De la viande malsaine dans nos sauces ! : L’Etat ne fait rien, le consommateur non plus !

7

Est vendue, dans nos marchés, de la charogne de moutons, de bœufs et même d’ânes et de chevaux… morts d’on ne sait quoi. Cette viande souillée, malsaine, impure est préparée dans nos marmites avant de se retrouver dans nos ventres ! Une  enquête menée par le quotidien national et publiée le 1er juin 2023 explique le phénomène dans toute sa laideur, sa puanteur, sa toxicité, sa cruauté… Cependant, loin de faire vomir de dégoût, susciter l’indignation, la colère et la révolte, ces révélations semblent plutôt laisser de marbre les consommateurs maliens, dont les autorités publiques.

Le sage doyen de la presse écrite malienne, le quotidien national ‘’l’Essor’’ n’est jamais dans le sensationnel. Pourtant la manchette de sa parution du jeudi 1er juin 2023 devrait faire vomir les tripes de dégoût, susciter l’indignation, la colère voire la révolte de consommateurs désabusés : ‘’Consommation de viande : la charogne dans nos assiettes’’. Pouah !!!

On ne saurait être mieux édifié sur un phénomène qui se généralise, selon toute vraisemblance. Le reporter n’a ménagé ni son temps ni son énergie encore moins sa sécurité pour mener un travail de fourmi digne d’un professionnel et étaler, sur une page entière, dans toute leur laideur, leur puanteur, leur toxicité, leur cruauté des actes inimaginables sous nos cieux quand la vertu était la chose la mieux partagée: «À Bamako et environs, difficile de voir un cadavre d’animal gisant au sol à la merci des insectes et des vers de terre. Des individus sans scrupule se chargent de mettre sur le marché de la viande issue des carcasses d’animaux morts. Au mépris des risques sanitaires et des prohibitions religieuses».

Ces actes attentatoires à la santé publique, à la vie humaine, à la morale, à la foi religieuse, à la loi sont accueillis dans l’indifférence générale. Car à ce jour, pas le moindre écho de ces révélations dans les médias et réseaux sociaux, qui nous en mettent plein la vue et les oreilles avec des sujets de bien moindre importance ! Aucun tollé d’indignations voire de manifestations de colère des populations avec, en première ligne, cette ribambelle d’associations dites de protection ou de défense de consommateurs ! Aucune réaction connue des services techniques de l’Etat en charge de la qualité sanitaire des aliments et de la santé publique ! Aucune enquête enclenchée par les détenteurs de l’action publique pour démanteler ces réseaux d’empoisonneurs publics et leur infliger des sanctions dissuasives ! Aucune voix de prêcheurs, si prolixes sur d’autres terrains, n’a invité ces criminels au repentir actif! Aucun parti politique n’a ‘’pondu’’ le moindre communiqué condamnant des actes qui nuisent à la santé des populations, censée être prise en compte dans son programme !

Quid des plus hautes autorités nationales ?  Aucune instruction ferme pour protéger les populations contre ces pratiques criminelles ! Pas la moindre réaction de Koulouba ni de la Cité Administrative ni du CNT! Silence, on s’occupe d’autres choses !

Des monstres à visage humain

Tout se passe somme si une sorte d’omerta couvrait ce drame d’empoisonnement public dont le nombre des victimes serait difficile à déterminer. Pendant que, tranquillement, sans la moindre inquiétude, des monstres à visage humain, qui n’ont rien à envier aux fabricants d’engins de la mort, écoulent la charogne bourrée de toutes sortes de virus, bactéries et autres micro organismes! Pendant que, innocemment et naïvement, nos mamans, épouses, sœurs, filles, achètent ces choses impropres à la consommation pour les préparer et nous les servir ! Pendant que nous-mêmes devenons, sans le savoir, des nécrophages !

Mais combien de personnes sont passées de vie à trépas sans se douter que la cause de leur maladie est celle ayant occasionné la mort des animaux dont ils ont mangé la charogne?

Quant aux sinistres individus coupables volontaires de ce commerce morbide, ils se fichent éperdument de savoir si ces animaux sont morts de maladies transmissibles à l’homme ou de poisons mortels, si une religion autorise ou condamne  leur consommation.

En d’autre temps, les autorités n’auraient pas mis du temps à sévir après avoir secoué le cocotier. En d’autre temps, les réactions d’une opinion ulcérée se poursuivraient encore. Ailleurs, les autorités compétentes se comportent autrement lorsqu’un si grave problème de santé publique est porté à leur connaissance.

