Gouvernance politique : L’illusion démocratique se dissiperait-elle ?

1

C’est la question la plus cruciale qui se pose de nos jours. Bien sûr, elle en appelle une autre : qu’est-ce que la démocratie ? A celle-ci, il n’est guère difficile de répondre sauf aux esprits les plus tordus. La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Elle suppose qu’il y ait un peuple, c’est-à-dire une Nation, un ensemble d’hommes et de femmes, conscients de leur identité commune, fondée avant tout sur une communauté de destin. La démocratie consiste en ce pouvoir que la Nation possède d’agir sur son destin.

Une démocratie suppose donc la souveraineté populaire. L’expression la plus pure de ce régime est la démocratie directe lorsque tous les membres de la Cité, les citoyens, participent directement aux décisions qui engagent l’avenir de la Cité. L’image de l’Agora athénienne surgit alors comme le modèle qui a inspiré l’idéal démocratique des Occidentaux. Mais apparaissent avec elle les ombres qui l’ont accompagnée : tous les habitants ne sont pas des citoyens, et parmi ces derniers, il y a ceux qui sont minoritaires. C’est pourquoi, une nouvelle forme de démocratie est née, qui associe à la souveraineté des peuples la protection des individus et des minorités, pour que la démocratie ne soit pas une dictature des majorités. La Suisse représente sans doute aujourd’hui le pays qui se rapproche le plus de cet équilibre. Malgré la diversité des langues et des religions, le morcellement des cantons, la Confédération helvétique offre à la fois l’exemple de la démocratie directe avec les votations régulières sur les sujets que choisissent les citoyens à travers des pétitions, et en même temps la garantie de liberté et d’égalité pour les individus qui définit la démocratie libérale.

Partout ailleurs, à des degrés variables, le spectacle démocratique vient compenser le manque de démocratie réelle. Aux deux extrêmes, on rencontre des Etats où la foule a remplacé le peuple. D’un côté, il y a le système totalitaire où la foule enrégimentée affirme en défilant sa foi, réelle ou apparente, dans la puissance du régime. A l’autre bout, on trouve la foule rebelle qui envahit les rues, manifeste aux abords des lieux de pouvoir, et parfois y pénètre pour renverser le gouvernement en place. Le spectacle des foules révoltées contre un régime corrompu et illégitime a beaucoup servi. L’étonnante ressemblance des révolutions de couleur dans les anciennes démocraties populaires et républiques soviétiques, puis la propagation du Printemps arabe ont éveillé des doutes sur la spontanéité du mouvement. Le processus a conduit à l’existence de démocraties là où les conditions historiques et de psychologie collective étaient réunies, non sans que le résultat ne soit conforme à une certaine identité nationale.

Il a échoué lamentablement dans les sociétés qui ne possédaient pas le terreau culturel nécessaire. On ne peut vouloir ériger une démocratie mondiale sur l’effacement des identités nationales. Cette utopie sert en fait à cacher le cauchemar d’une technocratie planétaire. Face à lui, se dressent des démocraties nationales plus que libérales, ces démocraties « illibérales » dont parle Viktor Orban, où les urnes viennent confirmer l’adhésion du peuple à un pouvoir qui privilégie l’intérêt national par rapport aux libertés individuelles, amplifiées par l’idéologie des « droits de l’Homme » au risque de détruire les nations au profit des minorités. Ce risque est, lui-aussi, une menace pour la démocratie, particulièrement forte dans notre pays.

Il faut se féliciter de la relative réussite de la rue contre des régimes tels que ceux de l’Algérie ou du Venezuela : dans les deux cas, des gouvernants à la tête d’Etats disposant de ressources naturelles abondantes ont, par leur incompétence et leur rapacité, empêché leurs peuples de jouir de ce privilège. Le spectacle de la révolution bolivarienne ou de la lutte pour l’indépendance, qui ne servait plus qu’à prolonger la dictature, est bousculé par des spectateurs mécontents qui veulent devenir acteurs. Pour autant, il n’est pas sûr qu’ils le deviennent. Les Algériens subissent une dictature « laïque » sans doute préférable au totalitarisme islamique mais ils semblent encore bien éloignés d’une démocratie pluraliste. Depuis plusieurs mois, la France connaît, elle-aussi, la démocratie de la rue face à une oligarchie issue d’élections étranges. Le pouvoir a diabolisé et réprimé les manifestations sans recourir à de nouvelles élections. Il a même inventé un nouveau spectacle dérivatif et compensatoire : le débat.

