguiba Keita, lui, représentait le Parena : « Ils ont pris la mesure du tollé que tout ça a provoqué », estime l’ancien ministre. Son parti demande aux autorités de sursoir à l’installation du CNT et de ne pas placer un militaire à sa tête : « Ils n’ont pas répondu sur le fond, mais j’ai l’impression que ça pourrait évoluer. »

« On déplore le processus, explique à son tour Youssouf Diawara du parti Yelema, mais ils sont dans leur rôle. Nous voulons aider, même si ça doit se faire en dehors des institutions de la transition. »

Volonté de neutralité et éviter la concurrence entre partis

Des postures différentes, mais tous les participants rapportent que les ministres présents – le ministre de l’Administration territoriale, celui de la Réconciliation nationale et celui de la Refondation de l’État – ont justifié leurs méthodes auprès d’eux.

Les ministres ont-ils jugé l’implication des partis politiques indispensables pour la suite de la transition ? Leur souhait serait toutefois de préserver une certaine neutralité durant cette période et éviter la concurrence entre partis au sein des organes de la transition.

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Vraiment je les Maliens de laisser travailler Bah N’DAW et son équipe librement et en toute quiétude. HEY ALLAH Dey ! Je me demande si réellement les Maliens aiment vraiment le Mali.
    La presque totalité des Maliens le savent très bien que I.B.K. ET son régime ont provoqué le paludisme économique qui a entraîné la vidange nette des Caisses de l’état.
    Mais pourquoi venir avec une montagne de revendications et la placée sur la tête des autorités de la Transition. Or le Monde malien le sait très bien que la Transition n’a que 18 petits mois. On peut dire que c’est de la criminalité tout droit envers les autorités de la Transition.
    Comment peut-on imaginer dans un petit 18 mois les grands Cadres Politiciens et cadres syndicalistes remuent ciel et terre. L’explication est très simple ; le fait que la Transition est entrain de rouler avec une vitesse TRÈS admissible, Syndicats + Politiciens qui sont traditionnellement habitués à pratiquer la délinquance et la criminalité financieres ne veulent du tout que ces 18 petits mois de Transition soient exécutés sans leur admission dans la Transition.
    Tous ces airbags présentement consistent à faire échouer la lutte implacable engagée par le Super Président Bah N’DAW contre la corruption et la délinquance financière avec d’autres fléaux. Tout de suite, on fait sortir une analyse nette que la presque totalité des Maliens sont faux et ARCHIFAUX.
    JE prie Bah N’DAW, Assimi GOITA, Moctar OUANE et le reste du Gouvernement de fermer les yeux et boucher lès oreilles ; allez y avec la vitesse de croisière pour cette lutte Anticorruption. Vraiment L’U.N.T.M. m’a déçu m’a vraiment déçu. Mais comment une telle organisation à échelle nationale de faire 3 jours de grève. Cette organisation est très imprégnée de la situation sociale, économique et politique du Pays Mali. Mais pourquoi enfoncer le clou dans la Transition ?
    Il faut qu’on soit très logique avec soi même ; le trio de la Transition 《DAW – GOITA – OUANE 》est une équipe complète et intelligente. J’aime beaucoup le trio. Le M5 RFP est bien, mais certains Cadres veulent gros et les Cadres Militaires du CNSP ont vite compris. Mais ce sont des véritables Cadres Militaires sortis des grandes écoles.
    Je prie les Maliens de se patienter dans les 18 petits mois de Transition. La peur règne sur toute l’étendue du territoire national vue la lutte implacable contre la corruption et la délinquance financière.
    Pour finir mes commentaires, j’aimerais appeler Soumana SACKO qui possède une maîtrise parfaite dans le domaine Corruption et Malversations financières pour s’ajouter au TRIO.
    Que Dieu sauve notre MALI Amen AMINE YARABI. Merci beaucoup.

  2. “Volonté de neutralité et éviter la concurrence entre partis” une ligne de conduite tres claire, une decision tres honnete et tres vertueuse, car le CNT ne doit pas etre une boite de positionnement d’un parti contre un autre ou un parlement tradition avec majorite et opposition, mais un lieu d’unification de toutes les forces vives du pays afin de travailler ensemble et corriger les fautes et les manquements du passe! Si les politiciens continuent a se comporter comme des bebes alors il faut faire sans eux car ATT a fait sans eux!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here