Réforme de l’Administration et Transparence de la vie publique : SAFIA BOLY annonce une série d’activités

1

En prélude à l’organisation de la Semaine nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite (prévue du 9 au 15 décembre 2018), au démarrage d’un sondage d’opinion sur les services publics et au lancement du site web «reforme_transparence.gouv.ml», la ministre de la Réforme de l’Administration et de la Transparence de la vie publique, Mme Safia Boly, a animé, hier, une conférence de presse au cours de laquelle elle a donné des précisions sur ces activités.

Parlant de l’organisation de la Semaine nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, Mme Safia Boly a rappelé que la résolution 58/4 du 31 octobre 2003 de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies a déclaré le 9 décembre «Journée internationale de la lutte contre la corruption» pour «sensibiliser sur le phénomène de la corruption et faire connaître le rôle de la Convention dans la prévention et la lutte contre celle-ci». Elle a indiqué que c’est dans ce cadre que notre pays a initié la Semaine nationale de lutte contre la corruption, à travers le décret n°10-624/PM-RM du 26 novembre 2010. «Outre ces instruments, la bonne gouvernance, à travers une forte rigueur dans les comptes, une rationalisation des dépenses publiques et la lutte contre la corruption, s’inscrit dans les priorités du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta pour son nouveau quinquennat», a déclaré la conférencière, ajoutant que la création d’un département en charge de la Transparence de la vie publique est l’illustration parfaite de cet engagement.

«A l’instar des 183 autres Etats parties de la Convention, le Mali mettra à profit la journée internationale de lutte contre la corruption pour lancer une véritable campagne d’information, de sensibilisation et d’éducation sur la corruption et ses dangers en mettant l’accent sur les conséquences», a annoncé la ministre Boly. En outre, elle a révélé que la campagne se déroulera autour du thème : «Unissons-nous contre la corruption pour le développement, la paix et la sécurité». Ce thème met en avant les conséquences de la corruption. «L’objectif de cette semaine est non seulement de sensibiliser sur le phénomène de la corruption, mais aussi et surtout de mobiliser l’opinion nationale sur les immenses défis à relever dans ce combat», a argumenté la conférencière.

S’agissant du sondage d’opinion sur les services publics (qui durera 4 ou 6 jours), la ministre Safia Boly a indiqué que son objectif est de mettre les usagers au cœur des actions du département pour mieux manager les services publics et obtenir l’amélioration de leur qualité. A l’en croire, la qualité des services publics est un élément déterminant du lien entre les citoyens et les structures publiques. «Il est essentiel que les citoyens soient satisfaits de tous les services rendus par l’administration publique, car cette satisfaction est le fondement du respect et de la confiance qui peuvent s’établir entre l’Etat et la population», a expliqué la patronne du département en charge de la Transparence de la vie publique.

Par ailleurs, la conférencière a confié que le lancement du site Web, qui s’inscrit dans leur stratégie globale de communication, vise à donner de la visibilité aux actions du département dans ses missions et à fournir le maximum d’informations utiles au public dans la plus grande transparence.

A la question de savoir s’il est possible de lutter contre la corruption dans notre pays, la ministre a répondu «oui», sans ambages, tout en précisant que «nous l’avons fait et nous continuerons à le faire». En appui à ses propos, elle a cité les différentes entités créées par notre pays pour lutter contre la corruption, notamment l’Office central de lutte contre la Corruption, l’enrichissement illicite (OCLEI) et la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF).

Bembablin DOUMBIA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. A t-on besoin de tout un ministère pour convaincre les administrateurs de l’état et leur dirigeants d’être patriotes, professionnels, honnêtes, intègres, responsables et scrupuleux vis a vis de leurs concitoyens et des biens publics????????????????????? !!!!!!!!!!!??????? NON! L’existence même de ce ministère, a mon opinion, est un signe de perpétuation de la corruption. J’ai peur que tout soit bidon ici… qu’il y’ aura zéro impacte… Ce n’est pas a travers un ministère qu’on peut réaliser de sérieuses reformes dans un pays comme le Mali; plutôt il faudra passer par des législations de l’Assemblée Nationale, suivis des décrets présidentiels appuyés par un système judiciaire déterminé a faire respecter les regèles pour rêver a un début de quelconque reforme administrative dans ce pays. Or, nous sommes très loin d’une telle confluence de VOLONTÉ a un changement/reforme…. car il n y ’a pas une telle concertation anti-corruption en cours au Mali.

    Un tel ministère a quel pouvoir.. a quelle capacité morale et juridique? A moins qu’on parle ici de reformes purement techniques …et si c’est le cas pourquoi alors ce ministère fait la propagande politique de “lutter contre la corruption” ..alors qu’en réalité il ne parviendra même pas a faire cela dans sa propre boite!? Il est temps alors qu’on arrête de jouer avec notre argent et nos esprits! Pourquoi continuer a nous mettre la poudre aux yeux? A quand le début d’un serieux et sincère programme de reforme dans ce pays et non la création des ministères inconséquents qui pèsent sur le budget national?

    Je ne suis pas cynique … et j’ai certainement un respect pour Mme Safia Boly, mais hé disons nous la vérité si l’on aime ce pays et pense surtout a l’avenir de nos enfants. A mon avis une agence nationale de cirque/koteba avec des thèmes sur les conséquences et les effets de la corruption administrative impacterait plus le phenomene qu’un ministère….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here