Mali : La malédiction des présidents démocratiquement élus

4

Alpha Oumar Konaré tout comme Amadou Toumani Touré, ont vu leur cour se vider de ses nombreux courtisans à l’approche de la fin de leur mandat. Ils ont surtout la particularité d’avoir été, chacun, trahi par les siens.

Alpha Oumar Konaré, le premier président démocratiquement élu sous les couleurs de l’ADEMA-PASJ, a eu une fin de mandat assez surprenante : abandonné par les siens qui se disputaient sa succession plutôt que de l’aider à sortir honorablement. Sur son grand chantier de réforme constitutionnelle, le président Alpha Oumar s’est tellement senti seul dans le combat qu’il a dû abandonner. Son discours d’adieu traduit assez son amertume : « Nous aurions pu faire plus si la compréhension avait été plus grande, plus solidaire, de la part de certains de nos frères… ». Il se dit que le président à œuvrer pour que son successeur ne puisse pas sortir des rangs de son parti. Acte de vengeance ? C’est Amadou Toumani Touré, candidat indépendant, qui lui a succédé.

Ce dernier, non plus, n’a pas eu une fin de mandat très honorable. Alors que la question de la reforme constitutionnelle se posait et que la partie septentrionale du pays était envahie par les groupes rebelles et terroristes, ATT, le « héros de la révolution de mars 1991 » se faisait chasser par un coup d’Etat militaire. A-t-il été trahi par son entourage ? Nous ne saurons l’affirmer ici. Mais, vers la fin, beaucoup de courtisans du président ATT s’étaient transformés en grands détracteurs de celui-ci. Où est la morale politique ?

En 2013, Ibrahim Boubacar Kéita est élu président de la République. Une majorité se forme aussitôt autour de lui. Une majorité assez hétéroclite pour qu’on parle d’alliances contre nature. Ne dit-on pas que quand le vent souffle, il faut savoir chercher sa direction ! Presque tous les partis politiques se sont retrouvés dans la majorité présidentielle à l’exception de quelques uns. Aujourd’hui, beaucoup ont déjà quitté le navire et se positionnent en attendant un nouveau tourbillon, tourbillon que certains veulent provoquer dans l’espoir de bénéficier de meilleurs avantages.

Le Président Amadou Toumani Touré a dû se résoudre à accepter le « consensus politique » pour se défaire de l’assaut répétitif de certains « charognards politiques ». Cette condition satisfaite, le président n’a trouvé que des « griots politiques » pour chanter ses louanges. Vers la fin de son mandat, la cour s’est mise à se vider et quelques « amis/proches » se sont transformés en grands pourfendeurs de son régime.

Le président « IBK » n’échappe pas à la malédiction des présidents démocratiquement élus même si le registre dans lequel il se trouve, est un peu différent de celui de ses prédécesseurs. Il n’est pas au bout de deux mandats constitutionnels. Mais déjà, il reçoit la trahison de certains de ses « alliés » qui ne croient pas tellement à sa chance de se faire réélire. « C’est dans la difficulté qu’on sait reconnaitre ses amis ».

Les plus farouches ennemis du président IBK ne se comptent malheureusement pas, aujourd’hui, dans les rangs de l’opposition mais parmi ses anciens collaborateurs. Moussa Mara (ancien ministre et Premier ministre), Mamadou Igor Diarra (ancien ministre de l’économie et des finances), Racine Thiam (ancien directeur de la cellule de communication de la présidence), Oumar Mariko (allié de la première heure avant de quitter la majorité), les membres de ADP –Maliba (alliés de la première heure avant de quitter la majorité), Moussa Sinko Coulibaly (ancien ministre et proche du président IBK), Etienne Fakaba Sissoko (ancien conseiller chargé des questions économiques de la Présidence)… étaient-ils des alliés sincères ?

Quelle leçon politique retenir de tous ces agissements ? N’est-il pas temps de moraliser la politique au Mali que l’on assimile à un jeu d’intérêts personnels et individualistes au détriment de la morale politique qui voudrait que l’on ne vende pas son âme au diable mais d’avoir une certaine éthique.

