Sanogo et son ego

165

Si le ridicule tuait, il y aurait depuis hier un putschiste galonné de moins ici-bas. La tribune publiée dans les colonnes du Monde par le capitaine malien Amadou Haya Sanogo, « cerveau » du coup d’Etat fatal au pouvoir chancelant du président élu Amadou Toumani Touré,  serait à coup sûr digne de figurer en bonne place dans une anthologie de la vanité humaine. Prétention, cécité, suffisance, tout y est. Si le fils de Ségou mérite le « prix de l’humour politique » -involontaire- pour l’ensemble de son œuvre, une phrase de ce plaidoyer pro domo au lyrisme boursouflé devrait lui valoir un trophée exceptionnel : « ATT a été ce que le Maréchal Pétain a été pour la France de 1940 et je n’ai été pour le Mali que ce que de Gaulle a été pour la France ». On appréciera au passage la touchante humilité de ce « que » surligné par nos soins.

Il faut au pompier pyromane de Bamako, dont l’aventurisme précipita la conquête des deux-tiers nord du pays par les séparatistes touaregs, bientôt balayés par leurs « alliés » djihadistes, un culot d’acier pour endosser ainsi la vareuse du Général puis, un peu plus loin -ne mégotons pas- coiffer le légendaire pakol du défunt commandant afghan Ahmad Shah Massoud.

Si Sanogo s’enivre de « grandeur » et d’ « honneur », lui qui bafoua l’un et l’autre, lui dont les hommes n’ont jamais défié l’envahisseur islamiste, son pensum trahit au fond une trouille intense : celle de perdre son fauteuil au banquet de l’hypothétique reconquête des territoires perdus. Déjà, il lui a fallu en juin, et à son grand dépit, renoncer au statut « d’ancien chef d’Etat » que les pontes de la Cédéao lui avait octroyé avec une coupable légèreté. A l’heure où se dessinent, fût-ce dans un épais brouillard, les contours d’une opération militaire ouest-africaine, il s’agit pour l’ancien prof d’anglais du prytanée de Kati de sauvegarder une rente de situation et les privilèges qu’elle procure. D’où la mention du rôle primordial -et illusoire au regard de son état de délitement- dévolu à une armée malienne « réarmée moralement ». D’où l’allusion flatteuse aux promesses de François Hollande à circonscrire l’engagement français à un soutien logistique. Si le béret vert saisi par les démons du pouvoir puise l’essentiel de ses références dans l’histoire de l’ancienne puissance coloniale et confie sa prose au fleuron de la presse quotidienne tricolore, c’est bien que son message s’adresse d’abord et avant tout à l’Elysée. Surtout, n’oubliez pas de me garder une place…

Puisque l’intéressé invoque avec tant de ferveur les mânes du « Grand Charles », nul doute qu’il méditera plus avant l’exemple de son modèle. Lequel s’exila à Londres, sut s’effacer un temps, ne revint au sommet qu’avec l’onction des urnes, puis se retira en Irlande à l’heure du désaveu de 1969. Orgueilleusement ? Certes. Mais lui, au moins, pouvait éprouver quelque fierté en contemplant son œuvre.

Vincent Hugeux (Journal Français L’express)

Commentaires via Facebook :

165 COMMENTAIRES

  1. C’est grave! à présent d’autres soutiennent ce felon qui a foutu notre pays paisible dans le désespoir profond, saboté notre culture, bafoué notre chasteté, quelqu’un qui n’honore jamais ces promesses et qui n’avait même pas l’habitude d’essuyer les larmes des veuves de ces proches. Chers compatriotes, je crois que l’heure est à la raison, de communiquer et aller de l’avant.Vous avez encore de la chance car si son petit fils avait pu déchiré ton diplôme ou ton acte de naissance original dans son bureau…
    Bravo CNRDRE! vous pouvez faire attention aux hommes politiques, inspirez vous auprès des ténors qui ont œuvré sur la bonne gouvernance et encore faites attention à vos facteurs qui font de n’importe quoi.

  2. Vous savez quoi? C’est Narcisse SANOGO qui vous parle:
    1- ATT était comme NIXON aux Etats-Unis, moi je suis le ROOSEVELT.
    2- ATT était du coté de l’apartheid en Afrique du Sud, moi je suis le Nelson MANDELA.
    3- ATT était comme STALINE, moi le GORBATHIEV.
    4- ATT était comme KADDAFFI, moi la révolution.
    5- ATT était comme, voilà…GBAGBO…moi Alassane!
    6- ATT était comme TANDJA, moi Salou DJIBO.
    7- ATT était comme DADIS., moi Sékouba.
    8- ATT avait juste le DEF, moi même pas!
    9- ATT n’avait jamais perdu le nord, moi siiiii!!
    10-ATT a fui le Mali, moi le nord seulement.
    Qui dit que je ne suis pas le DE GAULLE malien, et lui le PETAIN? Tchrrrrrrrrrrrrrrrrrr

  3. Une jeune et ravissante villageoise peul de Sirabougou se rend à la gendarmerie de kati pour se plaindre qu’un GRAND militaire (et son témoignage est accablant pour sanogo qu’elle décrit sans le savoir trait pour trait) l’a suivie alors qu’elle rentrait du dral avec sa chèvre, et l’a finalement contrainte à monter de force dans son somptueux 4×4.

    2km plus loin, il a garé sa voiture dans une savane déserte!

    Et là, le commissaire regarde la ravissante peul et s’écrie : Stooooop ! N’en dites pas plus, j’ai déjà compris! : Ce salopard vous a violée !!!
    Eh bien non, dit la villageoise encore héberluée ! Pourtant cé ça moi ossi javé peur! mais ce con y m’a pas même pas touchée! Par contre, y s »est tapé ma chèvre, wallaye!!! 😀 😀 😀 😀 😀

  4. LE DETECTEUR DE MENSONGES :

    Sanogo rentre à la maison avec un robot détecteur de mensonges.
    Sa fille de 12 ans rentre avec 2 heures de retard de l’école.
    – Où étais-tu tout ce temps ? demande Sanogo.

    – J’étais à la bibliothèque pour préparer un devoir !
    Le robot se dirige va droit vers la gamine et lui assène une claque…

    Sanogo explique : Ma fille, ceci est un robot détecteur de mensonges ! Tu ferais mieux de dire la vérité… Il est en mode “Un mensonge/Une baffe”, et de plus, on l’a réglé sur hyper sensible !

    – Bon, ok, ok… J’étais chez un copain et nous avons regardé un film : Les 10 Commandements.
    Et paf ! Le robot assène de nouveau une nouvelle baffe à la petite Sanogo…
    – Aïe !… Bon, bon… ok… Ca va! C’était les grandes suceuses, un film porno…

    Furieux, le capitaine rugit:
    – J’ai honte de toi ! À ton âge, je ne mentais JAMAIS à mes parents, tu entend !!!!
    Le robot se retourne subitement, et Sanogo, héberlué, se ramasse une baffe…
    Il tente alors de corriger le tir précipitamment et aboie : Bon ok, j’ai peut-être menti une fois ou deux à mes parents, admettons, mais en revanche, je n’ai JAMAIS menti à la nation Malienne !!!
    Il a à peine fini la phrase que le robot lui envoie direct une nouvelle baffe !
    Il enchaîne en catastrophe : en tout cas PAS SOUVENT ! Nouvelle baffe!!! et il enchaine paniqué: Je voulais dire PAS TOUJOURS !!!…

    Et le robot se tient enfin tranquille; Et Sanogo soulagé, frotte sa joue meurtrie…

    Et à ce moment-là, Madame Sanogo qui a assistée à toute la scène, lance ironique à son mari: Bravo ! Je vois que ta fille ment aussi bien que toi!
    Ah je voudrais pas dire, mais c’est bien ta fille !

    Et là, c’est Madame Sanogo qui ramasse une baffe du robot ! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  5. Sanogo vient de mourir et bien entendu, vu le nombre de conneries qu’il a pu faire sur terre, il se retrouve direct en enfer sans même avoir été jugé.
    Lorsqu’il arrive, un petit démon lui propose une visite guidée des lieux.

    – Vous savez Capitain, entame le petit démon, l’enfer n’a pas bonne presse sur la terre et on raconte beaucoup de choses. Mais en réalité, c’est un véritable Paradis pour ceux qui ont des vices. Par exemple, vous, je suis sûr que vous aimez l’alcool…
    Sanogo acquiesce et son guide lui explique :

    – Et bien vous allez beaucoup aimer les lundis. On boit de la bière et du whisky jusqu’à plus soif !
    Et vous aimez fumer aussi ?

    Sanogo répond par l’affirmative, le démon enchaîne :

    – Alors vous allez adorer les mardis. On nous livre les meilleurs cigares du monde, tout droits venus de Cuba ! Et vous ne craindrez plus d’attraper le cancer, puisque vous êtes déjà mort !
    Extasié, Sanogo réplique :

    – C’est incroyable ça. Qui pourrait se douter que l’enfer ?… Ca a l’air d’un rêve.
    Je vous l’avez dit ! sourit le démon :

    – Tiens ! Je suis sûr que vous aimez jouer aussi ?
    Sanogo confirme et le démon lui dit :

    – Et bien vous allez vous éclater les mercredis, alors ! On joue au tiercé, et au poker toute la nuit. Tout le monde s’amuse beaucoup le mercredi ! Et je parie que vous aimez le cannabis aussi ?
    Sanogo:

    – Ben, plutôt oui…
    Le démon explique:

    – Vous allez adorer les jeudis. On fume des joints et on écoute du reggae toute la nuit !

    – Et êtes vous homo et aimez-vous vous faire sodomiser? continue le démon
    Sanogo horrifié s’écrie:

    – A ça surement pas !!! Ca va pas non ?!! !

    Et le petit démon désolé secoue lentement la tête, lève les bras en signe d’impuissance, et soupire :
    Ah ça par contre, c’est con… Parce que vous n’allez pas aimer du tout ni les vendredis, ni les samedis ni les dimanches…
    😆 😆 😆 😆 😆 😆

  6. Lors d’une conférence de presse accordée au journal Français Le Monde, le Capitaine Sanogo part une fois encore dans un de ses délires mégalomaniaques :
    – Peut être que les Américains sont allés dans la lune, mais c’est de la bricole comparé à moi ! Z’allez voir!!!

    Et le journalsite héberlué de demander :
    – Comment ça Capitaine, vous voulez dire que vous pourriez faire mieux que ça???

    Ouais !… Vous savez pas qui est le Capitaine Sanogo! Moi et mes potes du cnrde, on va aller dans le soleil !!!…

    …….! Le journaliste est médusé, et en même temps, Konaré qui est aux cotés du capi lui lance un coup de coude discret et lui glisse à l’oreille !
    Oh Capitaine, doucement ! C’est pas possible ! Si on va dans le soleil on va tous cramer !

    Excédé, Sanogo lève les yeux au ciel et prend le journaliste à témoin :
    – Mais qu’il est con, ce Konaré! suffit qu’on va y aller DE NUIT !!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • Un fan de ATT ou quoi? Quand tu l’aime pas d’accord faire le medisant c’est-autre

  7. Sampbu tu es un jaloux c’est tout; moi je ne connais ATT ni de près ni de loin mais poutant j’ai eu une maison comme bon nombres.Tues àcourt d’argument.

    • Cher Kilitj.Je n’ai jamais dit que tous ceux qui ont bénéficié des logements sociaux l’ont eu de façon frauduleuse!Peut être vous (comme beaucoup d’autres) avez eu vos clés puisque vous les méritez bien!Je confirme que le cas de la collegienne n’est qu’une irrégularité parmi tant d’autres!Moi je souhaite que les autorités actuelles reviennent sur les conditions dans lesquelles ces maisons furent cedées!Il y a même eu un cas où dans le même programme, un même couple en France a bénéficié de 2 lots, alorsque dans le dossier à fournir on demande les actes de naissance des enfants!Chose que même Excel devrait corriger tout seul. 😉

  8. Cet article suscite exactement le même type de réaction que celui de Bigot il y quelques temps, dans lequel il disait en gros que l’administration malienne était corrompue jusqu’à l’os, et ce jusqu’au palais de koulouba!!! On a beau TOUS savoir que c’est rigoureusement exact (et je dis bien TOUS), ça a déclenché une vague massive d’insulte parce que dans notre orgueil infantile démesuré de Maliens, il était inconcevable qu’un étranger puisse se montrer critique à l’égard de notre grandiose MALI BA!!! 8) 8) 8) 8) Et tous ceux qui insultaient copieusement ce journaliste, TOUS savaient que ce qu’il avait écrit était rigoureusement EXACT! 😥 😥 😥 😥 😥 😥

    Cette immaturité de comportement est désolante; Et comme depuis le 22 mars notre pays est sous les projecteurs, cet amour immodéré des maliens pour eux-même nous fait désormais passer partout (en afrique comme en occident) pour un peuple de Grandes G… arrogant et imbu de lui-même!!! Voilà le résultat de l’imbécilité Nationaliste qui règne chez nous, surtout dans les couches les plus modestes de nos population. 😳 😳 😳

    Là, avec Hugeux, c’est exactement la même chose: Ce Monsieur dépeint un portrait de sanogaulle criant de vérité, mais, crime de lèse-majesté suprême,il est ETRANGER et circonstance aggravante BLANC (et français de surcroit!), et bien qu’il dise la stricte vérité on entend tous les cons de service entonner d’une seule leurs vociférations de princes outragés!!! Ras le bol à la fin!!! Moi, je suis pas dedans!!! 😈 😈 😈 😈 😈 😈

    Et il ne s’agit pas pour moi, (comme le croit à tort mon pote Koudis), ni de m’auto flageller, ni de tirer à boulet rouge sur mon pays; Juste, je voudrais qu’on soit un peu plus capables de nous remettre nous même en question… juste, je voudrais qu’on soit suffisamment adultes pour voir objectivement nos propres défauts pour mieux les corriger… juste, je voudrais qu’on arrête de se prendre pour des demi-Dieu, et qu’on accepte le ragard critique des autres dè lors qu’il est fondé 😉 😉 😉

    Hugeux, merci pour ton article :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • ALKEROULE N’AMASSE PAS MOUSSE! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

      Vieux proverbe Français!

    • alkerou commence d’abord par vaincre ta connerie ,çà va prendre du temps parce qu’il y a du boulot :mrgreen: :mrgreen:

      • Toi aussi… Tu sais bien que “à l’impossible, nul n’est tenu! 😀 😀 😀 😀 😀

        Toi aussi…

    • C’est pas grave: Prends un paracétamol, ça va passer!

      Et puis prends gouttes aux heures indiquées, Alkérou-de vélo! On voudrait pas te perdre… 🙁 🙁 🙁

  9. Sacré lakhanguemouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu! c’est vraiment ton Dakan, ton destin quoi! on n’y peut rien. Dieu est amour.

