M5-RFP : Unit dans la lutte, divisé dans la conquête du pouvoir

7

L’heure est grave au sein du M5-RFP. Après la sortie musclée du coordonnateur de la CMAS, Issa Kaou Djim, tout porte à croire que le mouvement hétéroclite traverse un moment de turbulence qui pourrait conduire à son éclatement.

Jeudi dernier, profitant de l’ouverture de la concertation nationale, le coordonnateur de la CMAS a étalé au grand jour ce qui se murmurait dans les coulisses, à savoir : des divergences profondes au sein du M5. « Le M5 est mort de sa belle mort ». Cette déclaration de  Kaou Djim, va restée dans les anales de l’histoire. Révolté contre la gestion faite autour des cartes d’invitation pour participer aux Concertations nationales sur la gestion de la transition, le « numéro 10 » du M5 a craché le morceau.

La sortie de M. Djim intervient quelques jours après celle de l’imam appelant les membres du M5 à faire preuve d’esprit d’union et d’attente. Certains acteurs du mouvement avaient pris une posture ségrégationniste  envers ceux qui n’ont pas fait chemin avec eux dans le renversement du pouvoir. Pour qui connait Kaou Djim ses propos ne sont que les conséquences d’une situation délétère qui existe de longue date entre les différents leaders du mouvement. Depuis le renversement du régime IBK,  il y a un cafouillage au sein du M5. Cette bisbille était prévisible pour celui qui mesure la portée des mots entre les leaders et qui a conduit à des empoignades.

Quelques jours avant le coup de force du CNSP, l’homogénéité du groupe a fini par se casser. Mahmoud Dicko soufflait le chaud et le froid. Le coordonnateur de la CMAS qui exigeait le départ d’IBK a fini par se ramollir.  Cheick Oumar Sissoko, président de EMK ne cessait de lancer des flèches à la CMAS pour son attitude jugée de caméléon. Clément Dembélé multipliait des sorties contre Kaou Djim. Bref, les leaders ne se tiraillaient à tout moment.

Si après ces échauffourées,  Kaou Djim annonce « la mort » du M5, cela n’est pas étonnant puisque dans les luttes, les mouvements hétéroclites sont difficiles à gérer surtout quand il est question de l’orientation à donner à la vie de toute une nation.

C’est pourquoi, nous avons assisté à de multiples prises de positions quant il s’est agit de donner sa position sur l’architecture de la transition, la durée de cette transition et l’identité de ceux qui doivent la prendre en main.

La Cmas souhaite une transition dirigée par un civil. Sur le sujet, Mahmoud Dicko qui a toujours ignoré les « diktats » de la Cédéao semble s’accorder avec les chefs d’Etat et la communauté internationale.  « Il faut se conformer aux exigences de la CEDEAO pour ne pas nous exposer à des sanctions », a-t-il dit mercredi 9 septembre sur le plateau de l’ORTM 1.

  1. Dicko propose une transition d’une durée n’excédent pas les 18 mois.

Cette position figée de l’imam politicien n’est pas du tout partagé par la tendance EMK. Ckeick Oumar Sissoko pense que les militaires peuvent bien diriger la transition. «  Je ne suis pas opposé à ce qu’un militaire dirige la transition. Mais, il faut qu’on nous prouve que ce militaire peut prendre en charge la gouvernance pour un nouveau Mali », a-t-il dit. Même sur la durée, M. Sissoko n’a pas la même vision que l’imam Dicko. Pour lui, la refondation du pays demande plus de temps aux maliens que de se pencher sur les problèmes. « A cause de l’énormité des problèmes, la transition doit aller à trois ans ».

Autre point de vue divergent d’une tendance du M5, c’est bien celui affiché par d’autres associations. Celles-ci estiment que la meilleure façon de mettre le pays sur les rails est bien sûr de confier la gestion de la transition aux militaires.

Sur l’identité de celui qui doit dirigée la transition, les leaders du M5 ne se font pas cadeaux. Clément Dembélé et Issa Kaou Djim ont tiré à boulet rouge sur les « vieux politiciens ». Pour eux, tous ceux qui ont  joué un rôle dans les régimes précédents de 1991 à 2020 n’ont plus leur place dans la transition. Allusion est faite à Mountaga Tall, Choguel Kokala Maiga. Kaou Djim les qualifie « d’anciens porte parole du président IBK ».

