Campagne radiophonique de sensibilisation pour la stabilisation du centre : Des ondes au service de la paix

0

Pour un coût total de plus de 82 millions de francs CFA, fruit du partenariat entre le secrétariat permanent du cadre politique de gestion de la crise du Centre, la Minusma et l’Urtel.

L’équipement des radios en matériels audio de haute qualité (Enregistreur numérique ZOOM H6 avec ses accessoires, Kit Micro Behringer M1800S de 3 micros, Casque d’écoute Behringer BH770, etc.) et la campagne radiophonique sur six mois (Octobre 2020 à Mars 2021) ont respectivement coûté 27 566 000 et 55 104 000 de francs CFA, soit un total de 82 670 000 de francs CFA.

Les capitales régionales de Mopti et de Ségou dans le Centre du Mali ont respectivement abrité les 24 et 26 novembre 2020, le lancement des projets à impact rapide axés sur la remise de matériels audio à 46 radios des 17 cercles des deux régions et la campagne radiophonique de sensibilisation pour le retour de la paix.

Les cérémonies ont été présidées par les Gouverneurs respectifs, en présence du Secrétaire permanent du Cadre politique de gestion de la crise du Centre, l’Ambassadeur Boubacar Gaoussou Diarra, ainsi que les représentants des partenaires de la Minusma et de l’URTEL.

Les projets, fruit du partenariat entre le Secrétariat permanent du Cadre politique de gestion de la crise du Centre, la Minusma et l’URTEL, s’inscrivent dans la mise en œuvre de la Stratégie de stabilisation des régions du Centre du Mali.

Le premier projet relatif à l’appui à la diffusion des émissions radiophoniques estimé à cinquante-cinq millions cent quatre mille (55 104 000) francs CFA est axé sur le contenu de la stratégie de stabilisation des régions du Centre et va durer six (06) mois pour 1200 émissions couvrant tous les quinze (15) cercles des régions de Mopti et de Ségou. Les émissions produites et diffusées vont être intensifiées sur la diffusion de messages de sensibilisation – à travers des tables rondes, des microprogrammes et des interviews – sur la cohésion sociale, la paix, la réconciliation et le vivre ensemble.

Le second projet,qui porte sur le renforcement des capacités techniques de 46 radios – Mopti 24 radios et Ségou 22 radios, a coûté27 566 000 de francs CFA. Ces kits sont des matériels audio de pointe et peuvent constituer un vrai studio ambulant pour réaliser des tables rondes, des débats.

A l’occasion du lancement desdits projets, l’Ambassadeur Boubacar Diarra a remercié la MINUSMA pour son appui financier et l’URTEL pour son accompagnement. Il a salué et magnifié l’important rôle que peuvent et doivent jouer les radios de proximité dans le contexte de crise que connait notre pays. Pour lui, la radioest un outil magique au service de la paix et de la cohésion. Mais, alerte-t-il, la radio peut aussi se révéler comme une arme de destruction massive, si l’on ne prend garde. Il a étayé la thèse par la désormais très tristement célèbre radio des Milles Collines au Rwanda, en 1994.

La représentante de la MINUSMA, madame Myrline SANOGO-MATHIEU, (Public Information OfficerTeam Leader, Strategic Communications and Public Information Office-Mopti) a rappelé le mandat du Conseil de sécurité des Nations Unies  relatif à « faciliter l’application par les acteurs maliens de la Stratégie de stabilisation du centre du Mali, dans le cadre d’une action globale à orientation politique, afin de protéger les civils, de réduire les violences intercommunautaires et de rétablir l’autorité et la présence de l’État ainsi que les services sociaux de base dans le centre du pays ». Elle a ajouté, qu’à la lumière des derniers évènements dans le pays, le Président du Conseil de sécurité a demandé à la MINUSMA, le 15 octobre 2020, de poursuivre la mise en œuvre de ses tâches prioritaires au cœur desquelles réside la stabilisation du centre du Mali.

Enfin, madame Myrline SANOGO-MATHIEU a rassuré que la MINUSMA et le système des Nations Unies restent disponibles et mobilisés pour accompagner les maliens et maliennes à aller vers une paix durable, en retrouvant le vivre-ensemble et la cohésion sociale d’antan.

Les deux chefs exécutifs régionaux de Mopti et de Ségou ont appelé les femmes et hommes de radios à plus de professionnalisme et de sens de responsabilité pour préserver et prêcher la paix et l’entente entre les communautés, et non attiser le feu de la méfiance, de la division et de la haine entre les populations.

Président de l’URTEL, BandiougouDantés’est félicité de la qualité des matériels mis à la disposition des radios, avant de rassurer de la meilleure exécution du projet.

Correspondance particulière

Alfousseiny Sidibé, Expert Communication SP-CPGC

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here