Lancement des activités de l’Association ‘’Jama Jigui’’ : ‘’Jama Jigui’’ engage le combat pour l’émancipation des femmes

0

L’association ‘’Jama Jigui’’ de Boulkassoumbougou a lancé avec faste et éclats ses activités, le Samedi 16 Janvier 2016 dans la salle Wassa de Boulkassoumbougou, par une grande conférence débats sur le nouveau code de mariage, une conférence animée par l’avocat général près du tribunal de Mopti Mamadou Bandjougou Diawara qui a épluché le nouveau code en faisant ressortir ses avantages tout en dénonçant les maux qui favorisent le divorce dans les couples. C’était en présence de la présidente de l’Association Mme Camara Salimata Danté accompagnée par ses amazones, des notables du quartier, de plusieurs représentants des leaders associatifs et des représentantes des associations féminines du Mali.

La présidente de l’Association ‘’ Jama Jigui’’ Mme Camara Salimata Danté a entamé ses propos en faisant ressortir les objectifs de l’association. Cette association a été porté sur les fonts baptismaux afin d’assurer l’épanouissement des femmes de Boulkassoumbougou, de leur permettre de s’entraider et de lutter contre la pauvreté. « Nous organisons cette conférence débat afin que le procureur élucide les femmes sur le nouveau code de mariage afin qu’elles s’imprègnent du contenu pour en faire bon usage », explique-t-elle. Le mariage est un consentement entre un homme et une femme, c’est après leur entente cordiale que les officiers célèbrent le mariage entre eux, a noté Mamadou Bandjougou Diawara. « L’une des principales cause du divorce au Mali est la méconnaissance du code de mariage, au moment où l’officier d’Etat civil est entrain d’expliquer le code, cela trouvera que c’est la zizanie dans la mairie. Les principales intéressées que sont les mariés n’y garderont rien ; et au moindre dérapage de l’un des conjoints, c’est bonjour le juge. Si la majeure partie des couples maitrisent leurs droits et devoirs, le nombre de divorce diminuera et le changement escompté sera au rendez-vous. Sans cela, les couples se disloqueront chaque jour davantage au grand dam des parents et proches des mariés », a-t-il souligné. Le nouveau code des personnes et de la famille promulguée en 2012 et qui a depuis remplacé l’ancien code a fixé l’âge du mariage à 16 ans pour la femme et 18 ans pour l’homme. Il y a une très grande différence entre le nouveau et l’ancien code, rappelle-t-il. Mamadou Bandjougou à décortiquer beaucoup de tares de l’ancien code tout en notant les modifications apportées dans le nouveau. Malgré l’entrée en vigueur du nouveau code, certains maires célèbrent le mariage sur la base de l’ancien code dans l’illégalité totale. Il a aussi noté que célébrer le mariage dans un autre endroit autre que la mairie est contraire à la loi. Il a fait savoir que courant 2015, que c’est plus de 3230 mariages qui ont été dissoutes au Mali. Les représentantes des associations féminines ont apprécié l’initiative de la présidente et de sa troupe tout en les invitant à rééditer ces genres d’initiative afin d’assurer l’épanouissement des femmes.

Moussa Samba Diallo

PARTAGER