Pour le nouveau gouvernement, il faudra encore attendre : Boubou Cissé réitère sa confiance aux secrétaires généraux pour gérer les affaires

0

Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé vient de réitérer sa confiance aux secrétaires généraux des départements ministériels afin de gérer les affaires jusqu’à la nomination d’un nouveau gouvernement. Cela, pour ne pas bloquer l’Administration. Il l’a dit, lundi dernier, à la Primature lors d’une rencontre en présence du secrétaire général du gouvernement, Mme Sanogo Aminata Mallé. C’est dire que le gouvernement tant attendu n’est pas pour demain. On parle même de la fin de la fête de Tabaski.

Aujourd’hui, la mise en place d’un nouveau gouvernement n’est pas à l’ordre du jour. On risque d’attendre plus longtemps que prévu. Et déjà, certains parlent de la fin de la fête de Tabaski. De toutes les façons, le Premier ministre, Dr Boubou Cissé vient de réitérer sa confiance aux secrétaires généraux des départements ministériels afin de gérer les affaires de l’Administration.

On se rappelle que le Premier ministre avait adressé une lettre aux secrétaires généraux des ministères, tout juste le lendemain de la démission du gouvernement, les instruisant d’expédier les affaires courantes.

Il s’agissait de gérer les affaires journalières, des affaires en cours, celles pour lesquelles la décision constitue l’aboutissement de procédures antérieurement entamées, ainsi que les affaires urgentes, celles pour lesquelles un retard dans leur solution serait préjudiciable au bon fonctionnement des services publics.

Après cette décision, il y a eu deux rencontres entre Dr Boubou Cissé et les secrétaires généraux, d’abord le 29 juin puis le 13 juillet dernier à la Primature. Ces rencontres se sont déroulées en présence du secrétaire général du Gouvernement, Mme Sanogo Aminata Mallé.

Lors de la première rencontre, il a été question d’échanger sur les affaires courantes de certains départements, notamment de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de la Santé et des Affaires sociales, de la Défense et des Anciens Combattants, de la Culture, de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable. Sans oublier les ministères de la Réconciliation nationale, de la paix et de la cohésion sociale, de l’Economie numérique et de la Prospective, de l’Economie et des finances.

Après avoir recensé les différents problèmes, le Premier ministre a invité les secrétaires généraux à prendre certaines mesures. Il s’agit de préparer les mandats à donner pour la négociation des appuis budgétaires, de procéder à une évaluation de l’application des mesures édictées dans le cadre de la lutte contre la Covid 19 pour les classes d’examen afin de soumettre cette évaluation à l’avis du Comité scientifique, qui servira de base pour la réouverture des classes.

Autre décision, c’est la réouverture du Parc national de Bamako.

S’agissant du ministère de la Santé et des Affaires sociales, il a été question de soumettre au Premier ministre le dossier relatif aux difficultés rencontrées par les hôpitaux et de préparer les projets d’arrêtés relatifs au payement des indemnités.

Lors de la deuxième rencontre entre le Premier ministre et les secrétaires généraux, tenue le lundi dernier, il a été surtout question de faire le point sur la situation sanitaire et sécuritaire et la marche du M5-RFP, le vendredi dernier, qui a causé beaucoup de dégâts avec des pertes en vies humaines.

Pour la première fois, Dr Boubou Cissé était visiblement très remonté contre le maintien d’ordre devant les responsables de la Sécurité dont les directeurs généraux de la Police, de la Gendarmerie et de la Garde nationale.

Le Premier ministre a saisi cette occasion pour réitérer sa confiance aux secrétaires généraux de gérer les affaires jusqu’à la nomination d’un nouveau gouvernement. Et en cas de difficultés, ils devront se référer à la Primature ou au Secrétariat général du gouvernement, notamment pour la signature des dossiers des arrêtés.

Il faut préciser que l’ouverture de crédits pour le 2ème semestre est opérationnelle depuis le 2 juillet dernier. “Il est autorisé l’ouverture partielle des crédits pour le deuxième semestre du budget d’Etat 2020, conformément au tableau de notification. Le montant des crédits est gagé par les recettes inscrites à la Loi de finances pour l’exercice 2020”, précise l’Arrêté 2400/PM-RM du 2 juillet 2020 signé par le Premier ministre lui-même, Dr Boubou Cissé.

       El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here