    • le brave fakolyhakikaaaaaaaaaaaaaaaaaa1″ ”
      ne crie pas mon nom 😉 😀 sinon mon frère @soldat raté va croire que j ai encore riposté sur un de ses com 😆 😆 😆 😆 😆

      • Ah bon!!! 😆 😆 😆 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: c’est ton féticheur qui t’a conseillé de riposter en criant aussi mon nom à l’instar de kati qui porte un petit ” cobla nièbla” sous son boubou pensant qu’il sera invulnérable et protégé contre les mauvais esprits. Dieu est verité. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

        • A mon humble avis fakoly, je ne suis pas certain que son petit Kobla Niébla lui évite la cpi 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

          Les cours de justice internationales sont souvent assez hermétiques aux prouesses de nos féticheurs :mrgreen: :mrgreen:

  10. inchallah,le mali aura honte cette année de par son armée qui n est que l ennemi des faibles éleveurs touaregs,peulhs et autres.Si sanogo a honte,il n apparaîtra plus les écrans.si les maliens ont une graine de honte,ils allaient tous se suicider.inchallah,vous allez demander secours même a des vaches et vous ne serez plus considérés même par des des chèvres a fortiori des êtres humains.je pleure quand je vois des fous croire a un miracle de la part de notre armee qui est specialiste des vols,braquages,alcool et les fesses.Je ne peux que vous dire:toufou,toufou,toufou,toufou et toufou

    • Mon frère! Toi aussi! Malgré que je sois d’accord avec ce que tu écris, comment ose-t- choisir “Sac-à-pisse” comme pseudo? 😯 😯 😯 😯

      Toi aussi!…. 😉 😉 😉

      • sacapisse c’est original ,mais il aurait pu faire pire et prendre sacamerde comme pseudo 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

        • Attention ne touche pas à mon sac-à-merde 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 dekati

        • 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 Tu veux que je te dise, T’es d’une grossièreté insoutenable! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

  11. Tout le malheur de ce pays est arrivé par la faute du capitaine SANOGO et de ceux là qui l’ont soutenu dans cette mafieuse action quelle honte 😈 😈 😈

  12. Tout le malheur de ce pays est arrivé par la faute du capitaine SANOGO et de ceux là qui l’ont soutenu dans cette mafieuse action 😈 😈 😈

  13. Excellent Article!!!Ce petit capitaine a fait plus de mal au Mali en 7 mois que tous nos anciens chefs en 52 ans

  14. Sambpu la nièce a eu un logement
    je même demande combien de lots ses propre enfants et les enfants de ses frères et même de ses amis ont eu»»»»»»
    😳 😳 😳
    Merci pour l info

  15. S’il y a sport dans lequel nous nous avérons imbattable, c’est bien la gymnastique intellectuelle!!!!!!! Ou plutôt, la CONTORSION intellectuelle!!! 😯 😯 😯

    Parmi les partisans de sanogo, qu’ils soient farouchement pro ou simplement indulgents à son endroit, 99% d’entre eux basent leurs arguments sur l’indiscutable package Corruption/Nepotisme/Laxisme d’att! Bon, moi je veux bien…

    Seulement, UN: att est parti et il serait temps de s’en rendre compte! DEUX (et c’est là qu’il faudrait qu’on m’explique), vomir la gestion lamentable d’att est une chose, mais applaudir une gestion largement aussi pourrie par “rejet anti-att”, c’est carrément surréaliste! On dénonce à grands cris l’argent de l’état détourné par att et sa clique, et on remercie un sanogo qui SOUS LES YEUX des populations, a volé des centaines et des centaines de millions en pillant les douanes et plusieurs ministeres!!!!!! 😯 😯 😯 😯

    On hurle contre le népotisme d’att qui nommait par “relation” et par complaisance, et on applaudit un sanogo qui distribue des promotions à ceux de son bord, comme on distribue des bonbons aux enfants!!!! 😯 😯 😯

    On est révulsé par le laxisme et la mollesse d’att au nord, mais on trouve normal que notre “héros” libérateur parte se planquer à kati au lieu de combattre, et ordonne aux troupes de fuir!!!! 😯 😯 😯

    Etc, etc, etc… Je dois être particulièrement con, mais j’aimerais qu’on m’explique!!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Et on retrouve ces “contorsions intellectuelles” face aux civils sans armes froidement abattus par notre armée: On est (à juste titre) horrifiés que ces lâches ordures du mnla aient pu tuer froidement 70 de jeunes désarmés et sans défense, mais on félicit notre armée quand elle exécute froidement des prédicateurs désarmés!!! 😯 😯 😯

    Non, vraiment je dois être trop con parce que j’ai dû mal à vous suivre!!!!!!!!!!

    • NOn je te le promets ,tu n’es pas con !!! mais réaliste certainement 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      • Merci mon frère! Au fait, toujours chauve? kia kia kia kia :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  16. Rien ne sert à se comparé aux autres laissent les autres juger
    le miel n se dit pas doux. A présent le Nord du Mai est sous occupation

  17. le General de la désordre mr san nogo , c’est quand ont reprend le nord du mali. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

      • Oh, Alkérou-de-brouette, t’es pas encore mort???? 😯 😯 😯 😯 Y a vraiment des fois où Dieu est distrait 😀 😀 😀 😀

  18. Si ce Sanogo se rendre compte du Mal qui a fait au Mali avec son coup d’état inutile qui nous a rien amener que du malheur et la tristesse et la honte
    Ils dorment sous climatiseur, et remplir leurs poches des millions et partage les postes au gouvernement tandis que nos compatriote au nord et au sud vie dans une très grandes désespoir.
    Quelle gâchis, quelle gâchis, quelle honte pour l’Afrique
    Faire un coup d’état dans un pays en guerre……oh mon Dieu l’analphabétisme est grave

    Tous ceux qui ont soutenu Sanogo sont aussi responsable que lui

    Un militaire doit défendre sa patrie et mourir pour sa patrie mais en Afrique les militaires sont formé contre sa population
    Quelle gâchis pour le Mali

    Ils ont corrompu toutes la classe politique et religieux

    Même les familles des bérets rouges ont été corrompu a leurs donnant des millions a partagé entre eux pour qu’ils se taises
    POOOOOOOOh triste

    • là je t’arrête toute suite
      oublie pas que le coup a ouvert les yeux de beaucoup d entre nous
      nous ne savons pas tous micmac que le regime faisait avant ce coup d etat 😉 😉 😉
      “Un militaire doit défendre sa patrie et mourir pour sa patrie” tu peux aussi etre militaire 😯 😯 si trouve que ce si simple que ça
      personne ne te retient 😆 😆 😆

        • Oh putain, à chaque fois que Alkérou (de velo) et Doux caca correspondent, on vit de grands moments de la philosophie comptemporaine 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

  19. Vincent Hugeux.Vous êtes très mal placé pour juger le Capitaine Sanogo.Dans l’innocence et la naïveté, vous continuez à voir au régime ATT une “grande démocratie” or point de démocratie il n’y en avait!L’occupation du nord de notre pays avait bien commencé avant la chute d’ATT et les rebelles auraient même décidé de stopper leur avancée suite au coup d’état du 22 mars!Notre démocratie n’en était que de façades:les logements sociaux étaient octroyés aux connaissances (même des collégiennes en auraient bénéficié au grand dam des chefs de familles) et à quelques nécessiteux.La fille d’ATT chez qui il habitait à ACI 2000 après le 22 mars est milliardaire en CFA où est ce qu’elle a eu tout cet argent, une fille d’une trentaine d’année seulement?Bref LES DÉMOCRATES DU MALI ONT ÉTÉ PIRES QUE GMT (en gestion des revenus de l’état). Depuis 2007 à cause du consensus autour d’ATT, plus d’opposition au Mali!Le SADI du courageux Dr Mariko,depuis exclu du processus électoral était devenu l’homme à abattre luttant pour une cause pour laquelle des gens sont mort en mars 1991 : le droit de ne pas être du même bord que le pouvoir.Voilà la situation du Mali avant le coup d’état qui a recadré les choses dans le bon sens. 😉

    • salut mon frere
      ça ce vois que tu as passé la nuit chez ta 4émé femme Djinemousso
      😆 😆 😆 pour gagner une heure de plus de conneries ……
      je ne suis pas pour ATT mais là tu nous ramenes des infos vraiment “difficile a appréhender”
      tu peux nous dire d’ou vient tes infos “…..” viennent-ils de la gare de noir 😆 😆 😆 peut etre que tu as due laissé ton cerveau au chatain rouge 😀 😀
      et la personne qui a reçu cette somme d argent c’etait par cheque ou c’est en liquide 😆 😆 je suis sûr que tu nous diras c’est en liquide,dans un vieux sac de riz ”
      laissé comme oublié
      😆 😆 😆 et la collegiennne qui a eu ce logement , etait elle la copine” ou la maitresse” de notre tonton ATT
      le tonton de Mr Thiam Adam

      euh Sambpu tu sais quoi Mariko et ATT ce la meme sauce d’ une meme marmite
      Mariko voulait un surement quelque chose que ATT ne lui ait pas accorder raison pour la quelle il est devenu l ennemi n°1″ soi disant opposant”

      • Salut frère Douc.Ce qui m’a impressionné chez lui Dr Mariko, c’est que depuis les élections de 2007, tous les politiciens du Mali sont allés dans le “consensus tueur de démocratie” d’ATT moyennant des places sauf lui Mariko.La collégienne qui a bénéficié du logement social je la connais et c’est son oncle qui faisait partie de la commission d’attribution des logements.ATT aurait proposé des postes à Dr Mariko en échange de son silence: il aurait refusé voilà pourquoi il fut exclu (sans autre forme de procès) du processus électoral qui pourtant exigeait la présence de l’opposition au sein de la CENI.ATT et les hommes politiques de l’actuel FDR ont “tué” notre démocratie avec ses idéaux du 26 mars. 😥

        • heureusement que vous vous exprimez au temps conditionnelle! ATT aurait……….. DR Mariko aurait…….Kati aurait……… la démocratie aurait…………

  20. Que lexxxx et sa bande dexxxx xxxopportunistes … aillent libérer le pays et nos fées et sœurs de leur souffrance comme ils l’ont prétendu être leur objectifs le nuit du coup d’état irréfléchi….AU LIEU DE FAIRE LA G—EULE … comme d’habitude….

    LA G—EULE NE VAS JAMAIS LIBÉRER LE PAYS … MON CAPI…
    DEGAULE OU PÉTAIN … ACTION ….ACTION …ACTION….xxxx….

    Bande de xxxx …faites la xxxxarmi les civiles desarmes … on était présent durant le “repli tactique”….chantez avec fierté l’hymne de Kati

    À ton appel Capi….
    Pour ta prospérité….
    Fidèle à ton destin….
    …..
    ……
    Si les barbus découvrent leur front….
    Au dedans … surtout au nord…
    Debout sur les remparts….
    Nous sommes résolus de courir …

    Pour notre vie et pour toi Capi….
    Notre drapeau sera médiocrité..

    Pour notre vie et pour toi Capi….
    …..
    …..
    ……

    xx….VOUS ALLEZ VOIR LES CONSÉQUENCES DE VOTRE OPPORTUNISME….

    Le temps des coups d’état est révolu…et tôt ou tard …le complice d’ASTRO-PM aura à choisir entre le Mali et cette racaille de soldats rates…

    Capi…la seule protection d’un putschiste est de devenir président…vous aurez beaucoup de mal à sortir de cette merde … donc vous pouvez chanter DEUX-GOALS comme vous voulez…mais tant que vous et vos xxxxxn’uront pas faire face aux barbus…le future ne promet rien de bon pour vous….

    Il sera très difficile de sauver le Mali et les soldats ratés putschistes en même temps….ca c’est une certitude et l’ASTRES DES ASTRES COMPLICE DE PM AYRA À CHOISIR OU FINIR DANS LE GOUFFRE AVEC EUX…..

    Mouasa Ag, qui trouve que notre g—EULARD national aura de gros problème…CANCRE…FALLAIT TOUT FAIRE POUR ÊTRE PRÉSIDENT….

  21. Ce coup d’état, même si sur la forme je l’approuve pas par principe car je suis un démocrate et plus un républicain, il aura quand même permis de mettre à nu tout ce que les profane de la chose politique ne voyaient pas, à savoir la mauvaise gouvernance, la grande corruption, où une élite se permet de voler le denier publique et sachant qu’on leur defendra sous prétexte que “lorsqu’un une personne est humiliée au délà de sa personne c’est toute une Famille qui le sera” A vous de reconnaitre qui a dit cette phrase; elle est où l’indépendance de la justice?
    Vous conviendrez avec moi que dans une democratie, les 3 Pouvoir doivent être indépendants, même si en tant que président on est le 1er Magistrat, on s’efface pour laisser la justice faire son travail. Mais c’est lui qui jouait à l’avocat avant le procès des voleurs du denier public.
    Mais c’est une léçon pour ceux qui hériteront la présidence après lui.
    Nous sortirons de cette crise et plus jamais ça au Mali.
    c’est un redressement et qu’il en soit ainsi mon petit FAKOLYHAKILIMA2

  22. Ce coup d’état, même si sur la forme je l’approuve pas par principe car je suis un démocrate et plus un républicain, il aura quand même permis de mettre à nu tout ce que les profane de la chose politique ne voyaient pas, à savoir la mauvaise gouvernance, la grande corruption, où une élite se permet de voler le denier publique et sachant qu’on leur defendra sous prétexte que “lorsqu’un une personne est humiliée au délà de sa personne c’est toute une Famille qui le sera” A vous de reconnaitre qui a dit cette phrase; elle est où l’indépendance de l

  23. FAKOLYHAKIKA, au délà du cousinage qui nous lie, je pense que tu as bu du tchimitchama, mais c’est pas grave mets un peu d’eau dans ton tchimitchama et on aura un débat digne de ce nom; moi j’ai été comme toi très fasciné par les mythes, mais cela ne m’empêche pas du tout d’être lucide, le mythe ATT nous a fasciné tous mais quand il change de costume et d’idéal alors il faut reconnaitre qu’il n’est plus celui qu’il a incarné jusque là; on supporte un idéal losqu’il est incarné par une personne, mais lorsque la personne cesse d’incarner cet idéal, on arrête de le suivre tel un groupe de moutons suivant un berger,

  24. FAKOLYHAKIKA, au délà du cousinage qui nous lie, je pense que tu auras bu du tchimitchama, mais c’est pas grave mais un peu d’eau dans ton tchimitchama et on aura un débat digne de ce nom; moi j’ai été comme toi très fasciné par les mythes, mais cela ne m’emôêche pas du tout d’être lucide, le mythe ATT nous a fasciné tous mais quand il change de costume et d’idéal alors il faut reconnaitre qu’il n’est plus celui qu’il a incarné jusque là; on supporte un idéal losqu’il est incarné par une personne, mais lorsque la personne cesse d’incarner cet idéal, on arrête de le suivre tel groupe de moutons suivant un berger,

    • Cousin,

      j’ai juste apporté des info pour votre mémoire afin de vous permettre de mieux comprendre la chronologie des évènements sans passion . loin de moi l’idée de défendre un individu fut il président de quelque institution que ce soit. Si vous l’avez été c’est dommage,par contre personnellement je n’ai jamais été fasciné par ce monsieur dont je n’aime d’ailleurs pas prononcer le nom, pas par haine ou par mépris, mais par ce que j’estime qu’il a une grande part de responsabilité dans le plongeon du Mali dans la déchéance. quelles étaient les couleurs de ses costumes? vos qui suiviez ses mouvements.

      Vous avez parlez de mauvaise gouvernance, je partage votre point de vu et nul ne doit être au dessus de la loi! mais ce qui est diabolique, nous persistons dans cette mauvaise gouvernance avec la nouvelle équipe! donc du pareil au même avec une très forte dégradation de la situation politique, sécuritaire et humanitaire! Cela dit, conviendrez vous avec moi que kati se comparant au Général De GAULLE tord le coup à l’histoire. Certe nous n’avons pas été témoins oculaire de la vie de du grand Charles; mais nous sommes entrain de vivre le Mali de 2012.Alors pour la postérité nous ne devons pas laisser passer l’imposture. Alors cousin, il semble qu’aujourd’hui il y a beaucoup plus de sidibé, de sankaré, de Barry, de diakité, de sow, baldé, bah dans les bars restaurants que de fakoly à tel point que qu’ils font suivre le berger par un groupe de moutons au lieu de faire le contraire. Excusez moi, c’est qu’un avis! peut être que je me trompe. ALLAH ka bè sara ni dina ni haniya yé.

  25. Vous devrez vous triturer la cervelle avant toute digression journalistique à l’endroit d’un homme et son équipe qui ont juguler un pouvoir égaré dans un contexte international et désorienté tous azimuts du développement d’un pays en compétition sous régionale. Un pays brisé par corruption par népotisme et l’obscurantisme où ces dirigeants compétents ont perdu leur valeur dans leur domaine requis.
    Bien sûr que cette comparaison est normale pour un bon patriote qui a le bon sens de l’analyse approximative de l’histoire et les faits.
    Ne soyons pas obtus car ce n’est qu’une comparaison entre les procédés d’occupations.

  26. Vous devrez se triturer la cervelle avant toute digression journalistique
    sur le compte d’un homme et son équipe qui ont juguler un pouvoir égaré dans un contexte international et désorienté tous azimuts du développement d’un pays en compétition sous régionale. Un pays brisé par corruption par népotisme et l’obscurantisme où ces dirigeants compétents ont perdu leur valeur dans leur domaine requis.
    Bien sûr que cette comparaison est normale pour un bon patriote qui a le bon sens de l’analyse approximative de l’histoire et les faits.
    Ne soyons pas obtus car ce n’est qu’une comparaison entre les procédés d’occupations.

