lancement de la campagne un départ sain de Water aid Mali : Plus d’un milliard pour réduire le taux de mortalité

0

Les responsables de Water Aid et leurs partenaires du ministère de la santé, ont lancé le mercredi 11 novembre 2015 à travers une conférence de presse les activités de la campagne ” un départ sain “. Cette initiative  concerne, pour sa phase pilote, les districts sanitaires de Bamako, de Bla et de Koro. C’était à la maison de la presse.
Inscrite dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de 5 ans, cette  campagne a pour slogan ” Un départ sain je m’engage!” elle a pour objectif fondamental de contribuer à la réduction significative du taux de mortalité maternelle et infantile dans notre pays.
La conférence de presse  était  principalement animée  par le représentant résident de l’ONG WaterAid au Mali Mamadou Diarrafa  DIALLO  et la représentante du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, Mme TRAORE Toula TOURE.
M. DIALLO a expliqué  que cette  campagne,  financée à plus d’un milliard de FCFA par des partenaires, est l’expression de leur engagement et de leur  volonté pour le bien-être de la population surtout les mères et les enfants. Il a relevé que  les données de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)  attestent que de millions de vies humaines pourraient être sauvées seulement en prenant en compte les besoins de la population, en matière d’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement.  Selon les chiffres de l’OMS, en 2013 l’Afrique sub-saharienne et l’Asie du sud ont enregistré plus de  400. 000 nouveaux nés décédés suite à la septicémie, au tétanos et à la méningite. De même, selon les mêmes sources, près de 90% de cas de diarrhée sont dus au manque d’eau potable et à de mauvaises conditions d’hygiène.
Selon les conférenciers, cette campagne, qui vient être lancée, va sillonner les localités de Bamako, de Bla et de Koro, avec des activités de séances de formation des acteurs, de plaidoyers auprès des décideurs et des rencontres d’information et de sensibilisation destinées à la société civile sur les liens entre l’accès à l’eau potable et la santé.
Cette phase de la campagne dite de pilote, dont les expériences et les enseignements pourraient être élargies à d’autres localités, va concerner 22 centres de santé dont 2 Csréfs, a précisé M. DIALLO.
” Nous voulons à travers cette campagne écrire une victoire de la vie sur la mortalité maternelle et infantile. C’est l’un des objectifs principaux de cette initiative. Et, je crois que c’est une bataille que nous pouvons gagner à condition que tous les acteurs acceptent de jouer sa partition. C’est pourquoi, pour notre part, par cette campagne nous nous engageons à côté de l’État pour éviter les drames de la mortalité maternelle et infantile. Aussi, la campagne est un engagement afin qu’il n’y a aucun centre de santé ou de soins sans des conditions d’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement”, a souligné le représentant de l’ONG WaterAid avant d’ajouter que la campagne vise également à attirer l’attention de partenaires afin qu’ils multiplient leur engagement en faveur de l’AEPHA.
La représentante du ministère de la Santé, confortant son prédécesseur dans sa thèse, a également confirmé que, selon les données de l’OMS, chaque année 11 millions de personnes décèdent dans le monde à cause de problèmes d’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Malheureusement, elle a déploré que 98 % de ces personnes se trouvent dans les pays en voie de développement. Elle a rassuré de l’engagement de son département à accompagner cette campagne.
Youba KONATE

PARTAGER