Situation politico-sécuritaire au Mali : Le FDR dénonce les manœuvres du Premier ministre

19

Préoccupé par la tournure de la situation sociopolitique et la gestion des affaires publiques par le gouvernement de transition, le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République, (FDR), sollicite l’implication effective et diligente de la communauté internationale pour une sortie rapide et efficiente de notre pays de sa crise. Il l’a fait dans un mémorandum adressé aux Nations unies, à la Cédéao, à l’UE, à la Francophonie et à l’Union africaine à la veille de la rencontre du groupe de contact tenue le week-end dernier dans la capitale malienne.

 Soucieux de l’avenir d’un Mali plongé dans une crise multiforme, le FDR ne veut pas assister le pays aller à vau l’eau. C’est pourquoi, dans un mémorandum adressé à la Cédéao, l’UE, à la Francophonie et à l’Union africaine, aux Nations unies.., il a attiré l’attention de la communauté internationale sur la situation au Mali. Une situation qui, dit-il, est marqué des manœuvres politiciennes du chef du gouvernement de transition, Cheick Modibo Diarra, l’impréparation de l’armée face à la mission de reconquête du territoire occupé, les violations des droits de l’homme, l’interférence de l’ex junte dans les affaires publiques, etc.

Dans son mémorandum, le FDR indique que « sept mois après le coup d’Etat, malgré les efforts de la Cédéao, la situation au Mali est loin d’être normalisée comme certains acteurs nationaux, régionaux et internationaux tentent de le faire croire ».

Pour le front anti putsch, « si des progrès significatifs ont été  accomplis dans la résolution de la crise politique et institutionnelle, force est de reconnaître que les sept derniers mois ont été émaillés d’atteintes aux droits de l’homme, d’interférences répétées de la junte dans la gestion des affaires publiques et d’une gestion partisane de la Transition qui par définition devrait être neutre.

Lisez un extrait de ce document des groupes anti-putsch composé des principaux partis politiques représentés à l’Assemblée nationale du Mali (120 députés sur 147),et plusieurs autres partis extraparlementaires, l’UNTM (la principale centrale syndicale), le Conseil national de la jeunesse (CNJ), principale organisation de la jeunesse, trois principales organisations de femmes du Mali (APDF, Fénacof, AESF).

Situation politico-sécuritaire au Mali :

Les violations des droits de l’homme  

arrestations arbitraires et détentions illégales, agressions contre les journalistes, tortures, exécutions extrajudiciaires, disparitions forcées sont les principales violations des droits de l’homme documentées aussi bien par la Commission Nationale des droits de l’homme du Mali, Amnesty International et Human Rights Watch, que par le sous-secrétaire général des Nations Unies chargé des droits de l’homme, Ivan Simonovic qui a achevé le 8 octobre 2012, une mission d’information  au Mali.

Au-delà de la gravité de ces violations des droits de l’Homme, c’est l’impunité qui les entoure qui constitue la principale marque de la gouvernance actuelle : ni la fusillade contre les étudiants le 30 avril 2012 à l’université, qui a fait deux morts et des blessés, ni les attaques contre les journalistes, ni les informations d’arrestations arbitraires, de tortures et d’exécutions sommaires des militaires (notamment des bérets rouges) n’ont fait, à ce jour, l’objet d’une enquête sérieuse. Même l’enquête judiciaire pour tentative d’assassinat du président de la République par intérim, le 21 mai 2012 ne progresse guère.

Les interférences de la junte dans la gestion des affaires publiques :

Malgré les efforts des organisations sous régionales, régionales et internationales, le retour de la junte dans les casernes demeure théorique.

La junte militaire qui a pris le pouvoir le 22 mars 2012 continue ses interférences dans la vie publique, comme l’ont révélé les incidents entre policiers le 26 septembre 2012 à la suite de mesures de promotions contestées. La suspension du décret nommant à titre exceptionnel des commissaires de police, a été annoncée d’abord au siège de la junte à Kati.