Moulaye Hassane Haïdara

 

Empoisonnement public : le scandale de trop

Après les abatages clandestins, parce qu’à l’insu des services compétents et sur des aires insalubres, d’animaux souvent malades ; le transport de la viande dans des conditions répugnantes connues de tous, la charogne vendue dans les marchés devrait être la goutte d’eau de trop.                                                                          Ce commerce de viande découpée sur des cadavres d’animaux, morts dans des circonstances impossibles à déterminer, heurte la morale, transgresse notre foi religieuse et nos lois, nuit à notre santé, porte atteinte à notre vie.                Reste à savoir si nous sommes au bout de nos peines……tant que l’éducation  continue de battre de l’aile dans la cellule familiale et à l’école, tant que le citoyen tarde à revenir en vie, tant que l’autorité en panne de légitimité court désespérément derrière la crédibilité et le respect. Tant que….

MHH

 

Les zoonoses ?

Cette appellation générique désigne les maladies et les infections transmises de l’animal à l’homme de manière directe ou indirecte. Elles sont si nombreuses qu’elles sont classées en fonction de l’agent pathogène et du mode de transmission. D’où leurs origines différentes : virale, bactérienne, fongique, parasitaire… Selon les spécialistes, les zoonoses les plus courantes sont ainsi réparties en quatre grandes catégories :

– les zoonoses d’origine bactérienne (brucellose, fièvre charbonneuse, leptospiroses, listériose, maladie des griffes du chat, maladie de Lyme, salmonellose, tétanos, tuberculose…) ;

– les zoonoses d’origine virale (chikungunya, dengue, fièvre de Lassa, hépatite A, herpès virus B, maladie à virus Ebola, rage…) ;

– les zoonoses d’origine parasitaire (ascaridiose, leishmaniose, maladie du sommeil, paludisme, toxoplasmose, trichurose)

– et les zoonoses d’origine fongique (aspergillose, candidose, coccidioïdose).

MHH

 

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Yes! You have my long time fungal treatment need correct. Hope to be home within months for treatment. Will inform as condition obligate. I suspect I have been for long term( years) somewhat poisoned by clever use of muscle relaxants to ease pain of advance condition of fungus but seek to avoid when I find source being used to slip muscle relaxant to me. Use in Detroit exceed use is Sacramento by extremely large margin. Wonder what is ultimate goal. Clearly showing side effects of long time muscle relaxant poisoning in combination with no treatment of fungus.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. Nous maliens d’aujourd’hui que sommes-nous? Tout le monde a démissionné en même temps, mêmes ceux qui nous gouvernent, quelle ignominie? Pourtant ce domaine est pris en compte par certaines de nos institutions et les personnes chargées de les gérer prennent leurs émoluments chaque jour sans gène. Il faut que nous nous réveillons rapidement avant qu’il ne soit trop tard, car ces personnes nommées à ces postes sont on ne peut plus inconscientes, comment peut-on être à la décision et laisser son pays en péril comme çà? Il faut arrêter le carnage tout de suite.
    « Il n’est pas nécessaire d’être grand pour démarrer. Mais il faut démarrer pour être grand.» Zig Ziglar
    « Hier est parti. Demain n’est pas arrivé. Nous n’avons qu’aujourd’hui. Alors mettons-nous au travail. » Mère Teresa

  3. Il faut une surveillance permanente et exemplaire des liex d’abbattage. Il y a trop de lieux secrets d’abbatage , il revient a la direction des industries animales de sevir contre toute pratique contraire a la reglementation

    • That is very difficult condition to monitor considering it is somewhat informed consumer craving meat that that consumer able to afford who is person we are acknowledging must inform authority of very mobile seller of carrion. We must continue to obligate consumers report these selfish sellers of carrion plus we must continue to inform public that managing carrion in a raw state is filled with possibility of contracting sickness plus disease plus if meat may be disinfected in it’s raw form. What will disinfect meat allowing us to safely hold it in it’s raw form. At same time we must inform public to what extent this meat absolutely have to be cooked to be safe to eat.
      It is sensitive issue that must be approached from both sides one being do not knowingly consume or touch carrion plus other being how to best manage plus prepare carrion to safely be eaten. Where poverty plus hunger exist use of carrion for food becomes a damned if you do damned if you do not condition. We must show how to survive condition where thereafter citizens may move to upgrade their living conditions especially choice of food to eat.
      Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!