Transhumance politique et création du parti présidentiel : N'Diaye Bah et ses amis indésirables au Mouvement Citoyen

0

Les démissionnaires du CNID, avec à leur tête l’ex-Secrétaire général du parti, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, N’Diaye Bah, claironnent à qui veut l’entendre que le parti de Me Mountaga Tall est à terre pour y avoir débauché plusieurs cadres. Ils promettent de provoquer des démissions massives dans d’autres formations politiques pour renforcer le Mouvement Citoyen (MC) avant de le fondre dans un "grand parti présidentiel". En faisant croire qu’ils vont poser les bases de ce nouveau parti avec plusieurs transfuges qu’ils amèneraient dans leurs bagages, N’Diaye Bah et ses amis se rendent indésirables aux yeux des premiers responsables du MC.

L’adage selon lequel "qui a bu boira" est bien connu. Les responsables politiques n’hésitent pas à substituer à cette maxime une autre: "Qui a trahi, trahira". Du fait que la  conviction politique est la valeur la moins partagée dans nos démocraties africaines naissantes en général et au Mali en particulier, tout transfuge politique est accueilli avec quelque méfiance sous de nouveaux cieux politiques. Telle est l’appréhension générale vis-à-vis des cadres qui ont assumé de hautes responsabilités au sein d’une formation politique avant de démissionner pour aller vers d’autres bords.

 

C’est aujourd’hui le cas de figure avec le ministre N’Diaye Bah qui a occupé des responsabilités stratégiques au sein du Comité directeur du parti du Soleil levant depuis 15 ans. Il était devenu un véritable "grand manitou" au poste de Secrétaire général du parti, dont il est un des membres fondateurs, depuis au moins sept ans, ministre de la République depuis huit ans.

 

Avec ce palmarès, l’actuel ministre de l’Artisanat et du tourisme est devenu une sorte de cheville ouvrière d’une des plus importantes formations politiques du Mali. Lorsque cet homme vient à démissionner avec fracas du parti au sein duquel il fait ses premiers pas en politique, cela laisse tout observateur perplexe. De surcroît, lorsque N’Diaye Bah veut se faire une nouvelle virginité politique aux portes du Mouvement Citoyen d’Ahmed Diané Séméga, en vue de participer à la création d’une nouvelle formation politique, dépositaire de l’héritage du président ATT, il fait forcément l’objet d’une certaine inhospitalité de plusieurs responsables de la nébuleuse du Mouvement Citoyen.

En effet, en crachant dans la soupe (CNID) dont il s’était gavé pendant longtemps, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme s’attire d’office la méfiance pour instabilité politique.

A cela, il faut ajouter le fait qu’en claquant la porte du CNID, N’Diaye Bah a laissé entrevoir que ce parti est tombé en désuétude. Ainsi, avait-il mis les moyens, avec l’aide de ses amis Djibril Tall et autres, pour "faire démissionner des sections entières". Soit dit en passant, une section ne peut démissionner qu’avec une Conférence de section. C’est ainsi que les démissionnaires ont pu obtenir le départ du maire de Ségou. Seulement, la Conférence de section tenue par le parti, avec la présence effective de Me Tall, le 20 juin dernier à Ségou, a permis aux uns et aux autres de constater que N’Diaye Bah et ses amis se leurrent dans leur emprise en misant sur d’hypothétiques démissionnaires. En remplissant la salle Mieru Ba à craquer, Me Tall a réussi  à démontrer que les partants ont, à l’instar des tonneaux vides,  simplement fait beaucoup de bruit. Et cela, les responsables du Mouvement Citoyen qui avaient célébré dans la cité des balanzans, quelques heures plus tôt, le 8 juin, l’ont noté avec aisance.

Selon nos informations, plus d’un cadre du Mouvement n’hésite plus à faire des pieds et des mains pour décourager N’Diaye Bah et ses amis de se réclamer de l’étiquette du MC. "Où étaient-ils quand nous nous battions aux côtés du président de la République depuis 2002? Nous ne les considérons pas comme des nôtres ce sont des brebis égarées du CNID", laissait entendre, la semaine dernière, un haut cadre proche d’Ahmed Diané Séméga.

 

Par ailleurs, il faut reconnaître que Me Tall et le CNID jouissent encore d’une bonne audience dans les milieux politiques proches du président ATT. Surtout du fait du grand rôle qu’il a joué dans la réélection de ATT en 2007, quand il a, comme le reconnaissent volontiers les Ahmed Diané Séméga du MC, Ousmane Ben Fana Traoré du PCR, Djibril Tangara de la FCD et autres, mouillé le maillot durant la campagne présidentielle. Et, dans ce contexte, les populations et plusieurs cadres politiques sympathisent avec cette "victime de la trahison", c’est-à-dire le leader du parti du soleil levant. La preuve, une mobilisation monstre est, d’ores et déjà, promise à Me Tall à Kayes demain samedi 26 juin lors de la conférence de section qui va s’y dérouler ; comme cela a été le cas le dimanche 20 juin dernier à Ségou.

En outre, en recevant, le 12 juin dernier, le président du CNID et ses collaborateurs à propos du départ du ministre de l’Artisanat et du tourisme des rangs du parti, le président ATT, pour bien marquer qu’il n’a rien à voir avec ces manœuvres de déstabilisation du parti du soleil levant, laisse  voir son désir de ne point cautionner le positionnement de N’Diaye Bah dans le cercle restreint du Mouvement Citoyen. En clair, l’ex-Secrétaire général du CNID sera davantage perçu par les thuriféraires de l’ "ATTéisme" comme un homme encombrant.

 

Il s’ensuit que le ministre N’Diaye Bah s’est purement et simplement trompé de stratégie politique en quittant les rangs du CNID et surtout, en faisant croire que c’est son soutien inconditionnel du chef de l’Etat  qui lui a dicté un tel acte de pur opportunisme politique. Ceci, surtout dans la mesure où les ardeurs semblent s’émousser aujourd’hui quant à la création de ce fameux parti présidentiel.

 

                                           Bruno Djito SEGBEDJI

Commentaires via Facebook :