La junte militaire envoie des émissaires pour négocier avec les groupes armés rebelles (notamment Ançar Eddine) c’était le cas à Niafunké à la mi-septembre  et à Alger en fin septembre 2012.

La gestion partisane de la Transition :

Par définition une transition doit être inclusive et neutre.

La formation du gouvernement d’union nationale, le 20 août 2012, a révélé que plus des ¾ des ministres représentent les forces favorables au coup d’Etat.

En outre, le Premier ministre, chef du gouvernement de transition, est le chef d’un parti politique. Il utilise l’appareil d’Etat et les moyens de l’Etat à des fins politiques partisanes.

Il ne fait aucun mystère de son projet de se présenter aux prochaines élections présidentielles, au motif, qu’aucune disposition de l’Accord-cadre du 6 avril 2012 ne l’en empêche.

Une telle détermination qui fausse les règles du jeu d’une transition neutre fait fi de la jurisprudence de la Transition de 1991-1992. Elle ignore les conclusions de la rencontre des forces vives  (Ouagadougou, avril 2012) et du sommet des chefs d’Etat du groupe de contact de la Cédéao sur le Mali (Ouagadougou, 7 juillet 2012).

Enfin, elle ne tient aucun compte du message à la nation du président de la République, le 29 juillet 2012 :

«… Il reste entendu que ni le Président, ni le Premier ministre, ni les ministres ne pourront se présenter à la prochaine élection présidentielle ».

La gestion partisane de la Transition s’observe à travers le processus d’organisation des Concertations nationales. Le Premier ministre refuse obstinément de tenir compte des propositions du FDR pour une organisation paritaire et consensuelle des Concertations nationales.

L’absence de feuille de route :

Près de deux mois après la formation du gouvernement d’union nationale, le Premier ministre n’a toujours pas produit la feuille de route de la Transition tant attendue.

Cette feuille de route devrait énoncer les principales missions et tâches de la transition, les objectifs, les résultats attendus et un chronogramme précis pour l’exécution desdites tâches.

La réconciliation et la cohésion de l’armée

La réunification du pays devrait être la principale mission de la transition.

Si l’armée nationale est appelée à jouer un rôle de premier plan dans la libération du Nord, sa cohésion et son réarmement moral doivent apparaître clairement comme des tâches fondamentales.

La réconciliation des Forces armées nationales (après les affrontements fratricides des 30 avril et 1er mai) le rétablissement de la chaîne de commandement, la mobilisation effective de tous les corps d’armée, de tous les échelons doivent être des préoccupations majeures.

La gestion de la crise sécuritaire au Nord :

Au moment où se tient la réunion du groupe de soutien et de suivi de la situation  au Mali, le constat actuel  est que les régions occupées sont transformées en sanctuaire pour les groupes rebelles en coalition avec les narcotrafiquants, les fondamentalistes religieux et les terroristes de tous bords.

Il est aujourd’hui établi que des camps d’entraînement de jihadistes ont essaimé dans toutes ces régions avec l’objectif bien précis de former des katibats terroristes et des kamikazes. Avec le risque de voir le Mali transformé en bastion du terrorisme, phénomène qui se métastaserait sans doute principalement dans  les pays de la sous-région, en Afrique, en Europe et dans le reste du monde.

Malgré l’occupation des régions de Kidal, Gao, Tombouctou et une grande  partie de la région de Mopti, le Gouvernement peine à élaborer une stratégie de libération du Nord.

Dans les régions occupées, notre peuple souffre du manque et de l’insuffisance des services sociaux. Il souffre de l’oppression et de la violence d’une occupation barbare: lapidation à mort, amputation des mains et de pieds, châtiments corporels, viols et agressions contre les femmes accompagnée de destruction de monuments et de sites archéologiques.

L’organisation d’élections crédibles

La base de toute élection étant le fichier électoral, une attention particulière doit être accordée à la fiabilité dudit fichier, l’interruption unilatérale de la révision des listes électorales par le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation constitue une violation grave de la loi électorale N°06-044  du 4 septembre 2006.

