Mali : Majorité du pouvoir – Majorité du Peuple

5

Dans nombre de nos Etats, il y a la majorité du peuple, il y ainsi la majorité du pouvoir. Très souvent, au niveau de ces deux composantes, rien  n’est définitif parce que c’est très facile de basculer d’un camp à l’autre selon le jeu des intérêts. La majorité du pouvoir, c’est ceux-là qui sont dans les bonnes grâces du pouvoir. Ils sont ceux qu’on appelle en d’autres termes les privilégiés. Ces gens-là, la justice, c’est eux ; l’argent, c’est eux ; les fonctions gracieuses, c’est eux ; la force, c’est eux. En conclusion, ces gens-là vivent dans une sorte de paradis fabriqué. Ils peuvent, s’ils le veulent, bien tricher, frauder, mentir, tromper, détourner l’argent du contribuable malien. Rien ne leur arrivera parce qu’ils sont intouchables. Dire que tout ça, ils peuvent tuer et il n’y aura pas d’enquête et même quand il y en aura, aucune piste indicative et l’affaire est étouffée. Cette majorité du pouvoir est dangereuse pour nos chefs d’Etats parce que pour sauvegarder leurs privilèges, ceux-là qui en sont les représentants sont capables de tout : menteurs, flatteurs, hypocrites, bavards. Ils font tout pour plaire au Maître des lieux en le faisant paraître comme le plus beau, le plus grand, le plus capable des hommes. Le chef lui-même ne s’en plaint nullement et pense que tout va pour le mieux dans son Etat. A la longue, il finit par se considérer comme un demi-Dieu ou alors à l’opposé un représentant de Dieu sur terre .

La majorité du peuple, c’est le bas peuple : les pauvres, les mécontents, les aigris, les méprisés, les laissés pour compte, ceux qu’on arnaque, ceux-là qu’on embastille  pour un rien, ceux-là qu’on vilipende, ceux-là qui sont facilement condamnés par la justice parce qu’opposants. Cette majorité du peuple rappelle bien le Tiers-Etat d’une certaine époque où les tracasseries de toutes sortes étaient les attributs et les épithètes de tous les jours. Il faut ajouter que la majorité du peuple, c’est la vraie majorité asservie. Au sein de cette majorité, il y a aussi certains qui œuvrent de façon propre et malpropre pour changer de statut et rejoindre la majorité du pouvoir. Tout compte fait, entre les deux majorités, c’est la rivalité, l’antagonisme outrancier. Cet antagonisme peut amener à des conflits débouchant sur une nouvelle donne. Le conflit dont il s’agit ici, c’est la foule de manifestants que chaque camp, chaque regroupement  met en branle pour montrer ses muscles et ses forces. Chacun tient à détruire l’autre pour le rendre inopérant. Au cours de cette confrontation, si c’est la majorité du peuple qui triomphe, c’est la pression, la clandestinité qui s’abat sut l’autre camp et c’est la débandade. Au revoir et adieu à toutes les revendications. Si c’est la majorité du peuple qui triomphe, c’est la révolution qui nait et triomphe et alors un nouvel ordre est rétabli et le numérateur devient dénominateur et vice-versa.

Ainsi va le Mali notre beau pays, cet héritage que nous ont légué nos ancêtres. L’Etat ne vit pas, la nation se meurt, la patrie, ou est-elle ? Nos politiciens, eux, s’en moquent et oublient que l’heure est très grave. Lorsque les intérêts personnels sont dominateurs dans un pays, ce pays va à vau- l’eau.

  Que Dieu sauve le Mali !

M.M Dembélé

 

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. L’opposition manipule les maliens pour accomplir leurs propres interets. C’est une bande d’egoiste. Si elle se préoccupait vraiment des maliens et ne les auraient pas envoye au front combattre les policiers et bruler les lieux publics.

  2. L’opposition veut voir notre pays en feu, elle eut detruire l’heritage de nos ancetres. Mefiez vous d’eux et suivez IBK, il a la sagesse et l’experience que ce pays a besoin.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here