Au regard de ses positions antagonistes, il est difficile que les tendances du M5 pourraient encore se retrouver et converger dans la même direction.

Djibril Diallo

 

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Kinguiranké, apparement tu n’a rien compris. C’est une lutte de positionnement qui a commencé au M5. La CMAS veut jouer les premiers roles dans cette lutte. Elle sait bien qu’il faut etre avec les militaires meme en se mefiant que d’etre avec les choguels que le peuple honnis pour avoir été souiller dans le régime d’ibk. Le peuple v de nouvelle tete, pas les tetes qui ont travailler avec ibk;

  2. Faisons le point sur le classement des partis politiques au Mali pour signifier que le combat du M5-RFP n’est nullement une prise de pouvoir,mais la défense et la préservation des principes démocratiques.
    1-RPM
    2-L’ADEMA PASJ
    3-L’URD
    4-LA CODEM
    5-L’ASMA
    Si c’est pour exercer le pouvoir,le M5-RFP ne fera pas poids car,il suffit que les autres partis forment une coalition contre l’URD avec l’appui des militaires pour qu’ils remportent haut la main en toute transparence.
    IL NE S’AGIT PAS D’UNE COMPÉTITION POLITIQUE, MAIS D’UN MOUVEMENT RÉVOLUTIONNAIRE POUR ASSAINIR LA PRATIQUE POLITIQUE QUI FAVORISE CERTAINS PARTIS POLITIQUES CITÉS.
    Tant que le M5-RFP a pour vision d’améliorer l’exercice démocratique,il sera soudé.
    Mais s’il décide,dès maintenant, à exercer le pouvoir sans compétion politique, il sera inéluctablement éclaté en plusieurs morceaux.
    À part l’URD, ça n’arrangera aucun des membres du M5-RFP.
    Après les élections, ils vont tous se retrouver être les chiens aboyeurs des anciens ademistes.
    C’EST CE SCÉNARIO QUE SOUMEYLOU A MAIGA EST ENTRAIN DE METTRE EN PLACE.
    IBK est parti sans l’être réellement.
    Participer à détruire le M5-RFP, c’est faire le jeu de SBM.
    Est il entrain de gagner son pari de créer la division au sein du M5-RFP afin de mettre facilement en place sa stratégie d’une transition aux ordres du mouvement politique qu’il est entrain de mettre en place autour des fossoyeurs d’IBK et d’ATT pour remporter haut la main les élections?
    Le M5-RFP est l’espoir de tous les démocrates, s’il disparait l’ancien monde aura du beau jour devant lui.
    Le M5-RFP a été créé sur des divergences.
    Parler maintenant de ces divergences est un faux débat.
    Ses membres sont unis autour de la mission de la refondation de l’État nécessaire pour forger le MALI KOURA.
    Sans cette refondation, l’ADEMA PASJ et ses partis satellites vont dominer la scène politique pour trois décennies encore en reproduisant toujours les mêmes conséquences d’impunité des détournements des ressources de l’État.
    Constater que trop de personnes espèrent l’éclatement du M5-RFP est le signe de la qualité de notre société.
    Une société façonnée par des pratiques nauséabondes basées sur la satisfaction des intérêts individuels.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  3. Chogel et n’ont pas hontes. En quoi ils sont mieux qu’IBK? Ils ont ete employes d’IBK et limoges par IBK. Maintenant qu’ils n’ont plus de deputes ils veulent nous faire croire que IBK est responsable de tout

  4. Qui l’aurait cru? La mort du M5 a eu lieu. l’annonce a été faite par le chat de la CMAS. Les interets sont divisés. Il ne voit plus voir choguel et Mountaga Tall. Que c’est triste.

    • Je regrette ton interpretation immature de ce que Kaou a dit mais la verite est simple: CMAS veut pas aller avec qui que ce soit qui soit mouille dans une histoire de detournements et de corruption, c’est tres simple.

    • M5 n’est pas un parti politique bien, M5 a manifesté pour que le Mali soit être proprer parce que notre pays est très très salé par ce régime corrompu .

Répondre à λ ω Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here