Situation préoccupante du pays : La CODEM et ses alliés entendent exprimer leurs colères avec ou sans autorisation

1

Le président de la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), Housséini Amion Guindo dit Poulo était face à la presse ce samedi 30 mars au siège du parti. A cette occasion, il a abordé la situation préoccupante du pays et a exprimé son et celle de ses alliés d’exprimer leurs colères face à cette situation.

Le vendredi 5 avril prochain, la CODEM, en collaboration avec la COFOP, Bouyé, Mahmoud Dicko, compte organiser une manifestation pour décrier la situation qui prévaut actuellement au Mali. C’est ce que Poulo appelle « un vendredi de colères ». Pour lui, cela se fera avec ou sans autorisation du Gouverneur du District. Car, selon lui, l’organisation d’une manifestation ne requiert pas une autorisation. Alors, il a appelé tous ceux et toutes celles qui adhèrent à leur cause de se mobiliser le vendredi prochain même si aucune précision n’a été donnée ni sur la nature de la manifestation, ni sur le lieu de la manifestation. Sachant qu’une décision en vigueur du Gouverneur interdit la manifestation à certains endroits de la capitale.

Par ailleurs, la situation actuelle du Mali est plus que préoccupante sur plusieurs plans. L’école est en panne à cause du bras de fer entre le gouvernement et les syndicats de l’éducation. Pour Poulo, cet état de fait n’est autre que le manque de confiance des syndicats au gouvernement. A l’en croire, ce gouvernement ne respecte pas ses engagements. A cela s’ajoute la situation sécuritaire précaire non seulement au centre et au nord du pays mais aussi à Bamako la capitale. Les carnages de Dioura et d’Ogossagou sont la parfaite illustration.

Face à cette situation déplorable, Housséini Amion Guindo a réitéré les pistes de réflexion privilégiées par son parti en amont de sa 4ème conférence nationale. Aux dires de M. Guindo, l’une de ces pistes veut que le Président de la République s’adresse solennellement à la Nation. Pour dire aux Maliens comment il compte gérer la crise de l’éducation pour éviter une année blanche. Dire au peuple comment il compte palier à l’impasse sécuritaire au centre. Puisque selon Poulo, un décret du conseil des ministres pour dissoudre une milice n’est pas la solution. Dire également aux citoyens comment il envisage gérer la situation économique. Aussi, une autre piste de la CODEM est-il le retour à l’ordre constitutionnel à travers l’organisation des élections législatives.

Yacouba TRAORE     

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Manifester son mécontentement face à la situation actuelle du pays , est un achète patriotique . Personne n’est à l’abris de ce qui se passe dans le centre du Mali. Il faut désarmer toutes les milices sans exception . Aussi prendre des disposition pour que ce qu’il s’est passé à Ogossagou et Dioura ne se produit plus nulle part dans le monde en général , au Mali en particulier . Notre pays est sur la sellette à cause de La mal gouvernance . Comment un gouvernement peut léguer ses mission à une milice ?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here