Assisses nationales de la refondation : Le Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie renouvelle sa non-participation

2

Tenant à son projet d’assises consensuelles, le Président de la Transition, le colonel Assimi Goïta,  a encore une fois  réuni à Koulouba, le 29 novembre 2021, la classe politique avec l’espoir de convaincre les responsables politiques à participer aux dites assises. Encore peine perdue puisqu’au lendemain de la rencontre, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, les Partis et Regroupements de Partis politiques pour une Transition Réussie ont exprimé leur regret, après leur rencontre avec le président de la Transition, de maintenir leur position de non-participation aux Assises Nationales de la Refondation.

 Pour le président de la Transition, les échanges sur la refondation constitueront une victoire certaine pour la démocratie malienne. Et qu’une « union sacrée » est nécessaire pour sortir le pays de la crise multidimensionnelle. C’est pourquoi, il a invité tous les acteurs politiques à y participer afin que les Maliens puissent jeter les bases d’un nouveau contrat social entre l’État et les citoyens.

Juste à la sortie de la rencontre, le porte-parole du Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie, Amadou Koïta, a rappelé la pertinence des Assisses.  «Ces Assises sont une bonne chose pour le Mali, mais il faut les découpler du délai de la Transition et du chronogramme d’un retour à l’ordre constitutionnel ».

Dans la même lancée, le président du PS Yeleen Koura recommande que « les termes de référence de ces assises soient adoptés de manière inclusive, si elles devaient avoir lieu ». C’était sans exprimer la position du cadre sur sa participation aux assises. Le lendemain, c’est, 30 novembre 202, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, les Partis et groupements de Partis politiques pour une Transition Réussie au Mali ont exprimé leur regret, après leur rencontre avec le président de la Transition, et maintiennent leur position de non-participation aux Assises Nationales de la Refondation.

Dans ce communiqué, il est signalé que les Partis et Regroupements de Partis politiques pour une Transition Réussie au Mali ont été informés à travers l’un des leurs, saisi par le Directeur du Protocole de la Présidence, de la décision de SE le Colonel Assimi GOÏTA d’organiser une rencontre d’échanges avec les partis politiques.Deux jours plus tard, ils ont découvert, comme tous les autres Maliens, sur les réseaux sociaux, un communiqué du Directeur du Protocole de la République invitant les responsables des partis politiques à une séance d’échanges dans la Salle des Banquets à Koulouba le lundi, 29 novembre 2021, à partir de 10 heures.

Les responsables des Partis et Regroupements de Partis politiques pour une Transition Réussie au Mali, membres du Cadre, respectueux des Institutions de la République, ont répondu massivement présents à l’invitation du Président de la transition, chef de l’Etat. Malheureusement, ils sont au regret d’informer l’opinion nationale et internationale qu’en lieu et place d’une séance d’échanges, ils ont assisté à une cérémonie au cours de laquelle le Président de la Transition, SE le Colonel Assimi GOÏTA, a lu une adresse aux responsables des partis politiques présents.

Il y a eu au total deux prises de parole. Il s’agit du propos introductif du ministre de la Refondation de l’État, M. Ibrahim Ikassa MAÏGA, et du discours du Président de la Transition. La parole n’a été donnée finalement à aucun responsable des partis politiques.

Le Cadre d’échanges des Partis et Regroupements de Partis politiques pour une Transition Réussie au Mali regrette cette mise en scène et maintient sa position de non-participation aux «Assises Nationales de la Refondation ».

Zié Coulibaly

Source : Plume Libre

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. c’est bien fait pour les militaires, qui refusent de s’assumer.
    ceux qui ont pour la plupart détruit ce pays continuent à dicter leur loi.
    quand j’ai écouté Kader Miaga, j’ai eu peur.
    il y a des dossiers contre certains, mais pour éviter le soulèvement, les dossiers ne sont pas transmis.
    il n’y a d’autres impliqués dans le coup d’état contre l’état qui ne sont pas inquiété pour les mêmes motifs.
    je suis d’accord avec Kader Maiga, s’il n’y a de la place dans les prisons, amener dans les stades et les garder.
    comment accepter que un agent a détourné les fonds publics, qu’il soit en liberté par peur de?

  2. le boubou de kokala me rappel celui de moussa traore avec une grande broderie jusqu’au genou c’est un ancien de l’udpm

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here