  27. Certe il a ses hauts et ses bas et il me decoit un peu car je m’attendait sur a l’instauration du vrai changement et d’une vraie justice en commencant par le respect des hommes d’uniformes de la population et leur conduite exemplaire pour redorer leur blason… Mais bon il faut qu’on s’y mette tous. La pagaille, le desordre, les raquettes et le non respect des lois mais surtout des citoyens des hommes d’uniformes me degouttent.
    Je continue a esperer et a croire a un vrai changement et qu’ils commencent a aller se battre pour la recuperation du nord en attendant l’aide a venir. C’est votre devoir de soldats et je continue a croire en vous. Ne me decevez pas et le peuple malien surtout.

    • And God fuck you Malibah! 😈 😈 😈

      Do you even realise WHO really is that guy??? Obviously you don’t, otherwise you would not proclaim such a stupidity!!!! 😈 😈 😈

      Even if you live in the states, even if you would be living on the datk side of the moon, you cannot decently pretend you ignore the current status of Mali, and you cannot ignore either that the country is dramatically heading straight to fall since march 22nd!!!!!!!!!!!

      …”You are strongest ever…”… So I deduce you are the dumpest ever! 😈 😈 😈 😈 😈

  28. holéééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééé

  29. Charles de Gaulle est un étalon, une unité de mesure pour l’ensemble des militaires, l’ensemble des républicains, des démocrates sur cette terre des hommes. Petit moucheron de kati fais toi valoir d’abord avant de t’arroser des attribues qui n’as pas pour le moment. aucun acte de gloire de ta part pour l’instant. Donc basta !

  30. Nous autres Maliens, l’apprécions à sa juste valeur, au delà des souffrances que nous subbissons aujourd’hui qui n’est que passagères. Et le Peuple Maliens dans son ensemble, je veux dire dans sa grande majorité accepte ce prix de souffrance […]

    de quel peuple parlez-vous, FULAYORO ? c’est quand même bien prétentieux de se lever un de ces matins pour résumer à sa seule et modique personne, tout un peuple entier… et cela, au mépris de toute considération intellectuelle et responsable. NON monsieur, vous n’êtes ni le peuple, ni son représentant. alors très gentiment, mais également très fermement, parlez en votre nom, et avec moins de fatuité… et non au nom des maliens, car vous n’en avez aucun mandat. et quelle sale maladie, que la prétention démesurée !

  31. je suis sénégalais vivant en france depuis 50 ans.Je trouve que ce capitaine est l’exemple même du soldat pour la forme ,déserteur et poltron.Il a peur d’aller au front,il se cache à kati.Il crée la merde pour semer la diversion.Il cherche à trouver une place à l’ombre pour ne pas aller au front.S’il veut être patriote ,il faudrait qu’il se procure des actes de guerre en allant au front et là on pourra le considérer.Mais est ce qu’il a ce courage?Je le mets dans le même lot que ce président par intérim malien dioncounda traoré qui va demander pardon à l’émir du quatar,alors que ce sont ces quataris qui financent les terroristes.Les maliens sont de grands enfants,naifs………….

  32. C’est du Kati ça!:
    Le chef des putschistes maliens sur RFI : «Nous n’allons pas faire une transition militaire»

    Le chef de la junte malienne, le capitaine Amadou Sanogo, à Bamako, le 22 mars 2012.
    Habibou Kouyate / AFP
    Par RFI
    Le capitaine Amadou Sanogo, chef des militaires putschistes qui ont mené le coup d’Etat au Mali, a accordé un entretien à notre correspondant à Bamako. Depuis le camp Soundiata Keïta qui est devenu son quartier général, il affirme que tous les dirigeants du régime renversé sont « sains et saufs », promet de mettre fin aux pillages et se présente comme un homme favorable aux négociations.

    Capitaine Amadou Sanogo
    Chef du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat

    Écouter (04:46)

    23/03/2012 par Serge Daniel
    RFI : Pourquoi ce coup d’Etat ?

    Capitaine Amadou Sanogo : Quand un Etat a déjà 50 ans, et que malheureusement les forces armées et de sécurité ne sont pas dans les conditions minimales, n’ont pas la formation requise, n’ont pas le matériel adéquat pour faire face à l’intégrité du territoire national, il y a défaillance.
    De deux : en tant que soldats ayant la mission de défense de l’intégrité territoriale, nous sommes citoyens. Tout le monde est conscient de la cherté de la vie, il n’y a pas eu d’école depuis deux décennies, tout le monde n’a pas accès aux soins de santé, l’équité n’existe pas. C’est révoltant. On passe « par voie et recours », les civils ont protesté, les militaires ont protesté et c’est ce qui nous a amené à cet instant ultime.

    RFI : Donc ce n’est pas seulement à cause de la situation au Nord. Ce n’est pas seulement à cause du manque d’armement pour lutter contre les rebelles et les islamistes armés que vous prenez le pouvoir… ?

    A.S. : Je ne suis pas un homme de guerre directement, bien que formé à toutes les spécialités de combattant. Il se pourrait bien qu’avec ce changement, il y ait des groupes qui sont citoyens de ce pays qui vont dire : « Ah d’accord. Puisque les choses ont changé, attendons voir ce qui va se passer, essayons d’approcher ceux qui sont aux commandes maintenant. Cela peut être un changement. Donc je précise que je ne suis pas juste là pour m’équiper, équiper l’armée malienne et aller tuer tout sur mon passage. Je ne suis pas un homme de ce genre.

    RFI : Etes-vous pour la négociation ?

    A.S. : Si la négociation est sur cette table demain matin. Parce ce que c’est ça que je souhaite, je suis pour un Mali uni, un Mali prospère pour le bien de tous.

    RFI : Combien de temps va durer la transition ?

    A.S. : Pour l’instant, je précise, nous n’allons pas faire une transition militaire. Cela va concerner toutes les couches, toutes les personnes ressource de ce pays, la société civile, tout le monde. Mais je précise, cela ne va pas être constitué de parents, ou parce que je connais celui-là, mais de valeurs. On a besoin de valeurs pour ce pays.

    RFI : Vous êtes le chef de l’Etat aujourd’hui. Il y a des actes de vandalisme. Dans la ville de Bamako, on a vu des militaires ou des hommes en tenue militaire attaquer des maisons. Qu’est-ce que vous faites aujourd’hui pour ramener la sécurité des biens et des personnes ?

    A.S. : Tout d’abord que mon peuple sache que nous sommes encore là dans notre lutte mais la mission primaire demeure : la défense de l’intégrité territoriale et la sécurité des personnes et de leurs biens. Je déplore les actes de vandalismes et de pillage qui se sont passés, mais que le peuple comprenne que tout n’est pas de nous. On est en Afrique. Hier, j’ai la preuve concrète que des individus mal intentionnés ont porté l’uniforme de la police, de l’armée pour casser, juste pour pousser notre population à venir à notre rencontre. Je les prie encore une fois de m’excuser pour tous les désagréments causés. Et au moment opportun justice sera faite. Et d’ici là, encore une fois, j’exhorte tous les Maliens, toutes les Maliennes à quelque niveau que ce soit d’arrêter sans délais ces actes de vandalisme et de pillage, aux personnes qui portent des uniformes de cesser les actes de vandalisme et de pillage. Cela n’est pas notre mission, cela n’est pas notre cause, cela n’est pas notre objectif.

    RFI : Dans le camp Soundiata Keita où nous sommes, il y a des anciens ministres, des anciens Premiers ministres. Que leur reprochez-vous ?

    A.S. : Je peux rassurer ce que ces gens sont sains et saufs. J’interdis toute exaction.

    RFI : Mais ils n’ont pas droit aux visites …

    A.S. : Pour l’instant non. Mais je vous dis quelque chose : sains et saufs, on ne touche pas les cheveux de quelqu’un. C’est contre notre objectif. Et au moment opportun, je les remettrai à une juridiction compétente pour que le peuple malien sache qu’est-ce qui s’est passé et qu’est-ce qu’ils ont fait.

    • FAKOLYHAKIKA, au délà du cousinage qui nous lie, je pense que tu auras bu du tchimitchama, mais c’est pas grave mais un peu d’eau dans ton tchimitchama et on aura un débat digne de ce nom; moi j’ai été comme toi très fasciné par les mythes, mais cela ne m’emôêche pas du tout d’être lucide, le mythe ATT nous a fasciné tous mais quand il change de costume et d’idéal alors il faut reconnaitre qu’il n’est plus celui qu’il a incarné jusque là; on supporte un idéal losqu’il est incarné par une personne, mais lorsque la personne cesse d’incarner cet idéal, on arrête de le suivre tel groupe de moutons suivant un berger,

  33. La nouvelle colonisation: Comparaison de l´historique.
    Hier c´était allons civiliser les nègres sauvages et ils avaient la bible, nous avons les terres, aujourd´hui, nous avons leur bible/coran, ils veulent le reste de nos terres. Ils viennent nous aider à perdre ces restes de terres et ils disent, ils nous apportent l´ordre et la construction de la société! Reconnaissez-vous ces architectes du malheur et de la décadence ?

    Intervention au Mali – un saut en Afrique, la nouvelle méthode d´occupation occidentale! La porte d´entrée de la nouvelle colonisation est le nord du Mali.

    «Pacification», «rétablissement de l’ordre», «soldats de la paix», «Mandat», «civiliser les indigènes» – c’est le vocabulaire de l’époque coloniale.
    Les «Territoires sous mandat» existent là encore.
    «Civiliser les indigènes» est désormais appelé «construction de la société civile», le «rétablissement de l’ordre» est appelée «construction d´une nation postmoderne», la «pacification» signifie «mission humanitaire».
    Le vocabulaire est un style contemporain, le contenu est identique. Une nouvelle guerre coloniale est menée actuellement au Mali, les concurrents coloniaux se préparent pour se partager le gâteau et ceci au prix du sang. Les méthodes des envahisseurs (colons occidentaux impérialistes sous les manteaux de leurs gouvernements) sont restées les mêmes, la seule différence, c´est l´entrée brutales à l´aide des terroristes. Le but est de créer un chaos (action) dans lequel les populations vulnérables sont attaquées et maltraitées jusqu´au bout de souffle (désordre), ensuite cette dernière fait recours à l´aide, les charognards colons impérialistes décident d´apporter leurs soutiens (réaction) et aides, c´est ainsi qu´ils érigent leurs machines d´exploitation des ressources (humaines et minière)
    Il est peu probable que les nouveaux colonialistes se limiteront au Mali choisi comme porte d´entrée. L’Algérie n’a pas encore été «pacifié», c´est à dire la pacification n´est pas satisfaisante, et dans certains Etats voisins, l’occasion sera de voir les choses de tout près. La voie est ouverte, l´Allemagne n´entend pas laissé le terrains/gâteau, pas même seulement pour les Français, les Britanniques et les concurrents américains.
    Chacun veut sa part du gâteau …

    Le Coursier

  34. Intervention au Mali – un saut en Afrique, la nouvelle méthode d´occupation occidentale! La porte d´entrée de la nouvelle colonisation est le nord du Mali.

    «Pacification», «rétablissement de l’ordre», «soldats de la paix», «Mandat», «civiliser les indigènes» – c’est le vocabulaire de l’époque coloniale.
    Les «Territoires sous mandat» existent là encore.
    «Civiliser les indigènes» est désormais appelé «construction de la société civile», le «rétablissement de l’ordre» est appelée «construction d´une nation postmoderne», la «pacification» signifie «mission humanitaire».
    Le vocabulaire est un style contemporain, le contenu est identique. Une nouvelle guerre coloniale est menée actuellement au Mali, les concurrents coloniaux se préparent pour se partager le gâteau et ceci au prix du sang. Les méthodes des envahisseurs(colons occidentaux impérialistes sous les manteaux de leurs gouvernements) sont restées les mêmes, la seule différence, c´est l´entrée brutales à l´aide des terroristes. Le but est de créer un chaos(action) dans lequel les populations vulnérables sont attaquées et maltraitées jusqu´au bout de souffle(désordre), ensuite cette dernière fait recours à l´aide, les charognards colons impérialistes décident d´apporter leurs soutiens(réaction) et aides, c´est ainsi qu´ils érigent leurs machines d´exploitation des ressources(humaines et minière)
    Il est peu probable que les nouveaux colonialistes se limiteront au Mali choisi comme porte d´entrée. L’Algérie n’a pas encore été «pacifié», c´est à dire la pacification n´est pas satisfaisante, et dans certains Etats voisins, l’occasion sera de voir les choses de tout près. La voie est ouverte, l´Allemagne n´entend pas laisser le terrains/gâteau, pas même seulement pour les Français, les Britanniques et les concurrents américains. Chacun veut sa part du gâteau …

  35. Pour Info, source lefigaro.fr
    *******************************
    Mali: un monument détruit à Tombouctou

    27/10/2012 | Mise à jour : 21:40
    Les islamistes qui occupent le nord du Mali détruisaient ce soir le monument de l’indépendance à Tombouctou où ils ont déjà détruit ces derniers mois des trésors du patrimoine mondial, ont indiqué des habitants de la ville.

    “A l’aide d’un tracteur, les islamistes sont actuellement en train de détruire le monument de l’indépendance de Tombouctou”, situé au centre-ville, a affirmé un habitant contacté par téléphone. Un autre témoin a précisé que “huit islamistes avec un bulldozer” étaient “en train de détruire le monument de l’indépendance de Tombouctou”.

  36. Sanogo et CMD doivent être pendus publiquement après la libération du Nord.
    Voilà ce que méritent ces deux incompétents et insolents apatrides.

  37. NOUS N AVONS PAS COMPRI SINON L EXPRESS UN JOUNAL FRANCAIS NE PEUT PAS NOUS ENTAINER A NOUS HAIR ENRE NOUS SI NOUS AVONS UN PEU DE CONSIDERATION POUR CE QUE NOUS SOMMES MAIS DOMAGE CE QUI N EST PAS DIT PAR RFI N A PAS DE VALEUR POUR NOUS NOUS AVONS HONTE DE NOUS MEME.

    • C’est cela le pouvoir de l’information: qui maitrise l’information – une marchandise- maitrise le monde…

  38. Une chose est sûr mémé si le Capitaine Sanogo n’a pas le mérite de rentrer dans l’histoire comme le général De Gaulle pour ces détracteurs, Nous autres Maliens, l’apprécions à sa juste valeur, au delà des souffrances que nous subbissons aujourd’hui qui n’est que passagères. Et le Peuple Maliens dans son ensemble, je veux dire dans sa grande majorité accepte ce prix de souffrance afin que ceux qui viendront après eux (les générations futures) ne se laissent plus entrainer dans une démocratie de façade, dans laquelle une élite se forme et qui se permet de s’allier aux Narcotraficants et autres preneurs d’otages et à leur têtes le Président du Mali ATT, qui s’est jamais dit que le Mali ne mérite pas qu’on traine l’honneur de cette grande Patrie dans la boue et d’autres souillures, Mais après la réconquête vous saurez d’autres vérités. Ces des faits qui ont parlé quand ATT a démissionné et qu’il n’a eu aucun soutien de la communauté international et du coup a posé ce questionnement qui croire? si ATT a trahi le Mali, quel Militaire ou groupe de militaires faut il croire? Mais la CEDEAO n’a jamais désavoué Sanogo, mais l’image d’ATT qui a plûtot terni l’Image de l’armée Malienne, ils se sont tout simplement dit que si ATT qui fut aux yeux du monde un Honnête homme et qui a fini par avoir des ambitions aussi dégradants.
    Mon intervention n’est peut-être pas de votre goût, et je ne cherche pas vous allier à ma démarche; mais tout simplement d’avoir en face des gens qui soient prêts à mener un échange d’opinions avec une objectivité claire et nette. Car pour illustrer mes assertions, vous pourriez lire les rapports de tous les experts et spécialistes géopolitique du sahel et de la sous-région, et l’intime conviction reste il a lié un pacte avec les démons et du coup cela fait de lui(????).
    Le Général De gaulle à eu le couronnement de ses éfforts en 1945 après 6 ans de Maquis, et la France entière était tombée dans les main des Nazis(1939-1945), lui le général n’a pas anticipé sur les ambitions du Maréchal Pétain malgré tout le mérite qu’il ait eu par la suite, mais quant au Capitaine Sanogo il a anticipé avant que l’armée Malienne ne se fasse massacrer par ces Bandits armés(entretenus par ATT), vous comprendrez aisement que l’armée s’est repliée au risque de diminuer son effectif. Et que maintenant si elle doit aller à la Guerre, ce serait bien armée et motivée.
    Tandis que avant elle était envoyée sachant bien que toutes les conditions n’étaient pas réunies.

