Après le CMLN, le CTSP et le CNRDRE, voici le CNSP aux commandes : A quand la fin de l’interminable cycle de coups d’Etat au Mali ?

19

Pour la quatrième fois de son histoire, le Mali vient de connaitre ce mardi 18 Août 2020 un autre coup de force, mettant fin à sept ans de règne du régime Ibrahim Boubacar Keita. Ce coup d’Etat, différent des trois précédents, a été salué par une écrasante majorité des maliens qui en avaient assez de la gestion chaotique des affaires par IBK et ses proches. Les nouveaux hommes forts du Mali ont promis de rendre le pouvoir aux civils après des élections transparentes et crédibles. Quant à la gestion de la transition, ils se disent prêts à définir ses contours avec toutes les forces vives de la Nation. Faudrait-il avoir confiance en ces militaires qui ont pris le pouvoir, quant à leur volonté de rendre le pouvoir au terme de la transition ? La classe politique devrait-elle diaboliser les putschistes ou collaborer avec eux ? Quel doit être le sort  à réserver aux désormais  anciens dignitaires du régime IBK ?

Les maliens se sont réveillés ce mercredi 19 Août avec cinq nouveaux visages, méconnus de la majorité des maliens, qui sont désormais les maitres de leur destin. Cinq officiers autour d’une table filmés par l’ORTM au milieu desquels un certain  colonel Ismaël Wagué lisant l’adresse à la nation, tel a été le plat servi par les nouveaux hommes forts du Mali. Leur déclaration avait été précédée par celle du Président de la République sortant IBK, qui a accepté de rendre sa démission, de dissoudre l’Assemblée Nationale et le Gouvernement. Qui pouvait imaginer un tel scénario après le stupide coup d’Etat perpétré par une autre junte dirigée par le capitaine Amadou Haya Sanogo un 22 mars 2012 ? Et pourtant, depuis trois mois, le spectre d’un coup d’Etat planait sur le Mali. Un Mouvement créé le 5 juin et regroupant des forces politiques et d’associations de la société civile, avait entamé un combat sans répit avec un seul mot d’ordre la démission d’IBK et de son régime pour incompétence et incapacité à résoudre les problèmes majeurs de notre pays. Les revendications de  ce mouvement étaient celles d’une frange importante de notre pays, c’est pourquoi le coup de force  a été suivi par un nombre important et imposant des citoyens.

Face à l’inaction, à l’indifférence du régime et à l’exacerbation des crises à la fois sécuritaire, avec son lot des morts, de déplacés  et une grave crise sociopolitique, caractériséepar un manque criard des services sociaux de base et des élections législatives dont les résultats ont été tripatouillés par la Cour Constitutionnelle aux ordres du pouvoir, les maliens avaient les  regards tournés vers l’armée pour débarrasser le pays du régime corrompu d’IBK.  Elle a fini par descendre dans l’arène politique, en mettant fin au calvaire du peuple.

Pour rappel, ce coup de force est différent de celui du 22 mars 2012, car le pays est aujourd’hui  au bord  du chaos, sa gouvernance est la moins vertueuse et les maliens souffrent le martyr depuis sept ans. Pourquoi ne pas applaudir un coup d’Etat dans un pays où les 75 % du territoire échappent au contrôle de l’Etat central ? Comment l’armée peut-elle s’accommoder des conditions exécrables, victime de  corruption et payant un lourd tribut, sans réagir ? En effet,les officiers mutins se sont rendus compte que la colossale somme qui a été déboursée dans le cadre de la loi de programmation militaire a atterrie  dans les poches de certains hauts gradés proches de la famille présidentielle. Conséquences de ces détournements ce sont les hélicoptères qui sont  cloués au sol ou des blindés en cartons exposant les militaires au danger de mort face à des terroristes bien armés. Donc la coupe était entièrement pleine pour agir et mettre hors d’état de nuire celui qui cristallise toutes les frustrations, à savoir IBK. A la question de savoir s’il faut faire confiance aux mutins ou pas, la réponse est bien entendu oui, car sachant bien que la communauté internationale n’acceptera pas que les militaires gardent longtemps le pouvoir, ils respecteront les délais consensuels  fixés de concert avec les forces vives de la nation. En plus du regard de la Communauté internationale, les officiers mutins sont des intellectuels. C’est pourquoi ils ont mené avec  professionnalisme  le coup d’Etat sans effusion de sang.Ils sauront être à la hauteur. Donc, après des signes d’ouverture, les putschistes méritent d’être accompagnés pour mener le bateau de la transition à bon port au grand bonheur des maliens.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

