Importation de la viande de Poulet au Mali : L’aviculture malienne en péril ?

11

La question mérite d’être poser car le marché malien est envahi par la viande de poulet importé de manière illégale et ne répondant pas aux normes sanitaires. Et pour alerter la population malienne du danger sanitaire que cause cette viande de poulet importé et pour que le système ne tue pas complètement la filière avicole au Mali, les responsables de la filière avicole ont animée hier, mercredi 16 décembre 2015 une conférence de presse à la direction régionale des services vétérinaires du district de Bamako. La conférence était animée par Bamba Keïta, directeur par intérim des services vétérinaires, Mme Sanogo Diarata Traoré, présidente de la Fifam (fédération des intervenants de la filière avicole du Mali) et Lamine Traoré de la Fifam.

« On est confronté au problème de l’importation de la viande de poulet au Mali. Il y a des textes qui interdisent l’importation de  la viande du poulet et même des produit de la volaille. Il y a l’arrêté interministériel N°04 /MIC/ MEF/ MAEP-SG du 18 mars 2004 portant interdiction d’importation de la viande de Poulet. L’article 1er de cet arrêté interdit sur toute l’étendue du territoire national l’importation de la viande de poulet », c’est en ces termes que le directeur par intérim des services vétérinaires, Bamba Keïta a commencé son allocution. Il ressort de l’article 2 du même arrêté que le directeur national du commerce et de la concurrence, le directeur général des douanes, le directeur général de la réglementation et du contrôle du secteur de développement rural sont chargés d’appliquer le présent arrêté. Un autre arrêté interministériel en date du 8 juillet 2009 interdit l’importation et de transit des oiseaux et produit avicoles. Selon Bamba Keïta, il existe une importation effrénée de la viande de poulet au Mali et si cette importation continue illégalement, dit-il, ça tuerai l’élevage malien. A l’en croire, il y a des dispositions qui sont prises telle que la saisie mais, il y a certaines importations qui échappent au contrôle, a-t-il dit. De ce fait, il a déploré la défaillance du système de contrôle dont la responsabilité est partagée. Pour sa part, la présidente de la Fifam, Mme Sanogo Diarata Traoré  a attiré l’attention des consommateurs maliens sur les dangers de cette viande de poulet importé. « Le kilo de chaire de poulet avoisine à 3 euros (1980 FCFA). On ne peut pas prendre ce poulet à trois euros, le transporter, payer la douane et vendre ici le kilo à 1500 FCFA, ce n’est pas possible. Ce qui montre que ce n’est pas le même produit que ce que nous produisons ici », a souligné Mme Sanogo. A l’en croire, c’est un produit reformé de l’Europe destiné à la destruction. «  Cette importation tue l’économie du Mali et les consommateurs doivent prendre conscience de cela. Aucun pays du monde ne peut vivre d’importation. Avec cette importation, la filière avicole est en danger. L’aviculture est en péril », a-t-elle dit. En outre, elle a invité les autorités maliennes d’aider la filière aviculture tout en combattant l’importation illégale de la viande de poulet. Lamine Traoré de la Fifam abonde également dans le même sens tout en faisant savoir que tout produit qui est introduit au Mali doit être assujetti au contrôle.

Aguibou Sogodogo

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Sambou raisonne en français, dans le contexte européen. Ici c’est autre donnés.
    D’abord en Europe il y a des réserves stratégiques de protéines animales surgelés dont le stock est renouvelé. Ce stock sorti des réserves peuvent se retrouver sur nos marchés.
    D’autre part, les coûts de production chaire en Amérique Latine, particulièrement au Brésil, est tellement bas qu’en récupérant le blanc du poulet, c’est-à-dire les deux poitrines, l’éleveur est dans ses frais. Le reste du poulet, il peut le jeter !
    Alors ? Comment on peu concurrencer de tels producteurs ?
    En dehors des questions sanitaires dont la gestion peut coûter tout un troupeaux en cas d’épisotie, puisqu’il faut abattre tous les sujets, toute chose non supportable par nos autorités, en ouvrant nos frontières aux produits volailles, c’est tué une filière autosuffisante du pays.
    L’aviculture est la seule activité porteur au Mali avec des milliards de chiffre d’affaire qui n’a pas de direction nationale, qui ne bénéficie d’aucune aide publique. Les producteurs supportent toutes les charges. Du paysans, en passant par les provendiers, les producteurs d’aliments, aux intermédiaires de vente et aux grilleurs/restaurants, tous vont empatir.
    L’Etat a interdit l’importation de la volaille et ses sous produits pour éviter les maladies. Le gouvernement en cas de maladie ne pourra pas gérer la suite, tellement ça coûte cher. En Europe, on peu ethanasier des millions de volailles, tous seront indemnisés et la maladie éradiquer. Ici, c’est pas possible.
    Alors, cher Sambou, ta concurrence salvateur, c’est bon chez vous, pas ici.

