C’est une étude qui le dit : ‘’les religieux ne sont pas indifférents à la politique au Mali’’

0

Le Groupe de recherche en économie  appliquée et théorique (Great), a tenu le samedi 14 novembre 2015, à l’hôtel Olympe de Bamako un atelier de restitution de l’étude effectuée sur l’implication des religieux dans la politique au Mali. La cérémonie d’ouverture était présidée par Moussa Coulibaly, directeur exécutif du Great. Deux thèmes ont été débattus et portaient sur : « Religion et politique au Mali » ; « Le renouveau religieux au Mali ».

Le premier thème a été présenté par Mme Sidibé Djenèba Diarra. Pour elle, selon la plus récente enquête d’Afrobaromètre au Mali, les musulmans sont majoritaires avec près de 90% de la population, contre seulement 5% pour les chrétiens. L’enquête qui a été menée en décembre 2014, révèle que 61%  des musulmans maliens déclarent être intéressés par  les affaires publiques. Ce taux est de 58% pour les chrétiens, plus préoccupés par la propagande en faveur de leurs cultes que par le débat public d’intérêt  général. L’enquête indique que ces données sont publiées au moment où les Maliens s’éloignent des groupes religieux lesquels subitement n’apparaissaient plus comme d’innocents groupes de croyants, mais comme des groupes extrémistes défendant des intérêts étrangers auprès de candides croyants abusés. Neuf sur dix Maliens sont musulmans, 7 sont musulmans tout court et 2 sont musulmans confrériques.

De même, les trois quarts des chrétiens sont plutôt chrétiens confrériques et non simples chrétiens, souligne l’étude. De façon générale, les confréries religieuses pratiquent plus la religion que les autres. 85% des Maliens pratiquent leur religion au moins une fois par jour, 26% chez les chrétiens et 93% chez les musulmans. Moins de trois quarts des Maliens sont engagés dans des groupes religieux, ils sont deux sur cinq s’agissant des musulmans confrériques ou des chrétiens confrériques a indiqué l’oratrice.

Selon Moussa Coulibaly, directeur exécutif de Great, un musulman sur cinq connaît les 5 piliers de sa religion ; 2% dans l’ordre : la foi, la prière, la zakat, le jeûne et le pèlerinage ; 18% dans n’importe quel autre ordre.

Par rapport à la lecture du Coran, les trois quarts des musulmans du Mali ne lisent jamais le Coran, encore plus en milieu rural (4/5) et chez les femmes (4/5) ; 5% déclarent lire le Coran chaque jour contre 4% chaque semaine ou chaque mois. Pour ce qui est de la répartition des lieux de prière pour les musulmans, il dira que l’enquête révèle que le principal lieu de prière pour les musulmans reste leur propre maison, et non la mosquée ; les femmes prient à la maison encore plus que les hommes, et les personnes de moins de 40 ans plus que les autres. Ceux qui vont à la mosquée sont principalement les 65 ans et plus. Il  faut rappeler que Great a pour objectif stratégique de faire du Mali un producteur actif et significatif en termes de connaissances. Great contribue à cet objectif à travers des réflexions scientifiques pour un changement qualitatif de notre société. Le changement qualitatif produit à travers des connaissances, doit s’observer dans des discours, dans les comportements, dans les procédures de décision, dans les attitudes, dans le bien-être, et dans la connaissance des personnes.

Great produit des données et publie des articles trimestriels ainsi que des notes de politique chaque mois. Il est un partenaire national d’Afro baromètre au Mali. Il enquête sur les opinions des citoyens maliens par rapport à la gouvernance et la gestion du pays. « Après la collecte et la saisie des données, nous produisons des rapports et organisons au moins trois ateliers de diffusion après chaque série d’enquêtes pour attirer l’attention des décideurs politiques. Great met la base d’Afrobaromètre à la portée des utilisateurs de données et publie les résultats de ses études dans les médias ».

Bandiougou Bouaré

 

 

PARTAGER