    • Mon frère, moi je partage votre point de vue !!! Sanogo est peut être nul mais de là à le traiter comme un démon, non !!! Aidons le à partir du pouvoir serait mieux pour tous que de jouer à l’acharnement et à la haine…….. Sur ce forum pour faire passer son point de vue, il faut d’abord insulter ou sinon ils t’insulteront pour ton opinion !!! Votre analyse est plutôt responsable !! 😉 😉

    • fulayoro, pour ton info de la part de noumoufakoly:

      Le putsch-éclair des soldats maliens

      Après de violents combats autour du palais présidentiel, partiellement brûlé, une junte menée, semble-t-il, par le lieutenant Amadou, Haya Sanogo a diffusé un message à la radio-télévision nationale jeudi matin dans lequel elle déclare mettre fin au « régime incompétent » du président Amadou Toumani Touré (ATT), arrivé au pouvoir en 2002.

      Toutes les institutions du pays ont ainsi été suspendues et un couvre-feu sur tout le territoire a été décrété de 18 heures à 6 heures. « Toutes les frontières ont été fermées jusqu’à nouvel ordre » a ajouté le sergent Salif Koné qui s’est adressé à l’AFP.

      Le porte-parole des mutins, Amadou Konaré, a affirmé qu’ils avaient agi face à « l’incapacité du gouvernement à gérer la crise du nord du pays. » Le pays est en effet en proie depuis plusieurs mois à une rébellion touareg et à des activités des groupes islamistes armés. Depuis la chute du régime Kadhafi des quantités impressionnantes d’armes ont d’ailleurs circulé vers le Mali au profit des rebelles.

      La Président Amadou Toumani Touré est, quant à lui, toujours introuvable. Néanmoins plusieurs versions circulent sur son lieu de refuge : il pourrait se trouver dans un camp militaire en périphérie de Bamako, comme l’a indiquée l’AFP selon une source militaire loyale au Président déchu. D’autres évoquent une fuite vers un pays voisin. Cet ancien militaire de 63 ans, surnommé « ATT », qui avait été élu en 2002 et réélu en 2007, devait quitter le pouvoir lors des prochaines élections initialement prévues le 29 avril. Selon des sources locales, ATT ne jouissait pas non plus d’une grande ferveur au sein de la société malienne. Il était, en effet, devenu, depuis un certain temps, la cible de nombreuses critiques à son encontre.

      Des réactions internationales unanimes

      Pour la communauté internationale, c’est l’inquiétude qui règne. Les réactions n’ont pas tardé à se faire entendre. La France, portée par la voix d’Alain Juppé, ministre des affaires étrangères sur Europe 1 a déclaré qu’elle condamnait cette insurrection.
      «Nous demandons le rétablissement de l’ordre constitutionnel, des élections, elles étaient programmées pour avril, il faut qu’elles aient lieu le plus vite possible»

      L’ambassadeur britannique à l’ONU, Mark Lyall Grant, dont le pays préside le Conseil en mars, condamne également fermement le putsch. Il demande aux mutins de « garantir la sécurité du président Amadou Toumani Touré et de regagner leurs garnisons ».

      La Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont déclaré pour leur part, qu’elles suspendaient toute aide jusqu’à ce que la crise soit résolue.

      Washington, de son côté, appelle les Maliens à régler les tensions qui les divisent à travers le dialogue et non par la violence.

      De manière générale, tout le monde s’accorde pour condamner ce revers, pour un pays dont la situation était déjà fort complexe.

      Qui sont les mutins ?

      Ces militaires sont apparus en uniforme à la télévision. Ils étaient environ une vingtaine et se sont présentés au nom du CNRDR, le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat.

      Plutôt jeunes, quasiment inconnus, et peu gradés, ces militaires cherchent vraisemblablement à rassurer sur leurs intentions.

      Après avoir annoncé la dissolution des institutions et la suspension de la Constitution, Amadou Sanogo, chef de la rébellion devient de facto l’homme fort du pays.

      Il s’est néanmoins engagé à organiser des élections, sans toutefois indiquer quand elles pourraient avoir lieu. Il a également lancé un appel au calme dans tout le pays et a condamné tout pillage.

      Les mutins ont aussi invité l’administration à reprendre le travail à partir du mardi 27 mars prochain et ont demandé aux secrétaires généraux des ministères de gérer les affaires courantes jusqu’à la résolution de la crise.

      Nous en saurons sans doute davantage dans les temps à venir. Le risque serait bien évidemment que cette junte, sous le prétexte de la défense des institutions de l’Etat, tarde à rendre le pouvoir.

      Une situation déjà très complexe

      La fondation du MNLA :

      Ce coup d’Etat militaire intervient dans un pays déjà en proie à une situation extrêmement difficile.
      En effet, depuis le 1er novembre 2011, des Touareg des villes de Ménaka et de Kidal (nord-est du pays) avaient répondu à l’appel à manifester du Mouvement national de libération d’Azawad (MNLA) afin de célébrer la première année de la formation politique.

      Ce mouvement qui réclame l’autonomie de la zone comprenant les régions de Kidal, Tombouctou et une partie du Gao, dans le nord du Mali, est issu d’une fusion entre le mouvement national de l’Azwad (MNA) et le mouvement touareg du nord-Mali (MTNM). Cette nouvelle formation réclamait (et réclame toujours) l’auto-détermination du peuple touareg de l’Azawad. Son objectif, explique Hama Ag Sid’Ahmed, porte-parole du mouvement, est de «créer une nouvelle organisation qui prendrait en compte les préoccupations de toutes les sensibilités présentes sur le terrain et aussi celles de la population locale»

      Des ex-combattants à la solde de Kadhafi :

      Les autorités du pays prennent alors cette menace au sérieux. Le MNLA dispose en effet d’une frange militaire et bénéficierait de l’appui politique et militaire d’hommes fort expérimentés.

      Des tensions entre les touaregs et l’armée malienne se sont alors accrues dans la province du Kidal. On a fait alors état d’un retour de combattants de l’ex-armée libyenne, tombée après la chute du dictateur Moammar Kadhafi, qui ont rejoint la formation rebelle au Mali en apportant une quantité non négligeable d’armements. Selon les observateurs présents sur le terrain, près d’une centaine de véhicules provenant de Libye, avec à leur bord des hommes armés, auraient été aperçus dans la région. On parlait alors de 1000 à 3000 anciens combattants Touareg. Ils auraient été enrôlés par le régime Kadhafi pendant la révolution et intégrés aux forces de sécurité.

      Depuis Octobre les affrontements entre les rebelles touaregs et l’armée régulière Malienne ont pris de l’ampleur dans la région du Kidal. Le 10 novembre dernier, un affrontement entre un convoi armé de véhicules provenant de Libye et des militaires nigériens a fait 14 morts.

      La situation prend, dès le 27 janvier dernier, une tournure plus inquiétante, lorsqu’on apprend que des membres d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) se sont joints aux rebelles Touareg afin d’unir leur force contre l’Etat Malien. AQMI, qui par ailleurs, détient toujours 13 otages occidentaux dont 6 Français.

      Ils avaient attaqué ensemble la ville d’Aguelhoc (nord-est du Mali), le 24 janvier précédent. Plus de 70 soldats désarmés avaient alors été exécutés.

      Le 11 mars dernier, les rebelles Touareg ont réussi par la force, à occuper le camp militaire de Tessalit (près de la frontière algérienne). Le MNLA avait affirmé qu’il y avait eu peu de victimes. L’armée malienne avait alors du se retirer en fuyant, en évoquant bien sûr « un retrait tactique ». Cette base hautement stratégique était la seule de la région du Kidal à disposer d’une piste d’atterrissage goudronnée et à être capable d’accueillir des hélicoptères, une sacrée prise de guerre pour le MNLA !

      Une armée démunie

      Depuis plusieurs semaines déjà, l’armée malienne se plaignait de ses propres carences. La difficulté et la violence rencontrées par les soldats face aux Touareg rendaient nerveux les hommes de terrain. L’attaque d’Aguelhoc avait littéralement plombé le moral des troupes.

      Amadou Konoré, porte-parole de la junte explique donc ce coup d’Etat par «L’incapacité notoire du régime à gérer la crise qui sévit au nord du Mali (…) l’inaction du gouvernement à doter de moyens adéquats les forces armées et de sécurité pour accomplir leurs missions de défense de l’intégrité du territoire national».

      La désinformation du gouvernement de Bamako

      Pendant ce temps là à Bamako, c’est une véritable désinformation du public qui s’organisait. Le pouvoir, alors tenu par le président ATT, ne faisait état que de bonnes nouvelles du front. Il affirmait que la situation était totalement sous contrôle. Une propagande gouvernementale qui n’a fait qu’alimenter le ressentiment des soldats sur le terrain.

      Pour un certain nombre de commentateurs, qui préfèrent parler de mutinerie plutôt que d’un coup d’état, la situation actuelle était prévisible.

      La menace du Chaos au Mali

      Depuis hier, c’est le silence radio au sein du CNRDRE, le Comité pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat, responsable du coup d’Etat. Ce mutisme reflète vraisemblablement un certain amateurisme en matière politique.

      La stabilité du pays est à l’heure actuelle très précaire. Des scènes de pillage perpétrées par des individus, certains en uniformes, ont en effet été observées à Bamako, capitale du pays jeudi.

      Selon l’agence de presse REUTERS, des pénuries de pain et de carburant commencent à se faire ressentir depuis vendredi dans la capitale.

      Les doutes sur la situation du président malien ATT alimentent l’inquiétude au sein des populations. Les observateurs parlent d’un sentiment étrange de chaos.

      Cette mutinerie risque fort de déstabiliser la région si aucune issue n’est trouvée rapidement. D’autant que le vide laissé sur le front permet en ce moment même aux rebelles touaregs de profiter de la confusion pour gagner du terrain dans le nord du pays en investissant les positions abandonnées par l’armée.

      Sur son site internet (www.mnlamov.net) le MNLA annonce qu’il poursuivra « son offensive pour déloger l’armée malienne et son administration de toutes les villes de l’Azawad ».

      Selon un communiqué de Bakaye Ag Hamed Ahamed, chargé de la communication du mouvement « Le coup d’Etat militaire au Mali ne change en rien la dynamique du MNLA, qui défend l’Azwad pour son autodétermination sans aucune condition et son indépendance vis-à-vis du Mali ».

      Les mutins, dont les grades ne dépasseraient pas celui de Capitaine, prennent un risque considérable en affaiblissant l’Etat de la sorte. Même si certains estiment que l’ex président ATT en faisait autant.

      Si l’Etat malien ne se redresse pas dans les semaines à venir, c’est le risque de voir apparaître un Etat autonome Touareg, sous l’influence d’AQMI dans une région déjà sous très haute tension, qui se profile. Cette situation pourrait nous amener de fait, à une déstabilisation profonde de l’Afrique sub-saharienne, pouvant également mener à des tensions violentes.

      Une question nous brûle les lèvres à l’heure actuelle : Pourquoi les pays engagés dans la lutte contre les groupes terroristes, et en particulier AQMI (Tels que la France, les Etats-Unis et même l’Algérie), n’ont-ils pas réagi plus tôt en apportant une aide militaire et logistique au Mali avant que la situation ne devienne insoutenable?

    • Fulayoro pour votre mémoire:
      Amadou Toumani Touré à RFI : «Le plus important pour moi aujourd’hui ce n’est pas ma personne»

      Le président malien Amadou Toumani Touré.
      REUTERS/Toussaint Kluiters/United Photos/Files
      Par RFI
      Le président malien, Amadou Toumani Touré, dont on était quasiment sans nouvelles depuis le coup d’Etat du 21 mars dernier, a accordé ce mercredi un entretien à RFI. Il affirme être au Mali, en bonne santé et libre. Et il appelle ses compatriotes à soutenir le plan de sortie de crise proposé par la Cédéao.

      Amadou Toumani Touré : Je voudrais tout d’abord prononcer une petite déclaration : j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt les conclusions à l’issue du sommet extraordinaire de la Cédéao, tenu mardi à Abidjan. Je souscris entièrement aux propositions faites par les chefs d’Etat pour une sortie de crise dans notre pays. Cela s’entend par le retour à l’ordre constitutionnel normal ce qui est cardinal. Et cela nous permettra certainement d’éviter toute aventure. Cela passe aussi par la remise en place des institutions de la République qui ont été démocratiquement élues par le peuple souverain du Mali. Le « cas ATT » est certainement le plus simple. A deux mois de la fin de mon mandat, je reste disponible et surtout compréhensif pour toute solution allant dans le sens de l’apaisement et de la sauvegarde de la démocratie malienne citée en exemple. Démocratie que, avec tant d’autres Maliens, tant d’autres démocrates, j’ai contribué à mettre en place. Je demande à mes compatriotes maliens et aux amis de notre pays de soutenir cette sortie de crise. Le Mali ne mérite pas du tout cette période de crise.

      RFI : Monsieur le président, cela fait 7 jours que l’on est sans nouvelles de vous. Comment vous portez-vous ? Quel est votre état de santé ?

      ATT : Je me porte très bien. La seule chose qui me manque c’est un peu de sport. Mais je me porte très bien et ma famille aussi.

      RFI : Où vous trouvez-vous actuellement ? Etes-vous toujours en territoire malien ? A Bamako ou à l’intérieur du pays ?

      ATT : Je suis à l’intérieur du Mali. Chez moi, au Mali.

      RFI : Etes-vous détenu par les mutins ou libre de vos mouvements ?

      ATT : Je ne suis pas détenu par les mutins. Je suis libre dans mon pays.

      RFI : Mais vous n’êtes pas à Bamako ?

      ATT : Je vous ai dit que j’étais au Mali, et la prochaine fois que nous nous verrons je vous dirai où j’étais pendant tout ce temps…

      RFI : Comment voyez-vous cette décision de la Cédéao qui consiste à vous réinstaller dans vos fonctions de président de la République ?

      ATT : Je dis que le plus important pour moi aujourd’hui ce n’est pas ma personne. Je suis à deux mois de la fin de mon mandat. Je pense que le plus important aujourd’hui, c’est, de manière consensuelle, avec l’ensemble de la classe politique malienne et l’ensemble des parties présentes, et l’ensemble des chefs d’Etat de la Cédéao, de ménager une sortie de crise. Je pense que le plus important aujourd’hui, ce n’est pas ATT, ce n’est pas les hommes, ce qui est important c’est la démocratie, c’est les institutions, et c’est le Mali.

      RFI : Vous êtes donc prêt à partir ? A vous retirer ?

      ATT : La question ne m’a pas encore été posée, mais sachez que, il y a 22 ans que je pense être utile à mon pays. 22 ans après, je suis là encore, face à cette crise. Et pour moi c’est le Mali d’abord et le Mali avant tout.

      RFI : Est-ce que vous vous considérez toujours comme le président du Mali ?

      ATT : Je ne veux pas rentrer dans cette polémique. Je me considère d’abord comme un citoyen malien, comme un démocrate. Aujourd’hui ce qui compte pour moi, ce n’est pas ma douleur, elle n’est rien. Mais ce qui me peine, c’est la situation dans laquelle je vois mon pays.

      RFI : Une nouvelle Constitution vient d’être présentée par la junte qui se propose de ne pas se présenter aux prochaines élections. Cela vous semble-t-il recevable ?

      ATT : Je pense que ce n’est vraiment pas à moi de décider. Les chefs d’Etat de la Cédéao viendront à Bamako, ils discuteront avec les uns et les autres, et c’est le plus important.

