Elections générales de 2018 : Les évêques appellent à la maturité et à l’apaisement

0

Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Mali, l’abbé Alexandre Denou était, le mercredi 09 mai, devant la presse pour animer une conférence de presse. L’objectif était de présenter la lettre pastorale des évêques du Mali adressée aux candidats et à l’opinion nationale et internationale à la veille des élections générales que le pays organise cette année.

Le conférencier dont le Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Mali, l’abbé Alexandre Denou dit que ladite lettre est un écrit d’une personne qui charge d’âme : Pasteur, Diacre, Prêtre ou Evêque. Elle vise à camper le cadre moral et éthique des élections, elle ne traite pas des aspects techniques et pratiques, souligne-t-il. Selon lui, l’une des missions des évêques est d’écrire cette pastorale aux fidèles et aux personnes de bonne volonté à chaque veille des élections au Mali.

En ce qui concerne les élections, le conférencier indique qu’à chaque suffrage général, la Conférence épiscopale du Mali, adresse une parole à la Communauté catholique et à tous les Maliens de bonne volonté. Et dans ces lettres, elle avait toujours mis l’accent sur l’importance du vote, la représentation utile, le comment faire la politique autrement, la réconciliation et la consolidation de l’unité nationale. Le conférencier invite les maliens à laisser Dieu façonner en nous une mentalité nouvelle pour le Mali nouveau.

Par ailleurs, les évêques du Mali, conscients des progrès réalisés, ont félicité les Maliens pour les avancées notables constatables. Dans  la mise en place des autorités intérimaires dans certaines régions au nord ; l’organisation des élections ; la collaboration entre les parties signataires de l’Accord malgré les difficultés, entre autres. S’agissant des élections générales de 2018, les évêques par la voix de l’Abbé Alexandre,  invitent  les maliens à un vote adulte, selon la conviction propre et de façon éclairée.

L’occasion était bonne pour les évêques de parler directement aux partis politiques, aux organes électoraux, aux parties prenantes de l’accord, aux leaders religieux et à la société civile, à un sens de responsables pour une élection apaisée au Mali. Avant d’appeler une fois de plus les candidats des partis politiques au fair-play pour le respect des résultats du scrutin,  afin d’éviter une crise post-électorale.

S.B. TRAORE

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here