Rencontre Premier ministre-Classe politique hier : «L’inclusivité doit être le mot d’ordre de la Transition »

4

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, M.Choguel Kokalla Maïga a poursuivi, ce jeudi 10 juin 2021, les consultations avec les forces vives de la Nation et les acteurs politiques.

Le Chef du Gouvernement a successivement rencontré, cet après-midi, les représentants du Front pour la sauvegarde de la démocratie-Signataire de l’accord politique (FSD-SAP), du regroupement politique Ensemble pour le Mali, de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-PASJ), du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), de la Coordination des Mouvements de l’inclusivité, de l’ alliance, et du regroupement politique Espérance Nouvelle Jigiya Koura. M.Maïga a rappelé les vœux du Chef de l’État,  qui souhaite que l’inclusivité doit être le mot d’ordre de la Transition.

Le Premier ministre a requis l’accompagnement et le soutien de ses hôtes à la Transition.

Source : CCRP/Primature

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Abas l’inclusivité qui a enterré notre démocratie. Vivement un Gouvernement de technocrates. Aux politiques de se concentrer sur la conquête du pouvoir à la suite de la période transitoire.

  2. We must go beyond being inclusive too being inclusive with capable people who timely get meaningful work done. We should obligated leaders to include young people as members of their group thereof those young people may obtain knowledge on how to make government competent or incompetent.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. Quelle inclusivite!!! C est ce mot « « inclusif » qui crée un mauvais gouvernement. Il faut des critères rigoureux de sélection des membres du gouvernement et autres institutions. Il faut d abord limiter le nombre de ministères à 15; cela est possible; ensuite suivant les critères prendre des gens rigoureux intègres non basés sur appartenance de partis politiques ou de recommandations de leaders religieux ou autres personnes, éviter à tout prix le système de quota; éviter le plus possible ceux qui ont servi les régimes passés (ces derniers ne sont pas le plus souvent honnêtes; ils crient pour revenir détourner les fonds). Certains diriont et le premier ministre ; ce dernier a été le choix du peuple. Il serait même encore mieux si les ministres pouvaient être le choix du peuple. Ce gouvernement doit diminuer éliminer les institutions inutiles ( elles sont plusieurs); remettre à plat les salaires et avantages ( a diplôme similaire, salaire égal); diminuer de beaucoup les salaires des membres des institutions y compris président premier ministre ministres députés etc. L injustice dans les salaires et avantages est un élément principal de l instabilité du pays. Les dossiers de détournements doivent être jugés immédiatement et courageusement, si non la corruption continuera au nom de ces dossiers non jugés. Malheureusement il me semble que ceux qui luttent contre la corruption sont mal vus; dommage !!! Le Mali se redressera si la lutte contre la corruption le détournement des fonds publiques devient aussi une réalité.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here