Le moyen semble tellement efficace pour calmer l’opinion et étouffer la contestation, que pour éviter les cortèges lycéens, on va débattre dans les lycées. De quoi ? Mais d’écologie, bien sûr, et de réchauffement climatique, qui intéressent plus les jeunes, bombardés de slogans à ce sujet, que le pouvoir d’achat, les taxes et plus encore les retraites. L’idée, quelque peu perverse, est d’amener les Français à penser que la fiscalité « écologique » qui a allumé la révolte était justifiée alors qu’elle n’est qu’un expédient budgétaire. A notre président, metteur en scène, il paraît urgent de dire : plus la politique se confond avec le spectacle, moins il y a de démocratie. En Suisse, la politique n’a rien de spectaculaire et les politiciens ne sont pas des vedettes. En France, le spectacle est roi.

Sambou Sissoko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. comrades communique from Julu Mandingo to Julu Ubuntu, Muslim Ubuntu plus Christian Ubuntu. I am amazed that many of you writers have fail tomodify what you learned about European history as it pertains to democracy. To be brief due to centuries ago African leaders embracing being sycophant of foreigners loss our written history of even greater number of centuries due to destruction or/plus other groups revising our history plus claiming it as their own. That is part of price paid for bad leadership. It is primary cause I have always acknowledged that we should not ever unite under incompetent leaders. All competent leaders know you must progress in steps plus stages if you to maintain your progress however, on occasions you may be able to progress multiple steps or/plus stages at once.
    When speaking of democracy being Ubuntu people gave world democracy but have had our written history stolen it is best not to speak of specific Europeans but speak of acts or schools of thought or plus methods as existing as acts or schools of thought or/plus methods. Thereof our history though not known entirely in detail maintain its dignity to degree we need not pursue it further. It will hold up alone.
    With Ubuntu being expressive people democracy allow them to express themselves plus is good for all however, question for democracy in a practical plus developing Ubuntu world is limitations that may be timely applied or/plus altered to accommodate development plus upgrades in living conditions plus security. We should maintain our democracy with limitation tailored for existing conditions favoring developmen plus upgrade in living conditions with securityt.
    IBK family agreement with Arabs will end in turmoil unless IBK find common good sense to maintain democracy. It is not democracy that hinder Mali development it is poor leadership due to IBK owing to many favors to outsiders who conspired with him for Keita family as Muslims to have leadership in Mali. It is under Keita leadership for centuries that Mali have failed to duly developed. Keita leadership will not lead us out of this mess it have led us into. Keita leadership is prone to making errors it take decades to overcome if those errors may be overcome at all. then Keitas beg you out of patriotism to not turn away. Where is Keita patriotism that should not have led us into this mess. Following what I have observed in Keita leadership plus its comrades who have been educated in foreign schools I concluded as follows.
    It is great to know that Mali have groups that possess first class world educations. Those educations have taught them foreign schools of thoughts steps plus stages plus how to apply those steps plus stages. Those educations have also taught them established methods plus how to apply steps plus stages of those methods. Moreover, these people are appointed to leadership positions in Mali plus they apply those schools of thought or/plus methods steps plus stages with beliefs they will achieve huge benefits or /plus profits for them that they have done for Europeans. End result in majority of cases is that those schools of thought or/plus methods result to mediocre results with little benefits or/plus profit. Cause being is those schools of thought or/plus methods are fraudulent plus benefits or/plus profits were result of laundering European monetary thefts from Ubuntu Africa. You see European being well acquainted with schools of thought or/plus methods applied steps plus stages used by Ubuntu inject their will at key points to cause alteration of benefits or/plus profits. Even worse on perceiving this is happening our foreign educated Ubuntu comrades continue to abide by school of thought or/plus method steps plus stages. All they have learned is good but if they do not have anyone to rob as Europe have rob Ubuntu then European will inflict great damage upon their efforts when European inject actions at key steps or/plus stages. Therefore Ubuntu as should IBK should take essential information make educated calculation of what end result should be plus thereafter proceed to fulfilling only essential steps plus stages as necessary plus timely to achieve goal. Thereof is timely plus costly to opposition unpredictability in how or when you do what you need do. This will result to somewhat timely upgrade in security plus living conditions for entire law abiding Malian people. If I was present on knowing total circumstance I could in much more effective manner show you as oppose to what I am writing now.
    People of Mali are not for you all to rob. Get our money from france for CFA franc. Despite france large budget those billions of euros france steal from West Africa including Mali give it a profit where it would continuously have debt.
    Very much sincere,
    Henry Author(people of books)Price aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here