Démocratie malienne : Quand l’argent et le mensonge font bon ménage

3

Chantée, en 1991, sur tous les toits par les prédateurs de notre économie nationale comme le meilleur système politique qui résoudra d’un coup de baguette magique les souffrances du peuple malien, la démocratie de la Baule n’a profité qu’à ces sangsues. Ils ont fait de leur religion l’argent et le mensonge pour diviser les Maliens qui n’arrivent plus à souffler dans la même trompette pour faire l’unité autour du Mali. Et au bout du compte, l’argent et le mensonge ont détruit notre pays qui cherche désespérément aujourd’hui un leader charismatique pour laver l’affront des démocrates voleurs, installés dans l’impunité la plus totale.

C’est sous l’ère démocratique que l’argent et le mensonge ont occupé une place primordiale dans les relations humaines au Mali. Cela est loin d’être fortuit. Les démocrates pervers ont misé sur ces deux leviers diaboliques pour diviser les Maliens afin de mieux profiter des maigres ressources de l’État qu’ils ont hérité de la gestion après la chute du régime du général Moussa Traoré, en 1991. Arrivés en sauveurs après vingt- trois ans de dictature, incarnée par l’auteur du coup d’État du 19 novembre 1968, les femmes et les hommes, sous le couvert de la démocratie importée, ont fait du Mali leur vache laitière pour constituer un trésor de guerre qui leur permet de maintenir le peuple malien dans la désolation, dans la misère grasse et dans la dépendance vis-à-vis d’eux.

Ce travail de sape de notre économie nationale, commencé par la corruption, la délinquance financière, le détournement des deniers publics, la nomination des membres du clan à des postes stratégiques financiers et économiques, la liquidation des sociétés et entreprises, l’attribution des avantages faramineux, des indemnités et des marchés de gré à gré, la création des sociétés écrans, la spoliation des paysans de leurs terres, l’achat des permis miniers s’est poursuivi par la clochardisation de l’homme malien. Et pour couronner le tout, ils sont actionnaires dans les sociétés étatiques privatisées.

Devenus millionnaires et milliardaires en un laps de temps par ces moyens déloyaux sur le dos du peuple malien, les démocrates sanguinaires ont mis le cap sur le mensonge pour soigner leur image de voleurs à col blanc. Dans ce désordre généralisé créé de  toutes pièces pour faire dormir les Maliens débout, ils ont entamé le processus de désintégration de l’État par l’achat des consciences, la corruption politique, la nomination des médiocres, des parents à des postes à responsabilité dans l’administration publique.

Aujourd’hui, par ces subterfuges, ils tiennent les Maliens par l’argent volé des caisses nationales et le mensonge qui constitue l’ossature du langage politique. Cet argent sale permet à eux de financer des groupes de jeunes, de femmes qui s’opposent à toute réforme qui va dans le sens de remettre en cause leurs privilèges malhonnêtement acquis. Cela n’est un secret pour personne.

Depuis 2012, début de la crise multidimensionnelle que traverse notre pays, ils sont contre toute refondation de l’État malien qui sonnera le glas de l’impunité qu’ils bénéficient à travers des textes qu’ils ont élaborés pour ne pas répondre de leur crime un jour contre le peuple malien. On se rappelle qu’en 2012, avec leur argent et leurs soutiens extérieurs, ils ont fait barre aux concertations nationales. Et ils comptent le faire, en 2021. Pour cela, ils montent la pression sur les autorités de la transition afin que celles-ci organisent des élections bâclées qui font permettre à un de leur de se hisser à la tête de l’État. Uniquement, dans le seul but de continuer de sucer le sang du peuple malien.

Et pour tromper la vigilance des gens, certains d’entre eux se sont transformés en humanitaires. Ils construisent des mosquées avec cet argent sale qu’ils offrent à la communauté musulmane. Celle-ci en retour, lui donne le titre de l’enfant béni. Ils offrent des cahiers, des sacs, à l’occasion des rentrées scolaires, aux élèves de certains établissements de la capitale ou de l’intérieur. La liste est loin d’être exhaustive. Une façon pour eux d’acheter le pardon d’Allah.

Dans cette démocratie où l’argent et le mensonge font bon ménage, les Maliens doivent comprendre qu’ils ne réaliseront jamais l’unité autour du Mali tant qu’ils courent derrière ce Satan. Les querelles de clocher pour des broutilles jetées par les pseudo-démocrates, qui ne souhaitent pas voir un Mali prospère au détriment de leurs intérêts personnels, ont mis à terre notre pays. Et il est temps de se donner la main pour relever ce grand pays en disant non à l’argent sale et en abandonnant le mensonge qui ont donné l’occasion aux vrais faux démocrates de piller notre pays jusqu’à la moelle épinière.

Le temps est venu de se ressaisir et de faire bloc derrière le Mali qui ne tient que par un fil en tournant la page des prédateurs de notre tissu économique.

Yoro SOW

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. “Chantée, en 1991, sur tous les toits par les prédateurs de notre économie nationale comme le meilleur système politique qui résoudra d’un coup de baguette magique les souffrances du peuple malien, la démocratie de la Baule n’a profité qu’à ces sangsues. Ils ont fait de leur religion l’argent et le mensonge pour diviser les Maliens qui n’arrivent plus à souffler dans la même trompette pour faire l’unité autour du Mali. Et au bout du compte, l’argent et le mensonge ont détruit notre pays qui cherche désespérément aujourd’hui un leader charismatique pour laver l’affront des démocrates voleurs, installés dans l’impunité la plus totale.” Oui, mais c’était le choix de Alpha Oumar KONARE et de ses acolytes, pourtant à cette époque beaucoup de voix se sont érigées pour exprimer leur désaccord par rapport à la route choisie par ce clan ADEMA-PASJ, mais ils disaient que les personnes opposées à leur manière de faire étaient des aigries et aujourd’hui, nous sommes totalement bloqués et toutes les issues verrouillées; seul Allalh sait comment le Mali s’en sortirait? Certainement avec beaucoup de dégâts collatéraux. Il faut beaucoup d’exemplarités, mais même le Président et son Premier Ministre ne sont pas prêts à montrer cette voie en se privant de certains avantages inutiles. Nous sommes sûrs que seule l’exemplarité viendrait au secours du Mali actuel, car elle instaurera la confiance entre gouvernants et gouvernés, seule gage pour la mise en route d’un Mali meilleur.

  2. “l’argent et le mensonge ont détruit notre pays qui cherche désespérément aujourd’hui un leader charismatique”.
    Un Etat de droit, avec une gouvernance vertueuse n’a point besoin de leader charismatique. Plutôt des institutions qui fonctionnent dans les normes et qui respectent la chose publique et non l’intérêt privé.
    Notre démocratie a besoin de rigueur, d’argent et de justice.

  3. C’est parce qu’on est en démocratie que vous écriviez ces ragots. Celui qui est en manque de dictature politique prendra son mal en patience car un tel système de gouvernance relève désormais d’un passé irreversible dans notre pays. Il reste cependant de bonnes options d’émigration, comme la Corée du Nord par exemple.

    Pensées rebelles.

Répondre à Rebel Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here