Le retour effectif à l’ordre constitutionnel, le retour vérifiable de l’armée dans les casernes, la fin des interférences de la junte dans la vie publique et politique et la soumission des militaires à l’autorité civile constitutionnelle demeurent des objectifs à atteindre.

Le FDR invite la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne, Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), les Nations Unies et tous les partenaires du Mali à s’impliquer afin que les militaires retournent effectivement dans les casernes.

Il sollicite l’implication de la CEDEAO et de la Communauté Internationale pour appuyer l’armée malienne dans la reconquête des zones sous occupation.

Le FDR demande au groupe de soutien et de suivi de la situation au Mali de s’impliquer afin que le gouvernement s’attèle sérieusement à l’élaboration d’un fichier électoral fiable et à la reprise du processus de révision des listes électorales.

Il invite les membres du Groupe de soutien et de suivi de la situation au Mali à proclamer la neutralité de la Transition notamment à rappeler que le président de la République, le Premier ministre, les membres du Gouvernement et des autres organes de Transition ne seront pas candidats aux élections organisées par la Transition, conformément à l’annonce faite par le Chef de l’Etat le 29 juillet 2012.

Le titre et le chapeau sont de la Rédaction

Commentaires via Facebook :

19 COMMENTAIRES

  1. Même si ceux-ci ont causé autant de tord au Mali, est-ce une raison qu’ils se taisent sur de telles choses? qui vont encore amener que des problèmes très graves pour notre pays?

  2. Avant de d’accuser le PM , ce regroupement devait d’abord reconnaître que tout ce qui arrive au Mali aujourd’hui est de leur faute.Ce sont eux qui ont geré ce pays depuis au moins 20 ANS; jeleur prie de laiser ce gouvernement travailler. MAIS JE SUIS SUR QU’UN JOUR TOUS LES RESPONSABLES DE CE FDR vont rendre compte.

  3. Avant de d’accuser le PM , ce regroupement devait d’abord reconnaître que tout ce qui arrive au Mali aujourd’hui.Ce sont eux qui ont geré ce pays depuis au moins 20 ANS; jeleur prie de laiser ce gouvernement travailler. MAIS JE SUIS SUR QU’UN JOUR TOUS LES RESPONSABLES DE CE FDR vont rendre compte.

  4. Ce Iba N’Diaye, ce casseur de foyer, oublie vite que nous sommes pas Fatoumata Guindo qu’ il a manipulé à souhait jusqu’à cassure de foyer.
    Iba, peux-tu nous dire exactement d’où tu viens?De grâce, le Mali vous a adopté, en retour rendez-vous utile à ce Mali, ne soyez pas ingrat, sinon on sera obligé de parler avec documents à l’appui et ça sera très grave.A bon entendeur , salut !
    A

  5. Ce Iba N’Diaye, ce casseur de foyer, oublie vite que nous sommes Fatoumata Guindo qu’ il a manipulé à souhait jusqu’à cassure de foyer.
    Iba, peux-tu nous dire exactement d’où tu viens?De grâce, le Mali vous a adopté, en retour rendez-vous utile à ce Mali, ne soyez pas ingrat, sinon on sera obligé de parler avec documents à l’appui et ça sera très grave.A bon entendeur , salut !

  6. Depuis 20 ans c’est maintenant que ces gens du fdr jouent le jeu de contre pouvoir

  7. N’importe quoi? ces gens du FDR n’ont toujours pas compris que le pays ne sera jamais plus leur petit pain. Soucieux du l’avenir du Mali!! mon oeil, s’ils étaient vraiment soucieux de ce pays on n’en serait pas là aujourd’hui. Des Minsitres avec des copines ministres!! vraiment que le FDR nous foute la paix car ceux sont eux qui nous sont foutus dans la merde et nous demandons à DIEU de les punir pour cet acte. Le premier Ministre et les membres de la junte sont aussi des maliens et à mon avis ils font des efforts pour sortir ce pays de cette merde crée par les gens du FDR. Ils se sont pliés à toutes les demande de la communauté internationale, quoi de plus!!!. VRAIMENT FDR ALLEZ Y VOUS FAIRE VOIR AILLEURS ET SACHEZ QUE VOUS NE DIRIGEREZ PLUS JAMAIS CE PAYS MALADE QUE VOUS ETES;

