Rencontre URD-ADEMA ou la retrouvaille entre camarades : Tiémoko Sangaré et Soumaila Cissé pour une sortie de crise

1
Rencontre URD-ADEMA

C’est à la tête d’une forte délégation de plus de douze personnes que le Président de l’ADEMA-PASJ, le Pr Tiémoko Sangaré s’est rendu au siège de l’URD, le lundi 11 février 2019, pour une rencontre d’échanges sur les questions brulantes de l’heure. Cette rencontre, deuxième genre, aux dires de l’honorable Soumaila Cissé Président de l’URD, a permis aux anciens  camarades de l’ADEMA de passer en revue les questions d’actualités comme, entre autres, la crise politico-sécuritaire, les réformes institutionnelles, la gouvernance. Y a-t-il eu harmonisation des ponts de vue  sur les questions brulantes de l’heure? Est-ce le début d’une alliance entre l’ADEMA et l’URD en vue des futures élections ?

Il est de coutume chez nous que quand des anciens camarades d’un même parti se rencontrent, c’est la grande retrouvaille, avec des propos aimables  emprunts de courtoisie et de taquinerie. Bien que s’étant déroulé à huis clos, tout porte à croire que l’atmosphère était bon enfant entre les différentes délégations de l’ADEMA et de l’URD lors de la rencontre du lundi 11 février 2019 au siège du parti de la poignée de mains. Le Président de l’Alliance pour la Démocratie au Mali-Parti Africain pour la Solidarité et la Justice, avait à ses côtés Abdel Kader Konaté dit Empé, Marimantia Diarra, Moustapha Dicko, Adama T Diarra, Assarid Ag Imbarcawane, Mme Maïga Aziza, Mme Konté Fatoumata Doumbia et Ramata Haïdara. En face de lui, le Président de l’Union pour la République et la Démocratie était accompagné de Salikou Sanogo, de N’Diaye Ba, de Kalifa Doumbia, de Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, de l’honorable Amadou Cissé, de Dr Madou Diallo, d’Abdrahamane Diarra et de Mamadou Diawara. La taille des deux délégations prouvait à suffisance les liens qui existent entre ces deux partis qui font normalement deux poumons d’un même corps. Mais,  au regard de la gravité de la crise multidimensionnelle qui sévit au Mali, la camaraderie a très vite  cédé la place à l’anxiété, à la préoccupation. Les délégations ont ainsi abordé les questions brulantes de l’heure. Pour Soumaila Cissé, Président de l’URD, il y a d’abord la nécessité d’un dialogue politique élargi à l’ensemble des forces vives de la nation y compris l’armée, les syndicats, les jeunes, les femmes. Pour l’honorable Cissé, c’est du dialogue politique que  naitra un consensus. Et que c’est à partir de l’accord issu de ce dialogue  qu’ils  pourront faire toutes les réformes : la constitution, la loi électorale, le découpage territorial. Le chef de file de l’Opposition n’a pas manqué de rappeler son désaccord dans la nomination, sans consultation préalable, du comité d’experts pour la réforme constitutionnelle. «Nous sommes dans une situation de crise grave, nous avons une crise sécuritaire, une crise sociale, une crise politique, une crise économique et financière, nous avons même une crise morale avec l’influence des religieux sur la scène politique. Il faut mettre tout à plat et refaire les institutions en fonction des difficultés réelles que notre pays connait aujourd’hui », a-t-il conclu.

Quant au Président de l’ADEMA-PASJ Tiémoko Sangaré, il s’est réjoui de la cordiale atmosphère et surtout de la grande disponibilité de l’honorable Soumaila Cissé et ses camarades. Il a même donné une précision de taille, celle d’annoncer que cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une série de visites à l’endroit de tous les partis politiques Majorité comme opposition pour échanger sur les questions essentielles qui intéressent la vie de la nation. Il dira même qu’ils iront au siège du PARENA.

S’agissant  de l’actualité, le Pr Tiémoko Sangaré dira que : « L’Adema de part sa vocation historique est un parti de dialogue qui occupe une place centrale sur l’échiquier politique malien. Ce qui le met en bonne position pour être en quelque sorte un trait d’union entre les acteurs de la classe politique. C’est conscient de cela que nous avons décidé de rencontrer les principaux acteurs de la classe politique. Nous pensons que l’ensemble des acteurs politiques devront se parler. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés ne peuvent être véritablement surmontés que dans le cadre d’une synergie d’ensemble ».

En définitive, à la fin de la rencontre, même si l’ADEMA et l’URD n’ont pas scellé d’alliance, à proprement parler, il y a eu décrispation de l’atmosphère entre les deux partis et harmonisation des points de vue, voire détermination à œuvrer ensemble pour une sortie de crise.

 

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Cette rencontre est un pacte avec le diable de part et autre des deux partis politiques, dans le grand ADEMA-PASJ des années 1990, le clan CMDT n’a pas été tendre avec les autres tendances et c’est d’ailleurs ces élucubrations du clan CMDT que toutes les autres tendances se sont démarquées de ce grand ADEMA qui a gouvernée pire que l’UDPM du dictateur Moussa TRAORE. Nous ne savions pas comment ce regroupement peut sauver notre pays dont ils sont tous comptables des crises actuelles. C’est un pacte avec le diable, car il se sont mentis, trahis sans vergogne, avec çà comment peuvent se faire confiance encore?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here