Union africaine : Le dialogue pour résoudre les différends

2

En sa qualité de 2è vice-président de l’Union africaine (UA) et membre du Bureau de cette organisation, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a pris part hier après-midi à une visioconférence présidée par Cyril Ramaphosa, président sud-africain président en exercice de l’UA.

L’objet de cette conférence a porté sur le différend opposant l’Éthiopie à l’Égypte et au Soudan concernant le barrage éthiopien dit de la Renaissance. En substance, le chef de l’État a exhorté ces trois pays à rester dans le processus de l’Union africaine qui repose sur le dialogue comme seule voie de règlement dudit différend. Et cela en conformité avec les valeurs de notre continent car, dira Ibrahim Boubacar Keïta, “l’Afrique est terre de dialogue et d’interdépendance. Et le Nil est justement le symbole de cette interdépendance”. Sans le Nil, c’est l’Afrique elle-même qui n’existerait pas, ajoutera le président Keïta.

Il a, par ailleurs, proposé aux parties de s’inspirer des exemples ouest-africains de gestion fluviale transnationale en particulier l’expérience unanimement saluée de l’OMVS. Il est à noter enfin que sur proposition du président de la République, notre compatriote Cheikhné Seydi Amadi Diawara, ancien ministre et ancien haut commissaire de l’OMVS, fait partie des experts désignés par l’Union africaine.

Le Bureau de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’UA est composé de Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo, Abdel Fattah el-Sisi, président de la République arabe d’Égypte, Uhuru Muigi Kenyatta, président de la République du Kenya et Ibrahim Boubacar Keïta du Mali.

……..lire la suite sur https://lessor.site/

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Heureusement que l”OMSV est avant le temps de Boua le ventru IBK qui n’a rien realise dans sa vie, un vrai nullard et un feneant!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here