Gestion du passeport et de la carte d’identité : Les dessous de la réaction tardive du gouvernement

6
Au Mali, obtenir un passeport relève du parcours du combattant
La longue file d’attente devant la police des frontières

Pour éviter qu’on dévoile le vrai scandale qui risque d’éclabousser des proches du régime, le gouvernement invente précipitamment des mesures pour étouffer la crise du passeport et de la carte d’identité.

 

Bousculé et contraint, le gouvernement n’avait d’autre choix que de s’investir dans la gestion de la crise de passeport et de carte d’identité nationale. Sinon, comment comprendre le mutisme de l’Etat sur une question que tout le monde vit au quotidien, l’obtention des documents aussi importants que le passeport et la carte d’identité nationale ? Au Mali ou dans les chancelleries maliennes à l’extérieur, le traitement fait par les pouvoirs publics de ces précieux sésames est révoltant.

De sources bien introduites, les raisons qui ont poussé le gouvernement à réagir sont nombreuses. Il a fallu qu’une chaine de télévision étrangère puisse faire un reportage jugeant gênant sur l’obtention du passeport pour voir le régime s’agiter. De plus, un groupe de Maliens de l’extérieur se préparaient à travers des chancelleries et ambassadeurs maliens pour dénoncer le système mafia qui entoure cette affaire.

Car, pour se procurer le passeport, des Maliens de la diaspora sont obligés de payer une importante somme d’argent. D’ailleurs, les plus audacieux de nos compatriotes de l’extérieur sont allés jusqu’à vouloir porter plainte contre l’Etat malien. Et le plus irritant pour le gouvernement, des organisations de droit de l’Homme au niveau international veulent désavouer les conditions d’obtention du passeport.

 

Des Tomy basanés

Le décès d’enfants malades du cœur, faute de passeport est la goutte d’eau qui a débordé le vase. L’écho que l’affaire de passeport a pris sur les réseaux sociaux et le coup de gueule du célèbre artiste Rokia Traoré sont passés par là. Mais, la véritable criante du gouvernement, en précipitant ces mesures est la création d’une commission parlementaire sur le sujet.

Il nous est revenu que cette commission, à peine mise sur place, a fait une découverte stupéfiante. La pénurie du passeport et de la carte d’identité est entretenue par un puissant réseau constitué d’officiers de la police, de hauts fonctionnaires, d’opérateurs économiques et surtout d’intouchables du régime.

Pour éviter un déballage, le gouvernement a pris l’option la plus simple : une batterie des mesures qui auraient pu être envisagées par un directeur de service. Sans oublier que les mesures annoncées interviennent après que le ministre de la Sécurité et de la Protection civile ait été interpellé à trois reprises à l’Assemblée nationale.

Reste à savoir, quelle va être la suite des enquêtes de la commission parlementaire dirigée par un député de la majorité dans un contexte où l’on veut noyer le poisson.

Alpha Mahamane Cissé 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Mr Sangare, ce dont vous oubliez est que tous les régimes du monde ont besoin d’un homme d’état digne de confiance pour pouvoir étouffer certains scandales et surtout qui n’arrange le pays. Cet officier est victime de discredits aujourd’hui parce qu’il peut pas laisser apparaître certaines informations qui ne feront qu’enfoncer le pays.

  2. Je vois maintenant que le problème ne se situait pas seulement au niveau de Sada, si son ministère exprimait le besoin en passeport et qu’il n’est pas à temps le fond nécessaire pour cela. Qu’est ce qu’il pouvait faire le pauvre si ce n’est encaisser les médisances sans fondement de la part d’une population qui ne voie pas les choses que superficiellement.
    Je vous prie Monsieur le ministre, d’accepter toutes mes excuses pour tous ce que j’ai pu vous dire de désagréable. Je pensais que votre ministère avait un budget pour couvrir les dépenses liées à la délivrance des passeports et la sécurité, mais hélas, vous êtes victime du système sur lequel le pays est géré. Certains médias au lieu de piocher les informations depuis la source se sont contentés de nous raconter les informations les plus superficielles qui sont que des apparences. J’aurais même appris que le budget de votre ministère ne représente que les 3% du budget national pour assurer la sécurité du peuple malien. Je vous dis bravo pour avoir fait autant, malgré ces maigres ressources afin d’éviter jusque là des attentats à Bamako comme on voit tous les jours dans certaines capitales. Merci Monsieur le Ministre.

    • Sauf que cet officier de haut rang manque de caractères.C’est honteux pour notre armée qu’ un de ses officiers supérieurs acceptent toutes les humiliations pour cacher les magouilles de certains proches du président.
      Tout ça pour garder son poste.

  3. LES CORRUPTEURS ET LES CORROMPUS … , RIRES…RIRES…!
    APRES AVOIR JOUÉ AVEC LE TEMPS, LE CIRQUE COMMENCE… !
    ET CE CIRQUE AUSSI PRENDRA DU TEMPS , BEAUCOUP DE TEMPS ENCORE…, SI
    LES POPULATIONS NE PASSENT Á LA VITESSE SUPÉRIEURE AVEC LA JUSTICE
    POPULAIRE.
    LA JUSTICE POPULAIRE, ELLE EST LA SEULE UNIQUE ET EFFICACE SOLUTION !!!

    NE LAISSONS PLUS LES SOUS-HOMMES CRIMINELS NOUS VOLER NOTRE VIE, LA VIE
    DE NOS ENFANTS ET DES ENFANTS DE CES DERNIERS, ENCORE PENDANT DES SIECLES !!!

    SALUTE !

  4. Au Mali, le laisser aller est maintenant bien entretenu par les proches du régime d’IBK.

    Tout cela n’est qu’une bombe à retardement.

  5. Sada doit rendre compte et parents des enfants décédé doivent porte plainte contre l’état pour défaillances à son devoir

Comments are closed.