Pacte malien pour la refondation (PMR) : Pour le renouveau de la classe politique malienne

1

A la Maison des Aînés de Bamako, le samedi 12 janvier dernier, s’est tenue une grande rencontre des Dirigeants de 4 partis politiques de l’opposition pour la création du Pacte Malien pour la Refondation (PMR). Il s’agit notamment de Modibo Sidibé des FARE An ka wuli-NPP ; de Modibo Kadjoké de l’APM-Maliko ; de Mamadou B. Coulibaly du PS et d’Oumar Koné du parti BRDM.

 La création du Pacte Malien pour la Refondation (PMR) est due non seulement à la détérioration progressive de la situation politique, économique, sociale et sécuritaire nationale, les conflits intercommunautaires devenus trop fratricides, l’activité des groupes extrémistes violents, la circulation, prolifération et la détention illégales des armes de guerre l’intensification du trafic de tous genres.

Il faut noter que ce pacte a principalement pour objectifs  d’œuvrer à la tenue d’un Dialogue National Refondateur devant  permettra aux Maliens de revisiter les institutions de la République et les pratiques démocratiques en cours, afin de proposer les réformes institutionnelles et de gouvernance indispensables ainsi que les réponses endogènes adéquates pour la résolution des maux dont souffre notre pays ; de construire une forte politique sociale sur des bases solides et alternative et s’inscrivant dans la durée, aux fins d’engager résolument le Peuple malien dans la reprise en mains de son destin national ; de promouvoir le renouveau citoyen dont, selon eux, notre pays a tant besoin ; de réconcilier les Maliens avec la politique en redonnant à cette dernière sa vocation première qui est de servir le Peuple et de défendre l’intérêt général. Ce, en œuvrant à la promotion des pratiques nouvelles fondées sur les valeurs d’altruisme, de travail, d’honnêteté, de justice, de redevabilité, d’exemplarité et de patriotisme puis placer le processus de sortie de crise malienne dans sa dimension sahélienne et africaine.

A cet effet, le pacte déplore la crise de l’État, l’absence des services sociaux de base dans de vastes parties du pays en raison de l’insécurité, de la désorganisation des activités économiques et commerciales ; la dégradation continue des conditions de vie des populations maliennes ; la forte tension sur le front social ; le développement sans précédent du phénomène  de corruption et de l’économie criminelle.

Par ailleurs le PMR, pour un Mali nouveau, de paix et de développement, s’engage à mobiliser plusieurs Générations de patriotes ; à initier une nouvelle gouvernance pour les partis et regroupements politiques et  mutualiser les efforts de ses membres pour la formation civique et l’éducation politique de la jeunesse afin qu’à tous les niveaux de responsabilité la créativité des jeunes soit mise au service de la patrie.

Mahamadou Sarré

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Le bruit d’un remaniement ministériel coure dans la capitale depuis un certain temps. Et les hommes politiques affûtent leur arme et regarde tous vers le régime. Ahhh les politiciens maliens. Rien ne compte pour eux si ce n’est leur ventre. Le président IBK ne sera jamais pour une gestion consensuelle du messieurs. A bon entendeur salut.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here