      RFI : Revenons sur la journée du mercredi 21 mars. Comment êtes-vous parti du palais présidentiel ? Comment s’est passée cette journée pour vous ?

      ATT : J’ai passé toute la journée sous les canons depuis pratiquement 16 heures. Canons de chars, canons de véhicules blindés, toutes sortes de tirs étaient concentrés sur mon bureau, sur mon domicile et sur ma famille. Et aux dires de certains, il ne reste plus rien, tout est calciné. Mais pour un vieux commando, il reste toujours un moyen de se tirer d’embarras et c’est ce que j’ai fait.

      RFI : Mais avez-vous délibérément demandé à la garde présidentielle de ne pas répliquer, de ne pas combattre ?

      ECOUTER L’ENTRETIEN

      29/03/2012 – INVITÉ AFRIQUE
      Amadou Toumani Touré, président renversé du Mali
      ATT : En aucune manière je ne souhaiterais jamais que des soldats de l’armée malienne tirent sur d’autres soldats de l’armée malienne. Pour moi qui suis aussi soldat et officier de cette armée, vous pouvez imaginer que je n’aurais jamais souhaité des affrontements entre les forces armées uniquement pour protéger un homme. Le plus important aujourd’hui, c’est d’en appeler à l’unité, c’est d’en appeler à la cohésion pour faire face à tous les défis qui attendent le pays.

      RFI : Etes-vous encore entourés de quelques fidèles ?

      ATT : Je ne pourrais pas vous le dire. Vieux soldats, il y a quelques secrets militaires que je garde pour moi. Mais le plus important c’est que je me porte bien et que je suis en République du Mali.

      RFI : Etes-vous favorable à une intervention militaire comme le suggère la Cédéao en cas de refus du plan de sortie de crise par les mutins ?

      ATT : Je ne répondrai pas à une telle question. Je n’ai pas été contacté officiellement et je ne suis pas à l’aise pour répondre à des questions qui ne m’ont pas été posées.

      Propos recueillis par Boniface Vignon

    • fuluyoro pour ton info:

      Retour sur une extraordinaire réaction en chaîne.

      Cet article fait suite au précédent sujet publié sur LGO du 27 mars 2012. : Coup d’Etat au Mali : Vers une déstabilisation de la région ?

      La déclaration de « l’indépendance de l’Etat d’Azawad »

      Pour les touaregs de la région d’Azawad, au nord du Mali, la date du 6 avril 2012 est désormais historique. « Nous proclamons solennellement l’indépendance de l’Azawad à compter de ce jour ». C’est en ces termes que Mossa Ag Attaher, porte parole du MNLA, principal mouvement rebelle touareg, s’est exprimé vendredi matin sur la chaîne d’information France 24. Cette déclaration faisait suite à un communiqué publié par l’organisation sur son site internet (mnlamov.net) plus tôt dans la matinée.

      La France, très impliquée dans cette crise, a immédiatement réagi, et a affirmé, par la voix de son ministre des affaires étrangère, qu’elle ne reconnaît pas cette déclaration, affirmant rester « attachée à l’intégrité territoriale du Mali » et « qu’il n’est pas question de remettre en cause la souveraineté de ce pays ». La France reproche notamment les méthodes du MNLA et leur liens supposés avec des mouvements liés à AQMI, ce que le mouvement touareg réfute.
      Dans sa déclaration d’indépendance, le MNLA cherche semble-t-il, à s’inscrire dans une logique d’apaisement. Sur son site, l’organisation déclare entre autres qu’elle « reconnaît les frontières avec les états limitrophes et leur inviolabilité », « l’adhésion à la charte des Nations Unies » et « son engagement ferme à créer les conditions d’une paix durable et initier les fondements institutionnels de l’Etat basé sur une Constitution démocratique de l’Azawad indépendant ». Le MNLA appuie son discours sur la légalité supposée de son projet, invoquant ainsi les articles 1 et 55 de la charte des Nations Unies et le « droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes ». Elle reproche au passage les erreurs historiques commises par la France lors de l’établissement des frontières en Afrique de l’Ouest en 1960, rattachant l’Azawad « sans son consentement » à l’Etat malien.

      Quelle légitimité pour ce nouvel Etat ?

      La question de la légitimité de cette déclaration d’indépendance se pose en ces termes :
      La première question est de savoir quelle viabilité peut avoir ce territoire principalement composé de désert et dépourvu de grandes ressources naturelles. Ne pourrait-il pas y avoir ainsi le risque de voir un Etat qui se financerait par le trafic de drogue, déjà très répandu dans la région ?
      La seconde question qui nous taraude est celle des rapports que peut entretenir le MNLA avec les groupes islamistes radicaux qui sévissent depuis plusieurs semaines dans la région. Même si l’organisation touareg se défend de tout lien, tant idéologique que stratégique avec ces groupes, les témoignages et les faits semblent pour l’instant les contredire, du moins pour les premiers temps du soulèvement. Il semble néanmoins clair aujourd’hui que les rapports entre les deux partis se sont nettement dégradés. « Les amis d’hier deviennent les ennemis d’aujourd’hui » (comme nous dit un confrère localisé à Bamako, Fabien Offner, qui a réalisé l’excellente interview de M.Sanogo pour Libération). On a appris notamment lundi 2 avril que des membres du MNLA basés à Tombouctou ont été eux même chassés de la ville qu’ils avaient prise quelques jours plus tôt. Leurs assaillants appartenaient, selon l’AFP, à un groupe (ou une milice) islamiste répondant au nom d’Asnar Dine (les défenseurs de l’islam, en arabe). Ce dernier serait né d’une branche d’AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique). Ils tiennent encore aujourd’hui la ville, célèbre pour son tourisme.
      Y-a-t-il eu des accords entre le MNLA et les groupes islamistes ? La crainte exprimée ces derniers jours par différents médias et experts, de voir apparaître un Etat islamiste imposant la charia aux populations est-elle réellement justifiée ?

      Un désordre à très haut risque

      Au sud, la junte au pouvoir semble prendre conscience du danger et de son incapacité à gérer la situation. Le chef des putschistes, Amadou Sanogo s’est engagé lundi 9 avril à respecter les accords signés avec la Cédéao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’obligeant à remettre le pouvoir à un gouvernement de transition, qui sera présidé par Dioncounda Traoré. On attend aujourd’hui mardi 10 avril, la démission officielle d’ATT (Amadou Toumani Traoré). La tâche principale de ce nouveau gouvernement sera de pacifier le nord.
      Une tâche qui devient de plus en plus compliquée, d’autant qu’on apprend lundi 9 avril, que des membres de la secte islamiste nigérienne Boko Haram seraient entrés au nord du pays, en renfort des islamistes, notamment à Gao. Plusieurs sources témoignent d’un climat d’oppression au sein de certaines villes telle que Tombouctou où les femmes y seraient désormais obligatoirement voilées et les débits de boissons alcoolisées systématiquement saccagés selon AP (Associated Press). L’Algérie s’inquiète également du sort de ses diplomates enlevées à Gao la semaine dernière par ce même type de groupe d’obédience islamiste. La confusion totale règne donc sur la région, et tout comme l’Etat Algérien, les pays voisons sont inquiets de la situation et se tiennent prêts à intervenir militairement par le biais de la Cédéao. Le risque d’une terrible guerre, sur fond de luttes ethniques et idéologiques se dessine donc de plus en plus…
      Amnesty International ne cesse par ailleurs d’alerter via son site internet et les réseaux sociaux, sur le sort des populations locales, craignant un désastre humanitaire majeure dans toute la région.

      La genèse de la crise malienne

      Il n’est pas inintéressant d’observer la crise malienne avec un peu de recul. On s’aperçoit alors d’un enchaînement d’évènements tout à fait extraordinaire. Cette crise s’inscrit comme conséquence directe des révolutions arabes, enclenchée par la Tunisie et la fuite du dictateur Zine-El-Abidine Bel Ali le 14 janvier 2011. Près d’un mois plus tard, dès le 15 février, les populations libyennes de Benghazi se soulèvent, s’en suit alors une révolution qui aura duré près de sept mois et qui aura vu, grâce à l’aide militaire apportée par l’OTAN à l’initiative de la France, la chute de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 1969.
      Cette défaite du régime Kadhafi a entraîné la fuite des troupes étrangères à sa solde, parmi lesquelles on retrouve…des combattants touaregs du nord du Mali. Ces derniers surentraînés et munis d’armes sophistiqués, connus également pour leur redoutable efficacité sur les terrains sahariens, ont offert un avantage considérable aux indépendantistes du MNLA. Un ascendant qui a complètement déstabilisé l’armée régulière malienne. Le Mali qui se retrouve confrontée dès le 22 mars dernier, à un coup d’Etat organisé par des sous-officiers lassés de subir des revers dans le nord. L’Effet Domino…

      Une crise profonde

      Nous savions déjà que les révolutions arabes avaient initié une nouvelle période géopolitique, et que les conséquences de celles-ci se ressentiraient à l’échelle de l’Histoire. La crise que subit le Mali démontre que ces conséquences peuvent être plus profondes qu’on ne l’imagine. On peut souligner surtout la rapidité déconcertante des changements qui s’opèrent.
      Cette crise est d’autant plus complexe qu’elle remet profondément en question des choix et de décisions historiques. La carte des frontières de l’Afrique de l’ouest, dessinée par la France après la décolonisation, n’ayant pas considéré les particularités et la diversité des peuples, trouve aujourd’hui sa limite. C’est en quelque sorte le XXème siècle qui nous explose à la figure, et c’est sans doute loin d’être terminé. Comment va maintenant réagir le reste du peuple touareg disséminé dans les territoires voisins ? Comment vont réagir les différents peuples sans Etat d’Afrique sub-saharienne ?

      La Rédaction de LGO avec Mehdi Jaziri

    • fulayora rien ne vaut l’information, ceci est pour toi. et nul ne s’acharne contre Kati, nus aimons tous le Mali, mais nous voulons simplement de l’ORDRE dans notre pays.

      DAKAR, 10 avril 2012 (IRIN) – Après l’échec des rébellions sécessionnistes menées par les Touaregs pendant des décennies, un groupe séparatiste, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), a déclaré la fin des opérations militaires dans le nord du Mali après avoir atteint ses objectifs : prendre le contrôle militaire des trois régions de Gao, Kidal et Tombouctou, qui formeront un nouvel état. Un groupe islamiste séparatiste, Ansar Dine, qui n’a pas les mêmes objectifs que le MNLA et qui tente d’instaurer la charia au Mali, a également pris part aux combats et prétend avoir pris la ville de Tombouctou au MNLA – des rapports font état de fortes tensions entre les deux groupes.

      Voici une chronologie des principaux évènements.

      L’occupation coloniale française du nord du Mali

      Juillet 1891 : La colonie du Soudan français est érigée en grande partie sur le territoire de l’actuel Mali.

      Décembre 1893 : Les troupes françaises occupent Tombouctou, mais se heurtent à une forte résistance dans la ville et ses environs.

      1911 : Les troupes françaises écrasent la révolte des Kel Ataram à Ménaka.

      1913-14 : Une grave sécheresse frappe le nord du pays, aggrave la pauvreté dans les régions peuplées par les Touaregs et provoque un mécontentement croissant.

      1914-17 : Firhoun – chef suprême élu ou aménokal des Kel Ataram à Ménaka – et Kawsanag Kedda, responsable du siège d’Agadez sur le territoire actuel du nord du Niger, mènent des révoltes contre les Français. Ces deux révoltes sont réprimées par les Français qui ont obtenu le soutien des confédérations touarègues rivales et des Arabes. Les rebelles font l’objet de lourdes représailles.

      La rébellion des « Fellaghas »

      Septembre 1960 : Le Sénégal se retire de la fédération du Mali. L’ancienne république du Soudan devient la république du Mali et l’indépendance est proclamée à Bamako, la capitale. Modibo Keïta, enseignant et syndicaliste, est nommé président de la République. La constitution est adoptée.

      1962-64 : Dans le Nord, la première rébellion touareg, ou rébellion des Fellaghas, est lancée depuis la région de Kidal et est violemment réprimée. Les troupes gouvernementales ciblent les communautés touaregs, éliminent le bétail et empoisonnent les puits. La guerre provoque un exode massif des Touaregs vers l’Algérie et d’autres pays voisins. Le renforcement des restrictions militaires par le gouvernement se poursuit dans le Nord.

      Décembre 1968 : Un coup d’État militaire renverse Modibo Keïta, qui est emprisonné. Moussa Traoré, officier qui dirige le Comité Militaire de Libération Nationale (CMLN), prend la présidence du pays.

      1972-73 : Le Mali est frappé par une forte sécheresse qui a un impact dévastateur sur le Nord et entraîne une nouvelle vague de migrations vers les centres urbains et les pays voisins du Mali. Des rapports font par la suite état d’importants détournements de nourriture par les autorités.

      1976 : M. Traoré crée un parti politique, l’Union démocratique du peuple malien (UDPM). Le Mali adopte un système à parti unique.

      1984-85 : La pire sécheresse qu’ait connue le pays en dix ans a de très importantes conséquences pour les communautés pastorales et l’économie rurale du Nord.

      Juin 1985 : Moussa Traoré est réélu sans opposition avec 89 pour cent des suffrages. Le Mali et le Niger sont le théâtre de rébellions.

      1988 : Création du Mouvement populaire de l’Azawad (MPA) en Lybie qui est dirigé par Iyad Ag Ghali.

      Mai 1990 : Les Touaregs du nord du Niger attaquent Tchintabaradene. De lourdes représailles militaires s’ensuivent qui provoqueront la mort de centaines de Touaregs.

      Juin 1990 : La rébellion touareg débute par l’attaque de la prison et de la garnison de Ménaka. Les violences généralisées provoquent un nouvel exode des populations civiles.

      Juillet-août 1990 : Des opérations militaires sont lancées dans le Nord, tout particulièrement autour de Gao. Le commandant d’un escadron de parachutistes aurait dit : « L’extermination des Touaregs est la solution. Je suis venu ici pour m’en occuper, et je ne gâcherai pas mes munitions ».

      Démocratie et la route vers Tombouctou

      6 janvier 1991 : L’accord de paix négocié par l’Algérie à Tamanrasset dans le sud du pays prévoit la décentralisation du Nord et la réintégration des troupes touarègues, mais les violences se poursuivent dans certaines régions du Nord.

      Janvier-mars 1991 : Les autorités répriment avec violence les manifestations d’étudiants et de syndicats à Bamako et font de nombreuses victimes.

      26 mars 1991 : M. Traoré est renversé et un gouvernement de transition est établi : le Comité Transitoire pour le Salut du Peuple (CTSP), dirigé par l’officier Amadou Toumani Touré.

      Juillet-août 1991 : La conférence nationale organisée à Bamako rassemble un grand nombre de délégués alors que le Mali tente d’établir une démocratie fonctionnelle.

      12 janvier 1992 : La nouvelle Constitution est adoptée par référendum à une écrasante majorité.

      11 avril 1992 : Le Pacte National est signé par le gouvernement et un groupe de coordination des rebelles Touaregs est créé. Le Pacte prévoit la régénération économique du Nord, des initiatives de réconciliation nationale, la décentralisation et l’intégration des Touaregs au sein de structures militaires et civiles.

      Avril 1992 : Alpha Oumar Konaré, ancien ministre, consultant des Nations Unies, propriétaire d’un journal et d’une radio, remporte les premières élections multipartites. Son parti, l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA), remporte les élections parlementaires.

      Décembre 1993 : Le Lieutenant-Colonel Oumar Diallo mène une tentative de coup d’État.

      Janvier 1994 : La dévaluation de 50 pour cent du franc CFA entraîne une hausse importante du coût de la vie et provoque des manifestations.

      Mai 1994 : Malgré une série d’initiatives de paix au niveau local et national, les tensions s’aggravent dans le Nord, en particulier entre les communautés sédentaires Songhai, les Touaregs et les Arabes. Elles ont pour résultat la formation du Mouvement patriotique Ganda Koi (MPGK) malien des miliciens Songhaï. (Ganda Koi – « maîtres de la terre » en songhaï).

