Lettre de l’ex-première dame au Comité Exécutif de l’Adema : Adame Ba Konaré donne des leçons de morale aux abeilles

4

Décidemment, c’est la saison des lettres au Mali. Après celle de la Cour Constitutionnelle adressée au Président de la République, c’est au tour de l’ex première Dame,Adame Ba Konaré, de jeter des cailloux dans le jardin du Comité Exécutif, C.E, de l’ADEMA-PASJ. Elle a réagi au communiqué du Comité Exécutif consécutif aux malheureux événements qui ont occasionné la mort d’au moins 23 personnes. Madame Adame Konaré, en sa qualité de membre fondatrice, de  Présidente d’honneur et de militante tout court de l’ADEMA PASJ, a non seulement condamné l’attitude de ses camarades, mais aussi et surtout, s’est désolidarisée de ce communiqué qui ne semble pas être à la hauteur de la gravissime crise sociopolitique et surtout des graves bavures des forces de l’ordre qui ont tiré à balles réelles sur des manifestants aux mains nues.Les membres du CE ne devraient-ils pas tirer tous les enseignements de cette lettre pour changer de fusil d’épaule ? Mme Adame Bah Konaré n’a-t-elle pas eu l’audace de dire plus haut ce que l’opinion nationale et même les militants et cadres du parti murmurent  plus bas ?

Chacune des rares  sorties de cette ex première dame est un cours de science politique, de morale et d’éthique aux cadres et militants de son parti, mais aussi à toute la jeunesse consciente du Mali. Dans sa lettre du 17 juillet 2020, adressée au CE, elle s’est non seulement désolidarisée du communiqué fait par ses camarades, mais aussi et surtout leur  a rappelé les sacrifices qui ont été ceux du vaillant peuple malien pour l’avènement de la démocratie.L’épouse d’Alpha Oumar Konaré s’est indignée eta du mal à cautionner qu’un régime qui se dit démocratique puisse tirer à balles réelles sur des manifestants. Pour elle,  cette attitude devrait être condamnée avec la dernière énergie au lieu de se scandaliser pour les dégâts matériels. Elle semble dire en filigrane que la démocratie est en passe d’être confisquée avec la complicité de ses camarades.

Pour Adame Bah Konaré, les manifestations des 10, 11 et 12 juillet 2020 qui ont été réprimées dans le sang par le régime, avaient un caractère pacifique et démocratique et il est inconcevable qu’on puisse utiliser des balles réelles face à des manifestants aux mains nues. Pour l’ex première dame, l’ADEMA qui devrait être la vitrine de la démocratie ne devrait pas faire un tel communiqué qui est à la limite un soutien au régime IBK qui tue son peuple.Elle ne voudrait pas que le parti ADEMA continue à être la risée des autres partis par la faute deses cadres.Au-delà de l’indignation, elle en appelle au patriotisme et au sens élevé de la responsabilité.

Au lieu de s’inspirer des sages conseils contenus dans cette lettre, d’un style combien de fois soigné, et d’une grande richesse en vocabulaire, les perroquets du régime et du parti s’adonnent à des invectives, souvent sans même comprendre la quintessence de cette correspondance écrite de mains de maître. A-t-elle réellement menti sur ses camarades ? La réponse est non, rien qu’à en juger par la posture prise par l’ADEMA depuis 2002 avec Amadou Toumani Touré. En effet, au lieu d’élaborer un minimum de programme commun avec ATT avant tout soutien à son régime, l’ADEMA s’est plutôt remis au nouveau prince pieds et mains liés sans garde fous ni préservation des acquis du parti. Les conséquences ont été l’affaiblissement du parti et sa perte de popularité, malgré le bilan élogieux de 10 ans de gouvernance, faute de porteur. La suite est connue,l’ADEMA a fini par payer un lourd tribut quand le régime ATT a chuté à la suite d’un coup d’Etat. C’est à l’ADEMA que l’opinion a attribué tous les errements du régime ATT, au point que le candidat du parti a été sanctionné en 2013 avec seulement 9 %. Cette déculottée au lieu de servir de leçon aux abeilles pour aller à l’opposition avec les autres partis du Front pour Sauvegarde de la Démocratie et de la République, FDR, front anti putsch, elles sont allées rasées le mur encore avec IBK. Sans un minimum de vision ou de programme commun de gouvernance comme cela sied bien dans toute bonne alliance, le parti de l’abeille a suivi encore comme du temps d’ATT, IBK moyennant quelques  porte feuilles ministériels et directions.Si avec ATT le parti avait encore gardé une certaine aura et jouissait d’un certain respect et d’une certaine considération, avec IBK c’est le mépris et surtout la course pour le poste et pour cela on est prêt à toutes les compromissions pour y parvenir d’où la grande  frustration au sein de la ruche.