  2. 👿 + DE LA PARESSE DU MALIEN + 👿

    SOUS PEU DE TEMPS LE MALIEN AURA Á IMPORTER DE LA MATIERE FÉCALE HUMAINE
    DE BONNE ODEUR, BIEN EMBALLÉE ET Á METTRE DIRECTEMENT DANS LE WC.

    AINSI LE MALIEN N’ AURA NUL BESOIN DE SE DÉPLACER AU WC, UTILISER SA PROPRE
    ÉNERGIE POUR AUGMENTER LA PRÉSSION DANS SON SYSTEME DIGESTIF AFIN DE FAIRE
    POUSSER SON PROPRE EXTRÉMENT VERS LA SORTIE , CEST Á DIRE L’ ANUS.

    LE MALI RESSEMBLE DE PLUS EN PLUS Á UNE FAMILLE DE TAMAGOTCHI .

    PS: LES TAMAGOTCHI SONT DES ANIMAUX VIRTUELS DESTINÉS AUX ENFANTS POUR RENDRE LEUR EMPLOI DU TEMPS PLUS INTERESSANT.. .

    SALUTE TAMAGOTCHI FAMILIA !!

  3. “Viande de poulet”, est ce que c’est français ça? Ah ces faux journalistes du Mali, vous allez nous tuer encore.

  4. Plutôt qu’IMPORTER des poulets d’ailleurs, on ferait mieux………. d’EXPORTER ailleurs nos pintades! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Ca soulagerait tout le monde! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  5. “A l’en croire, c’est un produit reformé de l’Europe destiné à la destruction.” 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Comment peut-on déclarer des IMBECILITES de cette envergure??? 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Cette dame n’a jamais du sortir de son village, sans quoi elle saurait qu’en Europe, les viandes sont d’une part suivies “à la loupe” par une foule de services de contrôle, et d’autre part, qu’elles sont parfaitement TRACABLES!

    Même 1 seul petit kilo de viande “destinée à la destruction” est parfaitement impossible à soustraire du circuit, et A PLUS FORTE RAISON, ETRE VENDU A QUI QUE CE SOIT! (et mieux encore: EXPORTE!! 😆 😆 😀

    Est ce cette personne est normale, pour balancer des bobards aussi énormes 😆 😆 😯 😯 et surtout, aussi invraisemblables? 😯 😯 😯 😯 😯 😯

  6. Ms Doumbia de djelibougou qui a sa ferme sur la route de koulikoro faisait de son mieux pour que le bamakois est de la volaille moins chere.
    Comme dit par certain le prix du poussin coute cher aussi l’aliment volaille .Si on met tout le cout de peoduction ds la balance, le poulet devint cher sur le marche.
    L’exportation est bon mais est ce la maniere que c’est produit ailleurs repond a nos norme de consommation?
    je preconise que le gouvernement est une politique de production en la matiere en orientant les jeune vers le donaime .

  7. C’est le même problème que les ORANGES du Maroc, les clients veulent la qualité et moins chère. Si nos produits son inaccessible par le commun des maliens, on regarde a ailleurs. Il n’aura pas de patriotisme a cause des incuries de nos producteurs.

  8. Le poussin coûte entre 600 et 800 Fca au Mali l’aliment pour le volaille coute 300fca le kilos sans compter les vaccin Et les main d’œuvre importation coûte moins cher que produits au Mali avec ses gouvernements de bouffon il n’a aucune politique développement il veut contrôler le prix de viande sur le marché alors que l’aliment écoute très cher pour les élèves

  9. Je ne suis ni contre le FIFAM , ni pour les importateurs.Mais je pense que le consommateur aura TOUT A GAGNER dans la concurrence, c’est à dire que si on laisse les commerçants inonder nos marchés.Dire que c’est produits “reformés” par l’Europe destinés à la destruction: c’est faux!Les européens ne laisseront aucun produit alimentaire dit reformé sortir de leur frontière avant destruction!Et puis les nouvelles normes ici en France autorisent même la consommation de denrées dont la date de péremption est passée si le ledit produit n’est pas décomposé, c’est à dire que si tu vois que malgré la date passée le produit est encore consommable tu peux y aller.Logique puisque ceux qui affichent ces dates là choisissent de façon approximative la date la plus proche possible puisque personne ne sait la date exacte de péremption d’un ensemble de produits mélangés. 😉

Comments are closed.