      Janvier 1995 : Les accords de Bourem sont signés par le MPGK et le Front populaire pour la libération de l’Azawad (FPLA), principalement composé de Touaregs. Ils marquent une percée significative en désamorçant les tensions ethniques.

      27 mars 1996 : La cérémonie de la Flamme de la paix est organisée à Tombouctou, alors que des centaines d’armes à feu sont détruites et que les mouvements touaregs armés et le MPGK sont officiellement dissous.

      Mai 1997 : M. Konaré est réélu.

      Juin 2002 : Amadou Toumani Touré est élu président après avoir exclu un retour en politique.

      2005 : Le Mali est frappé par une grave sécheresse. Les communautés pastorales sont à nouveau sévèrement touchées.

      Avril 2005 : Le décret introduisant l’Agence de Développement du Nord Mali (ADN) est promulgué : il donne la priorité à l’investissement et au développement dans les régions de Gao, Tombouctou et Kidal.

      Avril 2006 : Le colonel Mouammar Kadhafi, le leader libyen, fait partie des invités d’honneur du festival du Maouloud de Tombouctou, qui commémore la naissance du prophète Mahommed. Cette visite fait l’objet de critiques des Maliens qui accusent M. Kadhafi d’avoir soutenu les révoltes touarègues.

      Mai 2006 : Les garnisons de Kidal et Ménaka sont attaquées par le nouveau mouvement rebelle, l’Alliance démocratique pour le changement du 23 mai (ADC).

      4 juillet 2006 : Les accords d’Alger sont signés par le gouvernement et l’ADC, l’accord de paix porte principalement sur la sécurité et la croissance économique à Kidal, la huitième région du Mali et la plus éloignée de la capitale.

      Avril 2007 : M. Touré est réélu, mais la victoire est contestée par les autres candidats.

      Mai 2007 : Les violences continuent après le rejet par l’Alliance Touareg Niger-Mali (ATNM) des accords d’Alger. L’ATNM poursuit ses opérations dans le Nord, attaquant des garnisons et enlevant des soldats placés sous le commandement d’Ibrahim Ag Bahanga.

      Novembre 2007 : L’ancien chef touareg Iyad Ag Ghali rejoint le consulat malien de Djedda, en Arabie saoudite.

      Février 2009 : Le gouvernement mène avec succès une contre-insurrection dans le Nord. Celle-ci se traduit notamment par le démantèlement des bases militaires rebelles, mais elle engendre une forte hostilité de certaines communautés touarègues, qui se plaignent d’être maltraités par les troupes gouvernementales.

      Février 2009 : La cérémonie de paix de Kidal inclut la remise de centaines d’armes par les rebelles touaregs et de nouveaux aménagements pour leur intégration au sein des forces armées, mais les combattants de M. Bahanga ne participent pas au processus de paix.

      La rébellion suivante

      Novembre 2010 : Une rencontre est organisée à Tombouctou : elle accueille principalement des Touaregs du Nord et se conclut par la création du Mouvement national de l’Azawad (MNA) qui rejette les violences, mais appelle à un élan de solidarité des Azawadis installés au Mali et à l’étranger.

      Février 2011 : M. Touré prend la parole lors d’une cérémonie organisée non loin de Kidal et annonce un nouveau grand programme pour le Nord qui « proposera des solutions urgentes pour le rétablissement de la paix et de la sécurité », et aidera les jeunes « à trouver du travail et à échapper aux activités illicites et dangereuses ». Peu impressionné, le porte-parole des Touaregs Hama Ag Sid Ahmed prévient, « Pendant de longues années, nous avons essayé de rouvrir le dialogue avec les autorités centrales. Nous constatons que rien ne change sur le terrain ».

      Août 2011 : Six mois après la cérémonie de Kidal, M. Touré lance le Programme spécial pour la paix, la sécurité et le développement au Nord-Mali (PSPDN) doté d’un budget de 32 milliards de francs CFA (environ 65 millions de dollars), qui met l’accent sur les projets liés à la sécurité, au développement, aux femmes, aux jeunes et à la génération de revenus. Le programme a reçu le soutien de l’Union européenne (UE), de la Banque mondiale, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et d’autres bailleurs de fonds. Le programme est dirigé par Mohamed Ag Erlaf, un Touareg originaire de Kidal.

      Août 2011 : L’arrivée sur le territoire malien de Touaregs lourdement armés est signalée. Ils arrivent de Lybie via l’Algérie et le Niger.

      26 août 2011 : Ibrahim Ag Bahanga, chef de l’ANTM, trouve la mort dans un accident de voiture. M. Bahanga était soupçonné d’avoir été fortement impliqué dans le recrutement de combattants touaregs en Lybie.

      16 octobre 2011 : Le Mouvement National pour la libération de l’Azawad (MNLA) est créé. Le Mouvement national de l’Azawad (MNA) fusionne avec l’ATNM, un mouvement plus intransigeant. Le principal objectif de ce nouveau mouvement est de « sortir le peule de l’Azawad de l’occupation illégale du territoire azawadien par le Mali ».

      Novembre 2011 : Une organisation de la société civile de Gao met en garde contre l’aggravation des problèmes de sécurité dans la région.

      Janvier 2012 : Le MNLA accuse le gouvernement de provocation militaire et de ne pas avoir satisfait une série de promesses, et lance des attaques rebelles sur Ménaka plus au nord. Le mouvement indique que son objectif est « d’obtenir la paix et la justice pour la communauté de l’Azawad » et « la stabilité pour notre région ».

      17-31 janvier 2012 : Après des attaques menées initialement par les rebelles sur Ménaka, de nouveaux combats sont signalés dans d’autres régions du Nord, y compris Ageul-hoc, Tessalit, Léré, Andéramboukane et Nianfunké. Des rapports contradictoires évoquent les succès et pertes militaires de l’armée malienne et du MNLA, mais l’armée gouvernementale a indiqué avoir perdu du terrain.

      Des organisations des droits de l’homme, y compris Amnesty International, condamnent la gestion de la guerre par le gouvernement et l’utilisation d’hélicoptères de l’armée contre des cibles civiles. Des rapports font état de massacres par les troupes gouvernementales à Aguel-hoc après la prise de la ville par le MNLA, alimentant les rumeurs d’une alliance entre le MNLA et des musulmans salafistes extrémistes. Les rebelles réfutent catégoriquement ces allégations.

      1-2 février 2012 : Des manifestations ont lieu dans la ville de garnison de Kati, à 15 km à l’extérieur de Bamako. Elles sont dirigées contre le gouvernement de M. Touré pour sa conduite de la guerre et contre la communauté touarègue locale. Les dirigeants politiques et les acteurs de la société civile mettent en garde contre les extrémistes qui utilisent la situation dans le Nord pour alimenter les tensions inter-ethniques. Amnesty International accuse les forces de sécurité de ne rien faire pour prévenir les attaques sur les maisons et propriétés des Touaregs, des Arabes et des Mauritaniens.

      Le président Touré lance un appel au calme et à l’unité à la télévision nationale.

      2 février 2012 : Des discussions s’ouvrent à Alger entre le gouvernement malien et les représentants de l’ancien mouvement rebelle touareg, l’ADC. Elles se concluent deux jours plus tard par un appel à la paix qui n’est pas jugé pertinent par le MNLA.

      3-4 février 2012 : Des rapports font état d’une offensive des rebelles sur la ville de Kidal.

      7 février 2012 : La population abandonne Tessalit plus au nord, alors que des rapports indiquent que les rebelles assiègent la ville.

      Photo: ReliefWeb
      Carte du nord du Mali8 février 2012 : Les rebelles prennent Tinzawaten plus au nord.

      17 février 2012 : Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime qu’environ 44 000 réfugiés ont fui vers le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie.

      Les chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se rencontrent à Abuja, la capitale du Nigéria, et expriment leurs inquiétudes à propos de la détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire au Mali. Ils condamnent la rébellion du MNLA et apporte un soutien sans réserve aux efforts déployés par le Mali pour défendre l’intégrité de son territoire.

      18 février 2012 : Le MNLA attaque Hombori, une ville située sur la route principale entre Mopti et Gao. Les rebelles réfutent les accusations du gouvernement qui les accuse du meurtre d’un chef militaire de la région.

      21 février 2012 : Une commission gouvernementale établit un rapport sur Aguel-hoc et confirme les meurtres de soldats de l’armée gouvernementale par des combattants d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) qui collaborent avec le MNLA. Le MNLA a catégoriquement contesté le rapport.

      24 février 2012 : Dans une interview accordée à Radio France Internationale (RFI), M. Touré maintient que les élections auront lieu et que le Mali aura un nouveau président le 10 juin.

      26 février 2012 : Le Collectif des ressortissants du nord Mali (COREN) se réunit à Bamako et adopte un plan d’action visant à restaurer le contrôle de l’État dans le Nord, insistant sur la nécessité de protéger les populations menacées.

      10 mars 2012 : Les chefs spirituels du Mali publient un appel commun à la paix et au dialogue.

      10-11 mars 2012 : Le MNLA prend le contrôle de Tessalit, à proximité de la frontière algérienne, alors que les militaires maliens évoquent un « retrait stratégique ».

      13 mars 2012 : L’ancien chef touareg Iyad Ag Ghali envoie une vidéo proclamant que le mouvement Ansar Dine, mentionné pour la première fois en décembre 2011, a joué un rôle clé dans le conflit, mais qu’il se bat pour l’imposition de la charia et contre l’indépendance de l’Azawad.

      15 mars 2012 : Dans une interview accordé au quotidien français Le Figaro, M. Touré indique que la rébellion est une conséquence de la fin du conflit libyen et accuse AQMI de soutenir la rébellion. Selon M. Touré, le gouvernement est ouvert au dialogue, mais refuse toute partition du Mali.

      21 mars 2012 : Les soldats se mutinent à Gao et à Bamako pour protester contre la mauvaise conduite de la guerre et leur manque de ressources. Les troupes mutinées convergent vers le palais présidentiel et les bureaux de la chaîne de télévision ORTM-TV station. Des tirs sporadiques sont rapportés à Bamako.

      22 mars 2012 : Dans un programme diffusé à l’aube, un groupe de soldats indiquant appartenir au Comité national pour le redressement de l’État et la restauration de la démocratie (CNRDRE) annonce un coup d’État, accusant M. Touré d’avoir mal conduit la guerre. Le CNRDRE annonce la suspension de la constitution, la mise en place d’un couvre-feu et la fermeture des frontières. Nombre de magasins et de commerces restent fermés à Bamako. La localisation du président Touré est inconnue, mais il serait en sécurité. Plusieurs ministres et dirigeants politiques sont emprisonnés.

      Le coup d’État est immédiatement condamné par les États-Unis et l’Union africaine. Le MNLA réaffirme son objectif d’obtenir l’indépendance de l’Azawad.

      26 mars 2012 : Le Conseil de sécurité des Nations Unies condamne la prise du pouvoir par le CNRDRE, et « exige la fin des violences et le retour dans les casernes ». Le Conseil de sécurité appelle à la « restauration de l’ordre constitutionnel », et à la tenue des élections à la date préalablement choisie.

      29 mars 2012 : La mission des dirigeants de la CEDEAO au Mali est annulée pour des raisons de sécurité. Les dirigeants se réunissent à Abidjan, en Côte d’Ivoire : le CNRDRE devra quitter le pouvoir dans les 72 heures ou faire face à de lourdes sanctions. Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, est confirmé au poste de médiateur de la CEDEAO.

      30 mars 2012 : Les rebelles prennent le contrôle de Kidal, la capitale de la région la plus au nord du Mali, après des affrontements dans les bases militaires à l’extérieur de la ville. Des témoins confirment la présence de combattants du MNLA et d’Ansar Dine.

      31 mars 2012 : Le MNLA confirme la prise de Gao.

      Le MNLA rapporte la défection du Colonel Major Elhadj Ag Gamou, un ancien chef rebelle qui a dirigé les opérations de l’armée gouvernementale dans le Nord. Dans un communiqué du MNLA publié à Kidal, M. Gamou appelle « tous les Azawadis à rejoindre et à renforcer le MNLA dans sa lutte pour l’indépendance ».

      Les leaders musulmans et chrétiens ont lancé un appel à la paix lors d’un grand rassemblement qui a réuni 25 000 personnes dans un stade de Bamako, exhortant les dirigeants maliens et les chefs d’État régionaux à travailler pour établir le dialogue.

      1 avril : Des rapports de Tombouctou signalent la prise de contrôle d’Ansar Dine sur le MNLA et la traque des combattants du MNLA. D’autres rapports font état de pillages généralisés à Gao alors que les rebelles prennent la ville.

      2 avril : Les dirigeants de la CEDEAO établissent un embargo total contre la junte militaire. Le président de la CEDEAO, le président Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, confirme que « toutes mesures diplomatiques, économiques, financières et autres sont applicables à partir d’aujourd’hui et ne seront levées que quand l’ordre constitutionnel sera effectivement rétabli ». L’Algérie et la Mauritanie, qui ne sont pas membres de la CEDEAO, soutiennent ces mesures.

      La plupart des opérations d’aide humanitaire sont suspendues dans le nord du pays.

      3 avril 2012 : Les leaders de la junte militaire ignorent les demandes de la CEDEAO et refusent de quitter le pouvoir, réitérant leurs demandes de transition ouverte vers un régime civil et le rétablissement du droit constitutionnel.

      4 avril 2012 : Les organisations de la société civile et quelque 50 partis politiques refusent de participer aux discussions sur l’avenir du Mali avec les leaders de la junte militaire.

      5 avril 2012 : Le Conseil de sécurité des Nations Unies lance un appel au cessez-le-feu dans le nord du pays et au retour de la démocratie. Le MNLA, qui atteint son objectif, annonce la fin des opérations militaires dans le nord du Mali.

      6 avril 2012 : Le MNLA déclare l’indépendance de l’Azawad dans le nord du Mali et appelle à un cessez-le-feu unilatéral.

      mg/amz

  39. Plus vous vous acharnez sur le Capitaine plus vous lui faites valoir son mérite du Libérateur de la démocratie Malienne, car cette démocratie aux yeux des profanes du développement et de la démocratie que je lis très souvent sur Maliweb, était exemplaire; tandisque tous les experts et spécialistes Maliens et internationaux de la géopolitique sont unanimes que cette démocratie sous ATT était de façade, et était assise sur une aliance avec les narcotrafiquants, des preneus d’otages ETC…

    • BON D ACCORD . VIVE LES DEUX GOALS , VIVE LA FRANCE !
      😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    • Mais Fukushima!… Je veux dire Fulayoro… (toi aussi, pourquoi tu prends un pseudo de Tsunami?? 😯 😯 )

      Il faut arrêter de justifier les conneries de sanogo en brandissant celles de att, non? 😉 😉 😉 Bien sûr que la “démocratie” d’att n’était qu’une démocratie de facade, on le sait TOUS!

      Mais att n’est plus là et il est aujourd’hui question de sanogo!!!

      Alors s’il te plait, mon frère Fuji-Yama… je veux dire Fulayoro… (je blague 😀 😀 😀 ), ne mélangeons pas les sujets!

  40. Je suis malade pour le Mali et je traîne avec moi sa honte. J’ai lu l’article du Monde et je vous assure, les propos du capitaine Sanogo a fait marré plus d’un. J’ai même entendu de gens qui se posent la question s’il n’est pas atteint de la mégalomanie . C’est la plus mauvaise opération commerciale de vente pour le monde. Au regard des évènements, c’est lui qui est pour le Mali ce que le M.Pétain était pour la France. Qu’il reconnaît au moins à ATT le mérite d’avoir rendu le pouvoir aux civils ; de traîté ses frères d’armes berets verts après avoir renverser en douce le GMT et d’être élu par les urnes. Ce que lui n’a pas fait avec les Bérets rouges, même si ces derniers, ont jugés être humiliés. En plus, au lieu de s’occuper de nos problèmes du Nord, on s’imixme dans les affaires des autres. Il est temps qu’on vienne à bout des islamistes pour des élections libres afin que ce minable quitte la rène politique et militaire.