19 COMMENTAIRES

  1. La seule façon de prévenir les coups d État, est la bonne gouvernance qui doit commencer par extirper l IMPUNITÉ dans notre ADMINISTRATION car elle est le GERME de la CORRUPTION et tous les autres maux de notre SOCIÉTÉ. Après pour que cette IMPUNITÉ la racine de tous les malheurs des maliens ,soit vaincue dans notre Mali Coura il faut supprimer tous les privilèges en terme d immunités de toutes les catégories de fonctionnaires et d élus impliqués dans la gestion de l État pourqu enfin notre seule immunité soit notre bonne conduite voir notre respect de la CONSTITUTION et des lois de la République ce qui nous éviterait la PRISON Donc en supprimant ces privilèges qui t empêchent ou retardent ta détention sous l ère IBK cela nous donnera je suis sûr des gouvernants modeles et exemplaires. C est là ma modeste contribution pour réussir le Mali coura naissant

  2. 😂 😂 😂 😂
    Les coups d’état ne finiront pas de sitôt au Mali … c’est un fléau culturel comme la corruption … 😞 😞 😞 😞

    Les Soldats Ratés seront toujours aux aguets en attente d’une opportunité … et croyez moi, les opportunités ne manqueront jamais dans un pays comme le Mali ou la rue et la pagaille sont plus attrayantes à une population illettrée et irresponsable … toujours manipulé par des politicards qui sont FAKELEN BAKELEN … qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition… … 😞 😞 😞 😞

    Surtout que ce peuple malien veut un changement qui ne lui demanderait pas de changer lui même … KABAKO 😞 😔 😢

    Moussa Ag,… « Sanounegueni » de ma Grande Mère Tâta Bouare doit être l’hymne nationale de Mali ….

    Un Peuple – un But – Une Foire

  3. Le temps nous dira si ce nouveau bégaiement de l’histoire aura servi la nation et à son peuple. Le chemin de l’enfer étant pavé de bonnes intentions, il faut vraiment espérer que dans sept ans encore, qu’on ne vienne pas nous dire que les faiseurs de roi se soient trompés. Encore une fois de trop.

    Pensées rebelles.

  4. Le cnsp/m5 dirige maintenant le mali on n espére que d ici quelques mois il n y aura plus d attaques terroristes et que toute l administration sera présente au centre le chef de la junte cnsp/m5 fera sa première visite a Kidal désormais plus de grève de conflit communautaire vive la stabilité

    • Jamais! Pourquoi?…
      Ben, parce que le malien, qui se dit musulman,n est en realite qu un exclave mentalement et spirituellement traumatise,donc ne jouissant pas de toutes ses facultes! LE MALIEN CHOISISSANT SELON LE NIVEAU D ISLAMISATION, SON LEADER, A TOUTES LES CHANCES DE TOMBER SUR UN MALADE MENTAL!

      Appliquez la meme logique de demonstration aux scolarises, dit ‘francophones’ la folie, s y est installee a jamais!

      🐧🐧🐧LES GENS FONT DES DIZAINES D ANNEES DANS LES ECOLES ABRAHAMIQUES ARABES OU/ET JUDEO-CHRETIENNES, PUIS VIENNENT FAIRE UN RATTRAPAGE SUR LA VIE! VOLER, PILLER, DEBILISER,SE SERVIR, S ENRICHIR, S IMPOSER!🐧🐧🐧