Malheureusement, cette moralisation n’est pas pour demain et on est obligé d’assister pour longtemps encore cette « prostitution politique » qui ne dit pas son nom.

Sinaly

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. NON a la malediction.Je ne suis pas d’accord.La democratie n’est pas une malediction.Le choix de la democratie a ete le meilleur choix.C’est la classe politique qui n’a pas assume sa responsabilite.L’Histoire a valide l’Ouverture Politique des annees 91-92.L’erreur a ete de faire confiance a la classe politique.
    Dorenavant nous devrons rester debout et vigilants comme un lion aux aguets.
    Que DIEU Benisses et Proteges le Mali.Amine.

  2. comrades there is nothing wrong with democratically elected presidents however, in case of Mali candidates believed it was honorable not to make known incompetence of its competitors thus, incompetence plus situationally stupid men were elected as presidents. With Mali having endured such sycophants to Europe to such devastating degree as presidents citizens should now be ready for a leader who comprehend Mali world status versus where it should plus how to get us to where Mali should be. Only candidate to date having such attributes is Moussa Coulibaly.
    I as direct descendant to Mansa “Kankan” Musa plus holder of greatest “hunt would would” interrogation ability support Moussa Coulibaly for president of Mali plus will afford my “hunt would would” ability in support of Moussa Coulibaly efforts to be elected president of Mali, bring Security
    plus Order to Mali plus development of modern living for all people of Mali. No other place in world possess such access to me. Very much sincere, Henry Author(people of books) Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  3. Quelle prostitution politique?
    Ne confondez pas rester fidèle à un idéal et rester fidèle à un homme.
    Faut il rester fidèle à un homme ou à une valeur qui explique un engagement en politique?
    Apparemment l’article insiste sur la fidélité à un homme.
    Qu’ ALPHA OUMAR KONARE n’ait pas de soutiens à la fin de son mandat est tout à fait justifié.
    Il est en fin de son deuxième mandat non renouvelable .
    Que les ambitions s’expriment dans son parti pour le succéder.
    Quoi de plus normal?
    C’est connu partout la fin de mandat n’est pas propice aux réformes.
    La réforme constitutionnelle qu’ ALPHA OUMAR KONARE a initié devrait être portée par le candidat de son parti.
    Apparemment,il n’en avait pas.Une erreur fatale qui fait qu’ on confond son mandat reluisant à celui catastrophique d’ AMADOU TOUMANI TOURÉ que certains pensent qu’ il a soutenu en sourdine.
    Il aurait fait comme les présidents ghanéens en soutenant publiquement le candidat de son parti,on aurait séparé son mandat à celui criminel d’ ATT.
    ATT a fait le choix de travailler avec les opportunistes fossoyeurs des deniers publics .
    Ils n’étaient nullement animés d’idéal à part le SADI et le PARENA qui étaient pratiquement les seuls opposants à ATT après s’être naïvement fait enrôler par l’ homme du 26mars 1991.
    Les autres n’étaient pas avec lui.Mais étaient là pour piller les deniers publics .
    Il en est de même avec IBK.
    QUAND ON EST FIDÈLE À SON IDÉAL,ON PEUT PRENDRE CONGÉ DE CELUI QU’ ON A SOUTENU :
    -Soit à cause d’une divergence de gestion étatique.
    -Soit à cause de la fin du mandat de celui qu’ on a accompagné.
    Il ne s’agit pas de trahison,mais rester fidèle à son IDÉAL.
    La morale est liée à L’IDÉAL,pas à la personne.
    C’est L’IDÉAL qui fait avancer le pays.

  4. Ce manque de dignité et d’honneur ou encore de conviction est notoire dans la politique malienne. C’est triste et dommage que les hommes politiques se comportent de la sorte. Cela va même au delà de la politique car les populations maliennes devraient sanctionnées ce genre de politicien et ne lui accordant aucun intérêt. Mais la société malienne dans sa plus grande majorité a foulé au sol les valeurs morales et autres. Tout ce prévaut aujourd’hui c’est la gain de la richesse par tous les maliens même si le pays doit disparaître.

Comments are closed.