  41. ça dépasse tous commentaires. Décidément, le guelard en chef de Kati, avec sa cours de courtisans n’ont pas encore fini leur circle…Laissez les à leur discours grandiloquent, si ça peut les occuper…..et travaillons pour la liberation du nord. Que faut-il avoir à la place du cerveau pour comparer un homme qui n’a que seul merite que d’avoir precipité la chute des 2/3 de son pays aux mains de voyous? causé des milliards de perte, mis des milliers de personne aux chomages, acculés les berets rouges à la revolte pour pouvoir les tuer,un homme qui n’a causé que honte, perte et ruine de son pays et surtout qui n’a rien tenté pendant 7 longs mois comme action pour la liberation des 2/3 du Mali dont il est le seul responsable devant Dieu et les hommes? Maintenant que des gens vont venir liberer notre pays des voyous au nord et certainement des voyous au sud que lui represente avec sa racaille de soldats indisciplinés et cancres et analphabetes, voilà qu’il vient essayer encore de nous distraire. Ce que j’ai à dire à la France, ne pensez pas que vous avez besoin de Sanogo et sa racaille pour liberer ce pays. Ils ne representent pas toute l’armée et pas mal d’offiers ne sont pas avec eux mais ne peuvent pas malheureusement leur faire face parce qu’ils sont assis sur la GAM de Kati et ont tous les armements lourds et les vehicules. Avec les armes que vous allez amener , il y aura un rééquilibrage des forces et vous verrez. Ne donnez aucune légitimité à ce ramassi de fuyards en publiant leur M.E.R.D.E qui n’est que le reflet de ce qu’ils sont: de petites gens, sans valeur, sans honneur, sans dignité et sans oeuvre à qui il ne reste que des discours grandiloquents…

    • Un exemple des consequences de la betise humaine de kati. L’aeroport de Bamako qui a perdu son financement allait etre le 3e aeroport de l’afrique de l’ouest apres abidjan et dakar en terme d’infrastructure. Voyez vous l’aeroport de Banjul en Gambie classee 3e aeroport africain par africa route 2012. et cet aeroport a ete retenu par la NASA pour les atterrissages d’urgences des navettes spaciales americaines. Bilan economique desastreux. Le mali jusqu’en janvier 2012 etait la 3e economie de l’espace uemoa apres la cote d’ivoire et le senegal mais bon dernier apres le coup d’etat.La rebellion a ete contenue aux confins du mali jusqu’en mars et cet abrutit brise la chaine de commandement de l’armee, livre le nord aux voyous et se prend pour un messie.

  42. sanogo ne vaut pas une merde mais il vaut mieux que sarko le fils de pute qui a envahit la liby sans motif valable… 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    • Tienimango , Sarko vaut 100 Hollande ,les français commencent à s’en appercevoir ! 😀

  43. meme une merde est utile ,elle peut servir comme engrais ! Sanogo n’est meme pas une merde :mrgreen: :mrgreen:

    • Et toi.. ? … tu es plus qu’une merrde… puisque tu ne vaux même pas une merrde… 😀 😀 😀

        • …Et avec fronce protectrice sur le côté!!! C’est encore pire, Brou Brou! 😀 😀 😀 😀

    • C’est pour ça qu’il n’y a pas une seule plante dans la cour de kati??? 😀 😀 😀

  44. Un coup d’etat stupide mal venu qui precipite le pays en enfer.
    Une population analphabete (80%) qui applaudit la mal par ignorance.
    Des hommes politiques vereux qui au lieu de defendre l’article 121 de la constitution malienne soutiennent le mal.
    Un 1er ministre politiquement mord bien avant ce coup d’etat, qui cache l’avis de la cours constitutionnelle qui prolongeait le mandat du president par interim parce qu’il voulait etre le seul maitre a bord pour savourer l’honneur lavee de son beau pere.
    Des soi disants hommes religieux au sud qui au lieu de moraliser leur correlegionnaires sur la pratique de leur religion se melent de ce qui n’est pas leur domaine.
    Des officiers superieurs de l’armee ayant frequente les grandes ecoles de guerre en France aux USA en Chine en Russie au Maroc qui preferent lecher le cul de ce capitain que de retablir la dignite de l’armee malienne.
    Au finish ce capitain au parcour sombre et chaotique se prend pour un messie car c’est lui qui doit reformer l’armee malienne.
    Au mon Dieu quelle humiliation pour ce pays.

  45. 4 h du matin… le capitaine Sanogo rentre au domicile conjugal, raide bourré…
    – Il déchausse ses rangers dans la cour pour ne pas réveiller madame Sanogo, et se dit: Oh Putain, elle ne va pas être contente et si elle réveille, elle va encore me chanter Diarabi en Javanais!…,
    je vais déjà me faire un jus de citron pour masquer les odeurs d’alcool…
    Le matin, Madame Sanogo l’engueule d’entrée :
    – t’as encore bu comme un trou hier!, t’es encore rentré complètement bourré, épave!
    – Mais euh…. non chérie,pas du tout! J’étais juste à une réunion avec le cnrde et on a fini tard, c’est tout!

    comment peux-tu dire ça ?

    – Et le canari écrasé dans le presse-citron, il est sorti tout seul de sa cage et s’est suicidé peut-être??? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • Et Sanogo hurle à sa femme “hé ! montre le moi… :mrgreen: )

      Alors, le petit garçon de Sanogo se met à chanter : “cui… cui… cui… les canaris sont cuits”… 😀 😀 😀

  46. EN FRANCE LES BERETS VERTS SONT LES COMMANDOS MARINE OU LES PARAS DE LA LEGION 😀
    AUX USA LES BERETS VERTS SONT LA AUSSI DES TROUPES D’ELITE 😀

    AU MALI UN BERET VERT NE DOIT SA COULEUR QU’A LA DIARRHEE DUE A LA TROUILLE DE CELUI QUI LE PORTE ET QUI S’EST ESSUYE LE CUL AVEC :mrgreen: :mrgreen:

    • OOOOOOOOOOOOOOOOOOh!!! Toicépazaaaanti! Moi védirsanogocétoikiadi!!! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

  47. POUR UNE FOIS, JE SUIS SERIEUX: A tous les amis, BLANCHE NEIGE, COCO, MOUSSA AG, BROU BROU, KOUDIS, GAIDI, et j’en passe,

    je vous informe que depuis ce matin, Maliweb joue le jeu de la censure et empêche tout post (même non grossiers ou inconvenants…) ironique ou de dérision sur Sanogo!! 😈 😈 😈 😈

    Indépendant, Maliweb??? 😳 😳
    Pro junte et cire-rangers, Maliweb??? 😳 😳

    Si ils persistent, je me tirerais sur un autre forum où j’espère kon pourra se retrouver 👿 👿 👿 👿 👿 👿

    • Oh là qui te fait ça ??? MW n’est pas gentil, ne faites pas ça à notre frère!! 😆 😆 😆 Je trouve que c’est mieux que MW file ton adresse mail aux gars de la SE qui te retrouveront vite!!! 😆 😆 Ils ont recruté des informaticiens pour nous traquer hein, donc tu es prevenu 😈 😈

      • Sacré Coup-Dix! Merci de ton soutien indéfectible! Et si je me fais coxer par les gars de la SE, je dirékecépamoi, kecétoikiaditoulébétis! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

        • Les extraits du rapport qui accablent la junte

          Malgré les dénégations des concernés et de leurs proches, les experts de l’Onu sont formels dans leur rapport définitif dont nous avons pu nous produire une copie : il y a bel et bien une connexion entre la junte dirigée par le capitaine Sanogo et les pro Gbagbo dans le cadre d’opérations de déstabilisation du régime du Président Alassane Ouattara. Des noms sont cités tant du côté de la junte malienne que des souteneurs de Gbagbo en exil. Des détails croustillants sont aussi livrés sur les rencontres qui ont eu lieu et le contenu des conversations a été décrypté. Par ailleurs, des contacts ont été noués entre ces Ivoiriens et Ansar Eddine de Iyad ag Ghali. Mais ce qui choque le plus, c’est la révélation selon laquelle Blé Goudé se déplace avec un passeport délivré par les autorités maliennes sous un pseudonyme. Nous vous livrons les extraits du rapport concernant ces différents points. Lisez !

          PAGE 8 DU RAPPORT:

          Activités menées au Mali

          33. Il s’est tenu, fin juin 2012, dans un camp militaire de Bamako, entre responsables de l’organisation (le lieutenant Diby, dit « Sandoka », et M. Fofana) et membres de la junte malienne (le capitaine Sanogo, le colonel Issouf, l’adjudant-chef Soiba Diarra, l’adjudant-chef Samba Sangaré et l’adjudant Amara), une réunion au cours de laquelle les membres de la junte malienne se sont déclarés prêts à soutenir des opérations de déstabilisation pour saper les efforts de la CEDEAO et son président en exercice, le Président ivoirien Alassane Ouattara, en faveur de la paix et de la sécurité dans la sous-région.

          34. Le Groupe a par ailleurs appris qu’il s’était tenu, à la frontière de la Mauritanie et du Sénégal, entre un responsable de l’organisation en question (le lieutenant Diby ou M. Fofana) et un responsable d’Ansar Dine (groupe de rebelles opérant dans le nord du Mali), une réunion qui a été l’occasion d’évoquer une éventuelle coopération en vue de remettre en cause la paix et la sécurité dans la sous-région et de se prêter mutuellement une assistance technique et militaire par l’envoi de mercenaires. À cet égard, le Groupe détient la preuve qu’un membre de l’organisation pro-Gbagbo a échangé des messages courts évoquant précisément cette réunion (voir annexe 9).

          35. Comme il est fort probable que des armes et du matériel connexe circulent en Côte d’Ivoire en violation du régime des sanctions, le Groupe entend suivre de près les dossiers susmentionnés et en prendre pleinement compte dans son rapport final.

          Recrutement de mercenaires et de combattants au Ghana et au Libéria

          36. Déjà pendant son mandat précédent (2011 et 2012), le Groupe avait constaté que des mercenaires libériens et des miliciens ivoiriens réfugiés au Libéria côtoyaient et coordonnaient leurs actions, et en avait alerté le Comité.

          37. Pendant la première partie de son mandat en cours, le Groupe a constaté que des groupes armés, composés principalement de mercenaires libériens et de miliciens ivoiriens, agissant sur instructions et avec le soutien politique et financier directs de groupes extrémistes pro-Gbagbo en exil, multipliaient les attaques d’envergure de plus en plus meurtrières depuis la fin de la crise postélectorale. Le Groupe a aussi appris que M. Didier Goulia, dit Roger Tikouaï (Ivoirien, ancien douanier), avait convoyé des fonds du Ghana au Libéria à maintes reprises.

          38. Le Groupe tient de ses sources que les opérations militaires menées en Côte d’Ivoire depuis début 2012 ont été planifiées en territoire ghanéen, des fonds ayant été acheminés du Ghana au Libéria (par des personnes ou par virements bancaires) et des combattants recrutés sur place.

          39. Il est constant que l’est du Libéria sert de vivier et de base arrière (on y trouve plusieurs camps d’entraînement militaire) à ces groupes militaires. À l’occasion de ses investigations sur les armes et le matériel connexe, le Groupe a aussi recueilli des informations qui lui ont permis de démasquer les entités qui recrutent mercenaires et combattants aux fins d’opérations en Côte d’Ivoire, informations qu’il a transmises au Groupe d’experts sur le Libéria et à l’ONUCI.

          40. À l’occasion de ses investigations sur les armes et le matériel connexe introduit en Côte d’Ivoire par les mercenaires libériens et les miliciens ivoiriens auteurs d’une attaque perpétrée le 8 juin 2012 (qui s’est soldée par la mort de sept soldats de la paix nigériens de l’ONUCI) non loin de la localité de Para, le Groupe, ayant établi l’identité des dirigeants de l’opération, à savoir M. Niehzee Barway, dit Joseph Dweh (Libérien originaire de Ziatown), et M. Stephen Gloto (Libérien, connu aussi sous le pseudonyme de Blé Guirai, dit Rambo, ancien membre des forces spéciales libériennes LIMA), a immédiatement transmis cette information à l’ONUCI, aux autorités ivoiriennes et au Groupe d’experts sur le Libéria. Le Groupe a aussi établi que la personne qui a planifié l’opération, M. Tee-Mark [Ivoirien, ancien membre du Mouvement populaire ivoirien du Grand Ouest (MPIGO)], reçoit régulièrement des fonds de M. Adama Pickass, chef des Jeunes patriotes ivoiriens maintenant en exil au Ghana.

          41. Le Groupe a été informé que plusieurs éléments de ce groupe armé avaient des téléphones satellitaires Thuraya. Ce matériel sophistiqué et coûteux prouve que les combattants ont reçu beaucoup d’argent pour conduire une opération bien planifiée.

          42. Le Groupe croit savoir que plusieurs chefs d’opération ivoiriens et libériens, appelés « généraux », lèvent des troupes, entraînent les recrues tout en participant aux opérations militaires en cours. Le Groupe a établi que M. Isaac Chegbo, dit Bob Marley, M. Oulai Tako Anderson, dit Tarzan de l’Ouest, M. Gouhian Mompoho Julien, dit Colombo, M. Augustin Vlayee, dit Bushdog, M. Jefferson Gbarjolo, dit Iron Jacket, M. Bobby Sarpee et M. Moses Juru sont au nombre de ces chefs d’opération.

          Entraînement de combattants

          43. Le Groupe se préoccupe vivement de l’existence au Libéria de camps d’entraînement où mercenaires et miliciens ivoiriens en rupture de ban reçoivent un entraînement militaire en toute illégalité. Il ne peut exclure que ces camps d’entraînement servent aussi de plaques tournantes de la distribution d’armes et de matériel connexe. Il enquête aussi sur la présence de militaires étrangers dans des camps d’entraînement ivoiriens (situés dans la forêt de Taï, dans le voisinage de San Pedro et de Dabou).

          44. Péhé Kanhouébli, poste frontière situé en Côte d’Ivoire, avait été attaqué le 13 août 2012 par un groupe armé composé de combattants libériens (environ 60 %), ivoiriens (25 %), sierra-léonais (10 %) et guinéens (5 %), qui auraient régulièrement suivi un entraînement militaire dans le camp de Pékan (en territoire libérien) pendant les six mois précédant l’attaque.

          45. Le Groupe croit savoir que certaines des armes utilisées lors de cette attaque avaient été acheminées de Monrovia au camp d’entraînement de Pékan quelques jours avant l’assaut, qui aurait été conduit par Paul Kango [Ivoirien, ancien combattant du Mouvement populaire ivoirien du Grand Ouest (MPIGO) et du Mouvement

          patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI)]. L’attaque avait été planifiée à Monrovia par ceux qui avaient planifié celle conduite entre les villages de Para et de Sao. Le Groupe a communiqué sans retard cette information au Groupe d’experts sur le Libéria.

          PAGE 23 DU RAPPORT:

          Charles Blé Goudé

          Le Groupe est très préoccupé par les informations en sa possession prêtant à Blé Goudé le rôle d’intermédiaire financier dans le cadre de la stratégie évoquée plus haut dans les sections consacrées aux armes et aux finances et poursuivra ses investigations pour élucider l’affaire.

          127. Par ailleurs, ayant appris que Blé Goudé se serait rendu en Afrique du Sud, le Groupe a sollicité par écrit le concours du Gouvernement sud-africain pour tirer l’affaire au clair, surtout à cause de l’interdiction de voyager dont Blé Goudé est frappé. Il a également adressé aux Gouvernements angolais, béninois, ghanéen, togolais et zimbabwéen des demandes dans ce sens sans suite à ce jour.

          128. S’étant procuré la copie d’un passeport que la République du Mali aurait délivré à M. Blé Goudé sous un pseudonyme, le Groupe enquête sur ce sujet et a sollicité de plus amples informations du Gouvernement malien.

          129. Le Groupe a de nouveau demandé à l’éditeur français Éditions et Librairies L’Harmattan des informations sur les obligations contractuelles et financières qui le lient à M. Blé Goudé et sur le paiement de royalties au titre de son dernier ouvrage.

          Cependant, à la date du présent rapport, le Groupe n’a reçu aucune réponse, malgré les lettres qu’il a adressées à L’Harmattan en décembre 2011 et février 2012. Le Groupe considère qu’il y a là une violation flagrante des mesures imposées par le Conseil de sécurité, notamment le gel des avoirs. Par ailleurs, le Groupe croit savoir

          que L’Harmattan n’a pas non plus donné suite à une lettre que le Président du Comité lui a adressée en mai 2012 sur ce sujet.

