Lutte contre la contrefaçon et le piratage : La croisade contre le mal du siècle a commencé

0

Le colonel Modibo Maïga, directeur général des douanes du Mali a présidé hier, lundi 25 juillet 2011 au siège du Patronat la cérémonie d’ouverture du séminaire national opérationnel sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage. Organisé conjointement par l’Organisation mondiale des douanes (OMD) et l’administration des douanes du Mali, cette formation de cinq jours vise à renforcer les capacités des cadres douaniers du Mali pour faire échec à ces fléaux qui menacent les consommateurs. C’était en présence de plusieurs gradés chargés de la question de la protection et de la sécurité des populations et aussi des éminents experts dont le Belge, Christophe Zimmermann, expert accrédité de l’OMD.

Les pays les moins avancés sont devenus aujourd’hui des poubelles du monde. Et l’OMD s’active pour être plus près de ses membres au nombre de 177  à travers le monde représentant les 95% du commerce international. A travers des séries de séminaires sur les différents arsenaux du droit international et les nouvelles techniques de détection rapide de fraude.

 Face à la globalisation, les frontières tendent à disparaître et le rôle régalien des administrations douanières aussi ! «  Il existe maintenant la globalisation de la fraude, il faut que la douane se tourne vers une police de marchandises pour mieux jouer son rôle de sécurité et de la protection de la santé des consommateurs » a laissé entendre Christophe Zimmermann, chargé de la formation. D’où l’importance de l’organisation de ce présent atelier avec comme thème : « l’action douanière dans la lutte contre la contrefaçon et le piratage au Mali », dont l’objectif est le  renforcement des capacités des agents des douanes confrontés dans leurs tâches quotidiennes aux enjeux liés à la protection de la propriété intellectuelle.

Selon le directeur général des douanes le colonel Modibo Maïga, la contrefaçon touche la plupart des secteurs d’intervention de l’homme et constitue une véritable violation des droits de propriétés intellectuelles. Quant au vocable piratage, il dira qu’il est spécifique aux atteintes à la propriété littéraire et artistique. Toute chose qui tue la création artistique dans notre pays. « L’ampleur du mal n’est plus à démontrer et les administrations douanières dans la sous région ne sont pas généralement  bien outillées au plan législatif pour mener une lutte plus efficace » s’est-il indigner.

Les statistiques parlent d’elles même entre 2008 et 2010, plusieurs saisies ont été opérées sur une gamme variée de marchandises, au nombre desquelles on peut citer à 1310 cartons de médicaments contrefaits, 1020 cartons d’insecticides Rambo, 983 cartons de cigarettes, 1339 cartons de pâtes dentifrices et plusieurs autres produits. Pour combattre ce fléau, la direction générale des douanes du Mali est à pied d’œuvre pour jouer sa partition dans la croisade contre la contrefaçon et le piratage   en restant vigilante et loyale. Durant cinq jours,les experts de l’OMD vont montrer  à nos gabelous  les nouvelles techniques du ciblage basé sur la cohérence, la logique et la vraisemblance des documents de transports et aussi comment reconnaître un vrai produit d’un faux pour que les actions soient plus efficaces. Ce séminaire se déroulera en deux phases, une phase théorique pour aborder les dispositions législatives applicables en la matière et une phase pratique sur le terrain.
Aliou Badara Diarra

*
Dédouanement des marchandises :

Les transitaires outillés sur le logiciel Sydonia++

Un important séminaire sur le logiciel Sydonia de la douane à l’intention des Syndicats des  transitaires du Mali (SYNTRAM), une organisation syndicale affiliée au Conseil malien du patronat, a débuté le lundi 25 juillet 2011 dans les locaux du Patronat. Organisé par le Bureau veritas Mali (BIVAC), ce séminaire vise à améliorer l’efficacité du dédouanement des marchandises tout en rehaussant les recettes douanières en rendant plus moderne, l’administration des douanes du Mali. Les travaux étaient placés sous  l’égide du secrétaire général du CNPM, Lassiné Traoré et se sont deroulés en présence du représentant du BIVAC, Mamadou Sékou Touré et du secrétaire général du Syntram, Youssouf Coulibaly et de plusieurs participants.

Les transitaires à l’école du BIVAC. La libéralisation du marché a entraîné la mise en concurrence de l’opérateur économique au niveau, national, sous régional et international. La mise en place du système douanier automatisé communément appelé Sydonia a été une véritable révolution dans le monde du transit et s’inscrit dans le cadre du programme de reforme et de modernisation de l’administration des douanes maliennes et l’amélioration qualitative des prestations des acteurs du secteur privé qui sont les transitaires et leurs clients. Ce système Sydonia vise à garantir la traçabilité des opérations de dédouanement : des informations sur les marchandises sont enregistrés à chaque point de contrôle durant leur acheminement ; actualiser l’outil informatique ; garantir la fluidité du trafic commercial par élimination des goulets d’étranglements dus aux lenteurs des procédures administratives ; automatiser le calcul des droits et taxes ; améliorer l’efficacité des contrôles douaniers ; assurer la perception des recettes et surtout assurer l’application uniforme de la réglementation. Durant deux jours une trentaine de participants principalement les commissionnaires agréés seront outillés  sur le langage informatique Sydonia ++ pour l’émergence d’une nouvelle race de transitaires.
A.B.D.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER