Mali : le paludisme représente 39% des motifs de consultation

0

Le palais de la culture a abrité le jeudi 25 avril à la cérémonie de lancement de la journée mondiale de lutte contre le paludisme avec comme thème : « Zéro Palu ! Je m’engage ». C’était sous l’égide du Dr Mohamed Berthé, conseiller technique au ministère de la santé et de l’hygiène publique.

Le paludisme constitue au Mali un réel problème de santé publique. Il représente 39% des motifs de consultations. Selon le Dr Mohamed Berthé, conseiller technique au ministère de la santé et de l’hygiène publique, les structures sanitaires ont enregistré en 2018 plus de deux millions de cas de paludisme sur lesquels un millier de personnes ont malheureusement perdu la vie.

Sur le plan économique, le paludisme affecte la croissance économique de notre pays de 1,3%  du fait de l’absentéisme au travail où à l’école. Selon une étude menée par l’institut national de santé publique (INRSP), les pertes économiques dues au paludisme sont estimées à plus de soixante-douze millions de francs Cfa.

Le thème Zéro Palu ! Je m’engage » souligne la nécessité de donner un moyen d’action aux individus partout dans le monde, a déclaré Dr Boubacar Sidibé, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Mali. « Nous devons  accélérer le rythme de progrès si nous volons  réduire de 40% le nombre de cas de décès liés au paludisme dans le monde d’ici 2020, par rapport au niveau de 2015 », a-t-il lancé.

Cette accélération propulsera les pays sur la voie qui mène à l’élimination et les aidera à atteindre d’autres cibles des objectifs du développement durable, tels que l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant. C’est pourquoi, Dr Boubacar Sidibé a exhorté les pays à allouer des ressources suffisantes à la lutte antipaludique et à travailler dans tous les secteurs, en renforçant la collaboration transfrontalière.

Pour l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Dennis Hankins,le paludisme tue près de cinq cent mille personnes par an. L’OMS, selon lui, travaille à la recherche d’un vaccin. Un premier test a même eu lieu au Malawi. Il est prévu de faire un autre au Kénya et au Ghana. Pour ce qui concerne le Mali, plus de quatre cent chercheurs travaillent à la recherche de vaccin contre la maladie.

Il  a rappelé l’engagement de son pays au côté du Mali dans la lutte contre le paludisme. Dennis Hankins a salué les progrès significatifs réalisés par  notre pays avec la diminution du taux de paludisme de moins de 60% chez les enfants de moins cinq ans.

La cérémonie a pris fin par la signature de la toile d’engagement par les autorités et la remise d’attestation et de kits à trente-six femmes enceintes et nouvellement accouchées qui ont fait correctement la CPN TPI/SP à Bamako.

Abdrahamane Sissoko/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here