          Il est à noter que face à des accusations assez graves, la junte dirigée par le capitaine Sanogo est restée muette comme une carpe. Le de Gaulle du « Tiers-Mali » a cependant envoyé deux de ses proches à Abidjan pour aller démentir auprès des autorités ivoiriennes les informations consignées dans les rapports. Le président Alassane Dramane Ouattara n’a pas daigné les recevoir, il les a rabattus vers Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale. Réponse de ce dernier : « Il ne faut pas rentrer dans ce jeu-là ! »

          Adama Dramé

          • S’étant procuré la copie d’un passeport que la République du Mali aurait délivré à M. Blé Goudé sous un pseudonyme, le Groupe enquête sur ce sujet et a sollicité de plus amples informations du Gouvernement malien.

            oh, quelle honte pour ce pays de voir son image malmenée à ce point… et cela, par la bêtise d’une bande de bidasses ratés et pseudo intellectuels entrés par effraction sur la scène politique… merci monsieur pour vos éclaircissements.

    • aller Sans Pitié ,ne fais pas le con ,reste ici avec nous ! ON EST LES PLUS FORTS 😉 😉

  48. Foudkg… l’ignoble personnage Foudkg… il publie tous les jours son humour de bas étage sur Maliweb… ça ne nous fait même plus rire. 😉

    Sanogo… publie son papier humoristique… dans une colonne humoristique… d’un journal presque humoristique appelé Le Monde… et vous crachez votre venin sur lui… 😀 😀 😀

    D’ailleurs qui a lu le Monde parmi vous et à Bamako ? … Qui ? Il a suffit qu’un certain Hugeux… d’ailleurs quelle idée d’appeler son fils Hugeux … 😉 😉 😉 MDRRRRRRRRRR !

    • 😆 😆 😆 😆 Sanogo sait qu’il n’est pas DE GAULLE et ne sera jamais DE GAULLE!!! Il vit à Kati avec son “Gaullisme” malien parmi ses gars!!! C’est ça que ce Vincent Hugeux n’arrive pas à digérer 😆 😆 😆 S’il avait dit dans le journal “LE MONDE” qu’il est le DADIS CAMARA du Mali, Vincent n’allait jamais écrire cet article 😆 😆

      • Normal, s’il avait dit qu’il était le Dadis Camara Malien, il n’aurait que confirmer une réalité pour tout le monde, et il n’y aurait plus eu dès lors matière à pondre un article!

        Si un mec déclare que 2 et 2 font 4, quel journaliste va écrire là dessus? 😯 😯

        Mais sérieux, je ne comprends pas toutes les réactions épidermiques (allergiques serait plus juste!) sur cet article; TOUT ce qu’il écrit est exact de la première à la dernière ligne

  49. DEVINETTE: SAVEZ VOUS CE QUE C’EST QU’UN SANOGO ABRUTI?

    NON?

    C’est un PLEONASME!

    kia kia kia kia kia 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

  50. ce capitaine sans dignite ni honeur veut se comparer a degaule vraiment la honte ne tue plus personne au maiba….de toute les façons aucun malien ne t,aime tu peux aller te faire voire ailleurs …honte a sanogo le prof d,anglais devenu present du mali par accident….

  51. Le capitaine Sanogo est franchement tres mal conseillé en matiere de communication. Tres franchement. Il n’honore ni le peuple malien, ni lui meme en faisant des sorties mediatiques mal reflechies de la sorte. Le Capitaine Sanogo doit absolument comprendre que les medias francais ne laisseront jamais une quelconque place au respect de la dignité du negre. Pourquoi aller tout le temps s’exprimer dans ces medias francais racistes? Si De Gaule est un heros pour les francais, tant mieux pour les francais. Mais en quoi De Gaule, le jacobin criminel, qui a decimé des peuples africains entiers, tout notre systeme financier, economique et meme culturel, etc… doit etre un heros pour nous africains? Nous devons franchement arreter avec ces complexes d’inferiorité face a l’histoire des francais. L’histoire de la France, est l’hisoite de la France. Cette histoire n’est pas la nôtre. Nous avons notre histoire. Nous pouvons bien puiser nos references dans notre propre histoire.

  52. si tous ces bandit criminels narko trafiquant ont réussi a s’emparer du Nord mali en semant la désolation et l’horreur ces a cause de capitaine sanogo ses compères et tous ceux au mali soutiennent leurs actions mon dieux réveillez vous le mali se meurt et vous nous balancez des absurdités mais il n’y a rien de haineux dans cet article ce ne sont que la vérité sanogo est un minable un piètre soldat qui ne gagnera même pas une bataille entre deux famille

  53. ce capitaine Malien n’as pas honte !!!
    Issa maiga a raison ” le mnla qui vous a fait fuir n a pas tenu 2h devant le mujao” Stp Sanogho , ferme ta guelle un peu !!!

  54. C’est quoi encore cette nouvelle ? :
    « »” » Lors de mon dernier séjour au Liberia, l’un des ex-combattants libériens qui est, en ce moment, au service des pro-Gbagbo, m’avait révélé que certains de leurs hommes se trouvaient dans la garde rapprochée du capitaine putschiste malien Amadou Haya Sanogo. Je n’avais pas fait le lien avec notre situation. »” »” »” »” ……………..http://www.connectionivoirienne.net/qui-veut-dune-nouvelle-guerre-a-abidjan/ ……..
    je n’ose pas y croire ……Maintenant comme il se trouve que c’est Venance Konan ( Le patron de Fraternité Matin à Abidjan qui a écrit çà …..et comme le « mossieur » n’a jamais écrit légèrement , çà donne tout de même à réfléchir ……….? ? ? ? ? ? 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

  55. COMPARAISON N’EST PAS RAISON. Capt. Sanogo n’est pas Gen.De Gaulle, tout comme Kati n’est pas Bamako.

  56. Mr Vincent Hugeux, les Maliens connaitre leur histoire bien.
    Donc aller lire bien les differents circonstances avan de parle.
    Merci

  57. Decidemment il n epargnera rien au mali,il continue son jeu de massacre,fuir la guerre,abandonner le terrain a l ennemi et venir faire un putsch contre la constitution avec pour consequence des milliers de refugies et de deplacés et malgré tout avoir l outrecuidance de nous divertir avec des comparaisons hasardeuses,cap sanogo vous aviez choisi la voie de la faclité pas DE GAULLE,le mnla qui vous a fait fuir n a pas tenu 2h devant le mujao,arretez de ridiculiser les maliens et le mali,en ville vous etes un lion en brousse un agneau.

  58. Mr HUGUEUX VOUS ETES UN HAINEUX DU CAPITAINE SANOGO
    ET POURTANT VOTRE PUISSANT PAYS LA FRANCE N A EU D AUTRE CHOIX QUE DE TRAVAILLER AVEC LUI

    ECHEC ET MAT POUR VOUS MR HUGUEUX

    • Quel travail la france a fait avec Sanogo, tu es ridicule toi.
      La france a plutôt demandé à Sanogo de fermer la gueule.

    • Keita,

      En quoi le France a eu à “travailler” avec sanogo? 😯 😯 😯

      • 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 ilamal compryyyyyyyyyyyyyyy ! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

        • Non mais franchement coco, sur mb, tu lis vraiment des conneries d’un gabarit exceptionnel 😀 😀 😀 😀

  59. Kati a encore raté une occasion de se taire. N’est pas la grand Charles qui le veut et il n’ y aura plus un autre De Gaulle, l’histoire n’en retiendra qu’une celui de la France Libre. Qui a laisser le soins à la postérité juger ses faits et actes.C’est vrai que kati est devenu plus grand que Bamako depuis le 22 mars 1012, mais il ne doit point se comparer à Paris. Kati, tu n’aura jamais la prestance, l’envergure, la connaissance, l’intelligence, la bravoure, le courage, l’intégrité, la grandeur, la perspicacité,la dimension, la taille, le patriotisme, l’universalisme, le bon sens, l’engagement et le coeur de son excellence le grand Charles De GAULLE. ENCORE MOINS TU VAS MOURIR SANS AVOIR LE ” DE” de noblesse qui qu’il a dans son nom. de toutes les façons tes jours sont comptés et le bunker de Kati ne pourra pas te sauver. Le temps est le meilleur juge. Excusez moi, peut être que je me trompe, c’est qu’un avis. ALLAH ka bè sara ni dina ni haniya yé.

    • Sanogo fait une grande insulte à Dha Monzon Diarra.
      Haaaa!!!!!je m’excuse il est né à paris c’est un Français.

      • Sanogo constitue à lui seul une INSULTE PERMANENTE pour tous les Maliens quels qu’ils soient!!!!! 😀 😀 😀 😀

        Plus sa stupidité et ses fanfaronnades font rire à l’étranger, plus ça me rend malade de honte!!! 😥 😥 😥

        • Sallé con va tu a oublié le capitaine kokadje est le président du comité et suivi de réforme de l armé donc ct chef militaire 😀

  60. 1. tout d’abord, la minable comparaison de ce quidam à de Gaule, en plus d’être une sacrée fuite en avant, est une odieuse insulte faite à l’histoire, à la carrière, à l’honneur et à la mémoire du Général. et rien de plus…

    2. ensuite, le choix d’un des plus grand quotidiens français pour débiter son sa sottise et son baratin nombrilistes révèle, comme l’a si bien remarqué monsieur Hugeux, une volonté manifeste de se faire rappeler à ceux qui auront une influence certaine dans la gestion du merdier malien, dont il a une responsabilité avérée.

    3. enfin, le bidasse raté du camp de la honte de Kati a manqué une occasion de plus de la fermer pour éviter de se ridiculiser. eh bien, il peut se complaire dans son délire arrogant et jubiler dans l’onirisme infatué de sa vision profondément hypocrite des faits, mais le temps de rendre compte à l’Histoire viendra inéluctablement. c’est juste une question de temps…

    • Kati a encore raté une occasion de se taire. N’est pas le grand Charles qui le veut et il n’ y aura plus un autre De Gaulle, l’histoire n’en retiendra que celui de la France Libre. Qui a laisser le soins à la postérité juger ses faits et actes.C’est vrai que kati est devenu plus grand que Bamako depuis le 22 mars 1012, mais il ne doit point se comparer à Paris. Kati, tu n’aura jamais la prestance, l’envergure, la connaissance, l’intelligence, la bravoure, le courage, l’intégrité, la grandeur, la perspicacité,la dimension, la taille, le patriotisme, l’universalisme, le bon sens, l’engagement et le coeur de son excellence le grand Charles De GAULLE. ENCORE MOINS TU VAS MOURIR SANS AVOIR LE » DE » de noblesse qui le caractérise . De toutes les façons tes jours sont comptés et le bunker de Kati ne pourra pas te sauver. Le temps est le meilleur juge. Excusez moi, peut être que je me trompe, c’est qu’un avis. ALLAH ka bè sara ni dina ni haniya yé.

  61. Quel complex d’inferiorite!Au lieu de te comparer a nos anciens Heros tu te compare a un francais.

  62. Deguaule n’a pas eu besoin de loi Amnesty pour rester tranquille,Deguaule à fait la fierté de la France et de la conscience de l’Afrique .avec un primer ministre aussi misérable que Sanogo ,trie dans la famille des bannies du Mali ,la famille Moussa Traore le bourreau du Mali ,jamais le Mali n’oubliera les sangs versés par Moussa Traore et sa belle famille Dieu aura le jugement dernier inchallah .

    • Entre un De Gaulle qui est parti se mettre a l’abri à Londres pour mieux organiser la résistance et la lutte contre l’envahisseur, et ce tocard qui a mis le feu aux poudre pour aller se planquer aussitot après dans sa caserne, seul un mégalomane limité comme sanogo peut être assez con pour se comparer :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

      Et quand il s’auto-qualifie de “Libérateur” alors qu’il laissé 7 mois durant le pays aux mains de l’occupant sans tirer un seul coup de feu, c’est à pleurer de rire!!! 😀 😀 😀 😀 😀

  63. LE COUP D’ETAT CONTRE UN PRESIDENT EN FIN DE MANDAT????…..ENSUITE VOS MILITAIRES QUI PILLENT VOTRE CAPITALE ET VOLENT LES BIENS PUBLICS ET CEUX DES PARTICULIERS AU LIEU DE COMBATTRE LES TERRORISTES AU NORD ???……votre capitaine est un minable ………….

  64. Je découvre ce journaliste Vincent Hugeux… Mais je le déteste déjà. 😈 😈 😈

    Sanogo, est notre fils. Un mauvais fils, sûrement, mais c’est notre fils. Un proverbe de chez nous dit : “ce n’est pas parce que ta bouche pue, qu’il faut la supprimer”. Il faut la laver proprement. Et ce Sanogo de notre malheur, nous allons lui donner la correction qu’il mérite.

    Quelle mouche a piqué Sanogo pour publier un torchon dans le journal le Monde ? Et de se comparer à de Gaulle ? … Et pourquoi le Monde accepte de publier ce texte ? C’est de l’humour… Et cela ne nous touche pas.

    D’ailleurs, très peu de gens au Mali lisent le Monde. Et encore moins le journal l’Express de monsieur Hugeux… Cette histoire ne devrait pas être publiée sur Maliweb… Nous n’aimons pas ce genre d’humour. 🙁 🙁 🙁

    En revanche, nous sommes indignés par les informations erronées diffusées par RFI sur la situation au Mali. Pour ce genre d’infos, nous sommes fâchés. Très fâchés. 🙁 🙁 🙁 🙁

    • Brou Brou, reconaissons quand même que ce qu’il décrit de Sanogo est conforme a la vérité. 😉 😉

      • eh oui! c’est la vérité absolue, et BROU le sait bien et c’est connu que la vérité dérange… il ne s’agit pas d’aimer ou détester Vincent Hugeux, mais d’apprécier ce qu’il a écrit. et là, c’est juste un “sans faute !” 😉

  65. Bien dit kasim bonne fête .! SANOGO est tellement nul que l on a honte à prononcer son nom.Nul ur tous les plans intellectuels,militaires,morales. Vraiment terrible mais il est une conséquence de la mâle formation de la jeunesse malienne depuis moussa traore

  66. Décidément ce Sanago est un vrai nigaud …il doit se soigner avant la libération du Nord ….

  67. Toi Vincent Hugeux encore l’ami de tous les chefs d’état dictateurs africains ??? J’aurai pu accorder un crédit à cet article si ça venait d’un autre mais de ce Vincent, pouffffff… Alain Foka t’avait pourtant dit sur France24 que la France/Afrique est finie et que tous ceux qui tiraient profit comme vous (Vincent Hugeux) doivent comprendre que s’il y a encore des coups d’état en Afrique, c’est vous les premiers responsables!!! On vous ouvre toutes les portes des palais en Afrique du coup vous fermez vos yeux sur la mauvaise gouvernance et la corruption!!! Maintenant qu’un petit capitaine de rien vient prendre le pouvoir dans la rue au vu et au su de tous vous criez encore!!! Ici on veut avancer et oublier cette triste page de notre pays, foutez nous la paix!!! Tchiuuuuuuuuuuurrrr 👿 👿 👿

  68. La soldatesque xx des grands manguiers de Kati spécialisée dans les jeux de dames, le racket des populations civiles, la violation de la constitution du Mali, l’agression des institutions démocratiques du Mali, le pillage des administrations et des commerces, les agressions encagoulées des journalistes, le braquage à main armée, le massacre de vieux prêcheurs arabes désarmés, la fuite des combats au nord, le refus d’aller combattre au nord, le tabassage du président Dioncounda, le massacre des bérets rouges désarmés, est tout sauf une référence pour le Mali.

    Alors que De Gaulle est une référence pour la France et même au delà, en prenant la tête de la résistance française face au nazisme avec son appel du 18 juin, en mettant en place la 5ème république française, en étant élu par le peuple français et en accordant l’indépendance aux états africains francophones.

    Il est temps que xxxxde Kati commencent à répondre de leurs forfaits devant la justice malienne au lieu de continuer à amuser la galerie.

Comments are closed.