    • BIJOUJO
      GARDE BIEN TES COPINES MINISTRES A LA MAISON CAR IL N’Y A PAS QUE DES MINISTRES DANS NOS VILLES. NE TRANSPOSE PAS TES PROBLEMES PERSO SUR NOTRE SITE. ESPECE D’AIGRIS SANS LES MEMBRES DU FDR TU ALLAIS MOURIR DE FAIM OU DE MALADIES PENDANT CES 20 DERNIERES ANNEES. LE FDR SE BAS POUR LE MALI, TU VERRAS QUI AURA LE DERNIER MOT

  8. Le FDR n’est pas un parti politique mais un regroupement de partis, associations, une grande partie de la société civile qui dit non à toute prise de pouvoir par la force. Il a été créé après l’acte ignoble perpétré contre notre constitution le 22 mars 2012 par un groupe de gamins soutenus par des jamais gagnants opportunistes qui croyaient leur jour arrivé.
    La situation du pays avant mars 2012 incombes à tous les maliens de tout bord. Même ceux qui, aujourd’hui, par opportunisme ou égoïsme disent oui au coup d’état. N’oublions pas que beaucoup d’entre eux ont participé à la gestion du pays en tant ministre, député ou agents mafieux de l’administration.
    On est tous maliens et on se connait tous. Le mensonge ne passe plus.

  9. Le plus grand malheur de ce pays, c’est le FDR. Des médiocres qui ne peuvent rien faire et qui cachent leur médiocrité par la politique.Le vrai professeur est dans son labo. Le vrai juriste a assez de client pour défendre. Bref, on a assez de ces gens qui ne font faire sombrer le pays dans l’illusion. Des tarés qui sont finis et qui veulent finir le pays. Ensemble pour un Mali nouveau avec des nouvelles bases de gouvernances.

  10. le fdr doit respecter les maliens certe nous avons accepté l’apaisement sinon personne ne peut tromper le peuple .Le sul coupale de cette crise est le fdr alors limitez vos agitations le peuple vous tient à l’oeil et reste pret à se soulever pour sacager tout.
    Tout simplement nous esperons sur les nouvelles tetes sinon nous ne dormons pas.

  11. LA CRITIQUE A TOUJOURS ETE FACILE ET L’ART DIFFICILE COMME DIRAIT L’AUTRE.QUI SONT CE QUI ONT MIS CE PAYS DANS CET ETAT,LE PAUVRE PM A TROUVE UNE SITUATION POURRIE DE 20ANS PAR CES CORROMPUS DU FDR.QU’ILS RESTENT TRANQUILLES

  12. l’Assemblee peut utiliser la motion de censure pour balayer ce gouvernement qui traine encore les pieds face aux urgences.

  13. Le Mali n’appartient pas au pm, il est incompétent, il doit dégager, on dirait qu’il n’y a pas d’hoe au Mali pour le faire partir. La Libye a limogé son pm. On a besoin d’hoe compétant pour résoudre et mettre de l’ordre.

    • donc c est le membre de fdr qui sont competent? mais les maliens vous connaissez koyi.que des voleurs et hoes maudits au sein de fdr

      • Calmons le jeu,nous sommes tous interpellés pour la réunification de notre pays,calmons vraiment le jeu.ASSEZ D’INSULTES!!!

    • mon frère c’est comme ça que toi tu aides ton pays meurtri de grâce laissons les critiques partisanes et proposons des idées innovatrices et cela pour le bonheur de tout ce qui souffrent présentement

    • :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: GAMI est ce que tu connais meme le sens du mot incompetente la ou le PM a travaillé tu peut meme pas technicien de surface labas toi tu ne peut que travaille que chez les mediocres tu ne peut meme pas un discours.

Comments are closed.