      😂L EGO, D UN SORTI DES ‘ ECOLES’ QUI NOUS DETRUISENT, EST DEMESURE!😂

  5. @Lastus: Tu as raison car des idiots comme Boua le ventru IBK pensent que le Mali est l’heritage de leur pere donc au lieu de travailler pour le pays et le peuple eux pensent que c’est le peuple qui doit travailler pour eux comme tout tyran et dictateur, Boua le ventru n’a rien compris de la politque a plus forte raison de la democratie. Boua ne peut jamais comprendre institutions fortes et independantes on a vu sa recente selection des deputes mal elus a l’Assemblee Nationale avec le support de la cour constitutionnelle de Manassa. Voici un bel exemple d’agissements incompatibles avec la democratie, alors esperons que celui qui va venir apres Boua le ventru IBK va apprendre la lecon sinon ce sera un autre coup d’Etat car le peuple Malien ne va plus jamais se laisser faire par des dictateurs farfelus, nullards, et faineants comme Boua le ventru IBK

    • Il y a eu 23 ans de régime militaire aussi. La corruption handicapante dont nous avons du mal à nous débarrasser a commencé à être introduite au Mali à partir du 19 novembre 1968. Avant, nous avions des dirigeants avec d’autres problèmes mais ils étaient vertueux.

  6. L ISLAM EST LA BASE DU MALHEUR CULTUREL, DE LA TOUT LE RESTE! JE VOUS JURE QUE SI NOUS PARVENONS A NOUS LIBERER DE L ISLAM, NOUS SORTIRONS DE L ESCLAVAGE PRIMAIRE ARABE ET LES FRANCAIS EUX MEMES AURONT PEUR DE NOUS TAQUINER ET NOUS CONFRONTER!

    • Un gouvernement civil et militaire pour moi pas de différence au Mali, depuis en 1992 on a un Président civil notre est devenu plus catastrophe que de régime militaire,cette catastrophe dans tous les domaines, le sanction de CEDEAO, Ok mais si l’économie malien est saigné l’économie des certains pays de sous région saigneront aussi .

  7. Le cycle infernal des coups d’État finiront lorsque les présidents comprendront qu’ils doivent mettre en place des institutions fortes et indépendantes, puis assurer une bonne gouvernance. On accuse les militaires mais la réalité est que ce sont les présidents qui sont eux-mêmes à la base des coups d’état.

    • Tu as raison car des idiots comme Boua le ventru IBK pensent que le Mali est l’heritage de leur pere donc au lieu de travailler pour le pays et le peuple eux pensent que c’est le peuple qui doit travailler pour eux comme tout tyran et dictateur, Boua le ventru n’a rien compris de la politque a plus forte raison de la democratie. Boua ne peut jamais comprendre institutions fortes et independante on a vu sa selection des deputes mal elus a l’Assemblee Nationale avec le support de la cour constitutionnelle de Manassa. Voici un bel exemple d’agissements incompatibles avec la democratie, alors esperons que celui qui va venir apres Boua le ventru IBK va apprendre la lecon sinon ce sera un autre coup d’Etat car le peuple Malien ne va plus jamais se laisser faire!

  8. Ce n’est pas le CTSP, mais le CRN ( Conseil de Réconciliation Nationale). Le CTSP était l’organe de transition. Quand les militaires ont pris le pouvoir le 26 mars, ils ont créé le CRN, qui sera dissout une semaine après au profit du CTSP, composé de militaires et de civils. Jeune Sissoko, en 1991, tu étais encore un peu jeune, n’est ce pas?

  9. Tout cela est vrai mais faut éviter les erreurs de 2012 en mettant à l’écart tous les religieux pour éviter que dans l’avenir un conflit inter-religieux ne puisse être la source d’une crise entre les Maliens. Après les religieux, mettre à la retraite tous les vétérans de la vie politique malienne bien entendu ceux du M5-RFP également (CHOGUEL, Mountaga Tall, Modibo Sidibé, Mme Sy Kadiatou Sow, C O Sissoko et autres sangsues) . A défaut, ce sera de l’éternel recommencement, de coup de force à force. Personne n’y gagnera.

    Ce changement doit être le départ de la construction d’une nation forte dans laquelle se retrouve chaque Malien. Les assoiffés du pouvoir, les politiciens véreux qui ont fait la promotion de la corruption, de l’injustice, de la gabegie…doivent être chassés comme des chiens enragés car s’ils intègrent cette transition, ils la souilleront certainement. Pour leur dignité et la confiance placée en leur personne par un peuple meurtri, les mutins doivent faire beaucoup attention car ces individus sont capables de tout pour arriver à leur fin.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here