En somme, Adame Bah Konaré invite ses camarades du  CE ADEMA  à regarder dans le rétroviseur de l’histoire, tout en se rappelant des martyrs qui ont accepté le sacrifice ultime pour qu’il y ait la démocratie. Elle demande enfin aux membres du CE de faire leur introspection et surtout de prier pour les victimes des manifestations des 10, 11 et 12 juillet 2020, qui sont des martyrs de trop pour notre démocratie chèrement acquise.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Kabako flè dé
    Le bordel a commencé quand ALPHA OUMAR KONARE a commis l’erreur fatale de permettre à IBK d’être le président de l’ADEMA PASJ tout en gardant sa fonction de chef de gouvernement.
    IBK, lui-même, sait que ça été une erreur puisqu’il a tout fait pour l’éviter avec TRETA.
    Tout ce qu’on reproche à ALPHA OUMAR KONARE a été possible grâce à cette erreur très fatale.
    Fatale car ça a permis à l’homme politique IBK de cacher ses insuffisances,ses fautes, ses manoeuvres politiques criminelles notamment à l’endroit de MOUNTAGA TALL sous le parapluie de la présidence d’AOK.
    Tous les actes qu’il posait, c’est le nom d’AOK qui était épinglé alors qu’il avait trop de pouvoir.
    C’était une cohabitation de fait car le président du parti au pouvoir avec son style guerrier était le chef de gouvernement d’un président qui prônait la concertation.
    Dans un pays analphabète, il était difficile de situer la responsabilité des deux personnalités politiques, même au niveau des intellectuels.
    Et pourtant, la constitution prône le régime semi-presidentiel qu’AOK a parfaitement respecté.
    Le chef de gouvernement est le chef de la majorité à l’assemblée nationale.
    Il ne peut-être démis par le président de la république.
    L’incapacité à démettre explique qu’Ibk est le premier responsable des actions que va poser son gouvernement,pas le président de la république.
    Donc pendant six ans, de 1994 à 2000,c’est IBK qui gouvernait le pays puisqu’il était le président du parti.
    Ce serait plus clair, si c’est l’opposition qui avait la majorité à l’assemblée nationale.
    ALPHA OUMAR KONARE présidait comme prévu par la constitution.
    Et c’est ça qui s’est passé.
    LE MALI N’A JAMAIS EU UN PREMIER MINISTRE AUSSI PUISSANT QU’IBK.
    Mais le problème est qu’il n’a jamais voulu assumer sa part de responsabilité.
    Il a tout mis sur le dos d’AOK.
    C’est pourquoi,certains sont tellement naifs que s’ils voient les proches d’AOK s’exprimer, ils pensent que c’est kabako dè.
    Le président de la république ALPHA OUMAR KONARE a été très compétent dans son rôle de président de la république.
    Il a élevé le Mali très haut.
    Personne ne peut le nier.
    Mais lui, en homme responsable assume tout, mêmes les erreurs, les fautes de son premier ministre IBK.
    Il assume les défaillances de l’ADEMA PASJ, même si c’est IBK qui en est responsable.
    Certains pensent même qu’il a détruit l’ADEMA PASJ quand ses cadres ont décidé de faire la primaire pour désigner le candidat du parti aux élections présidentielles alors qu’il en était contre.
    Même IBK pense qu’il l’a chassé du parti alors qu’il a été incapable de réunir le peuple ADEMA PASJ autour de sa personne rendant sa candidature naturelle.
    Mais AOK, en homme responsable, assume tout puisqu’il n’a jamais démenti les propos des uns et des autres.
    C’est cette qualité d’homme d’État qui est de plus en plus rare.
    Pour le président actuel, c’est toujours la faute des autres.
    IBK n’assume presque rien.
    Les actions positives, c’est pour lui,celles négatives, c’est pour les autres.
    MOUSSA MARA continue à être responsable du fiasco de kidal alors que s’il avait réussi, c’est le nom d’IBK qu’on mettrait devant.
    Ce qu’est entrain de vivre MOUSSA MARA, c’est connu d’AOK.
    Tous les problèmes de l’ADEMA PASJ, c’est AOK.
    IBK n’est fautif de rien.
    Un irresponsable président de la république d’un pays insécurisé comment voulez vous que le pays se stabilise?
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. Non! c’est ATT qui a trahi le Mali. Il avait dit pendant la transition qu’il “faut être fou pour devenir président du Mali”. Mensonge d’état qui l’a amené au pouvoir pendant dix ans au cours desquels il a installé la médiocratie au Mali. L’histoire a prouvé qu’il n’est pas un Homme d’Etat mais un plaisantin qui n’a pas pu circonscrire la rébellion en tant que Général et “commando para” par dessus tout

  3. Si son mari Alpha Oumar Konaré n’avait pas trahit l’Adema/ Pasj dont ils se sont servis pour accéder au pouvoir et voler des millards aux pauvres contribuables avec la complicité des Mme S’y et époux, en mettant le pays à terre, tout ce bordel dont le Mali vit aujourd’hui n’allait pas avoir lieu. Ils ont trahit le Mali au profit de ATT.

  4. Mille merci Madame Adame BAH KONARE, de votre exposé adressé au Comité Executif de l’ADEMA-PASJ. Le contenu relate exactement le comportement indigne des cadres de votre parti politique dont vous êtes un des fondateurs . Mais soyez assuré que personne n’est surpris par ce comportement des cadres qui ne cherchent qu’à conserver toujours les mêmes privilèges. Jamais ils ne veulent entre parler de l’opposition, c’est pourquoi ils se sont prostitués au President indépendant ATT, à IBK qui a été chassé de l’ADEMA de la manière que l’on connaît. Ils font la politique un moyen de survie et non pour servir le peuple . Merci à vous pour ce courage d’avoir dénoncé les tueries de manifestants aux nues par le régime sanguinaire de IBK.. Le CE qui vient d’apporter son soutien à IBK répondra devant l’histoire . IBK sera chassé du pouvoir, celui qui le succedera sera toujours avec le même CE pour exercer le pouvoir . Vos gens ont peur d’être dans l’opposition d’où cette prostitution a tous les régimes. Même si le Dr Oumar MARIKO est élu comme President de la République, le CE de l’ADEMA se mettra à sa disposition .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here