Régulation de l’espace médiatique au Mali : Vers l’adoption d’une convention collective

En vue d’assainir les secteurs de la communication audiovisuelle, de la presse écrite, de la publicité et des médias en ligne, la Haute Autorité de la Communication (HAC) a organisé du 8 au 9 novembre dernier à la maison de la presse un atelier d’imprégnation des acteurs des médias aux textes législatifs et réglementaires, régissant la régulation de l’espace audiovisuel en République du Mali.

0

En vue d’assainir les secteurs de la communication audiovisuelle, de la presse écrite, de la publicité et des médias en ligne, la Haute Autorité de la Communication (HAC) en collaboration avec la Fondation Friedrich Ebert, a organisé du 8 au 9 novembre dernier à la maison de la presse un atelier d’imprégnation des acteurs des médias aux textes législatifs et réglementaires, régissant la régulation de l’espace audiovisuel en République du Mali.

La rencontre a été animée par Fodé Touré, président de la HAC qui avait à ses côtés Bréhima Kamena, chef de cabinet du ministre de l’économie numérique, de la communication, porte-parole du gouvernement, Mr Oumarou Ibréhim Ag Haidara, président des autorités de protection des données personnelles et Mr Amadou Samaké, représentant de la Fondation Friedrich Ebert.

Après avoir remercié la HAC pour l’organisation de cet atelier et la Fondation Friedrich Ebert pour son appui inestimable aux évènements les plus importants au Mali, Mr Bréhima Kamena,  Chef de cabinet du ministre de la communication a indiqué que la formation est la meilleure arme dont dispose la presse pour se perfectionner et mieux servir ses usagers. « Cet atelier est d’autant plus important que nul n’est sensé ignorer la loi.  Et, Même si la réglementation de la presse est parfois pénible au Mali, il faut respecter les textes », soulignera Mr Kamena.

Pour sa part, le président la haute autorité de la communication, Mr Fodé Touré, s’est dit très heureux de l’organisation de cette journée qui s’inscrit dans la volonté affichée par la HAC depuis son installation de privilégier les priorités dégagées lors de sa rencontre avec les associations professionnelles des médias en mars 2016.  « Il s’agit de la volonté unanimement exprimée d’assainir les secteurs de la communication audiovisuelle de la presse écrite, de la publicité et des médias en ligne et des besoins pressants des formations continues des acteurs de l’espace médiatique et  de l’amélioration des conditions de travail par l’adoption d’une convention collective », a-t-il expliqué.

Selon Mr Touré, l’organisation  de ces journées  marque non seulement le point de départ de la prise en charge des axes prioritaires de la mission de la HAC mais aussi constitue la mise en œuvre des résolutions issues de la première session de sa structure. « Et, dans les prochaines semaines,  des journées similaires seront organisées pour les acteurs de médias de Ségou, de Sikasso, de Mopti, de Gao, de Tombouctou et de Kidal », a-t-il signalé.

Pour le président de la HAC, l’importance de ces journées n’est plus à démontrer car, outre la couverture nationale, elles seront une occasion d’échanges sur les textes régissant la mission de régulation des médias audiovisuelle sur les sujets qui préoccupent les acteurs du secteur médiatique en République du Mali.

Djibril Kayentao

Commentaires via Facebook :

PARTAGER