Droits de l’homme : Flambée de violences contre les esclaves au Mali

1
Droits de l’homme : Flambée de violences contre les esclaves au Mali

Les voisins de Hamey Coulibaly ont menacé de le tuer lorsqu’il a publiquement renoncé à son statut d’esclave, forçant le père de sept enfants à fuir son domicile à Troukoumbe, un village du sud-ouest du Mali, en septembre. Il vit maintenant caché dans la capitale, alors que la violence s’accroit dans les villages de la région de Kayes contre les esclaves avec l’inaction du gouvernement malien et de la communauté internationale.

 «Combien de temps cette souffrance continuera-t-elle?» a déclaré Hamey. «Je suis inquiet pour l’avenir, ma famille humiliée dans mon village parce que j’ai décidé de lutter contre l’esclavage. Seul Dieu peut nous aider. ” Hamey  est l’un des 800 000 esclaves du Mali qui vivent principalement dans les régions du sud-ouest et du nord du pays. C’est un membre de la minorité bambara, l’un des groupes qui vivent souvent en servitude dans le sud-ouest sous l’égide des Soninke. Dans le nord, les Touaregs ont tendance à posséder des membres de la communauté majoritaire Bella.

Vivant au sein d’une institution antérieure au XIe siècle, les esclaves maliens ne peuvent se présenter à des élections, se marier avec des non-esclaves et doivent travailler comme domestiques lors des fêtes et autres rassemblements sociaux. «Vous n’avez pas le droit d’être un imam et de diriger des prières dans les mosquées, même si vous êtes le plus éduqué dans la culture islamique», a déclaré Hamey, qui a également laissé ses deux femmes à la maison.

L’esclavage est héréditaire au Mali. La persistance et la violence qui persiste à l’encontre des personnes arrêtées qui cherchent à échapper à la servitude reflète les racines profondes de cette pratique, a déclaré Idrissa Aklinine, membre d’une association malienne de défense des droits des esclaves. Mais, comme le montrent les Etats-Unis et l’Europe, les pratiques culturelles telles que l’esclavage peuvent changer, a-t-il ajouté.

Techniquement, l’esclavage est interdit au Mali. Les législateurs envisagent de la criminaliser depuis près de trois ans. Le 16 janvier, le gouvernement a condamné les violences en cours contre les esclaves. «Ce qui se passe maintenant pour les descendants d’esclaves dans les communautés soninkés doit scandaliser tous les Maliens», a déclaré Idissa Aklinine. «Le président Ibrahim Boubacar Keïta a besoin d’entendre ceux qui dénoncent l’esclavage. Ensuite, il peut ordonner à ses services d’enquêter sur les allégations de mouvements anti-esclavagistes. ”

En novembre dernier, l’espoir a surgi parmi les esclaves maliens lorsque les États-Unis ont suspendu leur aide à la Mauritanie en vertu de la loi sur les opportunités de croissance pour l’Afrique, citant le manque de progrès de ce pays dans la lutte contre l’esclavage. “Nous avons besoin d’actions fortes, comme ce que l’administration Trump a fait en Mauritanie”, a déclaré Idrissa. “Les dirigeants du monde doivent rejoindre les États-Unis.”

Les responsables ont défendu la prudence du gouvernement, affirmant qu’ils se concentraient sur la lutte contre les insurgés islamistes et les groupes armés de séparatistes touaregs. «Les gens doivent comprendre que le gouvernement et le ministère de la Justice sont conscients de la nécessité d’adopter une loi criminalisant l’esclavage», a déclaré Boubacar Traoré, membre du personnel du ministère de la Justice malien. “Le retard, à mon avis, pourrait être dû à l’insécurité du pays et à son instabilité politique qui constituent un défi pour les autorités pendant plusieurs années.”

Les problèmes de Hamey ont débuté l’été dernier lorsqu’il a rejoint la section locale de Gambana, un mouvement européen anti-esclavagiste qui opère au Mali, en Gambie, en Mauritanie et dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest. En septembre, il a voyagé avec des activistes de Gambana, déclarant qu’ils s’étaient débarrassés du joug de l’esclavage tout en attirant l’attention sur la dure vie qu’ils avaient endurée.

Le Combat de Temedt

À son retour chez lui, ses voisins, maîtres et esclaves favorables au servage, étaient en colère.

Des hommes ont détruit le domicile de Hamey et tenu sa mère âgée de 80 ans en otage pendant une journée alors qu’il forçait son frère à retirer des peaux de chèvre, un travail subalterne réservé aux esclaves dans la région. Le champ d’arachides de la famille a échoué en raison de l’attaque, les appauvrissant davantage. “Je ne peux pas comprendre pourquoi nous subissons tous ces abus”, a-t-il déclaré. “Il semble que nous ne soyons pas citoyens du même pays.”

Abdoulaye Mako, vice-président de Temedt, une association anti-esclavage basée dans le nord du Mali, a déclaré que la situation est actuellement tendue. La violence s’est étendue à 66 villages du sud-ouest de la région. L’association d’Abdoulaye a décidé de poursuivre un groupe de personnes qui avaient organisé des violences contre Hamey et sa famille. Lui et d’autres militants de Temedt se sont rendus au village et ont lu la Déclaration universelle des droits de l’homme sur la place publique. Leur démonstration a déclenché une émeute alors que les locaux les attaquaient.

Temedt a porté plainte contre des personnes dans le village de Hamey, dans les 66 villages où l’émeute s’était propagée et dans certaines à Bamako. “Ils ne voulaient pas entendre que les gens naissent égaux”, a déclaré Mako. «Soudain, il y a eu des murmures et certains ont commencé à mordre les descendants d’esclaves autour d’eux. Il y avait du sang partout. ”

Ils ont tout d’abord donné des coups de pied et mis en boîte les gens qui les entouraient, puis ont pris des machettes et des bâtons de bois pour réprimer les esclaves. La poursuite a permis d’arrêter un homme à Bamako qui a posté sur Internet une vidéo appelant à tuer des militants de la lutte contre l’esclavage. Mais aucun des villageois de Troukoumbe n’a été arrêté.

Hamey a récemment appris qu’une foule avait lynché son collègue de Gambana, Lassa Coulibaly, à Kerwane, un village du sud-ouest du pays. Les esclavagistes ont ligoté Lassa et l’ont traîné par terre. Toutes ces violences se passent alors que ni le gouvernement malien encore moins la communauté internationale n’agissent suffisamment pour mettre fin aux humiliations subies par les victimes.

Soumaila T. Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. On doit reconnaitre que les Diawara de Troungoumbe ont oublie leur veritable origine, sinon leur ancetre Damanguile Diawara est un esclave des Guaranko (Cordonniers). Il est temps de sortir de la barbarie contre la race humaine et de la segregation sociale qui ont toujours affailbli la societe Africaine partout en Afrique de l’Ouest. Le systeme des Castes est abominable et contre les droits humains. Nous naissons tous de la meme maniere et mourrons tous de la meme maniere, nous sommes tous des creatures d’Allah. Mais bon les Diawara ne sont en general pas musulmans meme si El Hadj Omar Tall a vaincu et tue Birante Karounga Diawara a cause de son refus a l’Islam ceci n’a pas beaucoup change. Mais il faut qu’ils sachent qu’ils sont passes par l’esclavage a travers leur ancetre Damanguile Diawara, un rappel de l’hisotire.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here