Lancement du livre «Justice en Afrique, ce grand corps malade : cas du Mali»

3
Mamadou Konaté, ancien ministre de la justice au Mali
Mamadou Konaté, ancien ministre de la justice au Mali

Le Parc national a accueilli samedi 26 janvier le lancement officiel du livre «Justice en Afrique, ce grand corps malade : cas du Mali» de Me Mamadou Ismaïla Konaté, ancien ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Ce livre de 164 pages dépeint les maux qui minent la justice malienne.

  Me Mamadou Ismaïla Konaté est avocat et ancien ministre de la Justice qui a démissionné de son poste après 16 mois de service en novembre 2017. Après sa démission, il s’est retiré en France et a écrit ce livre qui dépeint, selon plusieurs témoignages, tous les maux de la Justice en Afrique et particulièrement au Mali.

Aux dires de l’ancien Garde des Sceaux, pendant son passage à la tête de la Justice malienne, il avait envisagé plusieurs réformes qui se sont confrontées à des difficultés budgétaires, souvent à l’insouciance ou l’ignorance de la classe politique.

À l’en croire, le budget alloué à la Justice malienne est insignifiant face aux réalités auxquelles les magistrats et autres acteurs de la Justice doivent faire face. Il a dénoncé plusieurs maux qui gangrènent la Justice au Mali, notamment l’insuffisance infrastructurelle et matérielle, la mauvaise formation du personnel judiciaire et les violations des droits humains.

Le livre de Me Konaté ne se limite pas à faire ressortir les causes amputables à la classe politique, selon les témoignages du magistrat Mme Waïgalo Malado Bocoum. Il dépeint les relations entre les magistrats et les justiciables. L’avocat a parlé de la corruption, de la cupidité et l’instinct de protection entre les magistrats eux-mêmes contre les citoyens.

Dans son message, Me Konaté a appelé à une urgente prise de conscience. Pour soutenir l’importance de la Justice, il a rappelé «qu’on ne peut jamais se passer du service du juge et de la Justice». Après son adresse aux magistrats, Mamadou Ismaïl Konaté a interpelé les hommes de médias à s’impliquer davantage pour la bonne marche de la Justice au Mali.

Il a adressé ses salutations à deux magistrats exemplaires, selon lui, Malick Coulibaly du Mali et Ibrahima Dème du Sénégal, tous présents à la cérémonie de lancement.

 

Ousmane DIAKITE 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Monsieur ! Tu as un problème.
    Quel est le passage dans cet article qui parle du régime ?
    On parle du système ici, ce qui est une réalité. Est ce que c’est ce régime qui a fondé ce système ? Ce serait démagogique de l’affirmer. Mais est ce qu’il essaye de combattre, je dirai non.
    Maintenant est ce que ce Monsieur incarne la vertu dont il est question ? Personnellement, je ne pense pas. Mais, il faut aussi savoir faire la différence entre la personne et son idée.
    Dans tous les cas, Me Konaté est mieux placé pour faire une autopsie de la justice Malienne, puisqu’il en sait assez comment fonctionne-elle pour avoir été Ministre de justice mais aussi, de par sa fonction d’avocat.

  2. Voilà un ex ministre du président IBK. C’est monsieur Konaté qui créé Ras bath de toute pièce et quand le torchon a brûlé entre les deux, monsieur l’ex ministre de la justice a voulu jouer de son influence pour mettre le loup qu’il avait créé. Le droit a été dit en défaveur de monsieur Konaté. Et depuis prouty comme l’appellent les adeptes de ras bath en veut à mort au régime. Sa démarche n’est que la manifestation d’une haine viscérale contre son ancien patron. Les maliens connaissent cette histoire et de tous les autres ex ministres qui après avoir quitté le gouvernement sont devenus des bêtes sauvages et usent de tout pour nuire au régime.

  3. C’est dommage de voir cet avocat réagir contre le régime qu’il a lui-même servi pendant seize mois et il salut un magistrat qui a été lui-aussi Ministre au sein du régime de la transition en 2012. Mais nous ne comprenions pas le comportement de ces deux hommes qui se congratulent entre eux mais nous nous savions parfaitement que ces deux hommes n’allaient pas pouvoir faire bouger les lignes de la médiocrité de ce régime doté d’une masse critique d’hommes et de femmes médiocres, incompétents et acceptant toutes les bêtises dans le silence total, c’est dommage pour ces personnes complices de toutes les malversations de ce régime fantoche. Il faut accepter toutes les bêtises du monde pour que vous soyez apprécié par ce régime et même décoré sans scrupule, notre pays actuel est la risée du monde entier avec la posture des femmes et des femmes qui sont aux commandes de l’exécutif supérieur.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here