Meeting de Protestation des Partis politiques de l’opposition: « Non au coup d’état Electoral ! »

0

Sept  partis de l opposition, à savoir, l’UNPR, le  BARA, le  CNU, l’ADCAM, SADI le CD MPLO, RJP, ont organisé,  avant-hier au carrefour des jeunes de Bamako un grand meeting d’information, mais aussi  pour  exprimer leur indignation face a la situation actuelle consécutive à la place de la CENI. C était en présence de l’honorable Oumar Mariko SG du SADI principal animateur du meeting ;  M. Modibo Sangaré, président de l’UNPR ainsi que des représentants de plusieurs partis membres de l opposition  et nombreux militants.

« Allons-nous accepter  une CENI sans les partis politiques de l’opposition ? Une CENI au sein de laquelle siège une société civile  sauvée de sa noyade  morale ? ». «La reforme constitutionnelle, un coup d’Etat contre la démocratie malienne !». Tels étaient les slogans forts de  cette rencontre  dirigée par Dr Oumar Mariko.

Selon les organisateurs, le ministre Kafougouna Koné s’est engagé dans des manœuvres visant à exclure les partis politiques de l’opposition de la CENI. Les preuves de cette exclusion, à leur avis, dateraient du 04 Aout 2011 à travers le courrier N1898Matcl /SG adressé au président du SADI pour désigner son représentant devant siéger à la CENI.

Cette correspondance est survenue suite au constat d’échec des négociations entre majorité et opposition par rapport à l’interprétation du partage  équitable des dix sièges revenant aux partis politiques. Il est à rappeler  que le 31 juillet 2011, l’opposition,  à travers une correspondance adressée au Ministre de l’administration Territoriale et des collectivités locales a tenu la majorité, responsable de l’échec des discussions puisque dit-elle, ne voulant pas se départir des conceptions mécaniques de la répartition équitable en maintenant sa position de 9 sièges pour la majorité  et de 1 pour l’opposition. L’Honorable Oumar Mariko a laissé entendre que  contre tout entendement, le Ministre Kafougouna a décidé de faire passer en contrebande un projet de texte portant mise en place de la CENI lors du conseil des ministres du Mercredi 7 Septembre 2011. Une décision qui ne fut pas du goût de l’opposition laquelle exige le respect de la  loi en son article 4 qui stipule que dix membres  seront désignés par les partis politiques  suivant une répartition entre les partis de la majorité et ceux de l’opposition. Et, poursuit l’orateur, c’est un transhumant politique, à sa voir Moussa Konaté qui a été choisi par le ministre au nom  de l’opposition. Toute chose, souligne le Dr Mariko, assimilable à un coup d’Etat  planifié par le pouvoir pour exclure l’opposition de la CENI.

Dans leur déclaration liminaire, les partis de l’opposition soulignent :
1-La crise actuelle et toute celle qui seront provoquée cette année pré électorale sont consciemment orchestré, alimenter et entretenu par le gouvernement et les partis qui les soutiennent. Le peuple malien doit réussir la mobilisation pour remettre l’opposition dans ses droits car cette  première tentative est le test  initial auquel le gouvernement soumet le peuple comme la répétition de ce qui se prépare autour du fichier électoral, du referendum, des cartes d’électeurs et des élections. Nous devons réussir cette première mobilisation ou nous mettre à genoux !

2-Nous voulons contribuer à rendre les élections de 2011 transparentes. Notre démocratie  mérite véritablement d’être exemplaire en organisant des vraies élections et éviter le passage de témoin dans des conditions sombres. Nous devons redorer l’image de la politique et des hommes politiques combien ternie  toutes ces années « par terre » ;

3-L’exécutif actuel et sa majorité ont d’autre priorités : chacun souhaite être le mieux placé pour gagner dans la fraude et la confusion qui caractérisent les élections malienne. Les autorités préfèrent distraire la classe politique sérieuse et créer en même temps les conditions idoines de la fraude à grande échelle favorisée par les élections précipitées, chaotiques car organisées sur la base d’un fichier taillé sur mesure pour rééditer les fraudes scandaleuses de 1999,2002,2004,2007et de 2009 .Nous ne laisserons pas l’argent ,l’intimidation, les jeux  ’influence et le chantage lité primer sur la transparence et la crédibilité des élections.

4-le Ministre de l’administration Territoriale doit mettre  l’intérêt de la Démocratie et de notre pays au dessus des intérêts partisans et clanique . Il doit appliquer la loi 06-044 du 04 septembre 2006 dont l’esprit et la lettre imposent une représentation équitable entre  la majorité et l’opposition.

5-la CENI n’est pas le lieu pour récompenser ceux qui ont voté les reformes constitutionnelle inopportunes.

6-Le problème de la représentation de l’opposition à la CENI ne sera pas réglé par la création d’une opposition sur mesure créé de toute pièce et qui ne représente que le Ministre de l’Administration Territoriale. Cette manœuvre combien de fois utilisée au Mali ne passera pas cette fois-ci !cette tentative permettra au gouvernement et aux partis la majorité d’avoir dix(10) représentants à la CENI contre 5 de la Société Civile qui sera réduite à sa plus simple expression au cours des prises de décisions.

7-les voies de recours existantes seront sollicitées .Nous mettrons dans cette bataille toute notre énergie  et  notre détermination pour que le Mali approfondisse sa démocratie et fasse échec aux comploteurs.

Les sept partis de l’opposition ont appelé leurs militants à faire preuve de vigilance et à réunir  toutes les forces pour récupérer leur place jusque là usurpée. Cela pour le bonheur de notre démocratie qui se trouve gravement menacée.
T.  Coulibaly

Commentaires via Facebook :

PARTAGER