Venant d’une zone à haut risque de contamination au COVID-19 : Le ministre de l’Agriculture, Baba Moulaye Haïdara devait être confiné

0

De retour du salon de l’agriculture en France, le ministre de l’Agriculture, Baba Moulaye Ahmed et sa délégation devaient subir, comme mesure de réduction des risques contre le nouveau coronavirus (Covid-19), un contrôle médical poussé à défaut d’un confinement, au lieu de les laisser rentrer en contact direct avec leurs familles et collaborateurs, sans aucune précaution.

En France où le nouveau coronavirus (Covid-19) est passé en stade 2, obligeant les autorités de ce pays à écourter le salon de l’Agriculture, suite à la découverte de cas de contamination de personnes ayant fréquenté les lieux, on insiste sur des réflexes à adopter, dans le cadre de la stratégie de réduction des risques de propagation de la maladie à Covid-19. C’est ainsi que de retour des zones à haut risque de contamination, le ministère français de la Santé préconise une vigilance particulière pendant 14 jours, soit le temps de la période d’incubation du virus, tout en surveillant l’apparition des symptômes (fièvre, toux, difficultés à respirer).

Cependant, la période d’incubation va de 2 à 14 jours. Mais selon des publications récentes, des cas supérieurs à 14 jours ont été constatés. En Chine, un homme a ainsi contracté le coronavirus mais n’a développé les symptômes que 27 jours après. Ces cas restent rares, selon les experts et la moyenne de la période d’incubation se situe plus entre trois et sept jours.

De toute façon, cette recommandation parmi tant d’autres issues du protocole de prévention édicté par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) restent valables pour tous les pays afin de réduire les risques de propagation de la maladie.

Le maire du village haut-savoyard de La Balme-de-Sillingy, localité qui compte déjà plusieurs malades du nouveau coronavirus, a déclaré samedi dernier, dans la soirée, qu’il était lui-même contaminé par le Covid-19. Le maire François Daviet – puisque c’est de lui qu’il s’agit – avant d’être testé positif – a croisé du monde, notamment au salon de l’Agriculture où il s’est rendu avec d’autres élus de sa région. Un autre maire, qui s’était lui aussi rendu à ce Salon, a été contaminé par le Covid-19.

Aussitôt l’alerte sonnée, le gouvernement français a estimé le niveau de risque du salon de l’Agriculture suffisamment élevé pour écouter cet événement de 24 heures afin d’évacuer rapidement les lieux. D’ailleurs, cette année, ce salon jadis si fréquenté a connu une baisse importante du nombre de visiteurs à cause du coronavirus.

Raison suffisante pour que toute personne ayant séjourné durant quelques jours à cette grand-messe de l’Agriculture, quels que soient ses rang, grade et qualité, doit être soumise à des mesures spéciales de mise sous surveillance et surtout d’isolement durant quelques jours, le temps de lui faire subir des examens médicaux.

C’est dire que, de ce point de vue, la vigilance a manqué à nos autorités sanitaires. Ou peut-être, le statut de ministre de Moulaye Ahmed Baba n’a-t-il pas permis de penser à une quelconque mesure de prévention ? Pourtant, en le faisant, non seulement on protège sa vie et celle des membres de sa délégation, mais aussi celle de milliers de Maliens avec lesquels ils entrent en contact, en commençant par les membres de leurs familles respectives. Avec le Covid-19, ce n’est pas une question d’être ministre, député ou directeur national car la maladie ne fait de distinction. En plus, en matière de prévention contre une pandémie de ce genre, les mesures, telles les lois, doivent être générales et impersonnelles.

N’a-t-on d’ailleurs pas vu dans un pays voisin, notamment le Sénégal, que deux ministres revenant de ce salon français de l’Agriculture, respectivement le ministre de l’Agriculture et celui de l’Elevage, ont été priés de ne pas se présenter au Conseil des ministres ou à leurs services, le temps de subir des examens médicaux et de respecter le délai d’incubation ?

Ayons les bons réflexes de prévention car mieux vaut prévenir que guérir.

                                La Rédaction

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here