Finale Mini Star Saison 6 : Donko M’Boup est le vainqueur

0

6ème édition de MINISTAR : Retour sur scène des anciens postulantsLe clou de la saison 6ème -édition spéciale- a eu pour cadre le Stade Omnisport Modibo Keïta. C’était en présence du ministre des Affaires religieuses et du Culte, de Almamy Koureichi, chef de cabinet du ministère de la santé ; de certains artistes comme Nampé Sadio, Astou Niamé. Il y avait en outre plusieurs personnalités du monde des arts, de la culture et des élèves. 

Au terme de la finale, qui opposait Donko M’Boup à Wassa Coulibaly, le jury dirigé par Kardigué Laïco Traoré a rendu son verdict. En SMS, Wassa Coulibaly obtient 8689 soit une moyenne de 3, 59/8. En note du jury, 15,95 pour un total de 8,58. Donko M’Boup a eu 1089 en SMS, soit une moyenne de 4,40/8. En note du jury, 16 pour un total de 10,41. Ainsi, c’est Donko M’Boup qui est le vainqueur de l’édition spéciale de Mini Star 2014, une édition dédiée à la réconciliation nationale. Il remporte ainsi plusieurs cadeaux des partenaires et du sponsor officiel Orange Mali.

Avant le show, il y a eu des messages dédiés à la réconciliation nationale dans les différentes langues nationales. En sus de la montée des couleurs et le chant de la paix, avant que le chef de cabinet du ministre de la Culture, marraine de la manifestation, Almamy Koureichi ne remercie les organisateurs et les enfants. Il fera savoir que la ministre est à la Mecque et ne pouvait pas être présente à la cérémonie. Il a demandé aux enfants de rester dans la logique de la paix et de la réconciliation, comme ils l’ont fait pendant les caravanes dans les communes du district de Bamako.

Le premier finaliste a ensuite ouvert le bal. Donko M’Boup, il s’agit de lui, a interprété la chanson «Mousso» de Salif Keïta : un hommage aux femmes, aux braves femmes ! Comme Donko, Wassa Coulibaly a fredonné aussi une autre chanson de Salif Keïta «Dienako», une chanson d’amour. Le traditionnel show Orange Mali, sponsor officiel de Mini Star, animé par Tonton Idriss, a été une partie de distribution de cadeaux au public (Tee-shirts, puces et autres gadgets Orange).

Hawa Sissoko, Mini Chou, est venue avec une autre chanson de Salif Keïta. Mariam Sangaré a changé de registre avec le morceau «Wadada» ; elle était en duo avec l’artiste auteur de cette chanson, Safi Diabaté, qui l’a accompagnée du début jusqu’à la fin. Maïmouna Soumbounou a jeté cette fois-ci son dévolu sur l’enfant de Ségou, Abdoulaye Diabaté, dans le morceau «Séré» sur la vie de couple, le cousinage et la vie dans une grande famille avec ses corollaires. Mais «Séré» est une chanson des enfants non circoncis. Oumar Traoré nous a transportés en Jamaïque en interprétant la chanson fétiche «Get-up, stand-up» de Bob Marley. Oumar Traoré a été accompagné par Sista Mame, la grande reggae woman du Mali.

À la suite de cette prestation, le ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Diallo, assurant l’intérim du ministre de la Culture, a dit quelques mots pour encourager les enfants. Selon lui, il n’y a ni perdant ni gagnant : «ce sont les enfants du Mali qui ont gagné», a-t-il déclaré. Mamadou Kaloga va ensuite imiter Tiken Jah dans son morceau «Cours d’histoire». Puis, Assétou Damba imitera Sira Kouyaté dans le morceau «Kélégna».

La série de prestations musicales sera entrecoupée par une remise de Faire et White, qui a donné des cadeaux à tous les enfants, 100 mille FCFA au gagnant et 50 mille FCFA au vaincu. La soirée a été longue avec plusieurs artistes et des prestations en duo. C’est après que Fatoumata Traoré a imité Pape Diouf du Sénégal, avec l’accompagnement de tous les enfants.

Après ce show, il y a eu d’autres remises de cadeaux à tous enfants, de la part du sponsor officiel et des autres partenaires de l’émission. Les enfants ont ensuite rendu hommage à Boubacar Sangaré dit Tom et à tous les autres organisateurs de l’émission Mini Star qui est diffusée par Africable Télévision.

B. SIDIBE

 

Depuis le début de la compagnie BlonBa, nous avons toujours voulu participer à la conversation mondiale en ancrant notre démarche créative dans l’histoire de l’art du Mali. Nos créations ont toujours été des Maana (Vérité de Soldat, Segou Fassa, Antigone, l’Homme aux six noms), des kotèba (Le retour de Bougouniéré, Bougougniéré invite à Dîner, Sud-Nord Kotèba de Quartier, Souraka Mousso Lalley,  Tanyinibougou, Allah tè Sonogo) et des Nsirii (Plus fort que mon père).

Le KotèBa, comme principal outil d’inspiration

Le kotèba, que je considère comme une institution politique traditionnelle, nous a le plus inspiré. D’abord, c’est une institution traditionnelle démocratique avec une incroyable liberté de parole. Ensuite, dans les années 80 et 90, il y a eu un premier travail  d’adaptation et de popularisation de l’institution. À l’international grâce à l’ivoiro-guinéen Souleymane Koly (paix à son âme) avec son célèbre groupe le Kotéba d’Abidjan. Au Mali même, les plus reconnus dans cette action sont Ousmane Sow, Aguibou Dembélé avec des comédiens tels Habib Dembélé «Guimba», Michel Sangaré, Magma Gabriel Konaté, Diarrah Sanogo «Bougouniéré», Hélène Diarra, Maimouna Doumbia, etc. Nous reconnaissons et revendiquons le travail extraordinaire de ces aînés et sommes dans leur lignée.

Le 7ème spectacle de KotèBa de la compagnie BlonBa

Nous nous apprêtons à créer notre 7ème spectacle de KotèBa. Son titre ? «Inch’Allah !». C’est une adaptation très libre du Tartuffes de Molière créé dans la deuxième partie du 17ème siècle (vers 1665). Avec le spectacle Tartuffes, Molière nous présente le trouble et la désunion d’une famille honnête et paisible. En cause ! L’accueil, par Madame Pornelle et son fils Orgon, dans leur famille, d’un hypocrite et faux pieux personnage.

Notre spectacle de KotèBa «Inch Allah !» est une adaptation libre de cet univers de Molière dans le Mali d’aujourd’hui. Le personnage de Orgon dans «Inch Allah !!!» est campé par une femme. Précisément une députée. Inch Allah !!, un doigt dans l’hypocrisie malienne. La députée Fatoumata (Fifi pour sa mère) vient d’être élue. Elle reçoit chez elle en retraite spirituelle Ladji, un walidjou pur sang. Sa maison est tenue par le domestique Krément (Clément en fait), un catholique bwa imbibé des valeurs de la tradition. «Inch Allah !!!» marquera une nouvelle étape dans la réflexion de notre compagnie sur le kotèba et son apport possible à l’histoire contemporaine du Mali.

Comme pour Tanyinibougou, burlesque grinçant et satire sociale y seront très présents. Mais, les réflexions philosophiques qui concluent le spectacle, devront participer à l’évolution de façon originale et nous l’espérons féconde à la structure mentale des Maliens. Création prévue le samedi 13 décembre. Vous pouvez commencer à réserver vos places à [email protected] en y envoyant vos coordonnées et le nombre de places à réserver en votre nom.

Alioune Ifra NDIAYE

Commentaires via Facebook :