Mali: l’opposition réclame des élections dans des délais rapides

1

En marge de la visite au Mali du médiateur de la Cédéao, Goodluck Jonathan, un grand nombre de partis politiques et d’associations se sont réunis, mercredi 5 janvier 2022, pour exprimer leur rejet du chronogramme prévoyant une prolongation de la transition de cinq ans. Au cours d’une conférence de presse unitaire pour défendre « les principes démocratiques du pays », ils demandent un retour à l’ordre constitutionnel par la voie d’élections dans les délais les plus courts possibles.

Au siège du Parti pour la renaissance nationale, le Parena, une dizaine de personnalités issues de tous bords politique se présentent devant la presse. Tous ici se rejoignent pour « dénoncer les velléités dictatoriales » des autorités actuelles et leur projet de prolongation de la transition.

« Totalement inadmissible »

En première ligne, Djiguiba Keïta se fait le chantre de la défense de la démocratie : « Des gens qui sont venus au pouvoir par la rue et qui veulent s’imposer par la ruse, de dix-huit mois à cinq ans, ça dépasse tout entendement. C’est un pas de recul totalement inadmissible. »

La plupart des organisations présentes avaient boycotté les Assises nationales de la refondation et rejettent les conclusions. Pour Amadou Koïta, président du Parti socialiste malien, l’organisation des élections à la date du 27 février 2022 aurait dû être la norme.

« Nous nous rendons compte que ces autorités de la transition n’ont pas été à la hauteur. Donc, il faut que nous nous retrouvions, en tant que Malien, pour décider d’une nouvelle feuille de route, et avoir de nouvelles autorités de la transition qui auront comme seule mission de sécuriser le pays et d’organiser les élections présidentielle et surtout générales pour un retour à l’ordre constitutionnel », déclare en effet Amadou Koïta.

Le risque des sanctions sur toutes les lèvres

Dans cette assemblée, le risque que le Mali subisse des sanctions de la communauté internationale est sur toutes les lèvres. C’est le cas de Zeynab Evelyne Jacques, vice-présidente de l’Alliance républicaine pour le progrès : « Non seulement nous sommes dans une crise économique, mais aussi socio-culturelle et aussi de terrorisme. Donc, avoir une sanction, ce serait très présent pour les Maliens et insupportable. »

Pour défendre ces idéaux, un rassemblement est prévu, ce samedi, devant le monument des martyrs de la révolution de 1991. Le même jour, les tenants d’une prolongation ont prévu de manifester pour marquer leur soutien aux autorités à la veille du sommet des chefs d’États de la l’instance sous-régionale, Cédéao.

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Bonjour,

    Certains semblent n’avoir pas compris ma proposition.

    Pour moi, Les e’lections anticipe’es inclusives, qui se derouleront sur cinq mois, constitueront le prelude a une transition d’un an. Ce qui n’est pas en contradiction avec les recommendations des ANRs (Assises Nationales de la Refondation).

    Certains Maliens pensent avoir le monopole du patriotisme. Chaque Malien est invite’ a apporter sa contribution pour la Refondation du pays. Cinq ans c’est trop pour la Refondation, il faut juste choisir une dure’e raisonnable ET controler la transition pour ne plus deraper.

    La CEDEAO et le communaute’ internationle doivent maintenant, aider Les Maliens a choisir une dure’e de prolongation de la transition raisonnable et qu’on peut respecter.

    Cette transition se focalisera sur l’essentiel.

    Ensemble, nous arriverons.

    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC, Gouvernance et Se’curite’
    TEL 002 2 3 95955792
    TEL 002 2 7 81204817

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here